Art de la guerre monétaire et économique

Ron Paul : Le pic du Covid au Texas est-il une fake news ? Le COVID-19 est sur le point de perdre son statut d’épidémie aux États-Unis, selon les CDC

Ron Paul : Le pic du Covid au Texas est-il une fake news ?

L’homme n’est ni ange ni bête, et le malheur veut que qui veut faire l’ange fait la bête.

Blaise Pascal – Pensées (1669)

Le 2 juillet, le gouverneur du Texas, Greg Abbott, a publié un décret ordonnant le port de masques faciaux dans tout l’État, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur, lorsqu’il n’est pas possible de maintenir une distance de six pieds entre les personnes. Dans son décret, le gouverneur a cité une augmentation des cas de Covid, une augmentation des tests positifs et une augmentation des hospitalisations comme justification pour obliger les gens à se couvrir le visage en public.

Cette décision n’est pas seulement une violation des libertés civiles de tous les Texans. Abbott a peut-être fondé son décret sur des informations inexactes concernant une « augmentation » des cas de Covid en raison du changement de définition de ce qui constitue un « cas de Covid » par le Département des services de santé de l’État du Texas.

Nous remercions le juge Chris Hill du comté de Collin pour avoir dénoncé à la mi-mai ce qui semble être un mouvement visant à redéfinir ce qui était un cas de « Covid » afin d’ouvrir la porte à une augmentation massive – tout cela pour correspondre à la ligne de conduite des médias grand public selon laquelle une « deuxième vague » était en route.

Lors d’une audience de la Commissioners Court pour le comté de Collin le 18 mai, il a été révélé que si auparavant la détermination d’un « cas » de Covid était un résultat de test confirmé, la définition a soudainement été modifiée pour compter les cas « probables » comme des « cas ». Dans le même temps, le seuil de détermination des cas « probables » a été abaissé à un niveau ridicule.

Comme l’a dit le juge Hill lors de cette réunion du 18 mai, « Si vous avez une fièvre et des maux de tête et que vous vivez dans le comté de Collin, vous remplissez désormais les conditions pour être un cas probable de COVID. Il est remarquable de constater à quel point la norme est maintenant basse ».

Pire encore, une fois qu’un cas « probable » a été déterminé sur la base de critères subjectifs éventuellement sans rapport, jusqu’à 15 personnes en contact possible avec ce cas « probable » ont également été répertoriées comme « cas probables ». Et les « cas probables » étaient considérés comme des cas.

Si l’on répète cette farce à travers le Texas, faut-il s’étonner qu’il y ait eu un « pic » dans les « cas » ?

Par ailleurs, l’affirmation du gouverneur Abbott selon laquelle les hôpitaux étaient surchargés de patients atteints de Covid a été réfutée par les directeurs des hôpitaux de Houston eux-mêmes, qui ont déclaré qu’ils étaient loin de la capacité réelle et qu’ils étaient en fait à peu près au même niveau que l’année dernière.

Il a été démontré que le fondement de l’ »ordre exécutif » inconstitutionnel d’Abbott est faux. Admettra-t-il son erreur ?

Il est encourageant de voir tant de responsables locaux et de comtés du Texas annoncer qu’ils refuseront d’appliquer l’ordonnance anticonstitutionnelle du gouverneur Abbott sur les masques faciaux. Heureusement, l’esprit de liberté et l’amour de la liberté sont toujours vivants au Texas.

La « deuxième vague » est motivée par la propagande. Dans tout le pays, le nombre de tests de Covid est passé d’environ 150 000 à plus de 700 000 par jour. Vous ne pouvez pas traverser Houston en voiture sans voir une rafale de panneaux annonçant « Test Covid Gratuit ! Résultats dans 15 minutes ! » La semaine dernière, Reuters a rapporté que les tests expédiés dans tout le pays par le gouvernement fédéral étaient contaminés.

Les décès dus au coronavirus – même les décès « avec » le coronavirus plutôt que les décès « à cause » du coronavirus – ont diminué de plus de 90 % depuis le pic d’avril. La baisse des décès se poursuit. Cela signifie que nous sommes plus proches de l’ »immunité collective » qui permettra enfin de tuer ce virus. Pourtant, le gouverneur Abbott et d’autres personnes dans tout le pays voient dans cette situation une raison de confiner le pays.

Traduction de The Ron Paul Institute for Peace & Prosperity par Aube Digitale

Le COVID-19 est sur le point de perdre son statut d’épidémie aux États-Unis, selon les CDC

Les décès dus aux coronavirus dans le pays ont presque atteint un niveau où le virus cessera d’être qualifié d’épidémie selon les règles des Centers for Disease Control and Prevention, a rapporté l’agence fédérale vendredi.

Les CDC qualifient un foyer de maladie d’ »épidémie » si le nombre de décès attribuables à la maladie dépasse un certain pourcentage du total des décès par semaine. Ce seuil pour la pneumonie, la grippe et le COVID-19 fluctue légèrement selon la période de l’année, allant d’environ 7 % au plus fort de la saison de la grippe à environ 5 % pendant les mois moins virulents.

Les données des CDC indiquent que les décès dus à ces maladies ont commencé à monter en flèche dans le pays vers la deuxième semaine de mars, atteignant un pic vers le début du mois de mai, puis chutant rapidement par la suite.

Les dernières données montrent que le pourcentage de décès dans le pays attribuables à ces facteurs a atteint, à partir de la dernière semaine de juin, son point le plus bas depuis la fin de l’année dernière, devenant « égal au seuil épidémique actuel de 5,9% », ont déclaré les CDC.

L’agence note que le décompte officiel des décès « va probablement changer au fur et à mesure que de nouveaux certificats de décès seront traités, en particulier pour les dernières semaines ». Pourtant, le nombre de décès attribuables au COVID-19, à la pneumonie et à la grippe a diminué pendant 10 semaines consécutives, a déclaré l’agence sur son site web, suggérant que le COVID-19 pourrait cesser d’être considéré comme une épidémie dans les prochaines semaines.

[Note: Le président Trump continue de lutter contre la peur en s’appuyant sur certains faits : ]

Comme le montre le tableau ci-dessous…

Cette nouvelle est la bienvenue car la crainte d’une « seconde vague » du virus s’est emparée des États-Unis, certains États connaissant de nouvelles flambées de COVID-19 ainsi qu’une augmentation des hospitalisations.

Bien que les infections aient augmenté de manière significative dans certains endroits, le nombre de décès dans tout le pays est resté stable, probablement en raison de plusieurs facteurs, dont une cohorte d’infections plus jeune ainsi que de meilleures méthodes de traitement.

Docteur de Stanford : le taux de mortalité du COVID chez les personnes de moins de 45 ans est de « presque 0% »

Le président de la prévention des maladies de l’université de Stanford a critiqué l’utilisation de mesures de confinement à l’échelle de l’État en réponse au coronavirus, affirmant qu’elles ont été mises en œuvre sur la base de mauvaises données et d’une modélisation inexacte.

« Il existe déjà plus de 50 études qui ont présenté des résultats sur le nombre de personnes dans différents pays et lieux qui ont développé des anticorps contre le virus », a déclaré le Dr John Ioannidis lors d’un récent entretien avec le reporter grec.

« Bien sûr, aucune de ces études n’est parfaite, mais cumulativement, elles fournissent des preuves composites utiles. Une estimation très grossière pourrait suggérer qu’environ 150 à 300 millions de personnes ou plus ont déjà été infectées dans le monde, soit bien plus que les 10 millions de cas documentés ».

Ioannidis a souligné que le taux de mortalité est faible chez les jeunes qui ont contracté le virus.

« Le taux de mortalité dans un pays donné dépend beaucoup de la pyramide des âges, des personnes infectées et de la manière dont elles sont prises en charge », a déclaré M. Ioannidis.

« Pour les personnes de moins de 45 ans, le taux de mortalité lié à l’infection est de presque 0 %. Pour les personnes de 45 à 70 ans, il est probablement d’environ 0,05 % à 0,3 %. Pour les personnes de plus de 70 ans, il augmente considérablement ».

Depuis le début de la pandémie en février, plus de 2,6 millions de personnes aux États-Unis ont contracté le virus et 128 000 en sont mortes.

Plusieurs États ont connu des pics de cas, en particulier dans le sud-est du pays, où les mesures de confinement ont été levées plus tôt que dans d’autres États.

Le taux de mortalité à l’échelle nationale semble diminuer, cependant, une tendance que les autorités sanitaires américaines attribuent à une tranche d’âge plus jeune en termes d’infection. Le taux national de mortalité d’un jour dû au virus est tombé à son niveau le plus bas en trois mois le mois dernier. De plus, le Massachusetts n’a signalé aucun nouveau décès imputable au coronavirus mardi, pour la première fois depuis le mois de mars.

Le Dr Anthony Fauci, le principal expert en maladies infectieuses du pays, a déclaré le mois dernier que l’augmentation du nombre de cas est partiellement due à l’expansion des capacités nationales de dépistage et à la réouverture progressive des économies locales.

« Si vous testez davantage, vous risquez de détecter davantage d’infections », a déclaré le Dr Fauci.

« Une fois que vous voyez que le pourcentage est plus élevé, alors vous devez vraiment être prudent – parce qu’alors, vous voyez vraiment des infections supplémentaires que vous ne voyiez pas avant ».

Ioannidis s’est demandé si le taux d’infection et le taux de mortalité valaient la peine de paralyser l’économie américaine pendant des mois.

« Des conséquences majeures sur l’économie, la société et la santé mentale se sont déjà produites », a-t-il déclaré.

« J’espère qu’elles sont réversibles, et cela dépend dans une large mesure de la question de savoir si nous pouvons éviter de prolonger les confinements draconiens et parvenir à gérer le COVID-19 selon une approche intelligente et ciblée sur les risques plutôt que de tout arrêter aveuglément ».

Traduction de The Washington Examiner par Aube Digitale

Pourquoi personne ne devrait croire que le COVID-19 est le fruit de la nature

Après six mois d’enquête exhaustive, la communauté scientifique mondiale a été incapable d’identifier la source naturelle du COVID-19, c’est-à-dire le moment, le lieu et la manière dont il a « sauté » des animaux aux humains.

Certains laissent maintenant entendre que nous ne connaîtrons peut-être jamais l’origine naturelle du COVID-19.

Dans un article récemment publié par la revue scientifique internationale Nature, les progrès, ou l’absence de progrès, dans l’identification de la source naturelle du COVID-19 ont été passés en revue.

Selon l’article, le COVID-19 provient probablement des chauves-souris, plus précisément de chauves-souris fer à cheval, qui sont les hôtes de deux coronavirus étroitement apparentés, nommés RaTG13 et RmYN02, dont les génomes sont identiques à 96% et 93% respectivement au COVID-19.

Les deux coronavirus ont été isolés chez des chauves-souris dans la province du Yunnan, RaTG13 en 2013 et RmYN02 en 2019, et ont été étudiés à l’Institut de virologie de Wuhan.

Wuhan est le lieu d’origine de l’épidémie du COVID-19 et se trouve à environ 1 500 km du Yunnan.

L’article de Nature ne mentionne pas que le RaTG13 est en fait un double d’un autre coronavirus de chauve-souris, le BtCoV/4991, au sujet duquel il n’existe pratiquement aucune donnée expérimentale publiée depuis son isolement en 2013, bien qu’il soit clairement un agent pathogène pandémique potentiel.

C’est-à-dire qu’à l’exception de la structure, analysée uniquement par des scientifiques chinois, on ne sait pratiquement rien sur le RaTG13.

L’article de Nature ne mentionne pas non plus que le domaine de liaison au récepteur du RmYN02 ne présente qu’une identité de séquence à 61,3 % celle du COVID-19, ce qui signifie qu’il est très peu probable que le RmYN02 puisse même se lier aux cellules humaines.

L’article de Nature suggère que les pangolins (fourmiliers écailleux), pourraient être un hôte intermédiaire parce que certains coronavirus de pangolins »partagent jusqu’à 92% de leur génome » avec le COVID-19, probablement pour combler le fossé entre les chauves-souris et les humains.

Interrogé sur cette possibilité, le Dr Ralph Baric, un expert en coronavirus de l’Université de Caroline du Nord, a déclaré sans équivoque, lors d’une interview réalisée le 15 mars 2020, que les pangolins n’étaient pas à l’origine du COVID-19 :

« Les pangolins ont plus de 3 000 nucléotides modifiés – ils ne sont en aucun cas les espèces réservoirs [du COVID-19], absolument aucune chance. »

Néanmoins, le domaine de liaison aux récepteurs du COVID-19 est structurellement plus proche des pangolins que des chauves-souris, ce qui indique un événement recombinant, dans ce cas, probablement artificiel.

En fait, Ralph Baric et Zheng-Li Shi, la « femme chauve-souris » de l’Institut de virologie de Wuhan, ont effectué une telle insertion artificielle du domaine de liaison au récepteur à partir d’un coronavirus de chauve-souris nouvellement isolé (SHC014) sur « l’épine dorsale » du SARS-CoV, le coronavirus responsable de la pandémie de 2003.

Dans une interview accordée le 9 décembre 2019, le Dr Peter Daszak, président de l’Alliance EcoHealth et collaborateur de longue date de l’Institut de virologie de Wuhan, faisant probablement référence aux expériences de Ralph Baric-Zheng-Li Shi, a déclaré que « vous pouvez les manipuler en laboratoire assez facilement » en insérant une protéine de spicule »dans l’épine dorsale d’un autre virus ».

Ainsi, un événement de recombinaison artificielle réalisé en laboratoire expliquerait bien mieux les structures de type pangolin apparaissant sur la colonne vertébrale d’un coronavirus de chauve-souris que celles qui se produisent dans la nature, du moins dans l’état actuel des connaissances.

Le signe le plus évident de la manipulation génétique du COVID-19 est la présence d’un site de clivage de la protéase à furine, une structure qui n’est présente dans aucun des coronavirus identifiés jusqu’à présent comme des ancêtres directs possibles.

Les auteurs de l’article sur le RmYN02 poussent la crédulité encore plus loin en affirmant que le RmYN02 possède un site de clivage précurseur.

En réalité, il s’agit d’une faible tentative d’offrir une explication naturelle à la présence du site de clivage de la protéase à furine dans le COVID-19.

Malheureusement, la séquence d’acides aminés PAA, l’insertion citée par les auteurs, est chimiquement neutre, totalement différente de la séquence PRRAR polybasique du COVID-19 et PAA n’a pas la capacité de cliver quoi que ce soit.

Sur la base des preuves actuelles, il est peu probable que le RmYN02 soit un proche parent naturel du COVID-19.

Bien que le COVID-19 semble avoir été « pré-adapté » pour infecter les humains, l’insertion artificielle du site de clivage de la protéase à furine pourrait expliquer une mutation ponctuelle potentiellement importante du COVID-19 qui pourrait avoir augmenté son infectiosité.

Selon l’article « La mutation D614G dans la protéine de spicule du SARS-CoV-2 réduit l’excrétion de S1 et augmente l’infectiosité », au cours de la pandémie humaine, une position d’acide aminé a changé, passant de l’acide aspartique à la glycine, augmentant la stabilité de la protéine de pointe et, par conséquent, faisant de COVID-19 un agent infectieux plus important.

Comme le suggèrent les auteurs, cette mutation pourrait avoir été ce que l’on appelle une « sélection positive » pour compenser l’instabilité structurelle créée après l’insertion artificielle du site de clivage de la protéase à furine.

Il incombe maintenant à la Chine de démontrer que le COVID-19 est d’origine naturelle, car la plupart des preuves disponibles indiquent le contraire.

Traduction de WIONews.com par Aube Digitale

EN BANDE SON :

2 réponses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s