REBLOG

France : Plus de terrorisme, plus de silence

France : Plus de terrorisme, plus de silence

Le 25 septembre, à Paris, deux personnes ont été poignardées et gravement blessées devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, où douze des rédacteurs et dessinateurs du magazine satirique ont été assassinés par des musulmans extrémistes en 2015. Le suspect, en garde à vue, fait l’objet d’une enquête pour terrorisme.

Les meurtriers accusés des attentats de 2015 sont actuellement jugés à Paris.

Peu avant l’attaque au couteau, le 22 septembre, la directrice des ressources humaines de Charlie Hebdo, Marika Bret, n’est pas rentrée chez elle. En fait, elle n’a plus de domicile. Elle a été expulsée après avoir reçu des menaces de mort graves et concrètes de la part de musulmans extrémistes. Elle a décidé de rendre publique son « exfiltration » pour les services secrets français afin d’alerter le public sur la menace de l’extrémisme en France.

« Je vis sous protection policière depuis bientôt cinq ans », a-t-elle déclaré à l’hebdomadaire Le Point.

« Lundi 14 septembre, mes officiers de sécurité ont reçu des menaces précises et circonstanciées. J’ai eu dix minutes pour faire mes affaires et quitter mon domicile. Dix minutes pour abandonner une partie de son existence, c’est un peu court, et c’est très violent. Je ne reviendrai pas chez moi. Je perds mon domicile à cause des déferlements de haine, cette haine qui commence toujours par la menace pour instiller la peur. On sait comment cela peut se terminer. »

Bret a également affirmé que la gauche française avait abandonné la « bataille pour la laïcité ».

Depuis le début du procès des hommes accusés d’avoir commis les meurtres de Charlie Hebdo en 2015 – et surtout depuis la reprise de la publication des caricatures de Mohammed – Charlie Hebdo a reçu des menaces de toutes sortes – y compris d’Al-Qaïda. Aujourd’hui, la sécurité au magazine satirique est massive. « L’adresse de nos locaux est secrète, il y a des sas de sécurité partout, des portes et des vitres blindées, des agents de sécurité armés, on ne peut faire venir personne ou presque. Il faut compter sur la vigilance constante de chacun et se faire violence pour ne pas céder à la peur », a déclaré Bret.

Aujourd’hui, il y a 85 policiers qui protègent les journalistes de Charlie.

Bret est devenue un autre exemple de la nature clandestine de la liberté d’expression en France, le pays de Voltaire. Le premier était Robert Redeker, un professeur de philosophie. Le 17 septembre 2006, il s’est levé tôt pour écrire un article pour le Figaro sur la lutte de l’Europe contre l’Islam. Trois jours plus tard, il se trouvait dans une maison sécurisée et était en fuite.

En janvier dernier, Mila O., une jeune Française de 16 ans, a tenu des propos insultants sur l’islam lors d’une émission télévisée sur Instagram.

« Pendant sa diffusion en direct, un garçon musulman l’a invitée dans les commentaires, mais elle a refusé parce qu’elle est gay. Il lui a répondu en l’accusant de racisme et en la traitant de ‘sale lesb.ienne’. Dans une vidéo de suivi en colère, diffusée immédiatement après qu’elle ait été insultée, Mila a répondu en disant qu’elle ‘déteste la religion’ ».

poursuit Mila, en disant entre autres choses :

« Connaissez-vous la liberté d’expression ? Je n’ai pas hésité à dire ce que je pensais. Je déteste la religion. Le Coran est une religion de haine, il n’y a que de la haine dedans. C’est ce que je pense. Je dis ce que je pense… L’islam, c’est ch*t… Je ne suis pas du tout raciste. On ne peut pas être simplement raciste contre une religion… Je dis ce que je veux, je dis ce que je pense. Votre religion est chut. Je mettrais un doigt dans le cul de votre dieu… »

Après que l’adresse de son école ait été publiée sur les médias sociaux, elle a été obligée de partir et de changer d’école, cette fois-ci en secret.

Le journaliste Éric Zemmour a été attaqué à plusieurs reprises devant sa maison ; la journaliste franco-marocaine Zineb el Rhazoui a également trouvé l’adresse de son domicile publiée sur les médias sociaux.

Pendant ce temps, le président français Emmanuel Macron a défendu le droit à la liberté d’expression de Charlie Hebdo, ce qui est tout à son honneur. Le blasphème, a-t-il dit, « n’est pas un crime ».

« La loi est claire : nous avons le droit de blasphémer, de critiquer, de caricaturer les religions. L’ordre républicain n’est pas un ordre moral… ce qui est proscrit, c’est d’inciter à la haine et d’attaquer la dignité ».

En 2007, une affaire judiciaire a statué que « En France, il est possible d’insulter une religion, ses figures et ses symboles … cependant, insulter ceux qui suivent une religion est interdit ».

Les paroles courageuses des autorités françaises semblent cependant inoffensives, pâles et ennuyeuses, comparées à la force de la violence et de l’intimidation des extrémistes.

L’intégrisme islamique a déjà réussi à déplacer non seulement des milliers de chrétiens persécutés – comme Asia Bibi, contrainte de fuir pour sa vie du Pakistan vers le Canada après avoir été acquittée d’avoir commis un blasphème. Ce type d’extrémisme a également réussi à transformer de nombreux citoyens européens en prisonniers, des personnes qui se cachent dans leur propre pays, condamnées à mort et forcées de vivre dans des maisons inconnues même de leurs amis et de leur famille. Et on s’y est habitué !

Le jour où l’Iran a condamné à mort Salman Rushdie pour son roman, Les Versets sataniques, lui et sa femme, Marianne Wiggins, ont été emmenés de leur maison du nord de Londres par les services secrets britanniques, dans la première de plus de cinquante « maisons sûres » dans lesquelles l’écrivain a vécu pendant les dix années suivantes.

Le parlementaire néerlandais Geert Wilders – dont le nom, le prochain à être assassiné, a été trouvé sur une feuille de papier découpée au couteau dans la tête du cinéaste assassiné, Theo van Gogh – vit dans des maisons d’accueil depuis 2004. « Je suis en prison », dit-il, « et ils se promènent librement. »

Il y a dix ans, une journaliste du Seattle Weekly, Molly Norris, en solidarité avec les créateurs du dessin animé « South Park », en voie de disparition, a également dessiné une caricature de Mohammed. Le dernier article de journal qui parlait d’elle disait

« Vous avez peut-être remarqué que la bande dessinée de Molly Norris n’est pas incluse dans le numéro de cette semaine. C’est parce qu’il n’y a plus de Molly… sur les conseils des spécialistes de la sécurité du FBI, elle va déménager et changer de nom… »

Le journal danois Jyllands Posten, qui a imprimé pour la première fois des caricatures de Mohammed en 2005, a renoncé. Le journal a refusé de republier les caricatures du prophète de l’Islam lorsque Charlie Hebdo les a à nouveau imprimées en première page. Le rédacteur en chef qui a publié les caricatures au Jyllands Posten, Flemming Rose, est toujours escorté par des gardes du corps. « J’admire vraiment le courage de Charlie », a-t-il déclaré.

« Des héros qui n’ont pas succombé aux menaces ou à la violence. Malheureusement, ils n’ont reçu qu’un soutien limité. Aucune publication en France ou en Europe ne se comporte comme Charlie. C’est pourquoi je crois qu’en Europe, il existe une loi non écrite contre le blasphème. Je ne critique pas les journalistes et les rédacteurs en chef qui font ce choix. Nous ne pouvons pas blâmer les personnes qui, contrairement à Charlie, ne mettent pas leur vie en danger. Mais ne nous y trompons pas : ce manque de courage pour suivre les traces de Charlie a un prix, nous perdons la liberté d’expression et une forme insidieuse d’autocensure gagne du terrain ».

Ces derniers jours, le nouveau rédacteur en chef du Jyllands Posten, Jacob Nybroe, a répété :

« Nous ne les publierons plus. J’ai confirmé cette ligne éditoriale à mon arrivée et j’ai reçu beaucoup d’applaudissements. J’ai peut-être l’air d’un lâche, mais nous ne pouvons pas le faire ».

Les noms des caricaturistes danois figuraient sur la même « liste » qu’Al-Qaïda a publiée avec le nom du rédacteur en chef de Charlie Hebdo, Stéphane Charbonnier, assassiné lors du massacre de 2015. Le dessinateur danois Kurt Westergaard n’est vivant que parce qu’il s’est caché lors d’une attaque terroriste contre sa maison.

Aujourd’hui, le siège du Jyllands Posten est doté de fenêtres pare-balles, de barres et de plaques métalliques, de fils barbelés et de caméras vidéo. Il se trouve en face du port d’Aarhus, la deuxième plus grande ville du Danemark, et est surveillé jour et nuit. Chaque porte automatique, chaque ascenseur, nécessite un badge et un code. On y pénètre comme dans une chambre forte de banque. Une porte s’ouvre et après sa fermeture, la porte suivante s’ouvre. Les journalistes qui y travaillent y entrent un à la fois. « Pour dire les choses simplement, la liberté d’expression est en mauvais état dans le monde entier. Y compris au Danemark, en France et dans tout l’Occident », a déclaré M. Rose. « Nous vivons à une époque troublée ; les gens préfèrent l’ordre et la sécurité à la liberté ».

Si nous ne défendons pas tous nos libertés, bientôt nous ne les aurons plus.

Traduction de The Gatestone Institute par Aube Digitale

Catégories :REBLOG

3 réponses »

  1. Hé Hé, bon je pense que je vais me faire beaucoup d’amis.
    Dans le testament politique d’un peintre qui n’a pas réussie dans l’art, mais très bon dans les camps de ‘vacances’ ? non d’autre camps !!!! …. un moustachue de Germanie ….. il écris que la prochaine puissance sera ‘ l’islam ‘ car pour lui les adeptes de cette religion ‘ d’humour ‘ ha non d’amour, sont tellement ‘ moutonniez ‘ qu’ils suivront les prescriptions de leur ‘ gourous ‘ NON leur imam jusqu’à la mort, celle de leur ennemis et prêt a se sacrifier eux mêmes … un peu comme les Kamikazes qui se jetez avec leur avions sur les embarcations de nos ‘libérateurs ‘ pendant la seconde …. guerre ??? ou invasion politique culturelle économique …ect ….du monde …..
    La solution ? …. j’en est une !!!!! ….. mais je suis pas sur que cela plaisse beaucoup.
    Bon alors, mon nom, mon adresse, mon Tél, mon lieux ou je taff ….. un gentil ‘barbue’ les veux peut être ? ….. qui demande a leur amis , ‘les flics’ ‘les politiques’ ‘les industriels’ ‘les associations’ , je suis sur qui serais heureux de faire un peut de ‘ délation ‘ …. et ‘ éliminer ‘ des mauvais CON-CITOYENS comme moi …… NO FUTUR ou sinon dans le SANG

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s