Cela se passe près de chez vous

Bill Gates faisait l’éloge du style de vie du pédophile Jeffrey Epstein : « C’est plutôt intriguant »

Bill Gates faisait l’éloge du style de vie du pédophile Jeffrey Epstein : « C’est plutôt intriguant »

Le New York Times a rapporté que le co-fondateur de Microsoft a été charmé par Jeffrey Epstein, qu’il a rencontré à plusieurs reprises après sa sortie de prison.

Le milliardaire Bill Gates, qui a maintes fois minimisé ses liens avec Jeffrey Epstein, a rendu visite au délinquant sexuel condamné à plusieurs reprises dans les années qui ont suivi la libération d’Epstein, selon une enquête du New York Times publiée samedi.

Bill Gates, le co-fondateur de Microsoft, et Epstein se sont rencontrés à plusieurs reprises à partir de 2011, dont au moins trois fois dans la maison de ville d’Epstein à Manhattan, selon un rapport du Times compilé à partir d’entretiens avec plus d’une douzaine de personnes connaissant la relation, de photographies, d’e-mails et d’autres documents.

Dans un e-mail examiné par le Times, Gates a déclaré à ses collègues en 2011, après sa première rencontre avec Epstein, « Son style de vie est très différent et assez intriguant, même si cela ne marcherait pas pour moi ».

Une porte-parole de M. Gates a déclaré au Times que l’e-mail « faisait uniquement référence au décor unique de la résidence Epstein » et à son « habitude de faire venir spontanément des connaissances pour rencontrer M. Gates ».

Epstein, qui a été inculpé en juillet pour trafic sexuel fédéral et s’est vu refuser la liberté sous caution, s’est suicidé en août dernier dans une prison fédérale.

En septembre, Gates a admis au Wall Street Journal qu’il avait effectivement rencontré Epstein après que le financier ait plaidé coupable d’avoir sollicité un mineur à des fins de prostitution.

« Je l’ai rencontré. Je n’avais aucune relation d’affaires ou d’amitié avec lui. Je ne suis pas allé au Nouveau Mexique, en Floride ou à Palm Beach, ni nulle part ailleurs », a déclaré Gates au Wall Street Journal. « Il y avait des gens autour de lui qui disaient, hey, si vous voulez collecter des fonds pour la santé mondiale et obtenir plus de philanthropie, il connaît beaucoup de gens riches. »

« Chaque réunion où j’étais avec lui était une réunion avec des hommes. Je n’ai jamais été à une fête ou quelque chose comme ça. Il n’a jamais donné d’argent à quoi que ce soit que je connaisse », a ajouté M. Gates.

Epstein et Gates se sont rencontrés pour la première fois en personne, selon le Times, le 31 janvier 2011, dans la maison de ville de l’Upper East Side d’Epstein. Eva Andersson-Dubin, une ancienne Miss Suède qui avait déjà fréquenté Epstein, était également présente avec sa fille de 15 ans pour la rencontre, qui a duré plusieurs heures. (Eva Andersson-Dubin et son mari, Glenn Dubin – un ami et partenaire commercial d’Epstein – ont refusé de commenter l’histoire du Times). Par la suite, Epstein s’est vanté auprès de ses amis et associés : « Bill est génial. »

Selon le rapport, M. Gates a également fait l’éloge d’Epstein le lendemain dans un courriel de son propre chef. « Une très jolie Suédoise et sa fille sont passées et j’ai fini par y rester assez tard », a-t-il dit à ses collègues.

Selon le Times, Epstein a également parlé avec la Fondation Gates et JPMorgan d’un éventuel fonds caritatif mondial de plusieurs milliards de dollars pour la santé qui aurait généré d’énormes frais pour Epstein. Le fonds n’a jamais vu le jour et le représentant de Gates a déclaré que le titan de la technologie et la fondation ne savaient pas qu’Epstein aurait reçu des honoraires pour ce projet.

Bridgitt Arnold, la porte-parole de Gates, a déclaré au New York Times que Bill Gates « regrette » chaque rencontre qu’il a eue avec Epstein.

« Bill Gates regrette d’avoir rencontré Epstein et reconnaît que c’était une erreur de jugement de le faire », a déclaré Arnold au journal. « Gates reconnaît que divertir les idées d’Epstein liées à la philanthropie a donné à Epstein une plateforme imméritée qui était en contradiction avec les valeurs personnelles de Gates et les valeurs de sa fondation. »

Cependant, l’enquête du New Yorker de Ronan Farrow a révélé qu’Epstein a « dirigé » un don de 2 millions de dollars de Gates au Media Lab du MIT en octobre 2014 (ainsi qu’un autre 5,5 millions de dollars de l’investisseur Leon Black).

Epstein était inscrit comme « disqualifié » dans la base de données des donateurs du MIT, a révélé le New Yorker, mais le Media Lab a continué à accepter son argent, marquant le donateur comme anonyme, et l’a même « consulté sur l’utilisation des fonds ».

« Bill Gates aimerait un rapport sur notre programme scientifique pour la semaine prochaine », aurait écrit Epstein dans un e-mail à Joi Ito, le directeur du laboratoire.

Dans un e-mail interne, Ito a écrit : « C’est un cadeau de 2 millions de dollars de Bill Gates, réalisé par Jeffrey Epstein. » Peter Cohen, l’ancien directeur du développement et de la stratégie du laboratoire, a répondu : « Pour les besoins de l’enregistrement du don, nous ne mentionnerons pas le nom de Jeffrey comme étant l’instigateur de ce don. »

CNBC a rapporté qu’Epstein aurait obtenu un rendez-vous avec Gates après avoir fait pression sur ses alliés commerciaux pour qu’ils le soutiennent.

Selon le rapport, le magnat de Microsoft a rencontré Epstein à New York en 2013 avec d’autres riches mécènes pour discuter de la « philanthropie croissante ». Après cette rencontre, Gates aurait fait un tour dans l’avion d’Epstein pour rencontrer sa famille en Floride.

Le Times a également rapporté qu’Epstein et Gates ont été vus en conversation privée lors d’une conférence TED en Californie en 2011.

Après le don de 2 millions de dollars de Gates au MIT en octobre 2014, le milliardaire de l’Internet a apparemment cessé de parler à Epstein, un snobisme dont le financier s’est plaint à une connaissance à la fin de cette année-là. Cependant, le Times a également rapporté qu’au moins deux hauts fonctionnaires de la Fondation Gates ont maintenu le contact avec Epstein jusqu’à la fin de 2017.

Et Gates n’était pas la seule connexion d’Epstein avec Microsoft.

Lorsque le dernier testament d’Epstein a été déposé en août – juste deux jours avant son suicide en cellule – le document nommait Boris Nikolic, un ancien conseiller de Bill Gates et de sa fondation, comme exécuteur testamentaire de secours pour sa succession de 577 millions de dollars.

Nikolic, un investisseur en capital-risque dans le domaine de la biotechnologie qui a travaillé à Harvard, a déclaré qu’il était « choqué » d’apprendre qu’il était inscrit dans le testament. « Je n’ai pas été consulté dans ces affaires et je n’ai aucune intention de remplir ces devoirs, quels qu’ils soient », a-t-il déclaré dans une déclaration obtenue par Bloomberg.

Le mois dernier, le New York Post a rapporté que Nikolic avait formellement refusé d’assumer ce rôle.

Selon le Times, Nikolic aurait été amené dans l’orbite d’Epstein par Melanie Walker, une collègue de la Fondation Gates. Walker a déclaré au Times qu’elle avait rencontré Epstein en 1992, juste après avoir obtenu son diplôme universitaire ; il lui a dit qu’il pouvait lui obtenir un emploi de mannequin chez Victoria’s Secret, la société détenue par son seul client connu, Lex Wexner. Walker a ensuite séjourné dans un immeuble de Manhattan appartenant à Epstein et est resté près de lui au fil des ans.

Nathan Myhrvold, l’ancien directeur de la technologie chez Microsoft, aurait également fréquenté Epstein.

Vanity Fair a rapporté que « Myhrvold est proche d’Epstein depuis des années » et que le financier a visité la société d’investissement de Myhrvold, Intellectual Ventures, avec quelques « jeunes filles » qui ressemblaient à des « mannequins russes ». Myhrvold a ouvertement parlé d’utiliser le jet privé d’Epstein et de séjourner dans ses hôtels particuliers de Palm Beach et de New York, a déclaré une source au magazine.

Le porte-parole de Myhrvold a démenti ces affirmations, déclarant à Vanity Fair que « Nathan n’a aucune connaissance ni aucune implication dans les différents crimes que M. Epstein est accusé d’avoir commis ».

« Il n’a jamais été un client de son entreprise de gestion d’argent, et il n’a jamais fait affaire avec lui d’aucune manière », a ajouté le porte-parole. « À l’époque, Epstein était un habitué des conférences TED et il était un grand donateur pour la recherche scientifique fondamentale, donc bien que Nathan le connaisse et ait socialisé avec lui, c’est exactement là que leur association s’arrête. »

L’ami d’Epstein et ancien avocat, Alan Dershowitz, a cependant tenté de jeter Myhrvold sous le bus pendant des années.

Virginia Roberts Giuffre a accusé Epstein de l’avoir g ardée comme son « esclave » et de l’avoir obligé à coucher avec Dershowitz, le prince Andrew et une foule d’autres hommes célèbres. (La famille royale et le professeur de droit de Harvard ont tous deux rejeté ses accusations).

Dans le cadre de sa défense, Dershowitz prétend que Giuffre a eu des relations sexuelles avec Myhrvold – et non avec lui-même. En effet, le procès en diffamation de Giuffre contre Dershowitz mentionne cette accusation.

« En mai 2015, Dershowitz a demandé des négociations de règlement confidentielles avec les avocats de Mme Roberts, au cours desquelles Dershowitz a cherché à convaincre l’avocat de Mme Roberts que celle-ci se trompait et que la personne à laquelle Epstein avait prêté Mme Roberts était Nathan Myhrvold, et non Dershowitz », selon la plainte.

L’équipe juridique de Giuffre nie l’allégation de Dershowitz.

« L’allégation de Dershowitz selon laquelle Mme Roberts l’aurait confondu avec Nathan Myhrvold a été testée en montrant à Mme Roberts des photos des deux. Il est clair que c’est Dershowitz, et non Myhrvold, avec qui elle a eu des relations sexuelles », affirme le procès.

Traduction de The Daily Beast par Aube Digitale

Affaire Epstein : arrestation de son ex-collaboratrice Ghislaine Maxwell

Ghislaine Maxwell, l’ex-collaboratrice du financier new-yorkais défunt Jeffrey Epstein, accusé de multiples agressions sexuelles sur mineures, a été arrêtée aux États-Unis, a déclaré jeudi un porte-parole du FBI.

L’ex-collaboratrice de Jeffrey Epstein, Ghislaine Maxwell, a été arrêtée aux États-Unis, a confirmé, jeudi 2 juillet, un porte-parole du FBI. Le bureau du procureur fédéral de Manhattan, en charge de l’affaire Epstein, a annoncé une conférence de presse à midi (16 h GMT) pour présenter les chefs d’accusation retenus contre la fille de l’ex-magnat britannique Robert Maxwell.

L’arrestation dans l’État du New Hampshire de Ghislaine Maxwell, 58 ans, détentrice de plusieurs passeports, est un rebondissement majeur dans ce scandale retentissant.

Accusé de multiples agressions sexuelles sur mineures, Jeffrey Epstein était une figure de la jet-set internationale, dont le carnet d’adresses comptait de nombreuses célébrités en Europe et aux États-Unis, y compris le prince Andrew ou l’ex-président américain Bill Clinton, avant d’être arrêté puis d’être retrouvé mort en prison à New York, en août 2019.

Accusée d’avoir joué un rôle dans « l’abus sexuel de mineures » par Jeffrey Epstein

L’acte d’accusation visant Ghislaine Maxwell, rendu public, comporte six chefs d’inculpation, dont conspiration en vue d’inciter des mineures à se déplacer afin de se livrer à des actes sexuels illégaux et parjure.

L’ex-collaboratrice du financier new-yorkais est formellement accusée d’avoir joué un rôle « dans l’exploitation et l’abus sexuel de multiples mineures par Jeffrey Epstein ». Âgée de 58 ans, la fille du magnat des médias Robert Maxwell, mort en 1991, a été accusée dans plusieurs plaintes d’avoir fait venir des filles dans le luxueux appartement d’Epstein à Manhattan.

Ancienne compagne du financier américain qu’elle a rencontré au début des années 1990 à New York, Ghislaine Maxwell était restée une proche associée. Dans un article paru en 2003 dans Vanity Fair, Jeffrey Epstein la présentait comme étant sa « meilleure amie ».

Après la mort du financier new-yorkais, le ministre américain de la Justice avait promis de poursuivre l’enquête et de traquer ses éventuels complices. Ghislaine Maxwell figurait en tête de liste.

Source : MSN.

Le prince Andrew doit s’entretenir avec le FBI après l’arrestation de Ghislaine Maxwell

L’avocat de la défense Jonathan Turley s’est dit surpris que Ghislaine Maxwell, confidente d’Epstein, ait quitté la sécurité relative de Paris pour retourner en Amérique, tout en notant que son arrestation était une « mauvaise nouvelle » pour le prince Andrew.

Maxwell a été arrêtée par le FBI dans le New Hampshire et immédiatement inculpée par les procureurs fédéraux, laissant la possibilité que de nouveaux détails accablants sur le réseau mondial de pédophiles du trafic sexuel d’Epstein soient exposés.

Selon M. Turley, il est surprenant que Maxwell ait décidé de quitter Paris et de se rendre aux États-Unis, étant donné que les lois d’extradition en France l’auraient largement protégée des poursuites.

« Franchement, en tant qu’avocat de la défense, je suis surpris que Maxwell ait risqué de retourner aux États-Unis », écrit Turley. « On pensait qu’elle vivait à Paris. Il était bien connu que le ministère de la Justice poursuivait l’affaire, y compris les demandes d’interview du Prince Andrew. »

Le Prince Andrew doit « arrêter de trouver des excuses » et dire au FBI tout ce qu’il sait sur son amie Ghislaine Maxwell après son arrestation, a déclaré aujourd’hui Gloria Allred, une avocate américaine de renom.

Allred, qui représente 16 accusateurs du pédophile Jeffrey Epstein, a déclaré que le fils de la Reine, âgé de 60 ans, doit « contacter le FBI immédiatement ».

En annonçant l’arrestation de Ghislaine lors d’une conférence de presse à New York, les enquêteurs officiels ont déclaré qu’ils « accueilleraient volontiers le prince Andrew qui viendrait nous parler pour bénéficier de sa déclaration ».

Un acte d’accusation affirme que Maxwell « a aidé, facilité et contribué aux abus de Jeffrey Epstein en l’aidant, entre autres, à recruter, préparer et finalement abuser sexuellement » des filles mineures.

The Sun rapporte : Le prince a dû faire face à des réactions négatives concernant son amitié avec le financier disgracié après que Virginia Roberts, victime d’Epstein, ait déclaré avoir eu des relations sexuelles avec la famille royale à plusieurs reprises.

Le prince Andrew a fermement nié ces allégations et a participé à une interview télévisée sur un accident de voiture où il a affirmé avoir été dans un restaurant Pizza Express le soir où Virginia Roberts prétend qu’ils se sont rencontrés dans une boîte de nuit londonienne.

Les procureurs américains ont maintenant encouragé Andrew à leur parler après l’arrestation ce matin de Maxwell, le proxénète présumé d’Epstein.

Lors de la conférence de presse extraordinaire d’aujourd’hui, le procureur américain par intérim de Manhattan, Audrey Strauss, a déclaré : « Nous serions heureux que le Prince Andrew vienne nous parler, nous aimerions bénéficier de sa déclaration. »

« Nos portes restent ouvertes et nous aimerions l’entendre et bénéficier de sa déclaration. »

Mais ils ont ajouté qu’ils ne feraient pas d’autres commentaires sur le Duc d’York en relation avec l’enquête.

On pense qu’Andrew était chez lui à la Royal Lodge, à Windsor, lorsqu’il a appris que Maxwell avait été attrapé mais qu’un porte-parole de la famille royale avait fermement émis un « non commentaire ».

L’impasse de six mois entre Andrew et le FBI s’est aggravée après que Maxwell ait été arrêté pour avoir prétendument aidé à attirer des jeunes filles mineures qui ont ensuite été abusées sexuellement par Epstein.

L’arrestation de Maxwell va maintenant intensifier les appels pour qu’Andrew se présente et parle de toute implication qu’il aurait pu avoir, malgré le fait qu’il nie avoir commis des méfaits.

Le FBI avait précédemment prétendu que la famille royale n’avait pas répondu à ses questions concernant Epstein, mais le duc a affirmé qu’il avait tenté à plusieurs reprises de contribuer à l’enquête sur le trafic sexuel.

2 réponses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s