REBLOG

Selon Tucker Carlson, des documents sur Hunter Biden ont mystérieusement disparu/Hunter Biden confesse son partenariat avec le « chef des espions » chinois – Hunter et Joe cités comme témoins criminels : Audio/Rapport sur les activités de Biden avec la Chine

Selon Tucker Carlson, des documents sur Hunter Biden ont mystérieusement disparu

PAR ASR · 29 OCTOBRE 2020

Une collection de documents confidentiels relatifs à la famille Biden a mystérieusement disparu d’une enveloppe envoyée à l’animateur de Fox News, Tucker Carlson, a déclaré l’animateur mercredi soir.

L’équipe de Carlson aurait reçu les documents d’une source lundi. À l’époque, Carlson était sur la côte ouest pour filmer une interview de Tony Bobulinski, l’ancien associé de Hunter Biden et James Biden. Carlson a demandé que les documents soient envoyés sur la côte ouest.

Selon Carlson, le producteur a expédié les documents en Californie pendant la nuit en utilisant un grand transporteur national de colis. Il n’a pas nommé la société, disant seulement qu’il s’agit d’une « société de marque ».

« Les documents de Biden ne sont jamais arrivés à Los Angeles. Mardi matin, nous avons reçu un message de notre compagnie de transport nous informant que notre paquet avait été ouvert et que son contenu avait disparu », a déclaré M. Carlson. « Les documents avaient disparu. »

La société a pris l’incident au sérieux et a immédiatement entamé des recherches, a déclaré M. Carlson. La société a suivi le colis depuis le moment où il a été déposé à New York jusqu’au moment où un employé d’un centre de tri a signalé que le colis était ouvert et vide.

« L’équipe de sécurité de l’entreprise a interrogé tous les employés qui ont touché l’enveloppe que nous avons envoyée. Ils ont fouillé l’avion et les camions qui le transportaient. Ils sont passés par le bureau de New York où nos producteurs ont déposé le paquet. Ils ont passé au peigne fin toute l’installation de triage caverneuse. Ils ont utilisé des photos de ce que nous avions envoyé afin que les chercheurs sachent ce qu’ils devaient chercher », a déclaré Carlson.

« Ils sont allés bien au-delà, mais ils n’ont rien trouvé. »

« Ces documents ont disparu », a-t-il ajouté.

« À partir de ce soir, la société n’a aucune idée et aucune théorie sur ce qui est arrivé à cette mine de documents, des documents qui sont directement liés à la campagne présidentielle dans six jours. »

Les dirigeants de la compagnie de transport ont été « déconcertés » et « profondément dérangés » par cet incident, a déclaré M. Carlson.

L’interview de Carlson avec Bobulinski a été diffusée mardi soir. Dans l’interview, Bobulinski a déclaré que Joe Biden et la famille Biden sont compromis par la Chine en raison des relations d’affaires de Hunter Biden et James Biden. Joe Biden n’a pas répondu publiquement aux allégations de Bobulinski, mais lors d’un débat présidentiel le 22 octobre, il a déclaré qu’il n’avait « jamais pris un centime d’une source étrangère dans sa vie ».

Bobulinski a fourni plus de 1 700 pages d’e-mails et plus de 600 captures d’écran de SMS aux enquêteurs du Sénat et a remis au FBI les smartphones qu’il utilisait lors de ses transactions commerciales avec les Biden. Les documents décrivaient en détail une coentreprise ratée entre un milliardaire lié au Parti communiste chinois (PCC) et une société appartenant à Hunter Biden, James Biden, Bobulinski et deux autres partenaires.

Bien que les documents de l’entreprise ne mentionnent pas le nom de Biden, les courriels envoyés entre les partenaires suggèrent que James Biden ou Hunter Biden détenait 10 % des parts de l’ancien vice-président. Dans le courriel, la participation est attribuée au « gros bonnet », qui, selon M. Bobulinski, est Joe Biden.

Hunter Biden confesse son partenariat avec le « chef des espions » chinois – Hunter et Joe cités comme témoins criminels : Audio

[Mise à jour ci-dessous, car le son corrobore les recherches de Typhoon Investigations] / Rédigé par Raheem Kassam et Natalie Winters via The National Pulse.

Un enregistrement audio obtenu exclusivement par le National Pulse révèle Hunter Biden discutant de son implication dans les affaires avec un « chef espion de la Chine » et comment son partenaire commercial Devon Archer l’a nommé, lui et son père, comme témoins dans une affaire criminelle du district sud de New York.

Hunter Biden – dans un fichier audio intitulé « Most Genius Shit Ever » – semble faire référence à Patrick Ho, qui était un ancien ministre de l’intérieur à Hong Kong, comme un « chef espion de la Chine » tout en déplorant la disparition de son partenaire commercial Ye Jianming de CEFC China Energy.

Ho était également impliqué dans l’entreprise du CEFC, comme le rapportait à l’origine le New York Post et comme l’ont étouffé les médias et les entreprises de Big Tech.

L’audio brise le discours des grands médias selon lequel le disque dur est en quelque sorte « faux » ou n’implique pas Hunter ou Joe Biden dans des enquêtes criminelles et/ou des transactions commerciales avec le Parti communiste chinois.

Le fils de l’ancien président déplore également que son partenaire de longue date, Devon Archer, les ait cités, lui et son père Joe, comme témoins « dans une affaire criminelle » sans le prévenir.

Je reçois des appels de mon père pour me dire que le New York Times m’appelle, mais c’est mon ancien partenaire Eric, qui m’a littéralement fait du mal pendant je ne sais combien de temps, qui prend les appels parce que mon père n’arrête pas d’envoyer les appels à Eric. Un autre journaliste du New York Times m’appelle au sujet de ma représentation de Patrick Ho – le putain de chef espion de la Chine qui a lancé la société que mon partenaire, qui vaut 323 milliards de dollars, a fondée et qui a maintenant disparu. L’homme le plus riche du monde qui était mon partenaire a disparu. Il a disparu depuis la dernière fois que je l’ai vu dans son appartement de 58 millions de dollars dans le cadre d’un contrat de 4 milliards de dollars pour la construction du putain de plus grand port de GNL du monde. Et je reçois des appels du District Sud de New York de la part du procureur américain lui-même. Mon meilleur ami en affaires, Devon, m’a nommé comme témoin sans me le dire dans une affaire pénale et mon père sans me le dire.

L’enregistrement s’ajoute à la litanie de courriels et d’histoires brisées par The National Pulse sur l’arnaque de la famille Biden, y compris le scoop d’hier sur le fils du vice-président utilisant l’accès à la Maison Blanche en échange de séjours dans des villas de vacances et d’œuvres d’art.

Écoutez le « Most Genius Shit Ever » de Hunter sur The National Pulse.

En attendant :

[ZH : Révision avec plus de contexte – comme le note Typhoon Investigations (c’est nous qui soulignons)] :

Nos recherches montrent que depuis plus de dix ans, HUNTER a été personnellement visé par l’appareil de renseignement chinois et ses diverses « agences de relations étrangères ». Une commission du Sénat américain sur la sécurité intérieure et les affaires gouvernementales publiée le 23 septembre 2020, détaille les récents pots-de-vin de HUNTER par un magnat lié à PLA, Ye Jiamning , président de la société énergétique chinoise CEFC China Energy Company Limited iCEFC.

La première pause de YE est venue lorsqu’il a acheté une petite usine de pistons qui fournissait l’armée chinoise, après quoi il a été mandataire des responsables de PLA, sur la base d’un article du New York Times, et de nos recherches exclusives sur le réseau logistique de PLA. Au début des années 2000, YE était le secrétaire adjoint de la CAIFC, selon sa biographie du CEFC.. Comme expliqué, la CAIFC est une organisation de façade de PLA qui a un double rôle de collecte de renseignements et de travail de propagande, et a travaillé avec la LIN et la SLLF quelques années après que YE ait quitté l’organisation … YE connaît également Xu, qui était conseiller spécial du CAIFC, et qui a fait en sorte que LIN et HUNTER aient accès aux plus hauts niveaux du gouvernement.

Dans le cadre de son rôle de renseignement, YE a organisé des événements qui ont réuni des officiers militaires américains et chinois à la retraite. En 2215, YE a organisé la rencontre d’un assistant avec HUNTER et en mai 2017, YE a rencontré HUNTER en privé dans un hôtel de Miami. L’objectif de cette rencontre était que HUNTER utilise ses contacts pour aider à identifier les opportunités d’investissement pour la société de YE, LEM China Energy, et par la suite YE a donné à HUNTER un diamant de 2,8 carats.

Selon le document confidentiel 9 du HSGAC, YE et son associé Dong Gongwen ont fait une demande auprès d’une banque et ont ouvert des lignes de crédit pour une entreprise nommée Hudson West III, LLC, donnant à HUNTER, son frère James (et à la femme de James, Sarah Eiden), des cartes de crédit que les Biden ont utilisées pour acheter des articles extravagants. Le rapport du HSGAC détaille une série de transferts et de transactions d’une valeur de plusieurs millions de dollars américains entre la CEFC, Hudson West et les Biden. Ceci, 11 ans après que HUNTER et James aient nié avoir vendu leurs relations politiques à des étrangers pour leur profit personnel.

En mars 2018, YE a été arrêté et mis sous enquête pour suspicion de crimes économiques. La CEFC a ensuite été déclarée en faillite en mars 2020, accusée d’avoir falsifié des accords et soudoyé des gouvernements étrangers pour obtenir des droits pétroliers. Certaines de ces transactions ont été facilitées par Patrick Ho , membre de la CPPCC et ancien secrétaire aux affaires intérieures de Hong Kong dans l’administration de Tung. Le 13 novembre 2017, Ho a été arrêté à l’aéroport international John F. Kennedy pour corruption et blanchiment d’argent, et a appelé HUNTER pour obtenir une assistance juridique. HUNTER a déclaré plus tard au New Yorker qu’il ne voyait pas du tout Ye comme un « personnage louche », et il a caractérisé le résultat de « malchance ».

Qu’il le comprenne ou non, il est évident que HUNTER a été compromis par les services de renseignement chinois, qui ont très probablement des dossiers détaillés sur le temps passé par HUNTER en Chine, comprenant ses rencontres personnelles et toute autre activité. De plus, YE est associé au département politique général du P19, qui s’oppose directement aux militaires VS en Asie, ce qui crée un sérieux conflit d’intérêts pour son père BIDEN.

Rapport sur les activités de Biden avec la Chine



Le 22 octobre 2020 – Source Balding’s World

Il y a quelques mois, j’ai été approché par une personne que je connaissais depuis plus de 50 ans. J’avais connu cette personne sur le plan professionnel et j’avais apprécié sa compagnie et sa connaissance approfondie de nos intérêts professionnels qui se chevauchaient. Par conséquent, il n’était pas rare que je demande son avis professionnel. Il avait rédigé un rapport de recherche pour un client inquiet du risque politique que présentait le passé des Biden en Chine. Cette personne pensait que les informations découvertes, et avec l’accord du client, devaient être rendues publiques.

Il m’a demandé de l’aider à mettre le rapport de recherche entre les mains de la presse en lui demandant de n’utiliser les informations qu’à des fins professionnelles, en laissant le rapport anonyme. Connaissant cette personne et la qualité de son travail, j’ai accepté après avoir examiné en détail le rapport qui a été produit. Il y a quelques points clés à propos du rapport.

Premièrement, il est presque exclusivement tiré de sources et de documents publics, des reportages sur l’actualité chinoise aux enregistrements sur des grandes entreprises. Le rapport est cité de façon impeccable, de sorte que quiconque souhaite retrouver l’endroit où une information spécifique a été trouvée ou voir la documentation sous-jacente peut le faire.

Deuxièmement, compte tenu de la complexité de l’ensemble de l’histoire, des tentatives ont été faites pour décomposer les points clés sur ce qui s’est passé, les personnes impliquées, avec des calendriers et des index.

Troisièmement, seules trois sources humaines sont utilisées dans le rapport. Deux sources humaines n’ont confirmé que les informations principales dans la reconnaissance d’un individu et aucune autre information. La troisième source humaine n’a pas été consultée pour l’histoire mais a accepté de laisser les informations être utilisées pour l’histoire après que l’importance de l’information soit devenue évidente.

Pendant deux mois, j’ai travaillé au nom de mon collègue pour faire en sorte que ce rapport aide d’autres personnes à rendre compte des preuves documentées des activités de Biden concernant la Chine. Je tiens à souligner quelques points concernant ma propre implication.

Premièrement, je n’ai pas écrit le rapport et je n’en suis pas responsable. J’ai passé le rapport au peigne fin et je n’ai rien trouvé qui soit erroné dans les faits. Tout est cité et documenté. La seule faiblesse est sans doute que nous n’avons pas de courriels internes entre les acteurs chinois ou entre les Chinois et les Bidens qui rendraient explicite ce que les liens impliquent clairement.

Deuxièmement, je ne dévoilerai pas l’identité de la personne qui a écrit ce rapport. Il a des raisons très valables de craindre pour sa sécurité personnelle et des risques professionnels. Depuis que je connais cet individu, nous n’avons jamais discuté de politique. Je ne les ai jamais entendus critiquer un parti politique autre que le PCC. Il n’est pas républicain.

Troisièmement, j’aurais vraiment souhaité que la presse fasse état des preuves documentées dans ce rapport et nous laisse, l’auteur et moi, complètement en dehors de cette situation. Je n’ai pas voté pour Trump en 2016 et ne voterai pas pour lui en 2020. Cette information est cependant une information d’intérêt public tout à fait valable que la presse a tout simplement refusé de couvrir en raison de ses propres souhaits partisans. J’ai de sérieux différends politiques avec le président Trump. Je suis pro-immigration. J’aimerais voir davantage d’efforts de libre-échange pour déplacer le commerce de la Chine vers les pays partenaires, du Mexique au Vietnam en passant par l’Inde. Je pense que le renforcement des institutions en Asie est vital et que l’Amérique doit prendre l’initiative. Toutefois, je ne peux pas, en bonne conscience, permettre que des preuves documentées de la variété présentée ici ne soient pas rapportées par des partisans qui choisissent simplement de cacher des informations.

Enfin, je ne répondrai à aucune question concernant le rapport. Je n’ai pas souhaité m’engager dans la politique présidentielle. Je ne veux pas devenir un sujet d’actualité. Je ne répondrai à aucune question sur l’auteur du rapport. Nous devons nous concentrer sur les faits connus et documentés.

Points clés du rapport

  1. Le partenariat compromettant de Joe Biden avec le Parti communiste chinois passe par Yang Jiechi (la commission centrale des affaires étrangères du PCC). Yang a rencontré fréquemment Biden pendant son mandat à l’ambassade de Chine à Washington.
  2. Le partenariat d’investissement Bohai Harvest Rosemont 2013 de Hunter Biden a été mis en place par les institutions du ministère des affaires étrangères qui ont été chargées d’exercer une influence sur les dirigeants étrangers pendant le mandat de Yang Jiechi en tant que ministre des affaires étrangères.
  3. Hunter Biden a une ligne directe avec le Politburo, selon la source A, un professionnel de la finance de haut niveau en Chine.
  4. Michael Lin, un ressortissant taïwanais actuellement détenu en Chine, a négocié le partenariat de BHR et est associé aux organisations d’influence étrangère du ministère des affaires étrangères.
  5. Michael Linest un POI [Personne ou point d’intérêt, NdT] pour son travail au nom de la Chine, comme le confirment la source B et la source C (dans deux agences de renseignement nationales distinctes).
  6. Le BHR est une opération gérée par l’État. Le principal actionnaire du BHR est la Banque de Chine, qui la considère comme une filiale, et les partenaires du BHR sont des entreprises d’État qui lui transmettent leurs recettes et leurs actifs.
  7. Hunter Biden détient toujours 10 % des parts du BHR. Il s’est rendu en Chine en 2010 et a rencontré les principales sociétés financières du gouvernement chinois qui allaient plus tard soutenir le BHR.
  8. La participation de Hunter Biden dans le BHR (achetée pour 400 000 $) vaut probablement aujourd’hui environ 50 millions de dollars (frais et plus-value basés sur les 6,5 milliards de dollars d’actifs sous gestion du BHR, comme l’a déclaré Michael Lin).
  9. Hunter Biden a également fait des affaires avec des magnats chinois liés à l’armée chinoise et contre les intérêts de la sécurité nationale américaine.
  10. La position de politique étrangère de Joe Biden envers la Chine (anciennement un faucon), est devenue positive malgré l’affirmation géopolitique croissante du pays.

Résumé

Noyé dans les révélations salaces sur la provenance des ordinateurs portables, on perd la réalité plus banale de l’influence et de l’argent des grandes figures politiques américaines. Des accusations mal informées de piratage et de désinformation russes font face à la réalité documentée d’un partenariat financier entre un grand État chinois et les enfants de grandes figures politiques. Un rapport d’un cabinet de recherche asiatique soulève des questions inquiétantes sur les liens financiers entre la Chine et Hunter Biden.

Débutant juste avant l’accession de Joe Biden à la vice-présidence, Hunter Biden se rendait à Pékin pour y rencontrer des institutions financières chinoises et des personnalités politiques qui allaient devenir ses investisseurs. Finalisé en 2013, le partenariat d’investissement comprenait de l’argent du gouvernement chinois, de la sécurité sociale et des grandes banques d’État – un véritable who’s who de la finance d’État chinoise.

Ce n’est pas seulement l’argent de l’État qui devrait susciter des inquiétudes, mais aussi les structures et les transactions qui ont eu lieu. La plupart des investissements dans des projets spécifiques provenaient d’entités appartenant à l’État et étaient destinés à des projets ou entreprises soutenus par l’État. Même les accords parlent du pire du copinage. La part de la société d’investissement Hunter Biden dans une mine de cuivre au Congo a été garantie par des actifs à haut risque par la plus grande société de cuivre pour assurer le flux de transactions vers la société de Hunter.

Dans un autre cas, la Banque de Chine travaillant sur une introduction en bourse à Hong Kong a attribué sa part au partenariat d’investissement BHR. Ils ont pu le faire parce que, même si la société de Hunter Biden n’a pas effectué de travail notable lors de l’introduction en bourse, elle est considérée comme une filiale de la Banque de Chine. Le partenariat d’investissement chinois de Hunter Biden est littéralement investi par l’État chinois et une filiale de la Banque de Chine appartenant au ministère chinois des finances.

L’ensemble de l’arrangement répond aux intérêts de l’État chinois. Les réunions se sont tenues dans des lieux qui, en Chine, témoignent de l’accueil des dignitaires étrangers ou des relations d’État à État. Les organisations chinoises entourant Hunter Biden sont des agents de renseignement et d’influence connus du gouvernement américain. Les noms inoffensifs comme « Institut du peuple chinois pour les affaires étrangères » existent pour « … mener des politiques dirigées par le gouvernement et des initiatives de coopération avec des étrangers influents sans être perçues comme faisant officiellement partie du gouvernement chinois ».

Il est intéressant de noter que le CPIFA dépend du ministère chinois des affaires étrangères. Lorsque le partenariat d’investissement a été conclu en 2013, le ministre des affaires étrangères était Yang Jiechi. Yang aurait été très familier avec Hunter Biden depuis son séjour à Washington en tant qu’ambassadeur de Chine aux États-Unis de 2001 à 2005, période durant laquelle il rencontrait régulièrement Joe Biden à la présidence de la commission des relations étrangères du Sénat. Aujourd’hui, la même personne qui a supervisé les institutions aidant à encadrer le partenariat d’investissement de Hunter en tant que ministre des affaires étrangères est le bras droit de Xi Jinping en matière d’affaires étrangères et membre du puissant Politburo.

Le plus inquiétant est le levier financier que cela donne à l’État chinois sur un membre direct de la famille Biden. Malgré les 1 à 1,5 milliard de dollars d’investissements largement rapportés, la réalité est probablement bien plus élevée. Un co-fondateur de la société d’investissement déclare que le total des actifs sous gestion s’élève à 6,5 milliards de dollars. Bien que ce chiffre ne puisse pas être complètement reproduit, étant donné que ces deux transactions à elles seules valaient plus de 1,6 milliard de dollars, ce chiffre n’est pas du tout irréaliste. Une commission annuelle de 2 % sur les actifs sous gestion générerait 130 millions de dollars par an. Si l’on ajoute les 20 % de frais sur les plus-values que l’entreprise reconnaîtrait, il n’est pas difficile de voir que la participation de Hunter vaut plus de 50 millions de dollars.

Selon l’avocat de Hunter, il n’a pas investi ses 400 000 dollars dans la société avant 2017. Même en supposant la véracité de cette affirmation, cela pose un problème majeur. Fondée en 2013, l’entreprise avait des revenus et des actifs importants sous gestion en 2017. En d’autres termes, sa participation de 400 000 dollars aurait déjà valu bien plus que ce qu’il a payé pour l’acquérir. Cet investissement dérisoire de 400 000 dollars, qui vaut aujourd’hui plus de 50 millions de dollars, aurait réalisé un gain de plus de 12 400 % en trois ans.

La difficulté pour éluder ces préoccupations est qu’elles peuvent être documentées par quiconque se soucie de regarder. Il n’y a pas de possibilité de piratage informatique car tout cela est de notoriété publique en Chine. Tout journaliste qui souhaite regarder peut aller consulter les prospectus d’introduction en bourse, les rapports d’information ou les registres des sociétés. Il n’y a pas de méthode secrète pour découvrir ces données, si ce n’est en creusant un peu. Il n’y a tout simplement aucun moyen d’éviter la réalité que Hunter Biden a reçu une participation de 10 %, bien supérieure à ce qu’il a payé pour une entreprise qui est littéralement gérée et détenue par l’État chinois.

Je n’ai pas voté pour Donald Trump en 2016 et j’ai de sérieuses inquiétudes quant à ses politiques dans des domaines comme l’immigration. Ayant vécu en Chine pendant neuf ans tout au long de la construction des camps de concentration par le régime de Xi et ayant été témoin de première main de leur utilisation pour l’influence et des opérations de renseignement, les liens de Biden m’inquiètent profondément.

Quoique Joe Biden connaisse personnellement des détails, une position très intenable, c’est tout simplement une faute politique de ne pas être au courant des détails de ces arrangements financiers. Ces liens financiers documentés ne peuvent tout simplement pas être supprimés.

Traduit par Hervé, relu par Wayan pour le Saker Francophone

Catégories :REBLOG

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s