Art de la guerre monétaire et économique

Plus raciste qu’un raciste ? Un antiraciste !

Plus raciste qu’un raciste ? Un antiraciste !

 

En effet, si la position honteuse (raciste) consiste à juger les immigrés trop nombreux, la position vertueuse (antiraciste) laisserait donc à penser que ces derniers ne le seraient pas assez. À moins d’envisager une position médiane (faux derche) selon laquelle il y aurait tout juste assez, mais pas trop d’immigrés non plus.

Il est encore une autre position de bon sens qui tendrait à découpler le phénomène migratoire (qui relève du réel) du racisme (relatif au seul ressenti). Car si ces immigrés sont européens, roumains par exemple, quid de ce racisme présumé entre Caucasiens, tel qu’on dit aux USA ? Bref, à force de positions plus ou moins acrobatiques, on finit par passer du champ politique au Kama-Sutra dialectique.

Évidemment, ce sont généralement les mêmes qui nous assurent que le salut de la planète nous viendra du métissage, tout en nous assénant que les races n’existent pas. Mais comment mélanger ce qui n’existe pas, je vous le demande, ma bonne dame ?

En revanche, l’humanisme, frelaté et bien instrumentalisé, peut faire bon ménage avec les basses combinaisons politiques. La preuve par SOS Racisme, ligue de vertu dans laquelle œuvraient, en coulisses, des organisations aussi recommandables que l’UNEF (Union nationale des étudiants de France) ou la LCR (Ligue communiste révolutionnaire). Aux manettes ? L’Élysée et un Mitterrand matois brandissant le spectre d’un racisme fantasmé pour empêcher l’alliance, logique à l’époque, des trois droites d’alors : FN, UDF et RPR.

Au-delà du tour de passe-passe magistralement orchestré, il y a surtout eu l’importation, en France, de la très américaine théorisation d’un racialisme n’ayant pas grand-chose à voir avec notre culture catholique, à rebours de son homologue protestante et anglo-saxonne.

Le drame, c’est qu’à force d’expliquer à nos Français « de branche » que tous leurs malheurs venaient de la malveillance de leurs compatriotes « de souche », les uns ont fini par se croire victimes des racistes, alors que les autres étaient poussés à le devenir peu ou prou.

Pour tout arranger, le vaccin de la pleurniche a été inoculé à doses massives à une jeunesse issue de l’immigration, déjà en proie au malaise identitaire et qui n’avait guère besoin d’un discours racialiste ramenant le Blanc à sa position d’éternel dominant et le non-Blanc à sa posture de dominé historique, sachant que dans le registre d’émancipation, on avait déjà vu mieux…

Nicolas Gauthier

https://www.bvoltaire.fr/plus-raciste-quun-raciste-un-antiraciste/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=plus-raciste-quun-raciste-un-antiraciste&utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=e6e5e5c78f-MAILCHIMP_NL&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-e6e5e5c78f-30707081&mc_cid=e6e5e5c78f&mc_eid=b338f8bb5e

Une immigrée Africaine aux manifestants de BLM : « Black Lives Matter est une blague – vous êtes les racistes »

« Black Lives Matter est une blague. Vous êtes les racistes », a déclaré Nestride Yumga près de chez elle à Washington.

Les activistes de Black Lives Matter sont « les racistes » parce que « lorsque les Noirs tuent des Noirs, ils ne sortent pas et ne font pas cette merde. La seule fois où ils font cette merde, c’est quand une personne blanche le fait », a déclaré Nestride Yumga dimanche aux manifestants de BLM, une citoyene Américaine qui a immigré d’Afrique.

Vidéo avec les sous-titres : « Chaque jour un noir est tué par un noir à Chicago, où est #BlackLivesMatter ? »

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo

Une autre vidéo traitant du même sujet : « En tant qu’afro-americain j’ai 2000 fois plus de chances de me faire tuer par un autre Afro-américain que par un blanc ou un policier. »

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo

Rapport du WesternJournal : Yumga a dénoncé l’hypocrisie de Black Lives Matter pour avoir refusé de reconnaître les quantités exponentielles de crimes entre noirs, en particulier à Chicago et dans d’autres villes démocrates.

« Quand des Noirs tuent des Noirs, ils ne sortent pas pour faire cette merde », a-t-elle déclaré. « La seule fois qu’ils font cette merde, c’est quand un blanc le fait. »

94 % des victimes noires d’homicides entre 1976 et 2005 ont été tuées par d’autres Afro-Américains, a rapporté la National Review l’année dernière.

Au cours du week-end du Memorial Day à Chicago, 84 personnes ont été blessées par la violence armée et 24 d’entre elles sont mortes, rapporte le Chicago Sun-Times.

Yumga a tenté de signaler des faits comme ceux-ci, mais a rencontré une ignorance volontaire et une combativité.

« Allez à Chicago. Ils n’ont pas d’école et ils meurent tous les jours. Ils n’ont pas d’importance [pour vous] parce que vous ne pouvez pas attirer l’attention à partir de là », a-t-elle dit aux manifestants.

Alors que les politiciens démocrates ignorent la dévastation économique et sociétale de leurs politiques, c’est le président Donald Trump qui a mis en place des stratégies telles que les « zones d’opportunité » pour aider les quartiers négligés.

On a dit à Yumga de « se taire », et d’autres ont marmonné que ce qu’elle disait n’était pas le bienvenu.

Cependant, elle a refusé de laisser la foule croissante autour d’elle la convaincre qu’elle est opprimée à cause de la quantité de mélanine dans sa peau.

« Bande d’hypocrites ! Allez au sud-est de Washington, au nord-est de Washington. Dites-leur que la vie des Noirs compte ! Si ça compte, ça devrait compter partout. Vous êtes des hypocrites, des chercheurs d’attention. La vie des Noirs devrait avoir de l’importance partout. Il ne faut pas être un flic blanc pour tuer un Noir [pour que sa vie] ait de l’importance », poursuit Yumga.

Au lieu de se plier à ses critiques hostiles, Yumga a persisté à défendre le pays qui lui a tant apporté.

« Je suis fière de mon pays, et je ne veux pas que mon pays soit dépeint comme cela », a déclaré Yumga à Breitbart News.

Elle a également refusé de tomber dans le piège de la victimisation auquel tant de personnes ont succombé.

« L’idée est de créer un groupe de personnes qui se sentent opprimées, OK ? » a déclaré Yumga. « Parce que plus ils se sentent opprimés, plus ils vont chercher une sorte d’égalisation. »

« Personne n’est opprimé en Amérique », dit-elle, expliquant qu’en tant qu’étrangère, elle apprécie les opportunités que ce pays lui offre.

« Je ne suis pas opprimée », a déclaré Mme Yumga avec assurance.

Elle a condamné les violences de toutes sortes, y compris la mort de George Floyd en garde à vue. Mais cela n’a pas suffi à apaiser la foule.

Le signal de la vertu ne peut pas vous mener bien loin. Yumga a montré que lorsque les faits sont évoqués, le récit artificiel de Black Lives Matter n’a pas de base solide pour se tenir debout.

EN BANDE SON :

5 réponses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s