REBLOG

Le Prince qu’on sort — nouratinbis

Le Prince qu’on sort

Ce pauvre Tapie, tout de même, quand on y pense un peu, pas vrai? Molesté chez lui, en pleine nuit, par des cambrioleurs du genre très méchant, lesquels en plus s’en sont pris à sa femme, traînée par les cheveux dans toute la maison, à grands coups de tatanes un peu partout pour lui faire cracher la cachette du coffre! Alors qu’il n’en ont même pas, de coffre, enfin c’est ce qu’ils disent les deux vioques, et en plus cela ne nous regarde pas, ce sont leurs oignons. Là où ça commence à devenir instructif c’est lorsqu’il a raconté l’histoire, le Nanard-Yop-la-Boum, l’équipe des malfaiteurs se trouvait, selon ses dires, constituée de trois messieurs noirs et d’un gentleman de type maghrébin. Nanar vous le connaissez, pas vrai, ce genre de personnes ce serait plutôt sa tasse de thé, voire son godet de pinard (ce que, toutefois, la religion des intéressés proscrit absolument). Du coup entre deux beignes dans sa pauvre gueule ravagée par la maladie et pendant que son épouse préférée s’en morflait plein les côtes, les miches, voire même certains endroits encore plus sensibles, il a tenté de les amadouer, le pauvre malheureux, « je leur ai dit que j’avais toujours été de leur côté« …ce à quoi il lui fut sobrement répondu « va te faire enc…« , le geste n’étant toutefois pas -dieu merci- joint à la parole. Même à l’époque où il faisait du vélo ce type n’avait jamais connu pareille vicissitude!
Et c’est bien vrai qu’il s’est toujours posé en défenseur acharné de l’immigration et des immigrés, le Nanar, toute sa vie, à l’époque de sa flamboyante munificence, en tout cas, il lutta avec l’acharnement des convaincus (mais ils auront leur revanche) contre les amalgames, les discriminations, les préjugés racistes, de même que pour le vivre-ensemble, le touche-pas-à-mon-pote, les chances-pour la France et tous les ustensiles liturgiques du culte de la dhimmitude immigrationniste. Alors, je ne dis pas que c’est bien fait pour sa gueule, à cet ex-étoile du grand guignol médiatico-politique, mais je ne vous cache pas qu’il figure au tout premier rang de ces grands thuriféraires de l’invasion dont l’action constante et la parole obstinée contribuèrent si bien à faire de notre pays l’infâme déversoir qu’il est devenu aujourd’hui. Sans Nanar et ses pareils, les buses de tout plumage qui nous ont obligés par leur pression constante et irréfragable, à nous laisser envahir sans même nous demander notre avis, il est tout à fait probable que, le bon sens prenant un jour ou l’autre le dessus, l’horreur eût pu être évitée. Tous ces gens-là, les Gauches et leurs auxiliaires républicouilles de ventre-mou, ont favorisé ce qui ressemblera bientôt à un génocide. Le nôtre! Nous en paierons tous le prix exorbitant, force est de constater que le sieur Tapie et sa malheureuse conjointe ont commencé, pour ce qui les concerne, à régler l’addition…étant précisé que bien des anonymes crachent depuis longtemps au bassinet, et la plupart ayant hélas pris beaucoup plus cher encore et sans avoir, eux, rien demandé. Je fais donc partie de ses sales fachos imbéciles vilipendés par le fils de Nanar – au demeurant un minus habens notoire- pour avoir dit que lorsqu’on mollarde en l’air on ne doit pas s’étonner de s’en reprendre ensuite plein la tronche. Pourtant je persiste et je signe, l’abruti d’ekstraimdrouate a toujours de la suite dans les idées, c’est bien connu.

Il n’a d’ailleurs qu’à se baisser un peu pour ramasser, l’abruti précité. Il nous en tombe de tous côté, des vertes dans le style de celle qui veut empêcher les gamins de nourrir les rêves que ce vieux réac de Saint Ex. connut avant eux, des pas mures comme les histoires de vaccin si propices à la contrepèterie (1) faute de rassurer le bon populo, et aussi des blagues à la turque, l’équivalent en matière d’humour des toilettes éponymes en matière féc…oui enfin bon, vous avez compris.
Et justement, comme grosse blagouille ottomane, le camarade Erdogan, (Récep-Tayip pour les intimes) vient de nous en servir une à se pisser dessous de saine et franche rigolade. Figurez vous la visite à Ankara, au palais impérial du zigoto en question, des sommités de l’Union Européenne, je veux dire Mme. Ursule Von der Leyen présidente de la Commission de Bruxelles (une fois) accompagnée de M. Charles Michel (une fois également, car c’est du belge) président lui aussi, mais du Conseil Européen. Alors me direz-vous, la grosse Commission, le Conseil, tout ça, finalement c’est un peu le même cierge qui coule (2), personne ne saurait distinguer, d’autant que leurs couillonnades communautaires on s’en secoue le rossignol comme dans une pissotière d’Istamboul! Eh bien non, tout faux, que nenni, absolument pas, en cherchant bien on trouve des différences, je vous le prouve illico, sur le champs et c’est le Grand-Turc précité qui nous en apporte une démonstration aussi éclatante que désopilante à s’en faire péter la sous-ventrière.
Or donc la scène se passe dans le grand-salon du susdit palais. Ce sacré farceur d’Erdogan, flanqué de mémère Ursule et de Charlot Michel, désigne deux fauteuil, fait signe à son invité masculin de poser son gros cul sur l’un et s’assoit sur l’autre… Et la dame Von der chose qui se retrouve debout, comme une gourde, vachement embarrassée. A ce stade on croit qu’il va forcément se passer quelque chose…mais pas le moins du monde, vous avez Charles le chauve qui regarde ailleurs en se disant « alleï, alleï, je ne sais pas me lever pour lui refiler la place, une fois doncça est un cas diplomatique, une fois… » Erdogan qui commence à dégoiser des trucs dans le micro judicieusement installé entre les deux sièges…et la Présidente Ursule, complètement déconcertée qui, voyant que personne n’en a rien à branler de sa gueule, finit par se rabattre sur le canapé à regarder les deux goujats deviser tranquillement sans plus la calculer, comme on dit puis.
Je dois vous l’avouer humblement, un numéro de ce calibre je ne l’avais encore jamais, vu; je n’imaginais même pas que ce fût possible! Fabuleux, prodigieux et sensationnel! Je sais bien que les mœurs évoluent, que les principes de galanterie inculqués jadis par ma mère bien-aimée s’en sont allés depuis longtemps en quenouille et que l’Islam triomphant nous en apprend des tonnes sur l’art des relations entre les mecs et les pisseuses, mais tout de même, là, reconnaissons qu’il fait très fort le Turc! C’est qu’il s’agit d’une telle énormité dans l’ordre diplomatique que nos deux potentats européens au petit pied auraient évidemment dû faire quelque chose, il leur crache à la gueule, là, Erdogan, carrément! Hors de question de laisser passer un affront pareil… Eh non! C’est là que ça devient à la fois super-rigolo et hautement catastrophique: aucun des deux n’a bougé, le Président du Conseil Européen s’écrase comme une grosse bouse devant le Calife et la Présidente de la Commission Européenne laisse pisser le karayaka (l’équivalent du mérinos, mais turc)! Moi, bien sûr la scène m’a fait marrer pire qu’un sketch des très regrettés Pierre Dac et Francis Blanche, c’est d’un drôle achevé, tout à fait extraordinaire mais simultanément ça fait peur, quand même! Vis à vis de ce pignouf islamiste nous sommes devenus de véritables paillassons! Ne nous étonnons pas qu’on le laisse construire chez nous de grandioses mosquées et de chouettes écoles coraniques: c’est lui qui tient le manche, ne cherchez pas les raisons, c’est juste, entre autres fantaisies charmantes, qu’il menace de nous balancer du jour au lendemain les trois ou quatre millions de « réfugiés » gardés en réserve aux portes de l’Europe… Merkel préfère qu’on ridiculise sa copine Ursule, d’ailleurs elle s’en fout bien pas mal du moment qu’elle finit son mandat tranquillement, la grosse! Quant à Charlot Michel, ce serait bien qu’il envisage sérieusement de se procurer une bonne paire de testicules, ça pourrait lui servir, tout de même, dans son métier de président.

Un qui n’en manquait pas, de roubignoles c’est, si j’en crois la rumeur, le défunt Duc d’Édimbourg. Voilà un garçon qui a connu la belle vie, vous savez, sans compter que ça a duré longtemps, cette affaire, cent ans dont les trois quarts comme époux de la Reine…comme dans La Belle Hélène vous savez:  » Je suis l’époux de la Reine, poux de la Reinepoux de la Reine… » vu qu’il parlait un français impeccable, feu le Prince Philip, il a dû se la déguster à maintes reprises, celle-là, et sur la musique d’Offenbach, ce qui, somme toute, est assez royal. Cela dit moi je l’aimais bien, celui-là, allez savoir pourquoi, il m’était sympathique, sans doute parce que c’était un bon vivant qui n’est jamais passé à côté d’une occase de se faire plaisir, j’aime bien. Il empruntait parfois le Britannia, le yacht de la Souveraine, et à bord il faisait exactement ce qu’il voulait, il invitait qui lui chantait, n’est-ce pas, surtout des super-canons car en tant qu’officier de la Royal Navy, il tirait admirablement, il a même été décoré pour ça pendant la guerre…oui, enfin…
Et puis, je ne vous cache pas que je le connaissais depuis ma plus tendre enfance, ce mec. On le voyait souvent à la une des journaux et je me souviens très bien que mon père l’appelait le Prince Consort, parce que c’était en effet son titre officiel. Sauf que moi, à l’époque je comprenais le prince qu’on sort que voulez-vous, ça me parlait mieux… cependant je me demandais tout de même les raisons de ces sorties, peut être ne le sortait-on que par beau temps…allez savoir… Quoi qu’il en soit, on le sortira une dernière fois samedi prochain et puis terminé, ainsi s’en va la vie, paix à son âme.

Amitiés à tous et à la semaine prochaine si tout va bien.

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

(1) Une petite pour la route: on pourra utiliser les vaccins, pour les mâles âgés?

(2) Selon San Antonio par Bérurier interposé : « faut pas confondre chaude-pisse et première communion, c’est pas le même cierge qui coule« .

Le Prince qu’on sort — nouratinbis

Catégories :REBLOG

Tagué:

14 réponses »

      • Néopuritanisme quand tu nous tiens…Les idées tout comme la liberté cela ne se négocie pas…C’est ou ce n’est pas. Alors un Nouratin pastichant Frédéric Dard et Michel Audiard tous deux réunis pour une fois sous la même plume cela ne se refuse pas surtout avec le dos de la cuillère…

        • Pourquoi associer puritanisme et rejet de la vulgarité. 2 notions totalement differentes. Je ne suis ni puritaine ni prude. Et tout le monde n ‘est pas Audiard.

          • je juge votre commentaire obscène, déplacé et indécent…A chacun son échelle de valeurs, la votre n’est pas la mienne…Vous pouvez ne pas aimer le texte de Nouratin, le détester même mais le juger sous le couvert de la seule vulgarité d’une époque proprement merdique, cela a le don de m’hérisser le poil…Comme si la forme avait plus d’importance que le contenu… De plus Audiard avant de devenir « culte  » était considéré comme « vulgaire » par bon nombre de ses concitoyens.

            • Excusez moi the wolf mais je ne pensais pas qu’un simple commentaire pourrait générer un tel dechainement. Je partais juste sur des vases grammaticales et ne comprenait pas très en quoi n’apprécient pas la vulgarité j’étais puritaine. Si nous nous connaissions vous pourriez être surpris quant à ma prudite. Sue ce je vous souhaite une bonne apres midi

              • Ce n’est absolument pas un déchainement, je conteste simplement, certes avec vigueur, l’idée que la notion de vulgarité puisse s’appliquer à ce texte, et vous renvoie à l’idée selon moi que la vulgarité étant une notion imminemment subjective et relative elle sert de paravent à une sorte de néopuritanisme très actuel qui consiste à dévaloriser la forme pour ne pas avoir à discuter du fond, un sophisme qui renvoie le locuteur à un no man’s land intellectuel pour cause de forme non académique. On en voit les les ravages avec l’écriture inclusive et son imposition progressive. Je considère que le langage en aucun cas ne doit être un vecteur d’oppression de la libre expression et qu’il y a la place en ce bas monde et pour les aristocrates de la langue, et pour tous ceux qui ont dirons nous une approche plus argotique et erratique de cette dernière. Bonne APM

  1. Pour Tapie (persan) les temps changent … il y a 2 siècles les « chauffeurs du Nord » lui auraient grillé les pieds pour lui faire avouer l’endroit où il avait caché son or,
    mais de nos jours se sont ses « Potes » du Sud qui viennent le braquer à domicile et lui fracasser la tete…. Retour à l’envoyeur… Ses « Potes » qu’il a tant aimé et tant choyé, c’est vraiment ballot …. Maintenant qu’ils connaissent « La Bonne Adresse », ils reviendront plus nombreux et plus aguéris, et cette fois ils joueront surement du couteau, euh pardon en langage et usage musulman on parle « d’armes blanches », et c’est meme encouragé par le Coran contre les « infidèles » ….
    Sacré Nanard, toujours des soi-disant « bonnes idées »…. hélas toujours disruptives….
    Sauf que cette fois la submersion migratoire qu’il a tant voulu et tant aidé activement, va le mettre Echec et Mat…
    Ce serait tellement juste et équitable que tous les « Bien-pensants » de la « Gôche-Caviar » soient enfin confrontés à la Véritable Réalité du Terrain qu’ils ont eux-mêmes façonné ….

  2. Nono
    Peut-on être d’accord sur le fond mais cette vulgarité du ton est-elle pas vraiment utile au propos ?

    • les torgnoles sans mettre de gants manquent de classe .c’est certain. Tout se perd. Comme l’accusation d’aller se faire enc** sans un début de preuve.

  3. https://www.facebook.com/photo?fbid=121453093368208&set=a.101619312018253

    « Votre univers n’a aucune signification pour eux. Ils ne chercheront pas à comprendre. Ils seront fatigués, ils auront froid, ils feront du feu avec votre belle porte de chêne. Ils couvriront de caca votre terrasse et s’essuieront les mains aux livres de votre bibliothèque. Ils cracheront votre vin. Ils mangeront avec leurs doigts dans les jolis étains que je vois à votre mur. Assis sur leurs talons, ils regarderont flamber vos fauteuils. Ils se feront des parures avec les broderies de vos draps. »

    Jean Raspail, Le camp des saints

Laisser un commentaire