ANTIFA

Où est l’omelette ? Black Lives Matter Chicago répond à la question de George Orwell

Où est l’omelette ? Black Lives Matter Chicago répond à la question de George Orwell

« On ne peut pas faire d’omelette sans casser des œufs. » À l’époque de George Orwell – dans les années 1930 – c’est ce que les partisans d’une révolution marxiste violente disaient souvent pour se justifier.

Orwell, l’auteur étonnamment prescient de 1984, avait une réponse simple : « Où est l’omelette ? »

Un regard honnête sur l’omelette offerte par Black Lives Matter est attendu depuis longtemps, en particulier pour BLM Chicago.

Que veulent-ils ? Ses partisans et ses apologistes le savent-ils ?

Où est leur omelette ?

Patrisse Cullers, co-fondatrice de BLM

Dans une interview sur Black Lives Matter, son co-fondateur national, Patrisse Cullors, a déclaré : « Nous avons en fait un cadre idéologique. Moi-même et Alicia [Alicia Garza, une autre co-fondatrice] en particulier, nous sommes des organisateurs qualifiés. Nous sommes des marxistes de formation. »

Les BLM de Chicago sont également formés.

Regardez la réunion vidéo qu’ils ont organisée la semaine dernière, intitulée « Black Abolitionist Huddle: On How We Win Police Abolition » (Le rassemblement des abolitionnistes noirs : Comment gagner l’abolition de la police.). Vous verrez que beaucoup d’entre eux maîtrisent parfaitement la rhétorique marxiste, en particulier la version moderne axée sur le renversement du « capitalisme en phase terminale ».

Sur Twitter, BLM Chicago a déclaré ceci, que vous pourriez imaginer venir d’un Vladimir Lénine, vingt ans, réincarné et réveillé :

Restez dans les rues ! Le système nous lance toutes les tactiques de diversion et de démobilisation. Nous nous battons pour mettre fin au maintien de l’ordre et aux prisons en tant que système qui nécessite la lutte contre l’impérialisme capitaliste hétéropatriarcal suprémaciste blanc. Examinez vos camarades et restez concentrés.

Cette vidéo de BLM Chicago et ses autres déclarations devraient également mettre un terme à la propagande persistante selon laquelle sa demande de financement de la police signifie en fait qu’il faut simplement ré-imaginer le fonctionnement de la police et réorienter partiellement les ressources.

Cela signifie abolir la police. C’est leur mot d’ordre.

Abolir les prisons aussi. Voici leur position à ce sujet.

Ne vous arrêtez pas là. Tout le département de l’administration pénitentiaire doit disparaître. Sur Twitter, BLM Chicago a dit :

Nous disons #DefundThePolice et #DefundDepOfCorrections parce qu’ils travaillent en tandem. L’augmentation des incarcérations de masse s’est produite parallèlement à la montée de la militarisation et de la police de masse. Elles doivent être abolies en tant que système.

Ce qu’ils ne disent pas est peut-être plus important que ce qu’ils disent. Il n’y a pas de condamnation de la violence. Les graffitis de BLM couvrant une grande partie de Chicago, il ne fait aucun doute que de nombreux membres et sympathisants ont participé au vandalisme.

L’évolution de BLM avec le marxisme a été joliment décrite par The Federalist en 2016, qui a montré comment certaines parties de la plate-forme de BLM se lisent comme si elles avaient été directement tirées des pages du Manifeste communiste de Karl Marx. La popularité de BLM s’est affaiblie à cette époque et les politiciens ont commencé à éviter de le mentionner, principalement en raison de ses positions controversées.

BLM est néanmoins devenu un courant dominant au cours des deux derniers mois. Il est facile de trouver des pancartes de cour de BLM et des personnes apparemment raisonnables qui ont marché avec des BLM ou porté ses pancartes.

Je connais certains de ses apologistes et de ses partisans, et vous aussi peut-être. Certains ont défilé. Certains sont des amis. Ils sont pacifiques et ont des principes, tout comme la plupart des manifestants, et en ont vraiment assez de l’inégalité raciale et de la mauvaise conduite de la police.

Mais eux aussi doivent répondre à la question d’Orwell. Où est l’omelette ?

Plus précisément, quelle est l’omelette que BLM espère servir, selon eux ? Pourquoi l’indifférence au soutien d’une révolution marxiste violente et l’anarchie de l’abolition de la police et des prisons ?

Les explications les moins charitables sont qu’ils sont tout simplement stupides ou mal informés – ignorant ce qu’est le mouvement BLM.

D’autres comprennent parfaitement et approuvent. Ces explications expliquent une partie du soutien apporté par le BLM.

Une explication plus charitable s’applique probablement à la plupart de ceux qui adoptent BLM, à savoir qu’ils cherchent seulement à faire une déclaration sur les fautes de la police et la justice raciale, et qu’ils pourraient pointer du doigt certaines des autres actions de BLM, comme les banques alimentaires.

« Black Lives Matter » n’est aussi qu’une expression, pourraient-ils dire ; peu importe l’organisation. Et l’organisation compte de nombreux chapitres qui ne chantent pas tous la même chanson. Ils pourraient pointer du doigt la page Facebook de BLM qui dit : « Ce groupe est l’une des nombreuses itérations de #BlackLivesMatter : un mouvement, une rébellion, une affirmation, une intervention… et bien d’autres choses encore. »

Mais c’est précisément ce flou sur la formulation, l’organisation et le pouvoir diffus qui rend BLM dangereux. Il permet aux manifestants pacifiques d’être utilisés comme des pions qui portent leurs pancartes et éloignent les forces de l’ordre des émeutiers. Il aspire les personnes bien intentionnées mais crédules, surtout les jeunes. Plus important encore, son leadership débridé et la vague distinction d’une phrase ambiguë sont le cocktail parfait pour enivrer la société dans la stupeur indispensable au succès des révolutions violentes : le chaos.

Disons-le plus crûment : Les partisans bien intentionnés de BLM se font avoir. La majorité de ceux qui utilisent l’expression BLM ou qui soutiennent l’organisation sont utilisés au nom d’une insurrection violente et chaotique.

Ils soutiennent également, délibérément ou non, la foule non violente mais vicieuse qui court maintenant sans être contestée à travers l’Amérique.

Bien que deux fois plus d’Américains et une majorité de Noirs américains préfèrent l’expression « All Lives Matter » à « Black Lives Matter », le fait de dire cela peut vous faire renvoyer. Grant Napear, un vétéran de 32 ans de la voix des Rois de Sacramento à la télévision, a perdu son emploi simplement pour avoir dit « All Lives Matter, every single one » (Toutes les vies comptent, chacune.).

Des histoires similaires font maintenant la une des journaux télévisés.

Le sondage ne fait donc que souligner l’ampleur de la purge potentielle par la foule.

Statue renversée de George Washington

Démolir une statue de George Washington ou de Thomas Jefferson et l’asperger de BLM ? Pas de problème. La police se tient à l’écart. Mais remettre en question BLM mettra votre carrière et votre réputation en danger.

Ne vous attendez pas à ce que les partisans de BLM répondent à la question d’Orwell sur l’omelette qu’ils pensent obtenir en cassant des œufs, car ils considèrent eux aussi les questions comme racistes.

Si vous voulez la réponse d’Orwell, la voici, tirée du roman 1984 :

Chaque disque a été détruit ou falsifié, chaque livre a été réécrit, chaque photo a été repeinte, chaque statue et chaque bâtiment de la rue a été renommé, chaque date a été modifiée. Et le processus se poursuit jour après jour et minute après minute. L’histoire s’est arrêtée.

Une chose que BLM dit devrait être universellement acceptée, mais pour des raisons différentes. « Le silence, c’est la violence », disent-ils.

En effet, il l’est.

Si les deux tiers des Américains qui croient que toutes les vies comptent continuent de se taire, ils s’attendent à plus de violence pour de nombreuses raisons.

  • Le racisme augmentera grâce à des passions délibérément enflammées par la politique identitaire.
  • La pauvreté s’envolera à mesure que les entreprises fuient Chicago et d’autres grandes villes.
  • Les budgets réduits et les prisons vidées surchargeront les services de police.
  • L’effet Ferguson encouragera les voyous, dans un premier temps, mais les mauvais élèves de la police réagiront plus tard avec véhémence.
  • Et les marxistes entraînés poursuivront leur rêve d’insurrection violente.

Voilà votre omelette.

Source : Wirepoints Illinois News – Traduit par Anguille sous roche

Shaun King exhorte les extrémistes à démolir les statues de la « suprématie blanche » de Jésus-Christ

L’extrémiste de gauche Shaun King a exhorté d’autres personnes à démolir toutes les statues de Jésus qui le dépeignent comme un « Européen blanc » parce qu’elles sont « une forme de suprématie blanche ».

« Oui, je pense que les statues de l’Européen blanc qu’ils prétendent être Jésus devraient également être démolies », a écrit King.

« Elles sont une forme de suprématie blanche. Elles l’ont toujours été. Dans la Bible, lorsque la famille de Jésus voulait se cacher et se fondre dans la masse, devinez où ils sont allés ? ÉGYPTE ! Pas au Danemark. Démolissez-les. »

« Oui. Toutes les peintures murales et les vitraux de Jésus blanc, et de sa mère européenne, et de leurs amis blancs devraient également être démolies », a poursuivi M. King, selon Fox News.

« Ils sont une forme grossière de suprématie blanche. Créés comme des outils d’oppression. Propagande raciste. On devrait tout démolir. »

Depuis 2015, King a déclaré que les célébrations chrétiennes de Noël et de Pâques sont des « outils de la suprématie blanche ».

L’activiste, qui a joué le rôle de substitut officiel dans une publicité politique publiée par l’ancienne campagne présidentielle du sénateur Bernie Sanders, s’est décrit de plusieurs façons : journaliste, activiste contre le racisme, et « activiste des droits civils » dans la publicité de Sanders, en particulier.

Alors que King est en train de tweeter ses remarques sur les statues de Jésus alors que des foules violentes alimentées par Black Lives Matter et Antifa détruisent des monuments historiques, il a lui-même été expulsé du mouvement Black Lives Matter par ses dirigeants en décembre 2015 en raison de questions sur l’« intégrité » de la collecte de fonds des activistes.

King a également reçu une bourse d’Oprah Winfrey pour fréquenter le Morehouse College, une école historiquement noire, et a ensuite nié avoir menti sur sa race lorsqu’il a fait sa demande de bourse.

L’universitaire de Cambridge qui a tweeté « La vie des blancs n’a pas d’importance » reçoit une promotion

L’institution récompense Priyamvada Gopal pour avoir publié un discours de haine raciste.

L’université de Cambridge a réagi à l’une de ses universitaires qui a tweeté « White Lives Don’t Matter » en ignorant le contrecoup et en la promouvant à un poste de professeur titulaire.

Comme nous l’avons souligné hier, la controverse a commencé lorsque le Dr Priyamvada Gopal, universitaire anglaise et boursière Churchill, a tweeté « abolir la blancheur » et « je le répète »« La vie des blancs n’a pas d’importance ».

Cela a donné lieu au lancement d’une pétition pour son licenciement, qui compte actuellement près de 15 000 signatures.

Cependant, l’université et les médias ont réagi en essayant de faire croire que Mme Gopal était « abusée » par une foule haineuse, la graciant complètement pour ses commentaires ouvertement racistes.

Malgré le fait que Twitter a maintenant retiré le tweet original de Gopal pour discours de haine, l’université de Cambridge elle-même a récompensé l’universitaire.

« Merci à tous ceux qui ont écrit à @Twitter : l’interdiction ridicule a été levée. Je suis donc ravi de partager avec vous personnellement, que la nuit dernière, Cambridge m’a promu à un poste de professeur à part entière », a tweeté Gopal. « Les emails haineux et les menaces arrivent sans arrêt, mais @CambridgeCops y donne suite. »

Elle a également rejeté la faute sur « les personnes qui élisent des gens comme Trump et (Boris) Johnson ».

L’université de Cambridge a donc littéralement récompensé Gopal pour avoir publié un discours de haine raciste.

Leur approche envers un autre universitaire, Noah Carl, a été quelque peu différente après que 500 universitaires aient signé une lettre contestant les recherches de Carl sur la race et l’intelligence. Il a été rapidement renvoyé.

L’université de Cambridge, qui était autrefois réputée pour être l’un des établissements d’enseignement les plus prestigieux au monde, se proclame aujourd’hui fièrement un lieu sûr pour les vils racistes – et ils vont l’enseigner à vos enfants !

Une chaîne publique australienne demande : « Les échecs sont-ils racistes ? »

Parce que les pions blancs se déplacent en premier.

Le diffuseur public australien ABC, financé par les contribuables, fait face au ridicule après avoir annoncé qu’il organiserait un débat pour savoir si les échecs sont racistes parce que l’équipe blanche passe traditionnellement en premier selon les règles du jeu.

Un ancien membre de la Fédération australienne des échecs a découvert que le débat allait avoir lieu lorsqu’un producteur de radio lui a demandé d’y participer.

« ABC considère que les échecs sont racistes car les blancs passent toujours en premier », a tweeté John Adams, ajoutant : « Faites confiance au diffuseur national financé par les contribuables pour appliquer les cadres idéologiques marxistes à tout et n’importe quoi en Australie ! »

Des Australiens furieux se sont rendus sur Twitter pour exprimer leur indignation face au fait qu’ABC gaspille de l’argent et du temps sur une question aussi insignifiante.

« Les gens veulent que le diffuseur national se concentre sur des questions plus importantes », a déclaré l’un d’entre eux. « Les gens se battent avec l’économie, avec leur santé, avec le verrouillage. Ils ne veulent pas que leur argent soit gaspillé dans des conneries. »

Cependant, l’expert australien en échecs Kevin Bonham a déclaré qu’il prendrait part au débat, qui doit avoir lieu aujourd’hui.

Il s’avère que la première équipe blanche n’a absolument rien à voir avec le « racisme » et 5 minutes de recherche superficielle auraient confirmé ce fait.

Les pièces ont été teintes en blanc ou en noir parce que c’étaient les couleurs les plus disponibles à l’époque où le jeu a été inventé dans le nord-ouest de l’Inde.

La règle selon laquelle les blancs jouent en premier fait partie d’un effort de standardisation des échecs à des fins de compétition internationale au XIXe siècle et n’a littéralement rien à voir avec la race.

Mais nous vivons en 2020, et tout est potentiellement raciste s’il y a un pouvoir ou une influence des médias sociaux à gagner.

Black Lives Matter : « Si le pays ne nous donne pas ce que nous exigeons, nous allons brûler le système »

Le président Hawk Newsome de la branche Black Lives Matter de New York a proféré des menaces terroristes lors de son interview sur Fox News mercredi soir.

Newsome a déclaré à la journaliste de Fox News, Martha MacCallum, que « si Black Lives Matter n’obtient pas ce qu’elle veut, ils brûleront le système ».

« Si ce pays ne nous donne pas ce que nous exigeons, alors nous brûlerons ce système et le remplacerons.. Je pourrais parler au sens figuré. Je pourrais parler au sens littéral. C’est une question d’interprétation », a déclaré Newsome.

Voici l’extrait :

  • 99% des Américains ignorent les vraies intentions de Black Lives Matter.
  • Ils ne savent pas que cette organisation politique d’extrême gauche a été fondée par trois marxistes Patrisse Cullors, Alicia Garza, et Opal Tometi.
  • Ils ne savent pas qu’il existe une différence entre le slogan « black lives matter », qui représente un message auquel tout le monde accepte volontiers de s’identifier, en ajoutant ou pas « all lives matter », et l’organisation Black Lives Matter.
  • Et ils ne savent pas que George Soros a financé (1) Black Lives Matter à hauteur de 33 millions de dollars par l’intermédiaire de sa fondation, Open Society. Le directeur d’Open Society a cependant contesté cette affirmation.

Open Society Foundation a dépensé plus de 826 millions de dollars en 2014.

© Christian Larnet pour Dreuz.info.

  1. https://www.washingtontimes.com/news/2015/jan/14/george-soros-funds-ferguson-protests-hopes-to-spur/
  2. https://www.dreuz.info/2020/06/25/black-lives-matter-si-le-pays-ne-nous-donne-pas-ce-que-nous-exigeons-nous-allons-bruler-le-systeme/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29

Le conseil municipal de Minneapolis approuve la mesure visant à abolir les forces de l’ordre

Vendredi, le conseil municipal de Minneapolis a approuvé à l’unanimité une mesure visant à abolir le commissariat de police de la ville – une proposition radicale dans le contexte des efforts déployés à l’échelle nationale par des militants pour couper les fonds des services de police locaux.

Le vote à 12 voix contre 0 ne démantèlera pas automatiquement le département, mais constitue une première étape d’un long processus législatif qui devra finalement bénéficier du soutien populaire des habitants de la ville lors des élections de novembre.

La proposition a gagné en popularité parmi les membres du conseil municipal au milieu des nombreuses protestations et émeutes qui ont eu lieu dans la ville après le meurtre de George Floyd par un officier de police de la ville le mois dernier.

L’officier Derek Chauvin s’est agenouillé sur la nuque de Floyd jusqu’à ce que ce dernier perde conscience et finisse par succomber, un événement qui a été filmé. Le meurtre de Floyd a déclenché des protestations nationales contre la brutalité policière et a déclenché des efforts pour défrayer ou abolir les forces de police dans les villes de tout le pays.

Le vote pour l’abolition des forces de l’ordre vendredi nécessitera la modification de la charte de la ville. Un projet d’amendement qui a été mis en ligne suggère de remplacer la force par un « Département de la sécurité communautaire et de la prévention de la violence ».

Le département suggéré serait composé d’officiers de la paix et assurerait la sécurité publique par « une approche holistique, orientée vers la santé publique ».

Les membres du conseil municipal espéraient capitaliser sur le soutien de la population pour abolir le département au milieu des protestations dans la ville et à travers le pays avant le vote vendredi.

« Il est temps de procéder à des changements structurels », a déclaré Steve Fletcher, membre du conseil, à l’Associated Press avant le vote. « Il est temps de repartir de zéro et de réinventer la sécurité publique ».

La proposition devra passer par un comité, puis être examinée par la commission de la charte de la ville, puis approuvée à nouveau par l’ensemble du conseil municipal d’ici le 21 août.

Le maire de Minneapolis, Jacob Frey, ne soutient pas la proposition et a le pouvoir d’y opposer son veto.

Traduction du NY Post par Aube Digitale

« Est-ce que le mot de racisme aura encore une signification quelconque pour eux ? De mon temps, il prenait déjà des sens si divers que ce qui n’était pour moi que la simple constatation de l’incompatibilité des races lorsqu’elles se partagent un même milieu ambiant, devenait aussitôt, pour la plupart de mes contemporains, un appel à la haine et un crime contre la dignité humaine. »  — Jean Raspail, Le Camp des Saints (1973), éd. Robert Laffont, 2011 (ISBN 9782221123966), p. 387-388

« Dans cette guerre raciale qui fait rage, la non-violence est l’arme des multitudes. La violence celle des minorités attaquées. Nous nous défendrons. Nous serons violents. » — Jean Raspail, Le Camp des Saints (1973), éd. Robert Laffont, 2011 (ISBN 9782221123966), p. 177

EN BANDE SON : 

4 réponses »

  1. Quoi de mieux que de dresser un parallèle avec 2 images… Elles valent tous les discours et elles résument une vérité de situation qu’aucun babillage pseudo argumentatif ne saurait masquer. La Vérité par l’image:
    https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/ ou sur le site source: https://www.sport-express.ru/football/women/news/amerikanskaya-futbolistka-otkazalas-preklonit-koleno-i-podderzhat-black-lives-matter-1686823/

    Puis celle mieux connue sous l’intitulé: August Landmesser, l’Homme qui refusa de faire le salut nazi: https://www.demotivateur.fr/article/cette-photo-celebre-est-restee-gravee-dans-l-histoire-mais-qui-est-vraiment-cet-homme-qui-a-refuse-de-faire-le-salut-nazi-son-histoire-va-vous-bouleverser–5169

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :