REBLOG

7 Chiffres qui démontrent une dangereuse inflation

Veillez à ce que les marchés ne s’effondrent pas en raison d’une forte hausse de l’inflation

Jerome Powell (Fed) & Christine Lagarde (ECB) – Isopix

4,2 %. Laissez-moi répéter cela encore une fois pour être sûr. Les prix aux États-Unis ont augmenté de 4,2 % au cours du mois d’avril. Il s’agit du taux d’inflation le plus élevé depuis 2008, juste avant la crise bancaire qui a presque tué le système financier. Les experts et les traders sont divisés sur la tendance de cette inflation. Certains considèrent cette hausse des prix comme une phase passagère, mais d’autres n’en sont pas si sûrs.

L’inflation est une bonne chose pour les débiteurs car elle rend les paiements futurs de leur dette moins chers. Pour les investisseurs dans cette dette, tout devient beaucoup moins rentable car leurs obligations perdent de la valeur. Pour les actionnaires, cela dépend beaucoup du secteur dans lequel ils ont investi. Les banques, par exemple, en profitent car la différence entre les taux d’intérêt à court et à long terme augmente. Les entreprises qui n’ont pas de pouvoir de fixation des prix – pensez à toutes les industries qui ne fonctionnent pas en oligopole, duopole ou monopole – sont perdantes. Si votre nom est Apple, cela ne fera pas grande différence – vous pouvez ajouter 100 euros supplémentaires qui n’effraieront pas les fanatiques. Mais si vous êtes un simple viticulteur qui doit vendre son vin dans un supermarché, les choses seront beaucoup plus difficiles.

Un peu d’inflation est bon pour nous

La raison de la hausse de l’inflation n’est pas si difficile à comprendre. Les banques centrales ont injecté une quantité affolante d’argent sur le marché. En outre, la récession est désormais un fait, l’épargne ne rapporte rien et les consommateurs se sentent presque obligés de dépenser leur argent. Ainsi, trop d’argent court après trop peu de biens et de services.

Il est intéressant de savoir qu’un peu d’inflation est considérée comme bénéfique. Il y a un consensus sur le fait que 2 à 3 pour cent est sain pour l’économie. Elle garantit que la montagne de dettes diminue quelque peu à long terme et permet aux salaires d’évoluer avec elle, de sorte que la confiance dans l’économie reste forte et que les familles continuent de dépenser. Tout ce qui dépasse 3 % en revanche déclenche des signaux d’alarme, surtout si cela devient permanent, notamment dans les économies matures comme l’Europe et les États-Unis.

La question à mille milliards de dollars

La question qui préoccupe tout le monde est de savoir si cette inflation est temporaire ou permanente. Nous parlons littéralement de milliards si le marché boursier est durement touché. Si l’inflation est permanente, la seule option pour les banques centrales est de relever les taux d’intérêt, ce qui refroidira considérablement l’économie.

Aujourd’hui, les analystes tentent fébrilement de savoir comment interpréter ces 4,2 %. La Federal Reserve Bank (FED) – le principal acteur dans ce débat sur l’inflation – a fait une déclaration très frappante. Selon eux, nous parlons d’une « hausse temporaire » et le marché boursier devrait se calmer.

La banque centrale américaine a peut-être raison. Mais de nombreux chiffres de notre analyse suggèrent qu’il s’agit d’une déclaration d’espoir vain plutôt que de réalisme froid. Voici 6 hausses de prix hallucinantes qui nous empêcheront tous de dormir et qui indiquent que la déclaration de la Fed doit être prise avec un très gros grain de sel.

1. Le prix du bois a augmenté de 377 % en 12 mois

Même si l’on compare à la situation d’il y a cinq ans, l’augmentation des prix est significative. En trois ans, le prix du bois a fait un bond de 165 %. Cela n’a donc pas seulement à voir avec le rebond de l’économie. Il y a eu un fléchissement l’année dernière, mais la hausse à long terme est claire.

Visual Capitalist.

2. L’indice Baltic Dry a explosé sur un an avec une hausse de 58 %

Baltic Dry est le prix à payer pour transporter des marchandises en vrac sur les principales voies de navigation du monde. Le prix se reflète dans presque tous les produits que nous importons. En trois ans, l’indice a augmenté de 219 %, après un fléchissement temporaire au début de la crise corona.

3. Le minerai de fer s’envole avec une forte hausse de 149 % en un an

En trois ans, le prix du minerai de fer a augmenté de 180 %. Là encore, la fin de la pandémie n’est que l’accélérateur d’une tendance qui s’est manifestée auparavant. En outre, il est possible que ces prix augmentent encore. Après tout, les Chinois – de loin les plus importants producteurs d’acier – ferment les entreprises sidérurgiques qui utilisent trop d’énergie.

4. Le pétrole augmente de 131 %

Quiconque pensait que le pétrole était sur une trajectoire descendante permanente, compte tenu de la montée imparable de l’énergie verte, a largement sous-estimé les besoins énergétiques de l’industrie et de l’humanité. Le pétrole est présent dans presque tous les produits, des plastiques aux compléments vitaminés.

5. L’indice alimentaire mondial augmente de 31 % par rapport à l’année précédente

FAO

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) signale depuis un certain temps déjà que les prix des denrées alimentaires montent en flèche. L’indice atteint le niveau d’avril 2014. Certains détaillants se livrent à une guerre des prix, comme en Belgique, ce qui signifie que nous ne le ressentons pas encore dans nos poches, mais cela va bientôt changer, prédisent les experts.

Les prix des céréales part en flèche depuis 2020

Si tout cela ne vous rend pas optimiste, ne regardez pas le graphique suivant. On peut y voir l’inflation des céréales destinées à la consommation humaine et à l’alimentation animale. Ce dernier point a bien sûr aussi un effet direct sur le prix de la viande, ce que les mangeurs de viande ressentiront directement dans leur porte-monnaie.

Prix du blé panifiable, du blé fourrager, de l’orge fourragère, du maïs fourrager et du triticale. Source : Département flamand de l’agriculture et de la pêche.

7. Les prix des voitures neuves aux États-Unis augmentent de 8,4 %

À l’heure actuelle, nous avons tous entendu parler de la pénurie de puces électroniques qui fait que de nombreuses nouvelles voitures ne seront pas produites en 2021. Les voitures sont équipées de 50 à 150 puces et 80 % de ces puces sont fabriquées par un géant à Taïwan, TSMC.

Le secteur automobile n’est pas le seul à souffrir d’une pénurie de ce composant vital. Des secteurs tels que l’électronique grand public connaissent également des problèmes d’approvisionnement. Les véritables hausses de prix interviendront à l’automne, car presque toutes les industries doivent faire face à une pénurie de puces, mais toutes n’ont pas encore pu répercuter leurs prix.

Si le volume ne peut pas augmenter, alors le prix le fera

Comme si cela ne suffisait pas, il faut tenir compte du fait que les économies ne font que reprendre. Le risque d’une inflation galopante est donc réel. Prenez les tarifs aériens, par exemple. Les tarifs aériens n’ont pas encore retrouvé leur niveau d’avant la pandémie et sont encore inférieurs d’au moins 20 % si l’on considère les principaux marchés aériens. Mais le secteur a subi tellement de pertes qu’avec l’augmentation de la demande en été et en automne, les tarifs sont appelés à augmenter fortement.

En outre, d’autres secteurs qui ont subi des pertes, comme le secteur de l’hôtellerie et de l’événementiel, savent qu’il existe deux façons de récupérer ces pertes dues à la pandémie. L’augmentation du volume est un moyen. Or, le volume n’est pas sous leur contrôle, mais le niveau des prix l’est. Vous avez probablement remarqué qu’après la réouverture du secteur de la restauration dans notre pays, on peut parler sans risque d’une augmentation des prix de 10 à 25 % pour une bière ou un snack. Cela ne s’est jamais produit auparavant. L’industrie de la construction a signalé en marge que les prix de la construction ont augmenté de 8 % en un an. Par exemple, pour une maison neuve qui coûte 400 000 euros en travaux et matériaux, cela représente une augmentation de 32 000 euros, un chiffre absolu qui donne à réfléchir.

La Belgique n’échappe pas à la tendance

Het Laatste Nieuws et VTM ont calculé ces hausses de prix pour tous les biens et services dont vous avez besoin pour votre maison et votre mobilité. Tout augmente: des barbecues aux vêtements en passant par les emballages en plastique et les matériaux de construction. L’inflation varie entre 10 % pour les vêtements, 15 % pour les téléviseurs et 30 % pour les meubles de jardin et les piscines. Le prix des aliments augmente également de façon spectaculaire, de 12 % pour les produits laitiers, 26 % pour le sucre et 32 % pour les céréales. Jamais vu au cours des 70 dernières années.

Les oligopoles ont le pouvoir

Il y a aussi une tendance à très long terme qui joue un rôle. De nombreux secteurs sont dominés par des oligopoles dont le mantra est d’user – abuser – du pouvoir de fixation des prix pour maintenir leurs bénéfices stables. Les nouvelles entreprises dans des secteurs comme l’alimentation, le pétrole et l’exploitation minière sont très peu nombreuses, et la concurrence y est donc très faible. Nous ne devons donc pas nous attendre à des cadeaux de la part de ces entreprises.

https://fr.businessam.be/veillez-a-ce-que-les-marches-ne-seffondrent-pas-en-raison-dune-forte-hausse-de-linflation/?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=newsletter_du_jour_israel_palestine_5_choses_a_savoir_sur_le_dome_de_fer_6_chiffres_qui_demontrent_une_dangereuse_inflation_interview_newb_doit_encore_tout_prouver&utm_term=2021-05-17

Les signes d’une reprise de l’inflation s’accumulent avec l’envolée des cours des matières premières et la pénurie mondiale de semi-conducteurs. Des chaînes de production sont souvent à l’arrêt partout dans le monde et des Peugeot 308 sont équipées de compteurs à aiguille au lieu de compteurs numériques. Le cuivre, l’aluminium, le blé, le maïs, le sucre et le pétrole ont augmenté respectivement, en un an, de 83,74 %, 50 %, 11,79 %, 60 %, 22,85 % et 112,46 %. La hausse des prix de la production en Chine est à son niveau le plus élevé depuis quatre ans en raison de la hausse des cours des matières premières. En quelques mois, l’acier et le plastique ont bondi de 15 à 30 %.

Les prix à la consommation n’ont jamais autant augmenté d’une année sur l’autre, aux États-Unis, depuis 13 ans : +4,2 % en avril par rapport à avril 2020. L’inflation s’accélère également d’un mois sur l’autre (+0,8 % par rapport à mars). La masse monétaire a augmenté de 24 % au cours de l’année dernière et la vitesse de circulation de la monnaie pourrait augmenter avec la fin de la crise sanitaire. Quant au prix des maisons, il a augmenté, en un an, de 11 %, soit davantage que pour le pic des subprimes en 2006. Tout cela nous rappelle l’insouciance de la Fed au début des années 70 avant une inflation effective à deux chiffres.

L’indice des prix de la production, au mois d’avril, aux États-Unis, a progressé de 0,6 % en comparaison du mois antérieur. En glissement annuel, il grimpe de 6,2 %, soit la plus forte hausse depuis la création de la statistique. La guerre des salaires (effet des allocations chômage Biden trop généreuses), même s’il manque encore des millions d’emplois par rapport à la situation avant la pandémie, a aussi commencé aux États-Unis où Amazon et McDonald’s viennent d’annoncer des paies et des primes plus élevées pour attirer les employés.

 

Catégories :REBLOG

Tagué:

4 réponses »

  1. Une question : D’ou viennent les pénuries qui créent la rareté et donc l’inflation?
    Comment se fait-il qu’on manque de bois?
    L’économie mondiale n’est pas repartie, alors comment ces pénuries sont possibles?

    • Les raisons d’une résurgence de l’inflation sont multifactorielles, et je vois au moins 5 facteurs importants

      -Les conséquences du Covid et la perturbation occasionnée sur les chaines d’approvisionnements qui oblige les opérateurs à s’organiser non plus par flux tendu mais par plateformes et reconstitution des stocks pour éviter les ruptures. Phénomène hautement inflationniste puisque par la tension sur les flux qu’il occasionne il augmente les couts de transports et concourent à augmenter les anticipations d’inflation sur les marchés et chez les opérateurs. C’est ce que j’appellerais un effet boule de neige.

      -La prise en compte de la montée hégémonique et économique de la Chine qui représente une pression à la hausse sur les matières premières considérable et des négociations de plus en plus apres avec ses fournisseurs d’où des tensions géopolitiques très importantes avec l’Australie par exemple.

      -Les tensions géopolitiques en Asie entre Chine et Etats Unis qui se focalisent sur Taiwan qui est un des principaux fournisseurs de puces électroniques au monde. Ajoutez à cela que la Chine est un des principaux producteurs de terres rares qui rentrent dans la fabrication des composants électroniques.

      -Les phénomènes migratoires internes très importants qui affectent les Etats Unis conséquence d’une fuite massive des conservateurs us des villes « shithole » démocrates vers des lieux ou règne davantage de liberté et qui entrainent une grosse tension sur le marché immobilier et sur tous les matériaux servant à la rénovation de ces nouveaux paradis de migration.

      -Une pénurie de main d’œuvre et une tension sur les salaires conséquence des chèques fin des mois des gouvernements occidentaux suite aux mesures de confinement liées au Covid.

Répondre à The Wolf Annuler la réponse.