REBLOG

Quand la vérité va à l’encontre du dogme… — nouratinbis

Avant-hier soir, sur C News, Eric Zemmour se trouvait confronté à une ministre présipédienne, Alice Cabas-Connachier ou quelque chose comme cela, si je ne m’abuse. La dame en question, HEC, ENA, Inspection des Finances et pantouflage subséquent dans le privé hyper-juteux, une pointure donc, s’amusait ce soir-là à chatouiller Zemmour à propos d’un « quarteron de généraux en charentaises qui appellent au soulèvement » selon les termes qu’elle venait d’employer, comme tout bien-pensant qui se respecte, pour qualifier les signataires de la fameuse tribune tant abhorrée par le conglomérat de péteux qui nous tient lieu de gouvernement. L’allusion au putsch d’Alger, à l’illustre diatribe proférée par Charlot Gros-Pif voilà soixante ans bientôt, et au soulèvement séditieux d’une soldatesque inféodée, comme ils disent, à l’extrême-droite, fait juste rigoler dans la bouche de cette petite merdeuse du XVIème; elle n’a connu que les cabinets feutrés, les salles de conseils d’administration des grands groupes et les émoluments à six chiffres. Ces gens-là ne comprennent rien. Ils se contentent de répéter le catéchisme qu’on leur enseigne à Science-pot et qui leur tient lieu, par la suite, de machine à raisonner la vie. Et le petit Zemmour, un peu énervé, lui a donc fait observer que les officiers généraux signataires du texte en question avaient rendu plus de services au pays qu’elle même et ses petits camarades n’en rendraient jamais. C’est l’évidence car, les militaires dont s’agit fussent ils les derniers des couillons, les conséquences de leur éventuelle nocivité ne souffriraient aucune comparaison avec les dégâts causés par tous ces ministricules macronnifiques dont nous avons à souffrir depuis quatre longues années. Sans oublier que les intéressés font suite à la bande d’andouilles des ministères Holladouille, aux pauvres cloches sarkozyennes et aux balourds chiracophiles dont l’ineffable Raffarin constitue un spécimen digne du musée de la politicaillerie franchouille. Je ne remonte pas plus loin de crainte de lasser.
« En France on laisse en repos ceux qui mettent le feu et on persécute ceux qui sonnent le tocsin » rappelle Zemmour par cette citation de Chamfort dont l’actualité reste éminemment brûlante, c’est bien le cas de le dire. Il avait bien raison, ce pauvre Chamfort, que font ils d’autre, ces braves militaires, que de crier au feu? C’est le père Chirac précité qui le disait (à propos du climat, certes, mais ça vaut pour tout) « notre maison brûle et nous regardons ailleurs! » Pour ce qui concerne l’invasion de notre pays, il est de bon ton, en effet, de regarder autre chose, n’importe quoi, pourvu qu’on ne traite pas le sujet. Surtout pas! Et donc c’est le déchaînement chez tout ce qui pense comme il faut, à commencer par les ministres, dont évidemment celle des armées, une socialo pur fruit blanchie sous le harnois. Elle veut les faire passer en conseil de guerre, les généraux félons, les putschistes, en cour martiale… Plaît-il? Il n’y a plus ni conseil de guerre ni cour martiale? Eh bien flûte, il n’y a qu’à en refaire, alors, voilà tout! Comment s’était il débrouillé le vieux Gaullois aux deux étoiles? Ah, il avait créé exprès le Haut Tribunal Militaire, ben y a qu’à faire pareil, on n’est tout de même pas plus con que cette vieille baderne, non? Ah oui, vous croyez? Bon, tant pis, alors, mais on trouvera bien le moyen de leur faire passer le goût du putsch à ces salopards-là! Et puis, un soldat ça ferme sa gueule et surtout, surtout ça ne fait pas de politique!
Alors-là, en effet c’est l’argument massue (ne pas confondre avec l’argument Massu, dont usait volontiers le précité Gros-Pif), le soldat doit laisser déconner les politiques sans bouger un sourcil, vous mordez le topo? Donc, d’après les affidés de Présipède, soutenus en cela par toute la Gauchiardise depuis Méluche jusqu’à la mère Schiappa en passant par les écolos, les cocos qui restent et les socialos qui survivent, les généraux signataires de la fameuse Tribune doivent passer à la trappe. Ils se mêlent de politique! Une bonne dégradation à la Dreyfus sur le front des troupes leur ferait le plus grand bien, sans préjudice de sanctions dans le style Île du Diable! Dommage qu’on ait cessé d’envoyer les méchants à la Guyane, comme on disait…le bagne n’existe plus, certes, mais Taubira est toujours-là, c’est encore pire, pas vrai?
Bon, d’accord, on veut bien, mais en somme que disent-ils, ces vieux traîneurs de sabre, dans leur déclaration en question? Eh oui, en somme, ils constatent la situation épouvantable qui découle à la fois de l’invasion, des conneries antiracistes voire racialistes, et de l’extraordinaire veulerie des gouvernants: « quand la prudence est partout le courage n’est nulle part » (1). Ils les invitent donc à siffler la fin de la récréation et leur proposent d’appliquer simplement les lois, celles qui existent, pas la peine d’en faire d’autres. Parce que dans le cas contraire, nous irions tout droit à la guerre civile, un peu ce que disait le vieux Gérard Collomb quand il a démissionné, ça ferait des milliers de morts dont ils porteraient la responsabilité, les gouvernants en question…alors-là, ils se foutent le doigt dans l’œil, les militaires, ces enfoirés ne porteront jamais la responsabilité de rien du tout, ça se saurait, et en pareil cas les prisons seraient bourrées de politicards! Enfin, pour conclure, cerise nauséabonde sur le gâteau à la crème des heures les plus sombres, « nous sommes disposés à soutenir les politiques qui prendront en considération la sauvegarde de la nation« …ouh, la, la, cré vain dieu, et ça veut dire quoi ça? Venant d’une coterie de salfachos à képis, vous voyez un peu ce que ça laisse entrevoir, non? On se croirait revenu dans les ténèbres de Franco, de Pétain, du Maréchal Staline (ah, non, le dernier vous rayez, c’est une erreur de plume)! Et par dessus le marché, vous avez la mère Le Pen qui, sans barguigner s’est mise à leur tresser les lauriers d’un soutien bien sincère et bien spontané! L’horreur, quoi, « le goût des bruits de bottes » comme dit le petit Moussa Damanin! On y est en plein, vous voyez! Quand la vérité va à l’encontre du dogme, tous les ayatollah de la gauche, « droite républicouille » comprise, lancent l’anathème et la fatwah! Sauf que la vérité, malgré tout, reste la vérité, les sondages semblent démontrer qu’une chouette majorité de nos concitoyens se montrent pleinement d’accord avec les soi-disant putschistes. Et cela semble tout à fait logique, il n’y a qu’à se balader dans les rues pour constater l’étendue du désastre… bien sûr, les dames Parly et Cabas-Connachier (je ne suis pas très sûr de l’orthographe exacte mais j’ai la flemme de vérifier) se promènent très rarement dans les rues, sauf peut être à Passy ou à Saint Germain des Prés et seulement après vérification de l’état des lieux par les braves gens chargés, à nos frais, de leur Sécurité.
Tout cela pour vous dire, en fin de compte, à quel point nous en sommes arrivés. Qui peut avoir envie de continuer à faire confiance à tous ces affreux qui depuis quatre décennies s’emploient à transformer le pays en déversoir du trop plein des démographies africaines débridées? Ils se foutent le doigt dans l’œil, les vieux généraux, déjà il n’y a plus de nation, c’est évident! Quand vingt pour cent de la population la refusent on est passé à autre chose, le sentiment national part en quenouille, les lois de la Répupu doivent se plier à celles d’Allah et les drapeaux de la Bastille ont pris le pas depuis belle lurette sur les trois couleurs nationales. Toutes les Gauches, y compris la macronnienne, trouvent cela très bien et les autres, dans le genre Les Républicains s’en accommodent tant bien que mal…même que Muselier fait cause commune aux régionales PACA avec les petits camarades de La République qui marche, c’est vous dire s’il est urgent de les écouter, les infâmes Généraux Putschistes!

En attendant passez une bonne semaine et faites bien attention où vous mettez les pieds, surtout après le coucher du soleil…bon je dis ça, je ne dis rien…
Bien amicalement.

Et merde pour qui ne me lira pas.

NOURATIN

(1) Comme dit le Cardinal Mercier, Primat de Belgique.

Quand la vérité va à l’encontre du dogme… — nouratinbis

Catégories :REBLOG

Tagué:

7 réponses »

  1. Respect pour les Généraux qui disent clairement (et avec une certaine modération), ce qu’il en est de la décrépitude accélérée de notre Pays.
    Quant à Miss « Parly 2 » elle n’a jamais fait son service militaire et n’a sans doute jamais mis les pieds dans une caserne, et elle se veut « Ministre » des Armées…LoL …!!!

Répondre à Anders Annuler la réponse.