COVID-19

Tucker : Nous avons besoin d’un mouvement anti-confinement fondé sur des principes

Tucker : Nous avons besoin d’un mouvement anti-confinement fondé sur des principes

« Obusite » est une bonne façon de décrire l’ambiance qui règne aux États-Unis pendant une bonne partie du printemps 2020. La plupart d’entre nous n’ont jamais pensé que cela pourrait arriver ici. Moi, je ne le pensais certainement pas, même si cela fait 15 ans que j’écris sur les plans de lutte contre la pandémie. Je savais que les plans étaient sur la tablette, ce qui est flagrant, mais j’ai toujours pensé que quelque chose empêcherait que cela se produise. Les tribunaux. L’opinion publique. La déclaration des droits. La tradition. Le noyau dur de la culture américaine. La délicatesse politique. La disponibilité de l’information.

Quelque chose l’empêcherait. C’est ce que je croyais. C’est ce que la plupart d’entre nous croyaient.

Et pourtant, tout cela s’est passé en quelques jours, du 12 au 16 mars 2020, et boum, c’était fini ! Nous étions confinés. Les écoles ont fermé. Bars et restaurants fermés. Pas de visiteurs internationaux. Les théâtres ont fermé. Fin forcée des conférences. Arrêt des sports. On nous a dit de rester à la maison et de regarder des films… pendant deux semaines pour aplatir la courbe. Puis deux semaines se sont étendues à cinq mois. Quelle chance pour ceux qui vivaient dans les États qui ont résisté à la pression et sont restés ouverts, mais même pour eux, ils ne pouvaient pas rendre visite à des parents dans d’autres États en raison des restrictions de quarantaine, etc.

Les quarantaines ont mis fin à la vie américaine telle que nous la connaissions il y a seulement cinq mois, pour un virus dont 99,4 à 6 % de ceux qui le contractent s’en tirent, pour lequel l’âge médian des décès est de 78 à 80 ans avec des comorbidités, pour lequel il n’y a pas un seul cas vérifié de réinfection sur la planète, pour lequel les succès internationaux dans la gestion de cette situation reposent sur l’immunité collective et l’ouverture.

Mais les politiciens devenus des dictateurs ne pouvaient pas admettre un tel échec, alors ils ont maintenu les restrictions en place afin de dissimuler leurs actes.

Le choc du printemps s’est transformé en un été de méchanceté, où chacun pointe du doigt les autres pour le triste état de la vie. La patience s’est épuisée et une méchanceté nationale a pris sa place. Cela est évident non seulement en ligne, mais aussi en personne, où des étrangers se hurlent dessus parce qu’ils se comportent d’une manière qu’ils désapprouvent.

Ce que de nombreux États qualifient aujourd’hui d’ »ouvert » aurait été qualifié de « fermé » il y a six mois. Les sports sont rares. Les salles de cinéma ne sont pas ouvertes. Dans certains endroits, vous ne pouvez toujours pas aller au gymnase ou manger à l’intérieur. Les mandats de port de masque sont partout, et les responsables de l’application des masques aussi. Les gens dénoncent leurs voisins, envoient des drones pour fureter dans les fêtes et s’attaquent les uns aux autres dans les lieux publics.

En cinq mois à peine, les agents de sécurité ont mis en place une nouvelle forme de structure sociale dans laquelle chacun est censé traiter les autres comme une contagion mortelle. Plus absurde encore, les gens en sont venus à croire que si l’on s’approche à moins de deux mètres d’une autre personne, une maladie apparaît et se propage spontanément.

L’Amérique est devenue un endroit extrêmement laid. C’est ce qu’ont fait les confinements.

Tout cela s’est produit au milieu de la plus grande fracture politique depuis de nombreuses générations. Bizarrement, on peut presque prédire la politique d’une personne en se basant sur son attitude vis-à-vis du virus, comme si des personnalités politiques en place étaient responsables de la création ou du contrôle d’agents pathogènes qui font partie de l’expérience humaine depuis que nous avons marché et parlé pour la première fois. La politisation de cette maladie a été un terrible bruit qui a détourné l’attention de la sage gestion de la maladie qui a caractérisé la manière américaine pendant plus d’un siècle.

Mais le peuple américain soutient cela, n’est-ce pas ? Je n’en suis pas si sûr. Il est vrai que la télévision et les médias en ligne crient à la panique tous les jours. Si c’est là que vous obtenez vos informations, cela doit sûrement vous sembler être un fléau. Il y a aussi le problème que les gens se sentent terriblement impuissants en ce moment. Ils ont été enfermés, réduits au silence, humiliés, brutalisés. Les quelques tentatives de sortir et de protester contre ces mesures de confinement ont été accueillies avec des railleries et des moqueries par les principaux médias. Mais il s’est avéré que c’était parce qu’ils protestaient contre la mauvaise chose. Lorsque les protestations contre la brutalité policière et le racisme ont balayé le pays, les médias ont approuvé sans réserve. Oui, tout cela ressemblait à de la poudre aux yeux.

Quelle est précisément la position de l’opinion américaine sur les fermetures aujourd’hui ? On ne peut pas se fier aux sondages : les gens savent exactement ce qu’ils sont censés dire aux enquêteurs pendant un confinement de l’État policier. On peut généralement supposer qu’un tiers des Américains adoptent une position plus ou moins conforme à la liberté humaine – ce n’est pas un groupe fixe et cela change en fonction du problème – donc c’est probablement une bonne estimation aujourd’hui.

L’incroyable frénésie des médias menteurs a semé la confusion parmi un grand nombre de personnes. Un sondage a révélé que de nombreux Américains pensent que 9% d’entre nous sont morts du C-19 alors qu’en réalité, c’est 0,04%.

Alors oui, nous avons un problème de propagande, à commencer par le New York Times, qui aujourd’hui encore

…a demandé « des fermetures plus agressives que par le passé ». Les États-Unis n’ont pas eu de véritable confinement national, ne fermant qu’environ la moitié du pays, contre 90 % dans d’autres pays où le contrôle des épidémies a été plus efficace ».

Rien de tout cela n’est vrai. C’est de la pure propagande idéologique. Les personnes qui disent des choses vraies semblent n’être que le 1% contre le barrage de bêtises provenant de la culture médiatique actuelle.

Nous ne voyons pratiquement pas de discussion dans la presse grand public sur les preuves empiriques, dans notre pays et à l’étranger, que les confinements n’ont aucun sens d’un point de vue médical et économique. Depuis de nombreuses décennies, les experts médicaux mettent en garde contre la perturbation du fonctionnement social en cas de maladie. La préservation de la liberté a toujours été la priorité politique : 1949-521957-581968-69 et 2005. La révolution américaine elle-même a eu lieu au beau milieu d’une épidémie de variole. Le libéralisme est apparu au cours de siècles de pandémies.

Et pourtant, nous voici.

Ce pays a besoin d’un mouvement anti-confinement sérieux, qui ne soit pas seulement politique mais aussi culturel et intellectuel, qui ait une formation approfondie en histoire, philosophie, droit, économie et toutes les sciences, et qui puisse se rallier aux postulats civiques américains traditionnels concernant la liberté individuelle et les limites des gouvernements, et aussi aux principes universels des droits de l’homme. Si la liberté signifie quelque chose, c’est que nous ne sommes pas enfermés. Cela veut dire, en outre, que les confinements sont inadmissibles.

Que devrait étudier, croire et enseigner cette mouvance – qui n’a pas besoin d’être formellement organisée ?

Parce que les droits de propriété sont les premiers à être violés dans le cadre de l’enfermement, le mouvement doit embrasser et défendre le droit de propriété et de contrôle privés : des entreprises, des foyers et de nous-mêmes. La tradition libérale a longtemps affirmé ce principe, et il n’est rien d’autre qu’effroyable que les confinements aient eu lieu comme si la propriété privée n’existait pas. Soudain, tout et tous appartenaient à l’État, et c’est à l’État de déclarer ce qui est ou n’est pas essentiel, ou même ce qui est facultatif ou non pour vos soins médicaux.

Il devrait adopter la liberté de choisir nos associations, car c’est ce qui a été attaqué ensuite : nous ne pouvions pas nous réunir en groupes, tenir des conférences, aller au cinéma, faire quoi que ce soit qui ne soit pas « socialement distant » (j’en ai tellement marre de cette expression, aux origines douteuses, que je pouvais à peine la taper), ou même aller dans un autre État pour rendre visite à des amis et à des parents.

Ce mouvement doit souligner et défendre la liberté religieuse, car, chose incroyable, la plupart des lieux de culte ont été fermés de force par le gouvernement. L’idée moderne de liberté est née à la fin du Moyen-Âge, lorsque l’épuisement des guerres de religion a progressivement donné naissance à l’idée de tolérance. La tolérance religieuse a été la première grande liberté à être codifiée dans la loi. Il est étonnant qu’elle ait été violée de façon aussi flagrante cette année.

Il doit s’accommoder de la libre entreprise et de l’innovation qui l’accompagne. Combien de richesses et de créativité ont été perdues dans les confinements ? C’est insondable. Les plus grandes victimes ont été les petites et moyennes entreprises, alors que les grandes entreprises technologiques ont prospéré. Lancer et gérer une entreprise commerciale est un droit de l’homme dont la réalisation a été le grand succès de la vie moderne, car elle a répandu la prospérité dans le monde entier et a élevé les peuples du monde de l’état de nature et aux niveaux des anciennes hiérarchies bien établies.

Une partie de cet idéal libéral est le libre-échange, qui a été critiqué par la gauche et la droite. N’oubliez pas que Donald Trump a donné le coup d’envoi de cette frénésie dictatoriale avec ses interdictions soudaines et choquantes de voyager depuis la Chine et l’Europe, qui se sont traduites dans les jours qui ont suivi par une foule frénétique et effrénée dans les aéroports. Il l’a fait d’un coup de crayon, passant outre tous ses conseillers. Il s’en vante encore.

Dans quelle mesure sa réaction extrême ici a-t-elle inspiré les gouverneurs à faire de même ? Bien sûr, ses actions reflètent son isolationnisme persistant, non seulement en matière de commerce mais aussi d’immigration. Aujourd’hui encore, M. Trump refuse d’autoriser l’entrée de travailleurs étrangers aux États-Unis (sauf en cas d’urgence) parce qu’il croit à tort que cela aidera le marché du travail américain. C’est un scandale : la libre entreprise permet d’employer n’importe qui, n’importe où. C’est une politique qui est bonne pour tout le monde.

Tant que nous parlons des fondamentaux de la liberté, parlons de masques. Ils sont devenus exactement ce que le New England Journal of Medicine les a appelés : un talisman. Ils sont des symboles d’engagement social et de loyauté politique. Une société libre se mobilise autour du choix individuel, donc si les masques font qu’une personne se sent en sécurité, ou si elle a l’impression de protéger les autres de son souffle, très bien. Mais lorsque les gens attaquent les autres pour avoir résisté à leur port, et qu’ils sont apparemment contrariés par l’apparence de rébellion contre les règles, il s’agit d’imposition et d’intolérance – peut-être compréhensible vu l’époque, mais toujours peu libérale.

Les lois exigeant le port du masque en public n’auraient jamais été tolérées, même il y a six mois. Et pourtant, nous sommes là, non seulement avec des lois mais aussi avec un nombre croissant de recrues au sein du public pour les appliquer avec une impolitesse effroyable. Ce n’est pas la première fois dans l’histoire. Les lois somptuaires américaines de l’époque coloniale exigeaient que les gens ne s’habillent pas de façon fantaisiste pour des raisons de piété et de conformisme social. Une partie de la révolution capitaliste a inclus la liberté de s’habiller comme on le souhaite et la disponibilité massive de la mode pour tous. Le mouvement obligatoire des masques et ses troupes de choc auprès du public n’est qu’un renouveau du puritanisme.

Les fermetures ont écrasé les perspectives économiques de millions de personnes, et le gouvernement a tenté de compenser cela par des dépenses sauvages de l’argent des autres et une utilisation sans précédent de la presse à imprimer, comme si le gouvernement pouvait d’une manière ou d’une autre se féliciter de la destruction qu’il a causée. Par conséquent, le mouvement anti-confinement a besoin d’un engagement en faveur de la santé financière et de l’argent sain. Nous savons maintenant qu’un gouvernement ayant la capacité de créer des quantités illimitées de papier-monnaie ne peut être contraint. Cela doit être corrigé.

Quant à la santé, le sujet ou l’excuse qui a déclenché les confinements en premier lieu, nous devrions sûrement apprendre de cette expérience que la politique et la médecine doivent être séparées par un mur élevé. Nous avons des professionnels de la santé qui sont traditionnellement chargés d’atténuer les maladies, et ils le font en fonction de leurs propres associations professionnelles et de leur meilleur jugement. La politique ne devrait jamais prendre le pas sur la relation médecin/patient, ni prétendre savoir ce qui est mieux pour nous que nos propres médecins.

En matière d’éducation, les gouverneurs de tout le pays ont cruellement fermé toutes les écoles, bien que la menace du virus pour les enfants soit quasi nulle et qu’il n’existe aucun cas avéré d’enfant transmettant la maladie C-19 à un adulte. Le point positif est peut-être que nous en avons appris davantage sur la manière dont les parents peuvent exercer un plus grand contrôle sur l’éducation qu’ils ne l’ont fait jusqu’à présent. Le mouvement anti-confinement doit embrasser une multiplicité d’alternatives éducatives, y compris la possibilité d’une privatisation totale, afin que l’éducation puisse à nouveau faire partie de la matrice de la libre entreprise.

Il est vrai que le terme anti-confinement a une connotation négative. Y a-t-il un meilleur mot pour exprimer la dimension positive ? Ma préférence : le libéralisme. Les progressistes ont abandonné le terme. Il est également correct d’un point de vue historique et international. Le libéralisme et la modernité sont inextricablement liés dans l’histoire, a dit Benjamin Constant. Le libéralisme du futur doit être préparé à comprendre, à défendre et à lutter pour la liberté dans un monde sans confinements. Il n’y a pas d’exceptions.

Ce qui nous amène au dernier point. Que ce mouvement opère dans le domaine universitaire, culturel, journalistique ou politique, il est absolument urgent qu’il fasse preuve d’un courage moral et d’une intégrité sans faille. Férocement. Il doit être intransigeant sur les points cruciaux. Elle doit être prête à parler même lorsqu’il est démodé de le faire, même lorsque les médias crient le contraire, même lorsque la foule de Twitter inonde vos notifications, même lorsque vous avez honte de penser par vous-même.

Cette fois-ci, comme vous l’avez sûrement remarqué, même les voix des bonnes personnes ayant de bonnes idées se sont tues de peur. Cette peur doit être bannie. Le retour de flamme contre ce despotisme viendra, mais il ne suffit pas. Nous avons besoin de caractère, d’intégrité, de courage et de vérité, et cela compte peut-être plus que l’idéologie et la connaissance. La connaissance sans la volonté et le courage de parler est inutile, car (comme nous l’a enseigné E.C. Harwood) l’intégrité n’a pas de substitut.

En fin de compte, l’argument en faveur du déconfinement de la société est une question spirituelle. Quelle est la valeur de votre vie et comment voulez-vous la vivre ? Quelle est l’importance des libertés durement gagnées que vous exercez quotidiennement ? Qu’en est-il de la vie et des libertés des autres ? Ce sont là tout. La liberté n’a jamais prévalu sans des voix passionnées et courageuses pour la défendre. Nous disposons aujourd’hui des outils nécessaires, bien plus qu’auparavant. Ils peuvent nous étrangler, mais ne peuvent pas finalement nous fermer. L’idée que nous ne puissions pas parler par peur de la foule de Twitter est absurde.

Ce mouvement, qu’il s’appelle anti-confinement ou simplement libéralisme, doit rejeter la méchanceté et la compulsion de ce moment de la vie américaine. Il doit s’opposer au caractère brutal des confinements. Il doit parler et agir avec une compréhension humaine et une grande considération pour le fonctionnement social dans la liberté, et l’espoir pour l’avenir qui en découle.

Les ennemis de la liberté et des droits de l’homme se sont révélés au monde entier. Que justice soit faite. Le bien-être de chacun d’entre nous est en jeu.

– August 9, 2020

Traduction de The American Institute for Economic Research par Aube Digitale

 

« CELUI QUI S’ARRÊTE FAIT REMARQUER L’EMPORTEMENT DES AUTRES, COMME UN POINT FIXE »

Ceux qui sont dans le dérèglement disent à ceux qui sont dans l’ordre que ce sont eux qui s’éloignent de la nature et ils la croient suivre, comme ceux qui sont dans un vaisseau croient que ceux qui sont au bord fuient. Le langage est pareil de tous côtés, il faut avoir un point fixe pour en juger. Le port juge ceux qui sont dans un vaisseau, mais où prendrons‑nous un port dans la morale ?

[…] Quand tout se remue également, rien ne se remue en apparence comme en un vaisseau : quand tous vont vers le débordement, nul n’y semble aller. Celui qui s’arrête fait remarquer l’emportement des autres, comme un point fixe.

Blaise Pascal – Pensées (1669)

EN BANDE SON :

9 réponses »

  1. Extension du domaine du masque: un cancer avec ses métastases, une sociopathologie politique contemporaine.
    12 août 2020.
    Depuis ce matin, le port d’un masque couvrant le nez et la bouche est donc désormais obligatoire pour toute personne âgée de 12 ans et plus dans les lieux publics et dans les lieux privés accessibles au public sur l’ensemble du territoire de la Région de Bruxelles-Capitale.
    1.210.000 personnes sont ainsi mis au pas du masque obligatoire et ceci par une température qui atteint aujourd’hui encore 35°. Cette extension du masque obligatoire progresse de jour en jour et s’étend sur tout le territoire belge en fonction de normes décrétées par le conseil national de sécurité, soit un seuil de 50 cas par tranche de 100.000 habitants.
    Inutile de revenir sur la validité scientifique de cette mesure, tout a déjà été dit, ceux qui adhèrent à cette lecture sanitaire seront satisfaits, les autres se diront que ce n’est qu’un bout de tissu et les irréductibles refuseront de porter le masque à l’extérieur, mais ils seront très minoritaires.
    Un vrai cancer avec ses métastases, une dictature sanitaire inacceptable. Et le mot « dictature » est loin d’être abusif, même si cette forme de dictature n’est en rien comparable à celles du passé ni aux régimes autoritaires actuels.
    Pour que les choses soient très claires, nous ne sommes ni en Corée du Nord, ni en Iran, mais bien en Belgique ou en France.
    Mais les totalitarismes évoluent, s’adaptent et mutent, comme les virus.
    Les nouveaux totalitarismes s’opposent en réalité aux anciens dans leur structure et leur visibilité.
    Les anciens( fascismes, nazisme, communisme) étaient incarnés par une figure humaine, une tête, visible et identifiable, des habits, des costumes et des coutumes, des mimiques, tandis que les nouveaux (Islam politique, UE, Mondialisme) sont invisibles (ou peu visibles, confus, opaques), sans tête unique, multiformes, réticulaires, ce qui explique pourquoi il est si difficile de les reconnaître et de les identifier.
    L’erreur est de penser le totalitarisme contemporain à l’aune de l’histoire révolue du 20ième siècle. La fabrique du consentement autour d’un ennemi faussement désigné comme fasciste (le “populisme” souverainiste par exemple) relève d’une imposture historique dont les nouveaux totalitarismes se nourrissent afin d’avancer masqués sous les traits d’un “globalitarisme” comme le nomme si bien le philosophe Philippe Forget. Le masque est multiforme et aujourd’hui il se présente sous sa forme sanitaire.
    La manoeuvre est perverse, ce qui signe la structure des nouveaux totalitarismes de type psychopathique, sociopathique (rapport pervers à la loi et très faible degré d’empathie, déni de la réalité, cécité volontaire) à l’inverse des anciens qui avaient une structure de type plutôt psychotique (paranoïaque).
    Quant aux masses, elles sont tellement zombifiées et anesthésiées, décervelées et tétanisées qu’elles ne peuvent pour l’instant réagir, et surtout lorsque l’on agite la peur et l’angoisse de la maladie et de la mort 24h/24 par une propagande biopolitique thanatophobe anxiogène.
    Les conditions de possibilité d’une véritable révolution copernicienne sont entre autres corrélées en fonction du degré de doute collectif. Plus le doute collectif augmente, plus les conditions de possibilité d’une révolution mentale augmente. Le doute collectif ayant été réduit à sa plus simple expression, les conditions de possibilité d’une révolution politique sont aujourd’hui insignifiantes et le pouvoir en place a le champ libre pour avancer masqué à coups de directives et d’arrêtés dont le caractère légal et constitutionnel est loin d’être acquis..
    Par conséquent, ce n’est que par un événement intérieur ou extérieur imprévu et inattendu d’une ampleur extrême que peut survenir et croître rapidement un doute collectif significatif capable de déclencher un renversement radical.
    La survenue du Coronavirus aurait pu constituer cet événement extérieur, il en avait les caractéristiques pour remplir la fonction et jouer ce rôle, il aurait pu être un cygne noir déclencheur et catalyseur, mais il n’en a rien été.
    Le monde d’après est encore pire que le monde d’avant, c’est une victoire totale pour le progressisme mondialisée écologiste à présent hygiéniste, sanitaire masqué, antiraciste et racialiste visant l’utopie du risque zéro au nom de la bonne santé décrétée et paramétrée par des scientifiques et des politiques aux abois qui profitent de cette opportunité en fonction de leurs agendas respectifs. Rien ne justifie cette mesure qui ne relève que de la politique et non de la science.
    L’extension inexorable du masque obligatoire à l’extérieur est une mesure totalement illégale et anticonstitutionnelle et non validée par les scientifiques les plus sérieux et les plus honnêtes. Et une grave atteinte à la liberté de disposer de son corps et de sa santé.
    Orwell et Huxley l’avaient prophétisé, Staline, Hitler et Mao l’avaient rêvé, l’URSS le souhaitait, la globalisation et ses filiales multinationales dont l’UE l’ont réalisé grâce au Covid-19.
    © Michel Rosenzweig

    J'aime

    • L’auteur de ce texte est sioniste pro-israel, il le dit lui-même sur sa page fessebouc. Comme BHL ou autres Quatremer. Non seulement les anti-masques sont ultra minoritaires mais en plus ils sont bien infiltrés.

      J'aime

  2. @un passant

    je ne saisis pas très bien la relation entre le fait de porter un masque ou pas et le fait d’être sioniste et pro -Israel?
    Vous pouvez m’expliquer …

    J'aime

    • Le rapport ? L’auteur (le psychanalyste et soi-disant philosophe Monsieur Rozensweig qui en + est une personne de très mauvaise vibration, je le connais) du texte que vous avez partagé à partir certainement de sa page fessebouc est visiblement un militant anti-totalitarisme et dernièrement anti-masques et en même temps, si je puis dire, aficionado d’un état totalitaire comme l’est celui d’Israël – il le dit noir sur blanc sur sa page FB. J’en conclus qu’avec des militants pareils (lui, bhl, quatremer et qqs autres qui je ne sais pas pourquoi passent souvent sur LCI comme Serge July par exemple), les anti-masques déjà fort minoritaires et malmenés sont en outre diablement infiltrés. Mon commentaire était pourtant simple à comprendre.

      J'aime

  3. « Mon commentaire était pourtant simple à comprendre. »

    D ‘un point de vue névrotique certainement

    « La psychanalyse peut quelque chose contre la souffrance mais elle ne peut rien contre la connerie »
    Jacques Lacan
    Salutations

    J'aime

  4. « les politiciens devenus des dictateurs »
    « les agents de sécurité »
    « la politisation de cette maladie »
    « la télévision et les médias en ligne crient à la panique …..L’incroyable frénésie des médias menteurs …. »
    …………et………
    « N’oubliez pas que Donald Trump a donné le coup d’envoi de cette frénésie dictatoriale avec ses interdictions soudaines et choquantes de voyager »

    Tilt ! On atteint là le « point Godwin » de tout débat américain
    « Plus une discussion s’étend, plus il est probable d’y trouver une comparaison impliquant les méfaits de Trump. »
    on pourrait donc qualifier ce point final à tout débat américain « le point Tucker »
    J’avais cru, en observant les choses depuis l’autre coté de l’Atlantique, que Trump avait justement résisté au maximum à tout volonté de confinement et d’arrêt de l’économie et que les partisans des confinements étaient plutôt les gouverneurs démocrates.

    « besoin d’un mouvement anti-confinement sérieux »
    « Il est vrai que le terme anti-confinement a une connotation négative. Y a-t-il un meilleur mot pour exprimer la dimension positive ? Ma préférence : le libéralisme. »
    Mais _inversion amérique/europe_ la personne d’esprit libéral est aux USA une personne ouverte, de gôche et progressiste, tout le contraire des fachos et rednecks
    Chez nous le libéral est un tenant du capitalisme (méfiez-vous, il peut même devenir il peut même devenir « ultra »)
    donc pas « libéralisme » pour qualifier l’anticonfinement

    les « antifa » ont réussi une belle opération avec leur appellation, à priori absconse, mais bien comprise par tous maintenant

    anticon ? …..trop large spectre ! ! !
    antima (sque) confusion avec l’antifa
    prora (oult) : cela résumerait bien l’opposition à toute l’hystérie MMS médias mainstream et à la peur qu’on nous inocule (…avant le vaccin qui va bien)

    PRORA ? Qu’en dites-vous ?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s