1984

Georges Bernanos La France contre les robots !

La France contre les robots

Par commentairesengoguette commentairesengoguette.wordpress.com 11 mardi Août 2020

Georges Bernanos

« Ainsi le progrès n’est plus dans l’homme, il est dans la technique. […]

Ce sont les démocrates qui font la démocratie. Ce sont les citoyens qui font la république. Une république sans citoyens est déjà une dictature. […]

Les soldats de 14-18 n’engageaient pas leur vie, on l’engageait pour eux.[…]

A quoi bon puisque l’expérience de 1914 ne vous a pas suffi. Celle de 1940 ne vous servira pas davantage. Oh, ce n’est pas pour vous que je parle ! Trente, soixante, cent millions de morts ne vous détourneraient pas de votre idée fixe : aller plus vite par n’importe quel moyen. Aller vite ? Mais aller où ? Comme cela vous importe peu, imbéciles ! Dans le moment même où vous lisez ces deux mots : aller vite, j’ai beau vous traiter d’imbécile, vous ne me suivez plus… Le café au lait à Paris, l’apéritif à Chandernagor et le dîner à San Francisco, vous vous rendez compte !…. Que fuyez-vous donc ainsi, imbéciles ? Hélas, c’est vous que vous fuyez, vous-mêmes – chacun de vous se fuit soi-même, comme s’il espérait courir assez vite pour sortir enfin de sa gaine de peau. On ne comprend absolument rien à la civilisation moderne si l’on n’admet pas d’abord qu’elle est une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure. Hélas ! La liberté n’est pourtant qu’en vous, imbéciles ! […]

Dans la lutte plus ou moins sournoise contre la vie intérieure, la Civilisation des Machines ne s’inspire, directement du moins, d’aucun plan idéologique, elle défend son principe essentiel, qui est celui de la primauté de l’action. La liberté d’action ne lui inspire aucune crainte, c’est la liberté de penser qu’elle redoute. Elle encourage volontiers tout ce qui agit, tout ce qui bouge, non sans raison, que ce que nous donnons à la vie intérieure est perdu pour la communauté. Lorsque l’idée du salut a une signification spirituelle, on peut justifier l’existence des contemplatifs — c’est ce que fait l’Église au nom de la réversibilité des mérites et de la Communion des Saints. Mais dès qu’on a fait descendre du ciel sur la terre l’idée du salut, si le salut de l’homme est ici-bas, dans la domination chaque jour plus efficiente de toutes les ressources de la planète, la vie contemplative est une fuite ou un refus. Pour employer une autre expression de l’avant-dernière guerre, dans la Civilisation des Machines tout contemplatif est un embusqué. »

EN BANDE SON :

4 réponses »

  1. Pour employer une autre expression de l’avant-dernière guerre, dans la Civilisation des Machines tout contemplatif est un embusqué. »
    Sous le soleil de satan…

    J'aime

  2. « Dans la lutte plus ou moins sournoise contre la vie intérieure, la Civilisation des Machines ne s’inspire, directement du moins, d’aucun plan idéologique, elle défend son principe essentiel, qui est celui de la primauté de l’action.  »

    FAUX !

    La civilisation des machines a inspiré une formidable propagande à faire de chacun un soumis à la machine économique.

    La cybernétique – les systèmes auto-régulés – s’est étendue des machines aux salariés : le salarié a été éduqué à devenir son maître – il s’est auto-régulé – afin de remplir les objectifs de l’employeur, cad le maître du capital qui en attend de la rente. Le salarié est devenu non plus une force de travail mais le MOTEUR de sa force de travail – le syndicaliste restant le frein (donc le salaud) à cette prospérité. Gouvernance, régulation ont remplacé gouvernement et lois ; autrement-dit la propagande a fait de nous, salariés de masse, des machines intelligentes à produire de la rente, des initiateurs, des moteurs. Nous sommes passés du statut d’ouvrier corvéable à celui du bénévole qui ne ménage pas sa peine, celui qui fait fonctionner la pompe à phynance telle une machine cybernétique. L’injonction externe du capital a été internalisé dans chacun de nous. Nous sommes les éléments acteurs du marché, ce mode de fonctionnement qui déresponsabilise et mène logiquement aux catastrophes.

    Cette révolution pro-rente-capitaliste est le résultat d’une idéologie pro-capitaliste. Elle a été pensée, mise en place (par le droit et la propagande) et elle fonctionne à plein dans le monde entier.

    Léger problème : ce modèle ne fonctionne plus (essentiellement par perte de rentabilité, donc de sa raison d’être, faire du fric). Le système s’effondre (alors on fait des dettes démentielles au lieu de changer de système économique) et notre esprit conditionné ne sait plus que faire. Nous OBSERVONS passivement l’effondrement systémique en cours, incapable d’INVENTER autre-chose.

    Pas d’alternative car ce que nous pourrions faire est connoté atroce, impossible, catastrophique.
    Comme typiquement le communisme ou autre doctrine de partage, de solidarité sociale – tout sauf le gouvernement par le peuple pour le peuple – bien trop dangereux.
    Le communisme est assimilé de manière ignoble et géniale au soviétisme, une forme de capitalisme autoritaire et bien pis.

    Nos cerveaux conditionnés sont donc à se lamenter, à se plaindre, à crier, incapables de construire autre-chose, car cela impliquerait de casser nos dogmes fondateurs, donc nous serions FOUS de vouloir ce qui nous a été montré comme à éviter à tout prix.

    Il vient que le monde (capitaliste) DOIT s’effondrer pour que le cataclysme aplanisse toutes nos réticences, nous (je parle des rares survivants comme reste de l’humanité – ce nous) obligeant à survivre malgré tout – mais APRÈS les atrocités du cataclysme, après les horreurs d’une guerre et des millions de morts…

    Aujourd’hui, nous sommes dans la drôle de guerre, nous sommes comme le lapin face au serpent : pas de solution, abrégeons nos souffrances : allons vers la mort qui nous délivrera à jamais.

    J'aime

  3. LE BUT DU CONFINEMENT ET AUTRES MESURES COERCITIVES…
    Et liberticides…
    Soumettre les populations – on ne parle plus de peuples – à la loi d’airain des nouveaux maîtres du monde (de ceux qui se posent ainsi)…
    De Kim Hill
    Ce livre de 428 pages, de Klaus Schwab, fondateur du Forum économique mondial (l’institution qui s’est associée à l’OMS pour déclarer une pandémie de préoccupation internationale en mars, et est derrière l’appel à imposer des confinement à la majorité de la population mondiale) déclare ouvertement que le virus lui-même est peu préoccupant, et que les mesures de confinement continueront indéfiniment à pousser l’automatisation et les technologies numériques qui profitent aux entreprises au détriment des pauvres et du tiers monde… la Quatrième Révolution industrielle (4 IRR) ))
    Les milliardaires ne se cachent pas qu’ils bénéficient de la réponse à la pandémie alors que des millions de personnes sont affamées, privées de leurs moyens de subsistance et gardées à l’écart de leurs familles et de leurs communautés
    Lien de téléchargement gratuit pour le livre… https://bit.ly/31REGCP
    Un extrait :
    ′′ Dans une forme ou une autre, les mesures de distanciation sociale et physique persistent probablement après que la pandémie elle-même se soulève, justifiant la décision dans de nombreuses entreprises de différentes industries d’accélérer l’automatisation.
    Au bout d’un certain temps, les préoccupations persistantes concernant le chômage technologique seront réitérées, car les sociétés soulignent la nécessité de restructurer le lieu de travail de manière à minimiser les contacts humains étroits.
    En effet, les technologies de l’automatisation sont particulièrement bien adaptées à un monde où les êtres humains ne peuvent pas s’approcher les uns des autres ou sont prêts à réduire leurs interactions. Notre crainte persistante et possiblement durable d’être infectée par un virus (COVID-19 ou un autre) accélérera ainsi la marche incessante de l’automatisation, particulièrement dans les domaines les plus sensibles à l’automatisation.
    En 2016, deux universitaires de l’Université d’Oxford sont arrivés à la conclusion que jusqu’à 86 % des emplois dans les restaurants, 75 % des emplois dans la vente au détail et 59 % des emplois dans le divertissement pourraient être automatisés d’ici 2035.
    Ces trois industries sont parmi celles qui sont les plus touchées par la pandémie et où l’automatisation pour des raisons d’hygiène et de propreté sera une nécessité qui, à son tour, accélérera davantage la transition vers plus de technologie et plus numérique.
    Il y a un phénomène supplémentaire pour soutenir l’expansion de l’automatisation : lorsque la distanciation économique pourrait suivre la distanciation sociale. Alors que les pays tournent vers l’intérieur et que les entreprises mondiales raccourciront leurs chaînes d’approvisionnement super efficaces mais hautement fragiles, l’automatisation et les robots qui permettent une production locale plus grande, tout en réduisant
    Le processus d’automatisation a été lancé il y a de nombreuses années, mais la question critique concerne encore une fois le rythme accéléré du changement et de la transition : la pandémie accélérera l’adoption de l’automatisation sur le lieu de travail et l’introduction de plus de robots dans notre personnel et vie professionnelle.
    Dès le début des confinement, il est devenu évident que les robots et l’IA étaient une alternative ′′ naturelle ′′ lorsque le travail humain n’était pas disponible. De plus, ils ont été utilisés chaque fois que possible pour réduire les risques pour la santé des employés humains. À l’époque où la distanciation physique devenait une obligation, les robots étaient déployés dans des endroits aussi différents que les entrepôts, les supermarchés et les hôpitaux dans un large éventail d’activités, du scannage des étagères (une zone dans laquelle l’IA a fait des forages incroyables) au nettoyage et bien sûr robotisé livraison – une composante importante des chaînes d’approvisionnement en soins de santé qui mènera à la livraison ′′ sans contact ′′ des épiceries et autres essentiels.
    Comme pour beaucoup d’autres technologies qui se profilaient à l’horizon lointain en termes d’adoption (comme la télémédecine), les entreprises, les consommateurs et les pouvoirs publics se précipitent maintenant pour turbocharger la vitesse d’adoption. ′′
    Ceci vient de la conclusion au livre, page 247.
    ′′ On ne peut pas nier que le virus COVID-19 a plus souvent été une catastrophe personnelle pour les millions de personnes touchées par celui-ci, ainsi que pour leurs familles et leurs communautés. Cependant, à un niveau mondial, si on considère le pourcentage de la population mondiale touchée, la crise de corona est (jusqu’à présent) l’une des pandémies les moins meurtrières que le monde ait vécu au cours des 2000 dernières années. Selon toute vraisemblance, à moins que la pandémie ne change d’une manière imprévue, les conséquences de la COVID-19 en termes de santé et de mortalité seront légères par rapport aux pandémies précédentes. À la fin du mois de juin 2020, le COVID-19 a tué moins de 0.006 % de la population mondiale. Pour mettre ce chiffre faible dans le contexte, la grippe espagnole a tué 2.7 % de la population mondiale et le VIH / SIDA 0.6 % »
    Le marketing du livre sur Amazon : 🙂…..
    ′′ COVID-19 : The Great Reset ′′ est un guide pour tous ceux qui veulent comprendre comment la COVID-19 a perturbé nos systèmes sociaux et économiques, et quels changements seront nécessaires pour créer un monde plus inclusif, résilient et durable En avant. Klaus Schwab, fondateur et président exécutif du Forum économique mondial, et Thierry Malleret, fondateur du Baromètre mensuel, explorent les causes profondes de cette crise et expliquent pourquoi elles entraînent la nécessité d’une grande réinitialisation.
    Leurs analyses sont inquiétantes, mais néanmoins optimistes. COVID-19 a créé une grande réinitialisation perturbatrice de nos systèmes sociaux, économiques et politiques mondiaux. Mais le pouvoir des êtres humains réside dans la prévision et l’ingéniosité, du moins dans une certaine mesure, de prendre leur destin entre leurs mains et de planifier un avenir meilleur. C ‘ est le but de ce livre : se chambouler et montrer les lacunes qui se manifestent dans notre système mondial, même avant que COVID n’éclate. »

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :