Biopouvoir

Article du Jour : La religion sanitaire – un nouvel horizon politique Par Michel Rosenzweig

La religion sanitaire: un nouvel horizon politique

Les virus ne sont pas vraiment considérés comme des êtres vivants, puisqu’ils sont incapables de se nourrir et de se reproduire. C’est pour cette raison qu’ils ont besoin d’un hôte cellulaire pour se reproduire en incorporant leur matériel biologique génétique à celui d’une cellule hôte. Ce qui est fascinant dans cette structure biologique, c’est que les virus sont de grosses biomolécules (ADN ou ARN) mais ne sont pas encore réellement vivantes.Pour devenir vivantes, elles doivent s’incorporer dans du vivant, dans une cellule animale ou végétale. Les virus sont donc entre la vie et la mort, entre le vivant et l’inerte, ils flottent à la limite entre deux états, entre Eros et Thanatos, ils portent la vie potentiellement mais aussi la mort en infectant un organisme. Et ils sont plus que probablement les premières briques du vivant apparues sur Terre car ils sont intelligents. L’intelligence, « interlegere »: mettre en relation.

Nous sommes donc leurs lointains descendants et ils sont parmi nous en nombres.
A intervalles réguliers de nouveaux virus viennent nous visiter et nous rappeler nos origines mais aussi notre place. Parfois de manière virulente, parfois de façon silencieuse et inoffensive. Les virus sont donc très anciens, ils étaient là déjà il y a plus de trois milliards d’années et ils seront encore sur cette planète après notre disparition.

Or, il faut le rappeler, nous sommes plus constitués de virus et de bactéries que de cellules humaines. Est-ce notre corps qui abrite des colonies de micro-organismes ou l’inverse? Et si nous n’étions qu’une immense collectivité de virus et de bactéries abritant une variété de cellules humaines avec lesquelles nous communiquons?

Quoi qu’il en soit, il existe un subtil équilibre entre ces deux collectivités qui coexistent et cohabitent la plupart du temps en harmonie grâce à nos défenses immunitaires. Jusqu’à ce qu’un élément vienne rompre cet état d’homéostasie, un stress, une molécule toxique, un déficit essentiel, l’âge, une fragilité préexistante.
C’est ce que nous nommons « la maladie ».

Lorsqu’une maladie se répand, nous appelons cela une épidémie, et lorsqu’elle s’étend au monde entier, il s’agit d’une pandémie.
Mais lorsqu’il n’y a pratiquement plus de malades ni de morts imputables à un virus identifié et qu’on le trouve en le cherchant auprès d’un très grand nombre de personnes, cela ne s’appelle plus une épidémie mais un recensement

Que les autorités se prémunissent de toute accusation de manquements en anticipant une deuxième vague, cela peut se concevoir étant donné la gestion désastreuse précédente. Après tout, c’est le rôle du politique de prévoir puisque gouverner c’est prévoir.
Aussi, la prévention et la gestion des risques liés au coronavirus est le fondement de toute politique sanitaire digne de ce nom. C’est la responsabilité de l’état.

En revanche, terroriser toute une population par des communiqués journaliers anxiogènes basés sur des données détournées et réinterprétées afin d’amplifier un sentiment de crainte et de peur uniquement destiné à consolider et justifier des mesures sanitaires coercitives et liberticides scientifiquement injustifiées relève d’une attitude politique irresponsable et préjudiciable pour notre santé mentale, émotionnelle et même physique.

La Belgique et bientôt la France (mais aussi l’Espagne) sont ainsi devenus en quelques semaines des territoires européens enfermant sous contrôles administratifs et policiers au sein desquels nous ne sommes plus libres de nous déplacer et de respirer pleinement.
Au nom d’une conception de la Santé érigée en religion et en dogme incontestable.

Les virus nous enseignent que le phénomène de la vie n’est qu’un fragile équilibre entre Eros et Thanatos.

Le régime politique qui s’est mis en place au nom de la Santé avec l’assentiment d’une écrasante majorité est un régime qui rompt cet équilibre et qui paradoxalement à ses intentions porte plus la mort que la vie, il est morbide, mortifère et »tanatophore » et ruine tout désir en contribuant à développer une neurasthénie collective dont personne ne mesure encore les effets.

Ceux qui ont envie de respirer, de voyager, de se voir, de s’aimer, d’échanger, de partager, bref de vivre sont devenus les nouveaux hérétiques en voie d’excommunication d’une nouvelle religion.

Et comme toutes les religions, la religion sanitaire a ses évêques, ses cardinaux, ses temples et ses papes.

© Michel Rosenzweig

« CHOSE INOUÏE, C’EST AU-DEDANS DE SOI QU’IL FAUT REGARDER LE DEHORS »

Chose inouïe, c’est au dedans de soi qu’il faut regarder le dehors. Le profond miroir sombre est au fond de l’homme. Là est le clair-obscur terrible. La chose réfléchie par l’âme est plus vertigineuse que vue directement. C’est plus que l’image, c’est le simulacre, et dans le simulacre il y a du spectre. Ce reflet compliqué de l’Ombre, c’est pour le réel une augmentation. En nous penchant sur ce puits, notre esprit, nous y apercevons à une distance d’abîme, dans un cercle étroit, le monde immense. Le monde ainsi vu est surnaturel en même temps qu’humain, vrai en même temps que divin. Notre conscience semble apostée dans cette obscurité pour donner l’explication.

C’est là ce qu’on nomme l’intuition.

Victor Hugo – Proses philosophiques (1860-1865)

EN BANDE SON :

2 réponses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s