REBLOG

Nier la réalité mène à la tyrannie et à l’échec de la société (Mises Institute)

Le point commun qui relie les sociétés en faillite, de l’Allemagne de Weimar à l’Union soviétique, est une insistance presque pathologique à nier la réalité.

L’Allemagne de Weimar a nié que des masses d’argent imprimé détruiraient la société civilisée. L’Union soviétique a insisté sur le fait que l’homme soviétique émergerait spontanément des cendres de la société capitaliste. L’Allemagne de Weimar a engendré l’Allemagne nazie. L’Allemagne nazie a été complètement détruite, tant physiquement que politiquement, par les Alliés de la Seconde Guerre mondiale.

Heureusement, l’Union soviétique s’est simplement effondrée après soixante-dix ans de consommation de capital pour réaliser le fantôme d’une société sans classe. Aujourd’hui, l’Allemagne nazie et l’Union soviétique sont toutes deux synonymes de tyrannie et d’échec. Les deux nations ont assassiné des millions de personnes. Ces deux nations n’existent plus. Certes, l’Allemagne existe, tout comme la Russie, mais je soutiens que les deux sont de nouvelles nations. Aucune n’est parfaite, mais aucune ne revendique un héritage politique de la nation qui l’a précédée.

Les erreurs politiques pathologiques découlent inexorablement d’une vision biaisée de la réalité, tant dans l’Allemagne nazie qu’en Union soviétique. Une fois que cette vision de la réalité a été jugée au-dessus de toute critique, ses champions ont adopté des politiques de plus en plus tyranniques. Les théories raciales de la suprématie aryenne de l’Allemagne nazie justifiaient apparemment le meurtre des handicapés, des Tziganes, des personnes ayant une orientation sexuelle différente, des Juifs et des Slaves. Au nom de la naissance d’un nouvel homme soviétique, l’Union soviétique a assassiné tous ceux qui s’opposaient à son programme de confiscation de toutes les entreprises, y compris les petites exploitations agricoles. Lorsque les entreprises et les fermes font faillite, il n’y a pas d’examen de conscience sur les causes profondes qui pourraient résider dans le marxisme lui-même. Non, le problème devait venir de saboteurs au sein de la société. La réalité, voyez-vous, était ce que le Politburo de l’Union soviétique disait qu’elle était. En tant qu’avant-garde du prolétariat, le Politburo se tenait à l’extérieur de la société et voyait ses défauts. Ceux qui n’étaient pas d’accord étaient aveugles à cette vision et devaient être éliminés.

La chasse aux fantômes de la réalité alternative

Aujourd’hui, l’Occident adopte surtout des politiques qui découlent de réalités alternatives qui, franchement, n’existent pas.

J’en énumère ici quelques-unes :

  1. Le réchauffement planétaire/changement climatique catastrophique est causé par l’homme et doit être arrêté. Je préfère qualifier le terme “réchauffement global/changement climatique” par l’adjectif “catastrophique”. La planète se réchauffe-t-elle ? Qui sait ? Le climat est-il en train de changer ? Probablement. Mais ni le réchauffement de la planète ni le changement climatique ne sont “catastrophiques”. Pourtant, c’est devenu presque un article de foi que la Terre est au bord du précipice d’une catastrophe environnementale, nécessitant des handicaps toujours plus radicaux sur nos libertés et l’économie.
  2. Le privilège blanc aux États-Unis est responsable des crimes contre les minorités et des disparités de richesse. La théorie critique de la race a donné lieu à des chasses aux sorcières contre des groupes secrets et obscurs de suprémacistes blancs, en particulier dans l’armée, ce qui a permis aux enquêteurs de trouver des preuves de l’existence de ces groupes et de les éradiquer. Il est impératif que ces enquêteurs découvrent réellement ces groupes, qu’ils existent ou non. La théorie critique de la race est la vieille théorie marxiste de la lutte des classes dans de nouveaux habits. La théorie marxiste de la lutte des classes postulait que nous sommes tous nés dans une classe et que nous ne pouvons pas échapper à ses préjugés. Mais remarquez que les marxistes et maintenant les théoriciens de la race considèrent qu’ils ne sont pas eux-mêmes sensibles aux préjugés dans lesquels nous sommes tous piégés. Très pratique, non ?
  3. Le Covid-19 est une menace existentielle pour la vie humaine sur Terre. Les droits de l’homme garantis par la Constitution peuvent être violés en toute impunité. Qui peut décider de tout cela ? Les élus et les bureaucrates du gouvernement, bien sûr.
  4. La théorie monétaire moderne (MMT) explique que le gouvernement n’a pas besoin de modérer ses dépenses. Il peut toujours fabriquer plus d’argent afin de financer de nouveaux programmes et de payer ses dettes. Une augmentation des dépenses publiques peut toujours empêcher une baisse de la demande globale. La dette publique n’est pas pertinente, car “nous nous la devons à nous-mêmes”. La MMT a donné aux élus du gouvernement exactement ce qu’ils ont toujours voulu – carte blanche pour dépenser, dépenser et encore dépenser sans se soucier de justifier ou de prioriser les dépenses. Comme Keynes l’a dit, payez des gens pour creuser des trous dans le sol et payez d’autres pour les reboucher. Que pourrait-il bien se passer ?

Les champions de ces dénis de réalité refusent de discuter de l’exactitude de leur vision de la réalité. Tous sont des articles de foi et ne peuvent être remis en question. En fait, les remettre en question est considéré comme un aveu d’ignorance, de culpabilité ou de perfidie. L’un d’eux veut détruire la Terre Mère, asservir les minorités, tuer des innocents et empêcher tous les membres de la société de jouir d’une prospérité illimitée. C’est le vieux sophisme de l’homme de paille sous stéroïdes. De plus, des ressources seront dépensées pour poursuivre ces fantômes, et encore plus de ressources seront dépensées pour se protéger d’être pris dans une chasse aux sorcières. La société vivra dans la peur – peur du réchauffement climatique, peur d’être taxé de raciste, peur de contracter une maladie redoutable. Malheureusement, ce que la société ne craint pas, c’est que les économies de toute une vie soient anéanties par l’inflation rendue possible par la MMT.

Les fondements de la réalité

Comparez ces fantômes avec les bases pragmatiques d’une économie saine, à savoir que pour prospérer, l’homme doit faire face à la réalité de l’existence humaine, principalement la rareté et l’incertitude. Les préférences des gens doivent être acceptées telles quelles. L’homme agit. Il s’agit d’un axiome irréfutable dans la mesure où le nier revient à confirmer sa validité. Son action est rationnelle dans le sens où il croit que son action va améliorer sa condition. Il comprend la cause et l’effet. Il accomplit un acte à la fois. Il accomplit d’abord l’acte le plus important ; en d’autres termes, il classe ses actions par ordre d’importance. L’exécution d’un acte signifie qu’il doit sacrifier l’exécution d’autres actes jusqu’à plus tard ; en d’autres termes, agir signifie renoncer à une autre préférence, au moins jusqu’à un moment ultérieur. Le classement ordinal des préférences de l’homme signifie que le coût d’une action est déterminé par ce qu’il sacrifie jusqu’à plus tard. Il n’y a pas deux hommes dont le classement ordinal des préférences est identique ; de plus, il est impossible d’attribuer une valeur cardinale aux préférences afin de comparer les préférences d’un homme à celles d’un autre. L’homme découvre le concept d’avantage comparatif et adopte la division du travail afin d’accomplir davantage. Grâce au processus de marché, l’homme adopte un moyen d’échange universel (la monnaie) afin de briser la tyrannie du troc direct. L’homme peut désormais échanger indirectement sa production spécialisée contre un moyen d’échange universel afin de satisfaire ses besoins réels. L’homme invente le gouvernement en tant que service spécialisé afin de protéger sa personne et ses biens à moindre coût. Il invente le droit afin de régler les inévitables conflits.

Tout cela est la réalité. L’échange pacifique exige la coopération sociale, qui apporte la paix et la prospérité entre les hommes partout dans le monde. Comme le disait la chroniqueuse Ann Landers, Réveillez-vous et sentez le café !

Source : The Mises Institute – Traduit par Anguille sous roche

Source : Nier la réalité mène à la tyrannie et à l’échec de la société

Catégories :REBLOG

Laisser un commentaire