Art de la guerre monétaire et économique

Sylvain Tesson : « Vivre mieux aujourd’hui consiste à échapper aux développements du progrès »

Sylvain Tesson : « Vivre mieux aujourd’hui consiste à échapper aux développements du progrès »

Entretien. Sylvain Tesson est géographe, journaliste et écrivain. Il est notamment l’auteur de Sur les chemins noirs (Gallimard, 2016) ; Un été avec Homère (France Inter-Ed. des Equateurs, 2018), et a obtenu en 2011 le prix Médicis essai pour Dans les forêts de Sibérie (Gallimard). Il partage sa vie entre les expéditions au long cours, l’écriture et la réalisation de documentaires d’aventure. Une expérience qui le conduit à alerter ses contemporains sur la dégradation de la Terre et la « starbuckisation du monde ».

Dans quelle mesure est-on passé de « l’usage du monde », tel que l’écrivain et voyageur Nicolas Bouvier pouvait en faire l’expérience, à l’usure du monde que vous observez ?

« C’est une révolte ? », demandait Louis XVI. « Non Sire, une révolution ! » Pour le monde, ce n’est pas une usure, c’est une dégradation. Les rapports scientifiques se succèdent, formels : les espèces animales disparaissent, les sols s’érodent, les eaux s’acidifient. Parallèlement, les langues s’éteignent, les villes s’étendent, similaires. Dégradation d’un côté. Uniformisation de l’autre. « Le divers décroît », s’inquiétait l’écrivain Victor Segalen il y a 100 ans. La seule statistique qui prospère, c’est la démographie humaine. Notre espèce a pris le contrôle de la Terre, il y a 70 millions d’années.

La mondialisation historique a sa chronologie : industrialisation, massification, accélération, hypertrophie. S’ajoute un phénomène qui est l’effet des précédents : uniformisation des modes de pensée, des comportements, des formes urbaines, des paysages et des moyens de communication. Internet a constitué la parousie de ce mouvement globalisant. Il manquait une machine capable de réaliser la conformation absolue de l’homme à un modèle unique, rêve universaliste. Nous y sommes. Le digital est le doigt d’honneur de la technologie à la variété des cultures humaines. L’usure du monde, c’est cela : indifférenciation, fin du chatoiement, effacement de la mosaïque, règne de l’Unique, reproduction du même. Appelons cela la starbuckisation du monde.

Ce que chantait Nicolas Bouvier dans L’Usage du monde (Droz, 1963), c’était le contraire. La route de Bouvier offre ses présents : on se met au volant d’une voiture, sur un cheval, on part à la rencontre de ce qui n’est pas soi-même. Dans le monde de Bouvier, on rentre dans un paysage, on découvre des hommes, on respire un autre air, on ne soupçonnait rien. Le voyage, c’est l’expérience de l’autre, contraire de moi. L’autre véritable vous heurte, vous emporte ou vous indigne, mais au moins n’est-il pas votre reflet !

Mêmes commerces, mêmes trottinettes, même signalétique, même discours infantilisant des autorités, mêmes crèmes glacées. Cette monotonie assure l’écosystème de la consommation

Comment arpente-t-on des territoires abîmés ? Dans quel état parcourt-on une planète saccagée ? Et quel usage fait-on d’un monde usé ?

On ne les « arpente » pas. Le mot ne convient pas. « Arpenter » fait référence à la lenteur. Ainsi qu’à la mesure d’un monde limité, borné. L’arpenteur antique mesurait le monde pour dessiner la frontière. Même les dieux savaient qu’il faut contenir le monde. Il y a une stèle grecque du Ve siècle av. J.-C. qui représente Athéna méditant devant une borne.p

Un territoire uniformisé (la marina d’une île grecque, une banlieue de Turquie, ou le centre de Barcelone) n’autorise ni la lenteur ni la joie. Ces non-lieux « ouverts sur le monde » offrent un visage rassurant parce que reproductible, reconnaissable : mêmes commerces, mêmes trottinettes, même signalétique, même discours infantilisant des autorités (la langue de la Mairie de Paris), mêmes crèmes glacées. Cette monotonie assure l’écosystème de la consommation. L’expression de mon époque n’est pas « j’arpente » mais « j’essaierai de passer ». C’est ce que répondent les amis que vous invitez à dîner. Voilà notre usage du monde aujourd’hui : essayer de passer.

J’ai visité les ruines de Troie en présence d’archéologues turcs. La première chose qu’a trouvée Heinrich Schliemann en creusant le site dans les années 1870, c’était un rempart. L’homme mycénien vivait dans un âge d’arpenteur. Il tenait à se délimiter, se protéger, se séparer, se distinguer, se maintenir dans sa spécificité, et transmettre sa singularité. Il élevait des murs (percés de portes et de poternes, bien entendu, pour sortir et accueillir). Ce souci de la séparation (le philosophe Vladimir Jankélévitch appelle « séclusion » ce processus de conservation de l’organe par sa membrane séparatrice) n’était pas assimilable au rejet de l’autre mais indique une considération de soi. Le soin que l’on porte à se précautionner de l’autre indique l’intérêt que l’on porte à la conservation des différences.

La singularité des cultures est menacée par le globalisme. Pour qu’il y ait un Devisement du monde (le titre du récit de Marco Polo, 1298), il faut qu’il y ait une division de ce monde. « Il y avait la diversité des étoiles dans les boues de la terre », disait le poète Louis Aragon de la France (La Diane française, 1944). C’est une belle phrase : elle célèbre la diversité, mais souligne qu’il y a la réalité. C’est peut-être une très bonne nouvelle pour le commerce que l’humanité sorte de la séclusion et s’emploie à constituer un ensemble indifférencié. Mais on a le droit de se poser la question.

Est-ce le « monde qui se retire » ou bien l’humanité qui abandonne la terre ? Et en quoi cette dégradation est-elle également un « enlaidissement du monde » ?

La laideur, c’est quand tout se ressemble. Le neurologue Lionel Naccache décrit l’épilepsie cérébrale dans un livre très audacieux L’Homme réseau-nable (Odile Jacob, 2015). L’épilepsie est la soudaine diffusion dans le cerveau d’une impulsion univoque, pauvre en information et reproduite par la totalité du système neuronal. Le cerveau disjoncte, c’est la convulsion.

Naccache fait un parallèle avec nos sociétés modernes. « L’un des facteurs de cette course vers la possible épilepsie du monde pourrait provenir d’une tendance de nos sociétés à se développer en produisant des versions dupliquées d’elle-même. » La mise sous tension de l’humanité par les ordinateurs produira peut-être la convulsion générale. Songez ! Huit milliards d’individus, comme les neurones d’un cerveau sont connectés et s’échangent des informations de plus en plus banales, servies par une langue monotone, formatées par des tendances identiques. Paf !

Le cachot d’aujourd’hui s’appelle « les écrans ». Ils sont pires que les murs de la cellule. Ils s’élèvent partout. On ne les voit plus, on ne peut les abattre

Pourtant, on y trouve encore des chemins de traverse – notamment en empruntant en France les « chemins noirs » – et nombre de contemporains semblent soucieux de préserver leurs contrées de l’emprise technique, du désastre écologique et du développement économique effréné. Certains résistent même à des projets « d’aménagement du territoire », tunnels et lignes TGV, autoroutes, aéroports, centres commerciaux ou d’enfouissement des déchets, parcs à thème… N’êtes-vous pas également l’observateur de cette grandissante volonté de préserver la vie ?

Oui, on assiste à de louables efforts pour préserver la vie. Comme chez Thomas Mann : le mourant lutte dans son transat (La Mort à Venise, 1912). Ce sursaut de l’agonisant s’accompagne d’un goût pour commémorer ce qui n’est plus, pour empailler ce qui se meurt. Est-ce notre destin ? Vivre devant le défilé de majorettes, dans un cabinet de curiosités ? Après les âges d’or, du bronze, du fer, il semble que nous entrons dans l’âge des musées. La fièvre des anniversaires est notre réponse au vide.

Cependant, je ne désespère pas ni ne « m’amertume ». Il y a des échappées possibles, à la portée de tous, il suffit d’avoir de l’imagination. On peut aller se promener dans les bois, vivre avec les ours comme le photographe Vincent Munier. On peut explorer les abysses comme le photographe naturaliste Laurent Ballesta. On peut grimper en solo les parois, comme Alex Honnold. On peut descendre le Danube à vélo comme Emmanuel Ruben, on peut créer des revues comme la bande de jeunes garçons de Raskar Kapac. Bref, on peut continuer à aimer boire et chanter, selon le bon principe viennois.

Pour cela, il faut chercher ses traverses, ses propres forêts, prendre la fuite, pousser la porte « entrée interdite ». Phénomène inédit dans l’histoire de l’homme : vivre mieux aujourd’hui consiste à échapper aux développements du progrès ! C’est ce que Samuel Adrian nomme « le syndrome Tom Sawyer » dans son récit de voyage (Editions des Equateurs, 240 pages, 19 euros).

Il faut préalablement nouer les draps pour s’échapper du cachot. Le cachot d’aujourd’hui s’appelle « les écrans ». Ils sont pires que les murs de la cellule. Ils s’élèvent partout. On ne les voit plus, on ne peut les abattre.

En quoi la dégradation du présent est-elle selon vous indissociable de l’oubli du passé et des chimères de l’avenir ? En quoi est-elle solidaire de la rhétorique des promesses politiques, des illusions religieuses et de la démiurgie technoscientifique ?

Il y a dans l’utopie politique, le messianisme religieux et le fétichisme technologique un ressort commun. Ces trois instances appellent à un monde meilleur plutôt qu’à la conservation de ce qui nous est donné en partage. Révolution pour les uns, Vie éternelle pour les autres, Innovations pour les troisièmes. C’est la même promesse différemment formulée que la vie se joue demain. Je crois le contraire. L’homme aime espérer, cela l’affranchit d’agir.

La promesse technologique est devenue une religion. Elle a son Vatican (la Silicon Valley), ses prêtres, ses objets de culte, sa petite pomme. Elle a son eschatologie. Le message est simple : ne vous inquiétez pas, le monde peut flamber, les innovations arrangeront tout. Certains hommes contestent ces fausses prophéties. Ils ne veulent pas être augmentés, ils renouent avec l’ordre, la tempérance, la simplicité. Le journaliste Fabrice Nicolino a lancé l’appel : « Nous voulons des coquelicots ». En d’autres termes, rendez-nous les moineaux de Paris avant de connecter les trottinettes.

Je crois à un usage du monde selon le principe de l’école buissonnière. Faire un pas de côté n’est pas la même chose que faire demi-tour

Où échouerait Ulysse aujourd’hui ?

L’Odyssée est l’histoire de la remise en ordre. Ulysse est un conservateur. Il rentre chez lui pour retrouver sa femme, récupérer son trône, cultiver à nouveau sa terre. Jankélévitch disait qu’il était « casanier par vocation et aventurier malgré lui ». C’était une manière pas très amicale de dire qu’il préférait l’enracinement aux sirènes de la nouveauté. Aujourd’hui, Ulysse serait peut-être un de ces malheureux immigrés chassés sur la mer. Il ferait ce que font certains réprouvés que j’ai rencontrés à Mossoul, à Alep, à Kaboul : il errerait, viendrait chercher secours en Europe puis rentrerait pour rebâtir sa vie et retrouver ses royaumes.

Et ne doit-on pas se méfier de l’idée – tout aussi illusoire que celle d’un avenir totalement numérisé – d’un retour au monde d’avant ?

Oui, le « c’était mieux avant » est aussi faible que le « vivement demain ». Je raisonne en géographe : je préfère imaginer un monde d’à côté plutôt que le monde d’hier. A côté de quoi ? A côté de la route qui mènerait du berceau au supermarché, puis du supermarché à l’Ehpad. Je crois à un usage du monde selon le principe de l’école buissonnière. Faire un pas de côté n’est pas la même chose que faire demi-tour : marcher, lire, grimper aux arbres, apprendre l’astronomie, que sais-je encore ? Dans quelques jours, je pars bivouaquer sur une montagne conquise par le premier alpiniste français en 1492 (le mont Aiguille). C’est la modernité !

« Songez à la chance inouïe de la génération qui disposerait de la fin du monde. C’est aussi merveilleux que d’assister au début, écrivait Jean Baudrillard dans ses “Cool Memories III, 1991-1995” (Galilée, 1995). Comment ne pas désirer cela de toutes ses forces ? Comment ne pas y contribuer par ses faibles moyens ? Etre là au début eût été fantastique. Mais nous sommes arrivés trop tard. Il ne nous reste que la fin. » Qu’est-ce vivre avec la fin du monde ? Et n’y-a-t-il pas une ivresse dans la sensation de vivre la fin des temps ?

Sûrement pas. Je ne trouve pas du tout enivrante la fin du monde. Le désordre et le délitement ne produisent rien de juste. Je revendique le droit au chagrin, au désespoir, au désaccord parfait, pas à la violence. Ces rêves de destruction créatrice sont les pétitions de principe de philosophes en déficit de sensation. Je ne crois pas « à l’ivresse dans la sensation de vivre la fin des temps ». C’est ce snobisme (plus « Verdurin » que « cool, ») qui entraîne certains penseurs à appeler la révolution et l’insoumission jusqu’au jour où la révolution est là, sous leur volet. Que font-ils alors ? Ils les ferment.

https://miscellanees01.wordpress.com/2019/08/29/tesson-progres/

La littérature aide-t-elle à ­décrypter l’actualité?

Elle m’y aide. Tout poème me semble une prémonition. Hugo : « De tout ce qui fut nous, presque rien n’est vivant… Que peu de temps suffit pour changer toutes choses »[Les Rayons et les Ombres, 1840]. Comment décrire mieux notre début de XXIe siècle? L’actualité reproduit ce qui a déjà été écrit par les artistes. Les livres disent la même chose que les journaux, avant eux. Je me suis plongé dans L’Iliade pour préparer une émission sur Homère. Il y a deux mille huit cents ans, Homère décrivait les chiennes de la guerre. Quand elles sont lâchées, elles prennent une force autonome. Plus rien ne les arrête! C’est la nature des troubles qui secouent le Mali, la Syrie, l’Irak.

Pourquoi n’êtes-vous pas un homme de gauche?

Par paresse. Se lever le matin en sachant qu’on est garant du bien, dépositaire de la morale, attentif au progrès doit être une charge magnifique et terrible. Se savoir engagé dans la lutte de l’humanité pour sa perfectibilité! Au saut du lit! Devant un croissant au beurre! Je n’ai pas les armes intellectuelles ni la résistance physique pour cela. J’ai une immense admiration pour les vertueux. Leur courage, leur combat (et la considération de soi-même qu’il faut pour se savoir dans le camp des justes). Moi, je circule égoïstement, j’observe, j’herborise, je flâne avec un filet à papillons. Je rêve d’absolu, mais je ne trouve que des choses.

Je cherche l’universel mais le monde est brisé, séparé, jonché de tessons. Je voudrais bien aimer l’Autre, mais je ne connais qu’une palette de gens sans ressemblances. Certains : des salauds. D’autres : merveilleux. En outre, je ne crois pas que la masse des colibris peut changer les choses. Quand croît le péril, le salut ne vient pas du peuple, mais d’un grand homme ou d’un petit nombre d’individus très valables. « Never was so much owed by so many to so few », a dit Churchill en 1940. Quelques pilotes (et des discours magnifiques) ont permis à l’Angleterre de survivre. César avait dit la même chose autrement (il ne savait pas l’anglais) : « Humanum paucis vivit genus » (« le genre humain vit grâce à quelques hommes »). Sur une plage, je n’attends rien de la marée. Je préfère ramasser des coquillages. Est-ce que faire des collections d’insectes est une activité de droite?

EN BANDE SON :

17 réponses »

  1. Ooh, Thomas Mann, Churchill, l’ lliade parcourue ,et non comprise, un avé César et mister tesson ,libéré appararemment des contingences matérielles. N’ est pas un Jack London, ni un Tourgueniev qui veut. J’ai entamé quelques livres rapidement, fatiguant. Un bobo en vadrouille, qui a eu un peu froid, un peu chaud et le peu qu’il a lu, l’a t’ il réellement compris ? Non le monde n’est pas jonché de tessons, mais de vastes marais profonds.

    J'aime

  2. Il est bien ce texte.
    J’ai 2 petites critiques à y faire toutefois.
    1/ « Pourquoi n’êtes-vous pas un homme de gauche? Par paresse. »
    Moi j’aurais plutôt dit par honnêteté intellectuelle. La gauche de nos jours est surtout caractérisé par l’hypocrisie et non pas par une lutte vertueuse.
    2/ il se dit non violent.
    je comprends, mais je pense que c’est un luxe de nos jours et surtout que ça devient difficile à différencier avec la lâcheté.
    Je crois que la vraie non violence, c’est beaucoup plus ambigu, qu’il faut être prêt à la violence, voire à l’utiliser pour de vrai. C’est un truc paradoxal.

    J'aime

    • « Je crois que la vraie non violence, c’est beaucoup plus ambigu, qu’il faut être prêt à la violence, voire à l’utiliser pour de vrai. C’est un truc paradoxal. »

      Si tu veux la paix prépare la guerre !

      J'aime

      • Oui mais je dirais plutôt « si tu veux la paix, fais la guerre » mais de manière intelligente à ce que la guerre soit une forme de paix et vice versa. En fait, c’est compliqué à expliquer avec des mots forcément dichotomiques. Si on fait la paix avec la guerre alors on sera en paix même en guerre. C’est plus ça le paradoxe que je voulais exprimer.

        J'aime

      • Un truc paradoxal ? L’ Art de la Guerre, Sun Tzu, Machiavel. J’ai cette perception à travers mes lectures et films et rencontres qu’ en un peu moins de deux milles années, l’ homme Blanc, a su détruire notre petite planète bleue, détruire méthodiquement toutes les cultures de couleur, rouges, noirs, jaunes, et café au lait (môssieur). Détruire l’ Humanité dans sa beauté. Violence ? A utiliser pour de vrai ? Hum, oui, face à ces monstruosités, et face au futur..crackfedien, on a tous envie de se survivaliser, on a tous envie de prévoir le madmax, le jardin, les conserves, et pour finir le ball trap qui permet de s’ armer légalement, alors. Nous avons à faire à des marchands, ils contrôlent tout. Ce n’est pas dans la violence physique, le peuple n’ a plus à donner de sa chair, noires, jaunes, rouges et café au lait. Il faut attaquer les marchands, il faut des hommes et des femmes capables de déstabiliser le système via leurs propres armes. Ce ne sont que des marchands. Mais il me semble qu’un gars lambda les a embêté quelques temps….Les marchands du temple.

        J'aime

  3. Merci pour cet article. La nouvelle « religion » de la consommation « évangélise » le monde en cassant les structures traditionnelles d’organisation de la société pour créer des individus « hors sol » qui récitent en choeur: pour être heureux, consommons.
    J’aime bien l’auteur quand il parle de tempérance. C’est une belle vertu morale qui modère l’attrait des plaisirs et procure l’équilibre dans l’usage des biens créés.
    Un bémol, la phrase: »L’homme aime espérer, cela l’affranchit d’agir. » est une opinion (légitime) mais surtout pas une vérité. Chez les gilets jaunes, beaucoup espèrent en un monde meilleur et ils agissent. Bravo à eux !

    J'aime

    • Je pense à l’inverse de vous qu’ils agissent parce qu’ils ont perdu l’espoir.
      Je suis d’accord avec la phrase « l’espoir dispense d’agir », c’est d’ailleurs précisément le principe du christianisme : on ne se rebelle pas dans cette vie puisque dieu fera justice dans l’autre.

      J'aime

      • Cher yoananda
        Les gilets jaunes que j’ai entendu s’exprimer ou ceux avec lesquels j’ai parlé n’avaient pas perdu espoir…Ils ne disaient pas « à quoi bon » ou « à quoi ça sert de… » mais « il faut que ça change » et tous espéraient en un monde plus juste, plus fraternel et ils essayaient de mobiliser les consciences en manifestant. Voilà la réalité que j’ai perçu et expérimenté.
        Quant au « principe du christianisme » que vous décrivez, permettez moi de vous dire que le Christ a dit à ses Apôtres (évangile St Mathieu Chapitre 10) « Ne pensez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre : je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive. »
        Le chrétien est un combattant qui discerne et « ordonne » son combat. Un bon exemple à prendre serait à mon sens celui des Croisades. Les chrétiens sincères sont partis en Terre Sainte pour libérer les lieux saints que les musulmans avaient conquis. Le Christ appelle en premier lieu au combat spirituel car c’est ce combat qui conditionne et ordonne les autres combats. Il ne se désintéresse pas du combat temporel (politique) mais son « message » est que tout combat temporel est subordonné à l’amour (de Dieu et de son prochain). Sans cela l’homme est impuissant à s’organiser en société. Le Christ a même dit « en dehors de moi vous ne pouvez rien faire » Evangile St Jean Ch 15. Lorsque je vois l’évolution de notre société décrite dans cet article, je mesure chaque jour la profondeur et la vérité de cette parole du Christ. Effectivement, le chrétien n’est pas un « rebelle » comme vous dites mais il est avant tout un combattant qui ne peut combattre s’il hait son prochain. Le chrétien comme dit St Paul dans sa Lettre aux Ephésiens ch.6 part au combat de cette manière : « Prenez le casque du salut et le glaive de l’Esprit, c’est-à-dire la parole de Dieu »
        Le chrétien veut la justice sur terre mais en n’agissant pas en tant que « militant » politique mais en « militant » de l’amour de son prochain. Nous le voyons à travers les nombreuses activités de charité envers les plus faibles dans lesquelles les chrétiens agissent en ce monde pour l’embellir.
        Pour conclure, je suis allé en Inde et j’ai été « disciple » d’un « maître » initié par un Swâmi Indou. Je peux vous dire que votre affirmation : »on ne se rebelle pas dans cette vie… » s’applique à l’hindouisme et pas à la religion chrétienne
        Le karma de chacun est de bien faire son devoir sans en chercher les fruits, dit la Bhagavad-Gîtâ et le système des castes en Inde est là pour le prouver.
        Bien à vous

        J'aime

        • Je pense que si les gilets jaunes agissent, c’est parce qu’ils n’ont plus espoir que le gouvernement le fasse. Ca ne veut rien dire « espérer que ça va s’améliorer », car tout le monde souhaite que sa condition s’améliore, même les animaux.
          Oui l’hindouisme est fataliste, c’est un fait. Le christianisme ne l’est pas. Ce n’est pas ce que j’ai dit.
          Oui le christianisme promeut la « charité envers les plus faibles », c’est l’une des causes des nombreux problèmes qu’on a actuellement, cet interventionnisme qui est d’ailleurs à la base de l’humanisme et des « guerres humanitaires » du genre « on va vous sauver de votre dictateur ». C’est exactement l’argument qu’à utilisé le chrétien Bush.
          « en dehors de moi vous ne pouvez rien faire » : c’est vrai que sans la FOI (pas la foi mais la FOI) on ne peut rien faire. C’est ce que je reproche aux chrétiens, et musulmans : vouloir monopoliser la foi et la rapporter à leur bouquin. Alors que la FOI existe indépendament d’un livre, d’un clergé, d’un dogme, et donc … du Christ. Il n’a pas le monopole. Seul « DIEU » l’a. Vous allez me dire « mais le christ est Dieu » ==> non, car le christ est une projection humaine sur Dieu (on ne va pas refaire le concile de Nicée qui s’est justement attaqué à cette question de savoir si Jésus était Dieu ou un homme).
          Moi, je suis pragmatique. Le christianisme à fait un mal terrible à mon peuple (les européens). Quand on creuse ses racines, son essence, son histoire, au dela du blabla que se racontent en boucle les chrétiens entre eux pour se tenir chaud, c’est évident.
          Le christianisme s’est imposé à coup d’épées, contre la volonté des peuples qui ont du à le subir (du moins en Europe). Peuples qui l’ont rejeté dès qu’ils en ont eu la possibilité. « Religion » (venue du désert) qui s’est faite démonter par la science.
          Vos histoires de « les chrétiens ont combattu pour les lieux saints » : vaines guerres de vanité qui n’ont rien à voir avec la spiritualité mais avec le pouvoir d’une église, alors, toute puissante.
          La vraie spiritualité selon ne nie pas la nature comme le fait le Christ, elle ne nie pas les liens du sang (oui moi ausssi je peux vous citer les paroles du christ à ce sujet si vous voulez).
          Enfin, je finirais par la pauvreté immense du message de Jésus. Si on enlève ses miracles pour impressionner le badeau, il reste quoi ? une poignée de paraboles soit disant de sagesse, qu’on peut interpréter à sa guise, et qui ne vaut même pas les contes des sagesses populaires (Grimm, La fontaine et d’autres) ou l’Illiade et l’Odysée ou un bouquin de Nietzche ou certains bouquins scientifiques ou des bouquins de méditation.
          Non, le christianisme est pauvre de spiritualité et riche de cléricalisme.

          J'aime

            • Saint Matthieu 12, 46-50

              Comme Jésus parlait encore à la foule, voici que sa mère et ses frères se tenaient au-dehors, cherchant à lui parler. Quelqu’un lui dit : « Ta mère et tes frères sont là dehors, qui cherchent à te parler. » Jésus répondit à cet homme : « Qui est ma mère, et qui sont mes frères ? » Puis, tendant la main vers ses disciples, il dit : « Voici ma mère et mes frères. Celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux, celui-là est pour moi un frère, une soeur et une mère. »

              Psaume 95:5 : « Tous les dieux des nations sont des démons. »

              «Vous avez entendu qu’il a été dit : « OEil pour oeil et dent pour dent » (Ex 21, 24). Eh bien ! moi je vous dis de ne pas tenir tête au méchant ; au contraire, quelqu’un te donne-t-il un soufflet sur la joue droite, tends-lui encore l’autre ; veut-il te faire un procès et prendre ta tunique, laisse-lui même ton manteau ; te requiert-il pour une course d’un mille, fais-en deux avec lui. À qui te demande, donne ; à qui veut t’emprunter, ne tourne pas le dos » (Mt 5, 38-42).

              Vous avez entendu qu’il a été dit : « Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi. » Eh bien ! moi je vous dis : aimez vos ennemis, et priez pour vos persécuteurs, afin de devenir fils de votre Père qui est aux Cieux, car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et tomber la pluie sur les justes et sur les injustes » (Mt 5, 43-45).

              Voici, je vous envoie comme des brebis au milieu des loups ; soyez donc sages comme des serpents, et inoffensifs comme des colombes. Matthieu 10:16

              Luc 14:26 : Si quelqu’un vient à moi, et s’il ne hait pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, et ses soeurs, et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple.

              Croyez-vous que je sois venu apporter la paix en ce monde? Non. Je ne suis pas venu apporter la paix, mais le poignard. Je suis venu diviser le fils et le père, la fille et la mère, la bru et la belle-mère. Et l’homme verra les siens se retourner contre lui. Qui aime son père et sa mère plus que moi n’est pas digne de moi. Qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi. Et qui ne marche pas sur mes traces, chargé de sa croix, n’est pas digne de moi non plus.
              Qui veut sauver sa vie la perdra. Et qui a perdu sa vie à cause de moi la trouvera. (Mt 10,34-36)

              Jean 12:25
              Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle.

              Et en bonus, la perle des perles, qui n’est pas de Jésus mais d’un père de l’église.
              Augustin (354-430) écrit dans la Lettre 185 à Boniface : « La persécution exercée par les impies contre l’Église du Christ est injuste, tandis qu’il y a justice dans la persécution infligée aux impies par l’Église de Jésus-Christ. L’Église persécute par amour ; les impies par cruauté. »

              Cependant, TOUT pose problème dans le christianisme, pas juste quelques paroles du Jésus (dont je me moque comme de l’an 40 a vrai dire).

              J'aime

  4. « Oui, le « c’était mieux avant » est aussi faible que le « vivement demain ». Je raisonne en géographe : je préfère imaginer un monde d’à côté plutôt que le monde d’hier. A côté de quoi ? A côté de la route qui mènerait du berceau au supermarché, puis du supermarché à l’Ehpad. Je crois à un usage du monde selon le principe de l’école buissonnière. Faire un pas de côté n’est pas la même chose que faire demi-tour : marcher, lire, grimper aux arbres, apprendre l’astronomie, que sais-je encore ? Dans quelques jours, je pars bivouaquer sur une montagne conquise par le premier alpiniste français en 1492 (le mont Aiguille). C’est la modernité ! »
    « Sûrement pas. Je ne trouve pas du tout enivrante la fin du monde. Le désordre et le délitement ne produisent rien de juste. Je revendique le droit au chagrin, au désespoir, au désaccord parfait, pas à la violence. Ces rêves de destruction créatrice sont les pétitions de principe de philosophes en déficit de sensation. Je ne crois pas « à l’ivresse dans la sensation de vivre la fin des temps ». C’est ce snobisme (plus « Verdurin » que « cool, ») qui entraîne certains penseurs à appeler la révolution et l’insoumission jusqu’au jour où la révolution est là, sous leur volet. Que font-ils alors ? Ils les ferment. »
    « Je cherche l’universel mais le monde est brisé, séparé, jonché de tessons. Je voudrais bien aimer l’Autre, mais je ne connais qu’une palette de gens sans ressemblances. Certains : des salauds. D’autres : merveilleux. En outre, je ne crois pas que la masse des colibris peut changer les choses. Quand croît le péril, le salut ne vient pas du peuple, mais d’un grand homme ou d’un petit nombre d’individus très valables. « Never was so much owed by so many to so few », a dit Churchill en 1940. Quelques pilotes (et des discours magnifiques) ont permis à l’Angleterre de survivre. César avait dit la même chose autrement (il ne savait pas l’anglais) : « Humanum paucis vivit genus » (« le genre humain vit grâce à quelques hommes »). Sur une plage, je n’attends rien de la marée. Je préfère ramasser des coquillages. Est-ce que faire des collections d’insectes est une activité de droite? »
    Superbe…Sylvain Tesson sait marcher sur les braises de notre monde en perdition comme les fakirs il nous réenchante..a nous de faire le pas de coté qui nous sauvera la vie et nous permettra de vivre un enchantement personnel plutôt qu’un désastre collectif.

    J'aime

  5. @BENABDESLAM Karima

    « Ooh, Thomas Mann, Churchill, l’ lliade parcourue ,et non comprise, un avé César et mister tesson ,libéré appararemment des contingences matérielles. N’ est pas un Jack London, ni un Tourgueniev qui veut. J’ai entamé quelques livres rapidement, fatiguant. Un bobo en vadrouille, qui a eu un peu froid, un peu chaud et le peu qu’il a lu, l’a t’ il réellement compris ? Non le monde n’est pas jonché de tessons, mais de vastes marais profonds »

    Je suis toujours froidement touchée par le mépris mêlé a l’indigence…..la pauvreté .. .se réfugier derrière des noms …immenses ..TOURGUENIEV accentue (un accent qui tue) le vide de votre pensée…
    Oui la question est bien posé au final car vous parlez de vous « le peu que vous avez lu l’avez vous bien compris » ? ..
    Le bobo en vadrouille essaye de rallumer les étoiles dans nos Esprits
    Les vastes marais marais profonds…… Madame, vous appartiennent restez dans les abysses Nous faisons partie de ceux qui cherchent » A partir Chaos a Faire naître des Etoiles  »
    Nietzsche.

    J'aime

  6. @BENABDESLAM Karima
    A vous lire:

    Petit résumé de la pensée boboiste

    A mon dieu comme:

    Les hommes blancs sont méchants et plus particulièrement les juifs …et hop on revient toujours aux mêmes!
    Quant a celui je pense dont vous suggérez l’action c’est a dire le Christ sachez Madame que le Christ n’a pas chassé les marchants du Temple au sens ou vous le sous -entendez
    Il n’a pas chassé les Juifs « les marchands »puisque forcément et encore une fois on n’en revient toujours au même point .Godwin le bien nommé (pensée carcérale)…
    Il a chassé ceux qui faisaient commerce des prédictions sur le futur..Oui cela va étonner mais c’est ainsi
    Cela est dit et transmit dans la La Tradition Primordiale dont vous ignoriez l’existence ..a découvrir ..cela vous évitera de semer vos crottes alambiqués de chèvre inculte.
    Oui on aura peut-être Mad Max mais moi je t’attends …

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :