REBLOG

Bill Gates veut terraformer la Terre en utilisant des avions pour pulvériser des trucs dans le ciel afin d’atténuer les rayons du soleil et de refroidir la planète

Bill Gates veut terraformer la Terre en utilisant des avions pour pulvériser des trucs dans le ciel afin d’atténuer les rayons du soleil et de refroidir la planète

Nous devrions peut-être réfléchir un peu à ce qui se passe ici.

Ces gens, dont Bill Gates est la figure de proue, sinon le cerveau singulier, tentent de terraformer complètement la planète.

Ils essaient de faire disparaître les plantes en réduisant le dioxyde de carbone à des niveaux insoutenables.

Et ils essaient d’obscurcir le soleil.

Via le Daily Mail :

Le premier test d’un projet visant à pulvériser des millions de tonnes de craie dans la stratosphère, dans le but d’obscurcir le soleil et de refroidir la Terre, pourrait avoir lieu en juin.

Des experts de l’université de Harvard testeront le système en envoyant un grand ballon à 30 km au-dessus de la ville suédoise de Kiruna et en lui faisant larguer 2 kg de poussière de craie dans la stratosphère.

L’objectif de cette mission, dont le coût est estimé à 3 millions de dollars et qui est soutenue par le milliardaire Bill Gates, est de faire en sorte que la craie dévie une partie du rayonnement solaire, l’empêche de frapper la surface et refroidisse la planète.

L’idée a été fortement critiquée depuis son lancement, le directeur du projet, Frank Keutsch, qualifiant même de “terrifiante” la nécessité d’une géo-ingénierie de cette ampleur.

Et les experts ont prévenu que cette technique inhabituelle pourrait avoir des effets désastreux sur les systèmes météorologiques, que personne ne peut prévoir.

Soutenue par une série de donateurs privés, dont M. Gates, la mission d’essai est lancée depuis la Suède, qui pourrait offrir un lancement avant la fin de l’été.

Le ballon d’essai soulèvera 600 kg d’équipement scientifique à 30 km au-dessus de la surface de la ville arctique et, si tout se passe bien, environ 2 kg de poussière seront libérés.

Cela créera alors un panache de poussière de plusieurs kilomètres de long – pas assez grand pour avoir un quelconque effet sur l’intensité des rayons du soleil qui frappent la Terre.

Au cours de ce premier test, l’équipe recueillera des informations sur la façon dont les particules de poussière réagissent avec l’air.

Ces informations pourraient ensuite être intégrées dans des modèles informatiques afin de déterminer ce qui se passerait si l’expérience était réalisée à grande échelle.

M. Keutsch a expliqué au Times qu’il souhaitait déterminer les effets réels, car les modèles actuels “sont peut-être trop optimistes” et font paraître la technique attrayante.

Il faudrait des tonnes de poussière et des panaches de plusieurs centaines de kilomètres pour faire la différence – la théorie étant que la poussière créerait un parasol massif.

Les particules tomberont bien sûr, et nous les respirerons.

Je me demande ce qu’elles contiendront.

Bill Gates peut faire des chèques plus rapidement que n’importe quel gouvernement, et cela signifie que notre planète est en fait sa planète maintenant.

Il peut faire des choses qui peuvent aller très mal pour tout le monde, parce qu’il a acheté la Terre avec l’argent qu’il a gagné en vendant des logiciels informatiques. S’il veut faire respirer de la craie aux gens, il fera respirer de la craie aux gens.

Maintenant, ce qui arrive à l’humanité dépend de lui.

C’est presque comme s’ils terraformaient la planète pour la rendre plus confortable pour une autre forme de vie. Quelque chose d’autre que les humains. Quelque chose d’extraterrestre.

Ou peut-être qu’ils veulent nous tuer à petit feu ?

Quelque chose de très, très bizarre est en train de se produire, et c’est maintenant officiellement hors de contrôle.

Source Aube digitale

https://www.aubedigitale.com/bill-gates-veut-terraformer-la-terre-en-utilisant-des-avions-pour-pulveriser-des-trucs-dans-le-ciel-afin-dattenuer-les-rayons-du-soleil-et-de-refroidir-la-planete/

Le promoteur du confinement Bill Gates finance tranquillement un plan pour réduire les rayons du soleil

Un projet mené par des scientifiques de l’université de Harvard et financé en grande partie par le fondateur de Microsoft, Bill Gates, pour tester la technologie de réduction des rayons du soleil afin de refroidir la Terre en raison du réchauffement climatique, avance tranquillement en Suède.

Nous savons ce que vous pensez – cela ne peut pas être réel… mais ça l’est.

Reuters rapporte que le projet de Harvard “prévoit de tester une théorie controversée selon laquelle le réchauffement climatique peut être stoppé en pulvérisant dans l’atmosphère des particules qui reflèteraient les rayons du soleil”.

En Suède, des plans pour faire voler un ballon expérimental l’année prochaine sont déjà en cours.

Le ballon d’essai ne libérera aucune particule dans l’atmosphère, mais “pourrait être une étape vers une expérience, peut-être à l’automne 2021 ou au printemps 2022”.

Ces expériences pourraient voir “jusqu’à 2 kg de poussière de carbonate de calcium non toxique” rejetée dans l’atmosphère.

Le plan de Bill Gates pour réduire la lumière du soleil est une mauvaise idée

Bill Gates est la preuve vivante que ce n’est pas parce que vous avez fait quelque chose de très intelligent pour laisser votre marque dans le monde que vous êtes nécessairement une personne intelligente.

Avoir le culot de jouer à Dieu en atténuant les rayons du soleil et penser que cela ne conduira pas à des problèmes drastiques et imprévisibles rend ce cas plutôt évident.

Reuters note que le projet – appelé Expérience sur les perturbations contrôlées de la stratosphère (SCoPEx) – joue avec “quelque chose qui comporte des risques potentiellement importants et difficiles à prévoir, comme des changements dans la configuration des pluies à l’échelle mondiale”.

“Ce test n’a aucun mérite, sauf celui de permettre la prochaine étape”, a déclaré Niclas Hällström, directeur du groupe de réflexion suédois WhatNext ?

Il a ajouté : “Vous ne pouvez pas tester le déclenchement d’une bombe et dire ‘Cela ne peut pas faire de mal’”.

Selon Bill Gates, la vie après le COVID ne reviendra pas à la normale avant 2022

Bill Gates, un fan d’ingénierie sociale, a fait parler de lui au début du mois lorsqu’il a voulu, au sens figuré, assombrir la société en suggérant que les mesures de confinement des pandémies pourraient et devraient être étendues.

Le technicien a exprimé son soutien à la fermeture des bars et des restaurants pour une période supplémentaire de six mois, et a indiqué que les mesures de confinement pourraient se poursuivre jusqu’en 2022.

 

“Il est certain que d’ici l’été, nous serons bien plus proches de la normale qu’aujourd’hui, mais même au début de l’année 2022, si nous n’aidons pas les autres pays à se débarrasser de cette maladie et si nous n’obtenons pas un taux de vaccination élevé dans notre pays, le risque de réintroduction sera présent”, a prévenu Bill Gates, le présentateur de CNN, Jake Tapper.

De nombreux Américains ont montré qu’ils n’étaient pas prêts à poursuivre la mascarade du confinement. Nous ne savons pas non plus combien d’entre eux seront ravis que Bill Gates soit le maître du soleil.

Traduction de The Mental Recession par Aube Digitale

https://www.aubedigitale.com/le-promoteur-du-confinement-bill-gates-finance-tranquillement-un-plan-pour-reduire-les-rayons-du-soleil/

Le projet de l’Université Harvard d’occulter le soleil est une formidable idée, selon Bill Gates

Des scientifiques de l’université Harvard ont proposé une expérience radicale capable de réduire les effets du réchauffement climatique, et le fondateur de Microsoft, Bill Gates, soutient cette idée avec de l’argent, selon un briefing de l’ETC Group.

Le premier test pourrait avoir lieu dès juin 2021.

Des scientifiques de Harvard vont expérimenter le blocage de la lumière directe du soleil

Baptisé “Expérience sur la Perturbation Stratosphérique Contrôlée” (SCoPEx), le projet est une expérience scientifique conçue pour nous aider à mieux saisir la possibilité d’appliquer des aérosols stratosphériques dans le domaine de la géoingénierie solaire.

L’expérience consiste à améliorer la fidélité des simulations (modèles informatiques) de la géoingénierie solaire afin de générer des réponses aux questions essentielles entourant cette notion. Pour comprendre pleinement les risques et les avantages de la géo-ingénierie solaire, les scientifiques s’appuieront sur ces simulations – mais il y a un risque inhérent à s’appuyer sur des simulations : à savoir que la technologie actuelle tend à prédire un résultat trop optimiste.

C’est pourquoi le projet SCoPEx rassemblera des mesures quantitatives de la microphysique des aérosols – ainsi que de la chimie de l’atmosphère, qui sont deux points de grande incertitude dans les simulations actuelles.

Bill Gates finance un projet d’expérimentation sur l’occultation de la lumière solaire

L’expérience consiste à faire voler un ballon au-dessus de la Suède pour voir s’il peut bloquer la lumière du soleil sur son chemin vers la Terre – dans l’espoir de créer une nouvelle façon de lutter contre le changement climatique mondial.

Les scientifiques de l’université de Harvard ont pour objectif de lancer les premiers tests en juin de cette année, bien qu’il ne s’agisse que d’un essai pour les instruments embarqués dans le ballon. Dans les airs, le test évaluera les réactions chimiques dans la stratosphère à travers le ballon, qui volera à une altitude de 10 km.

L’un des donateurs privés qui financent l’expérience est notamment Bill Gates.

L’objectif ultime est de ralentir la dynamique du changement climatique

Une fois que le ballon a atteint l’altitude cible, il envoie des particules réfléchissantes dans l’atmosphère – destinées à empêcher la lumière directe du soleil de frapper la Terre. En théorie, cela pourrait réduire les effets du réchauffement climatique.

Si tout se passe comme prévu, le projet SCoPEx pourrait devenir une étape majeure dans la modification de l’issue de la crise climatique naissante. Mais certains craignent que ce type d’action climatique n’encourage la communauté mondiale à se contenter de réduire les symptômes du changement climatique (chaleur atmosphérique supplémentaire retenue), au lieu de traiter la cause – qui implique notamment la dépendance mondiale aux combustibles fossiles.

En d’autres termes, cela pourrait être comme mettre un pansement sur une blessure grave.

Une autre inquiétude concerne les effets potentiels sur la croissance des plantes de la modification de la quantité de lumière solaire atteignant la Terre. Mais les scientifiques et les investisseurs veulent ralentir l’élan du changement climatique – en donnant au monde plus de temps pour affronter les grands problèmes à l’origine de la crise écologique.

Le projet SCoPEx va créer une “masse d’air perturbée”

Cette expérience coûtera environ 20 millions de dollars, ce qui est relativement peu pour son coût. Mais son impact potentiel sur la fourniture de nouvelles alternatives pour ralentir les effets croissants des émissions continues.

Si le projet SCoPEx est couronné de succès, le but ultime est que le ballon libère environ 2 kg de produits chimiques comme les sulfates et le carbonate de calcium dans la stratosphère terrestre. Ce processus a un nom : “masse d’air perturbée”, qui deviendrait une zone physique d’environ 1 km de long et 100 m de large.

Ce plan est à la fois ambitieux et non conventionnel. Mais pour qu’il fonctionne à l’échelle mondiale, les pays et les milliardaires devraient imiter les résultats de l’expérience à venir dans le monde entier – et on ne sait pas comment cela pourrait affecter les plantes et la faune. Et si cela ne fonctionne pas, nous pourrions toujours essayer de transformer l’infrastructure énergétique mondiale pour qu’elle fonctionne avec une alternative durable et écologique aux combustibles fossiles.

Traduction de Interesting Engineering par Aube Digitale

Le projet d’occultation du soleil de Bill Gates se concrétise

Les plans visant à libérer des particules réfléchissantes à longue durée de vie dans la haute atmosphère pour bloquer la lumière du soleil et diminuer le “réchauffement climatique” se rapprochent à présent.

Non seulement Bill Gates finance le développement d’une technologie d’occultation du soleil qui pourrait potentiellement réfléchir la lumière du soleil hors de l’atmosphère terrestre afin de refroidir la Terre. Qu’est-ce qui pourrait mal tourner ?

Les scientifiques de l’université de Harvard ont proposé le vol d’essai d’un ballon de recherche, conçu pour larguer de petites quantités de poussière calcaire afin d’en observer les effets.

Ils espèrent effectuer ce test en juin de cette année.

La recherche à grande échelle sur l’efficacité de la géo-ingénierie solaire était bloquée depuis des années en raison de la controverse et il existe toujours des appels urgents pour qu’elle soit arrêtée.

Rapports de ScienceMag : Ce premier vol n’injecterait pas les particules ; il s’agirait seulement d’un essai du ballon dirigeable et des instruments nécessaires à l’étude des réactions chimiques dans la stratosphère, la couche calme et froide située à plus de 10 kilomètres d’altitude. Malgré cela, le projet, appelé Expérience sur la Perturbation Stratosphérique Contrôlée (Stratospheric Controlled Perturbation Experiment ou SCoPEx), doit d’abord obtenir l’approbation d’un conseil consultatif indépendant, une décision qui pourrait être prise en février 2021.

Le besoin d’étudier les effets réels de la libération de particules réfléchissantes est pressant, déclare David Keith, un spécialiste de l’énergie et du climat de Harvard et l’un des principaux scientifiques de SCoPEx. La géo-ingénierie solaire ne peut pas se substituer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, mais elle pourrait améliorer les pires dommages du réchauffement climatique, comme les vagues de chaleur extrêmes et les tempêtes qui font de nombreuses victimes aujourd’hui. “Il existe un réel potentiel, peut-être même un potentiel important, pour réduire de beaucoup les risques du changement climatique au cours de ce siècle”.

Les idées en matière de géo-ingénierie sont nombreuses. Il y a les technologies dites à émissions négatives – aspirer le dioxyde de carbone de l’air en utilisant des roches, des arbres ou des machines – qui réduiraient la capacité de la Terre à piéger la chaleur. La géo-ingénierie solaire réduirait la chaleur que la Terre reçoit en premier lieu. Une idée, basée sur les traces des navires océaniques, consiste à semer des nuages réfléchissants ; une autre s’inspire des volcans, qui peuvent projeter des aérosols de sulfate dans la stratosphère et refroidir sensiblement la planète.

Mais la recherche en géo-ingénierie solaire a longtemps été taboue, explique Faye McNeill, chimiste de l’atmosphère à l’université de Columbia, qui n’est pas affiliée à SCoPEx. “Nous ne voulions pas qu’il semble que nous l’encouragions”. L’une des craintes est que la géo-ingénierie solaire puisse être réalisée unilatéralement par des groupes ou des nations, avec des effets inconnus sur la croissance des plantes et le régime des précipitations. Une autre crainte est que cela encouragerait une sorte de dépendance, en ajoutant de plus en plus de particules pour bloquer le réchauffement tout en ne s’attaquant pas au problème fondamental de l’augmentation des émissions. Mais aujourd’hui, avec un réchauffement déjà si important, “l’urgence du problème climatique s’est accrue”, explique M. McNeill.

SCoPEx n’est pas seulement une expérience scientifique, mais aussi un test important de la gouvernance de la géoingénierie, déclare Peter Frumhoff, responsable des sciences du climat à l’Union of Concerned Scientists. “Nous devons en apprendre autant sur le processus consultatif que sur l’expérience elle-même”. Une nouvelle difficulté pour SCoPEx est que le vol se fera en Suède, et non dans le sud-ouest des États-Unis, comme prévu précédemment. L’équipe utilisera désormais des ballons lancés par la société spatiale suédoise, au départ de Kiruna. “Cela soulève un certain nombre de questions sur le rôle du consentement du public et des discussions éclairées en Suède”, déclare M. Frumhoff, ajoutant que le conseil consultatif est dominé par des experts américains.

Pour tous les modèles que SCoPEx va créer, l’expérience proposée est assez modeste. Elle coûtera plusieurs millions de dollars et a été financée par des donateurs privés, dont le co-fondateur de Microsoft, Bill Gates. Après de nombreuses recherches, l’équipe a décidé d’utiliser le carbonate de calcium – la craie, essentiellement – comme une particule idéale pour bloquer la lumière. Contrairement aux sulfates, qui peuvent entraîner une perte d’ozone, le carbonate de calcium n’est pas particulièrement réactif. Mais comme il n’existe pas à l’état naturel dans la stratosphère, les modèles de son comportement sont incertains, explique Keith. “Les modèles reposent sur des données antérieures. Et lorsque ces données sont insuffisantes, il est important de faire beaucoup d’expériences”, à la fois en laboratoire et sur le terrain, dit-il.

Lorsque l’équipe sera prête pour son premier vol de recherche, qui dépendra des performances du vol d’essai, le ballon de l’expérience SCoPEx libérera jusqu’à 2 kilogrammes de carbonate de calcium dans la stratosphère et reviendra pour observer le panache qui en résultera. Selon les calculs précédents de Keith, les particules pourraient contribuer à reconstituer la couche d’ozone en réagissant avec les molécules destructrices de l’ozone. Mais aujourd’hui, les expériences de laboratoire de l’équipe de Harvard, publiées aujourd’hui dans Communications Earth & Environment, ont montré que le composé est relativement inerte à cette chimie – mais il est encore plus efficace que les sulfates qui appauvrissent la couche d’ozone.

Ces travaux de laboratoire ne font cependant qu’effleurer la surface la plus superficielle du comportement du carbonate de calcium dans la stratosphère, explique Daniel Cziczo, un chimiste atmosphérique de l’université de Purdue qui est sceptique quant à SCoPEx. “C’est le début le plus élémentaire sur le matériau le plus basique qu’ils ont proposé”, dit-il. Même s’il n’appauvrit pas l’ozone, le carbonate de calcium réagira avec d’autres gaz et particules dans la stratosphère, ce qui modifiera sa composition – et pourrait créer des nuages dans la basse atmosphère qui pourraient refroidir ou réchauffer la planète, dit-il. Il ajoute que les réactions en aval du carbonate de calcium modifié devraient être étudiées en laboratoire sans aucun rejet dans l’atmosphère.

La barre pour le rejet intentionnel de particules dans l’atmosphère doit être élevée, même si c’est une bagatelle par rapport aux aérosols projetés par un seul vol d’avion, déclare Alan Robock, climatologue et modélisateur en géoingénierie à l’université de Rutgers, au New Brunswick. “La seule raison de faire cela est que nous avons des questions scientifiques auxquelles il est impossible de répondre à l’intérieur”. Il y a des décennies, les travaux de laboratoire ont suffi pour comprendre la chimie complexe qui appauvrissait le trou de la couche d’ozone, explique M. Cziczo. “Personne ne faisait de travaux sur l’appauvrissement de la couche d’ozone, car ils devaient aller dans la stratosphère et provoquer des réactions chimiques.” Est-ce que SCoPEx, demande-t-il, est si différente ?

Source Aube Digitale

https://www.aubedigitale.com/le-projet-doccultation-du-soleil-de-bill-gates-se-concretise/

Catégories :REBLOG

Tagué:

3 réponses »

  1. le covid 2021 ne sera pas un virus mais UNE CRAIE qui polluera TOUTE l’atmosphère cet été…
    Bill Gates va nous jeter une bombe de craie dans l’atmosphère cet été au nom de cette fausse RCA pour confiner le Soleil
    et bien sur, cette craie toxique sera alors respiré par les poumons de toute l’humanité
    quand la craie toxique abimera les poumons des gens cet été, Bill Gates fera faussement passer pour une épidémie mortelle plus dangereuse, et utilisera cela pour rendre le faux vaccin obligatoire en automne
    https://cv19.fr/2021/03/24/bill-gates-poursuit-son-projet-de-bloquer-le-soleil-en-faisant-exploser-une-bombe-de-craie-a-30-km-au-dessus-de-latmosphere-terrestre/

    donc il veut que les gens respirent les craies qu’il va pulvériser dans la stratosphère et retomber dans notre atmosphère que nous respirons
    ensuite ces craies toxiques seront respirés par les poumons et les détruira
    et il pourra faire passer cela pour une épidémie covid
    dans un article, il a dit qu’il y aurait une épidémie plus mortelle à venirhttps://www.entrepreneur.com/article/364371
    il prédit si bien l’avenir comme si c’était déjà tout tracé…

Laisser un commentaire