REBLOG

“Ce n’est pas Orwellien, c’est ÇA qui est Orwellien” : Les Australiens réfléchissent à la possibilité de présenter sa carte d’identité pour accéder à Facebook, Twitter et Tinder

“Ce n’est pas Orwellien, c’est ÇA qui est Orwellien” : Les Australiens réfléchissent à la possibilité de présenter sa carte d’identité pour accéder à Facebook, Twitter et Tinder

Le gouvernement australien réfléchit à une proposition qui obligerait les citoyens à fournir au moins deux formes d’identification s’ils veulent utiliser les médias sociaux, sous prétexte de “lutter contre le harcèlement en ligne et de signaler plus facilement les utilisateurs aux autorités”.

Sous couvert de prévenir le harcèlement en ligne, le plan du gouvernement Morrison exigerait “100 points d’identification” pour utiliser Twitter, Facebook, Instagram – et les plateformes de rencontres en ligne telles que Tinder, selon news.com.au. Pour répondre à l’exigence des “100 points”, les citoyens devraient combiner des méthodes d’identification de “catégorie 1” (certificat de naissance, passeport, documents de citoyenneté) avec des pièces d’identité de “catégorie 2” (permis de conduire valide délivré par le gouvernement, pièce d’identité avec photo d’un fonctionnaire, certificat médical).

Plus d’informations via news.com.au :

La recommandation, qui a déjà été soulevée auparavant, est l’une des 88 recommandations du rapport d’une commission parlementaire qui se penche sur la violence familiale, domestique et sexuelle.

“Pour ouvrir ou maintenir un compte de média social existant, les clients devraient être tenus par la loi de s’identifier auprès d’une plateforme en utilisant 100 points d’identification, de la même manière qu’une personne doit fournir une identification pour un compte de téléphone mobile, ou pour acheter une carte SIM mobile”, suggère le rapport.

Il poursuit en disant que les plateformes de médias sociaux “doivent fournir ces détails d’identification à la demande du commissaire à la sécurité électronique, des forces de l’ordre ou d’un tribunal”.

Par ailleurs, l’Australie a un commissaire à la sécurité électronique.

Comme l’indique le rapport, l’obligation d’identification signifierait que les géants des médias sociaux disposeraient d’encore plus d’informations sur leurs utilisateurs.

Comme prévu, les gens normaux expriment leur incrédulité face à cette nouvelle proposition :

“Sommes-nous en train de devenir la Corée du Nord ? C’est orwellien”, a écrit un utilisateur sur Twitter après avoir lu la recommandation.

“Je suis responsable des médias sociaux et, honnêtement, je n’en tire pas assez de bénéfices pour justifier de leur donner accès à mon identifiant”, a écrit un autre.

Emily van der Nagal est maître de conférences à l’université Monash de Melbourne. Elle a écrit sa thèse de doctorat sur la valeur de l’anonymat et du pseudonymat dans les médias sociaux et a dit de la recommandation : “Ne faites pas ça.”

“Bonjour, c’est moi, une chercheuse en médias sociaux qui a soutenu à maintes reprises que ce n’est pas une bonne idée d’obliger les gens à soumettre leur identité pour utiliser les médias sociaux”, a-t-elle écrit sur Twitter.

“Cela ne résoudra pas le harcèlement, cela ne fera que nuire davantage aux groupes déjà vulnérables. Ne faites pas ça.”

SOURCE AUBE DIGITALE

https://www.aubedigitale.com/ce-nest-pas-orwellien-cest-ca-qui-est-orwellien-les-australiens-reflechissent-a-la-possibilite-de-presenter-sa-carte-didentite-pour-acceder-a-facebook-twitter-et-tinder/

Catégories :REBLOG

Laisser un commentaire