REBLOG

Un autre mythe du COVID s’effondre

Aller à l’épicerie dans le Massachusetts en 2020 vous garantissait de respirer des tas de désinfectant.

Un employé à plein temps nettoyait les chariots entre les clients. Les tapis roulants à la caisse étaient nettoyés au jet et essuyés entre chaque vente. Les surfaces en verre étaient pulvérisées aussi souvent que possible. Les claviers en plastique des distributeurs automatiques de billets étaient non seulement recouverts de plastique – on n’a jamais compris pourquoi mettre du plastique sur du plastique empêchait le Covid d’agir – mais aussi aspergés entre chaque utilisation.

Les employés observaient attentivement vos mains pour voir ce que vous touchiez, et lorsque vous sortiez de l’espace, ils couvraient la zone avec un spray nettoyant.

C’était la même chose dans les bureaux et les écoles. Si une seule personne présentait un test PCR positif, il fallait évacuer tout le lieu pour une fumigation de 48 heures. Tout devait être essuyé, pulvérisé et frotté, pour se débarrasser du Covid qui devait sûrement être présent dans le mauvais endroit. Le nettoyage rituel a pris un aspect religieux, comme si le temple devait être purifié du diable avant que Dieu puisse ou veuille revenir.

Tout cela découlait de la croyance que le microbe vivait sur les surfaces et dans les espaces, qui elle-même découlait d’une intuition primitive. On ne peut pas voir le virus, il peut donc se trouver n’importe où. L’imagination humaine s’est chargée du reste.

J’étais à Hudson, New York, dans un petit déjeuner chic qui avait imposé des protocoles Covid aléatoires. Il faisait froid dehors, mais ils ne m’ont pas laissé m’asseoir à l’intérieur, bien qu’il n’y ait aucune restriction gouvernementale à ce sujet. J’ai demandé à cette jeune d’une vingtaine d’années masquée pourquoi. Elle a dit « Covid ».

« Vous croyez vraiment qu’il y a le Covid dans cette pièce ? »

« Oui. »

Les wagons de métro étaient nettoyés quotidiennement. Facebook fermait régulièrement ses bureaux pour un nettoyage complet. Le courrier était laissé à désinfecter pendant des jours avant d’être ouvert. Les choses sont devenues folles : les terrains de jeux ont retiré les filets des paniers de basket de peur qu’ils ne transportent le Covid.

Pendant tout l’épisode pathétique de l’année dernière, les gens se sont retournés sauvagement contre les choses physiques. Pas de partage de crayons dans les écoles qui allaient ouvrir. Pas de salière ni de poivrière à table, car c’est sûrement là que vit le Covid. Plus de menus physiques. Ils ont été remplacés par des QR codes. Votre téléphone contient probablement aussi le Covid, mais au moins vous êtes le seul à l’avoir touché.

Le « sans contact » est devenu le nouvel objectif. Toutes les choses physiques sont devenues intouchables, rappelant à nouveau les anciennes religions qui considéraient le monde physique comme une force des ténèbres tandis que le monde spirituel/numérique pointait vers la lumière. Les adeptes du prophète Mani seraient heureux.

En février déjà, l’AIER signalait que quelque chose clochait dans tout cela. Des études ont déjà été publiées, qui démontrent que la frénésie physique-phobique est sans fondement.

La diabolisation des surfaces et des pièces n’est pas seulement le fruit d’une imagination débordante, elle est également recommandée et même imposée par les CDC. Ils offraient une énorme page d’instructions sur la nécessité d’avoir constamment peur, de frotter et de fumiger.

Le 5 avril, cependant, la page des CDC a été remplacée par un ensemble d’instructions beaucoup plus simples, qui comprend maintenant cette note discrète : « Dans la plupart des situations, le risque d’infection en touchant une surface est faible. » Ah bon ?

Le lien renvoie à ce qui suit :

Des études d’évaluation quantitative du risque microbien (EQRM) ont été menées pour comprendre et caractériser le risque relatif de transmission du SRAS-CoV-2 par les fomites et évaluer la nécessité et l’efficacité des mesures de prévention pour réduire le risque. Les résultats de ces études suggèrent que le risque d’infection par le SRAS-CoV-2 via la voie de transmission par fomite est faible, et généralement inférieur à 1 sur 10 000, ce qui signifie que chaque contact avec une surface contaminée a moins d’une chance sur 10 000 de provoquer une infection.

Oups.

Voilà pour les milliards de dollars dépensés en produits de nettoyage, les employés et le temps, l’hystérie et la frénésie, la montée de l’insensibilité et des gants, l’aspersion du monde entier. La science a apparemment changé. Pourtant, il faudra des années avant que les gens comprennent la nouvelle et agissent en conséquence. Une fois que les mythes de la transmission de surface d’un virus respiratoire auront été dévoilés, il sera difficile de revenir à la normale.

Heureusement, le New York Times a fait un reportage précis sur la mise à jour des CDC, en citant toutes sortes d’experts qui affirment avoir su cela depuis le début.

« Enfin », a déclaré Linsey Marr, experte en virus aériens à Virginia Tech. « Nous le savons depuis longtemps et pourtant les gens se concentrent toujours autant sur le nettoyage des surfaces. » Elle ajoute : « Il n’y a vraiment aucune preuve que quelqu’un ait jamais contracté le Covid-19 en touchant une surface contaminée. »

Pourtant, je suis prêt à parier que si je me dirigeais maintenant vers un WalMart ou une autre grande chaîne de magasins, il y aura plusieurs employés dédiés à la désinfection de tout ce qu’ils peuvent, et il y aura des clients qui exigeront qu’il en soit ainsi.

Combien d’années faudra-t-il pour que les gens acceptent la réalité embarrassante et scandaleuse selon laquelle une grande partie de ce qui a été présenté comme de la science l’année dernière a été inventé à la volée et s’avère être totalement faux ?

Source : The American Institute for Economic Research – Traduit par Anguille sous roche

Source : Un autre mythe du COVID s’effondre

Catégories :REBLOG

2 réponses »

  1. Toutes less preuves que le CPL est une ssource d’internet sont dans less dernierss commentaires souss cet article
    https://resistance71.wordpress.com/2020/10/27/hiver-2020-21-cov19-5g-chomage-famine-et-depopulation-programmee/?unapproved=144940&moderation-hash=a3a308dba69f4990d09a5228e80f1bc3#comment-144940

    Il ssuffit de « comment avoir internet avec une prise CPL », et là, vou avez plein de sources
    C’est la preuve que Enedis veut pirater l’ordi avec le CPL du linky
    Désolé de ne pas avoir répondu plus tot, mais le CPL du linky m’éteint mon ordi quasiment tout le tempss, parce que j’ai découvert comment la cyberattaque de Klauss Sschwab va pouvoir se réalisser grace aux CPL du linky et ils ont peur que ssi cela sse sache, certains pourront montrer la preuve que le CPL du linky connecte à internet, la preuve que cela pirate et donc viole le droits de l’homme, donc rendrait le linky illégal et donnerait une bonne raison de faire retirer tous les linky de France à caue de leurs CPL big brother internet

Laisser un commentaire