REBLOG

Une chronologie de l’agenda du “Grand Reset”

Une chronologie de l’agenda du “Grand Reset”

Imaginons que nous sommes en 2014 et que vous avez eu l’idée d’une grande réinitialisation (Grand Reset) technocratique de l’économie mondiale depuis un certain temps déjà, mais qu’elle ne fonctionne que si la planète entière est frappée par une pandémie. Comment allez-vous vendre votre idée ?

“La pandémie représente une opportunité rare mais étroite de réfléchir, de réimaginer et de réinitialiser notre monde pour créer un avenir plus sain, plus équitable et plus prospère” – Klaus Schwab, Forum Economique Mondial

Si vous êtes le fondateur du Forum économique mondial (FEM), Klaus Schwab, vous tentez de vendre votre vision d’une utopie mondiale via une grande réinitialisation de l’ordre mondial en trois étapes simples :

  1. Annoncez votre intention de réorganiser chaque aspect de la société avec une gouvernance mondiale, et répétez sans cesse ce message.
  2. Lorsque votre message ne passe pas, simulez de faux scénarios de pandémie qui montrent pourquoi le monde a besoin d’une grande réinitialisation.
  3. Si les faux scénarios de pandémie ne sont pas assez convaincants, attendez quelques mois qu’une vraie crise mondiale se produise, et répétez l’étape 1.

Il aura fallu environ six ans à Schwab et à l’élite de Davos pour voir leur idéologie de la grande remise à zéro passer d’une minuscule graine suisse en 2014 à une super-fleur européenne qui pollinisera le monde entier en 2020.

La “grande remise à zéro” promet de construire “un monde plus sûr, plus égalitaire et plus stable” si tous les habitants de la planète acceptent “d’agir conjointement et rapidement pour réorganiser tous les aspects de nos sociétés et de nos économies, de l’éducation aux contrats sociaux et aux conditions de travail”.

Mais il n’aurait pas été possible d’envisager la matérialisation d’un tel plan global pour un nouvel ordre mondial sans une crise mondiale, qu’elle soit fabriquée ou le fruit d’un hasard malheureux, qui a choqué la société dans son ensemble.

“Au final, l’issue a été tragique : la pandémie la plus catastrophique de l’histoire avec des centaines de millions de morts, un effondrement économique et des bouleversements sociétaux” – Simulation de pandémie de Clade X (mai, 2018).

Ainsi, en mai 2018, le FEM s’est associé à Johns Hopkins pour simuler une pandémie fictive – surnommée “Clade X” – afin de voir dans quelle mesure le monde serait préparé si jamais il était confronté à une telle crise.

Un peu plus d’un an plus tard, le FEM s’est à nouveau associé à l’Université Johns Hopkins, ainsi qu’à la Fondation Bill et Melinda Gates, pour organiser un autre exercice de pandémie appelé “Event 201” en octobre 2019.

Les deux simulations ont conclu que le monde n’était pas préparé à une pandémie mondiale.

Et quelques mois à peine après la conclusion d’Event 201, qui simulait spécifiquement une épidémie de coronavirus, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a officiellement déclaré que le coronavirus avait atteint le statut de pandémie le 11 mars 2020.

“La prochaine pandémie grave ne causera pas seulement une grande maladie et des pertes de vie, mais pourrait également déclencher des conséquences économiques et sociétales majeures en cascade qui pourraient contribuer grandement à l’impact et à la souffrance au niveau mondial” – Simulation de pandémie de l’événement 201 (octobre, 2019).

Depuis lors, à peu près tous les scénarios couverts par les simulations Clade X et Event 201 sont entrés en jeu, notamment :

  • Les gouvernements mettant en œuvre des confinements dans le monde entier.
  • L’effondrement de nombreuses industries
  • Une méfiance croissante entre les gouvernements et les citoyens
  • Une plus grande adoption des technologies de surveillance biométrique
  • la censure des médias sociaux au nom de la lutte contre la désinformation
  • la volonté d’inonder les canaux de communication de sources “dignes de foi
  • une pénurie mondiale d’équipements de protection individuelle
  • L’effondrement des chaînes d’approvisionnement internationales
  • Le chômage de masse
  • Des émeutes dans les rues
  • Et bien d’autres choses encore !

Après que les scénarios de cauchemar se soient entièrement matérialisés à la mi-2020, le fondateur du FEM a déclaré en juin de cette année que “le moment est venu de procéder à un “Grand Reset”.

Est-ce grâce à l’excellence des prévisions, de la planification et de la modélisation du FEM et de ses partenaires que la Clade X et Event 201 se sont avérés si prophétiques, ou y avait-il quelque chose de plus ?

Chronologie

Vous trouverez ci-dessous une chronologie condensée des événements qui suivent le programme de la Grande Réinitialisation qui est passé d’un simple “espoir” en 2014 à une idéologie mondialiste vantée par la royautéles médias et les chefs d’État du monde entier en 2020.

2014-2017 : Klaus Schwab appelle à une grande réinitialisation et le FEM répète son message.

Avant la réunion du FEM de 2014 à Davos, en Suisse, Schwab a annoncé qu’il espérait que le FEM appuierait sur le bouton de réinitialisation de l’économie mondiale.

Le “Great Reset” : Un programme technocratique qui a attendu des années une crise mondiale pour l’exploiter.

Le FEM n’a cessé de répéter ce message pendant des années.

Entre 2014 et 2017, le FEM a appelé à remodeler, redémarrer, réamorcer et réinitialiser l’ordre mondial chaque année, chacun visant à résoudre diverses “crises.”

  • 2014 : Le FEM publie l’ordre du jour de la réunion intitulée “Le remodelage du monde : Conséquences pour la société, la politique et les entreprises.”
  • 2015 : Le FEM publie un article en collaboration avec VOX EU intitulé “Nous devons appuyer sur le redémarrage de l’économie mondiale.”
  • 2016 : Le FEM organise un panel intitulé “Comment redémarrer l’économie mondiale”.
  • 2017 : Le FEM publie un article intitulé “Notre monde a besoin d’une réinitialisation de notre mode de fonctionnement.”

Puis en 2018, les élites de Davos ont tourné la tête vers la simulation de faux scénarios de pandémie pour voir à quel point le monde serait préparé face à une autre crise.

2018-2019 : le FEM, Johns Hopkins et la Fondation Gates simulent de fausses pandémies

Le 15 mai 2018, le Centre pour la sécurité sanitaire de l’université Johns Hopkins a organisé l’exercice de pandémie “Clade X” en partenariat avec le FEM.

L’exercice Clade X comprenait des séquences vidéo simulées d’acteurs donnant des reportages scénarisés sur un faux scénario de pandémie (vidéo ci-dessous).

L’événement Clade X comprenait également des panels de discussion avec de vrais décideurs politiques qui ont estimé que les gouvernements et l’industrie n’étaient pas suffisamment préparés à la pandémie mondiale fictive.

“Au final, l’issue a été tragique : la pandémie la plus catastrophique de l’histoire avec des centaines de millions de morts, un effondrement économique et des bouleversements sociétaux”, selon un rapport du FEM sur Clade X.

“Il existe des vulnérabilités mondiales majeures non satisfaites et des défis du système international posés par les pandémies qui nécessiteront de nouvelles formes robustes de coopération public-privé pour y faire face” – Simulation de pandémie Event 201 (octobre, 2019).

Puis, le 18 octobre 2019, en partenariat avec Johns Hopkins et la Fondation Bill et Melinda Gates, le FEM a organisé Event 201.

Au cours de ce scénario, toute l’économie mondiale a été secouée, des émeutes ont éclaté dans les rues et des mesures de surveillance de haute technologie ont été nécessaires pour “arrêter la propagation.”

Deux fausses pandémies ont été simulées au cours des deux années qui ont précédé la véritable crise du coronavirus.

“Les gouvernements devront s’associer aux entreprises de médias traditionnels et sociaux pour rechercher et développer des approches souples pour contrer la désinformation” – Simulation de pandémie Event 201 (octobre 2019).

Le Johns Hopkins Center for Health Security a publié une déclaration publique le 24 janvier 2020, abordant explicitement le fait qu’Event 201 n’était pas destiné à prédire l’avenir.

“Pour être clair, le Center for Health Security et ses partenaires n’ont pas fait de prédiction pendant notre exercice sur table. Pour le scénario, nous avons modélisé une pandémie fictive de coronavirus, mais nous avons explicitement indiqué qu’il ne s’agissait pas d’une prédiction. L’exercice a plutôt servi à mettre en évidence les défis de préparation et de réponse qui se poseraient probablement dans une pandémie très grave.”

Intentionnel ou non, Event 201 a “mis en évidence” les défis “fictifs” d’une pandémie, ainsi que des recommandations qui vont de pair avec le grand programme de Grand Reset qui a installé son camp dans la ‘nouvelle normalité’ néfaste.”

“La prochaine pandémie grave ne provoquera pas seulement de grandes maladies et des pertes de vies humaines, mais pourrait également déclencher des conséquences économiques et sociétales en cascade qui pourraient contribuer grandement à l’impact et à la souffrance au niveau mondial” – Simulation de pandémie Event 201 (octobre 2019).

Ensemble, l’université Johns Hopkins Center for Health Security, le Forum économique mondial et la Fondation Bill et Melinda Gates ont soumis sept recommandations que les gouvernements, les organisations internationales et les entreprises mondiales devraient suivre en cas de pandémie.

Les recommandations d’Event 201 appellent à une plus grande collaboration entre les secteurs public et privé tout en soulignant l’importance d’établir des partenariats avec des institutions mondiales non élues telles que l’OMS, la Banque mondiale, le Fonds monétaire international et l’Organisation internationale du transport aérien, afin de mener une réponse centralisée.

L’une des recommandations appelle les gouvernements à s’associer aux entreprises de médias sociaux et aux organisations de presse pour censurer les contenus et contrôler le flux d’informations.

“Les sociétés de médias devraient s’engager à faire en sorte que les messages faisant autorité soient prioritaires et que les faux messages soient supprimés, y compris par [sic] l’utilisation de la technologie” – Simulation de pandémie Event 201 (octobre 2019).

Selon le rapport, “les gouvernements devront s’associer aux entreprises de médias traditionnels et sociaux pour rechercher et développer des approches agiles pour contrer la désinformation”.

“Les agences nationales de santé publique devraient travailler en étroite collaboration avec l’OMS pour créer la capacité d’élaborer et de diffuser rapidement des messages sanitaires cohérents.”

“Pour leur part, les entreprises de médias devraient s’engager à faire en sorte que les messages faisant autorité soient prioritaires et que les faux messages soient supprimés, notamment par le biais de la technologie.”

Cela vous semble familier ?

Tout au long de 2020, Twitter, Facebook et YouTube ont censuré, supprimé et signalé toute information relative au coronavirus allant à l’encontre des recommandations de l’OMS, comme le recommandait Event 201.

Les grandes entreprises technologiques ont également déployé les mêmes tactiques de suppression de contenu lors de l’élection présidentielle américaine de 2020 – en apposant des mentions “contesté” sur les contenus qui remettent en cause l’intégrité des élections.

2020 : Le FEM déclare que “le moment est venu de procéder à une grande réinitialisation”.

Après avoir appelé à une grande réinitialisation en 2014, la foule de Davos a répété la même idéologie pendant quelques années de plus avant de pivoter vers la simulation de faux scénarios de pandémie.

Quelques mois après que le FEM a établi que personne n’était préparé à faire face à une pandémie de coronavirus, l’OMS a déclaré qu’il y avait une pandémie de coronavirus.

Tout d’un coup ! le grand récit de réinitialisation que le FEM avait entretenu pendant six ans a trouvé un endroit où planter sa tente dans le camp de la “nouvelle normalité”.

“La pandémie représente une fenêtre d’opportunité rare mais étroite pour réfléchir, réimaginer et réinitialiser notre monde afin de créer un avenir plus sain, plus équitable et plus prospère”, a déclaré Schwab le 3 juin 2020.

Et c’est là que nous en sommes aujourd’hui.

  • Il y a plusieurs années, les élites de Davos ont déclaré qu’elles souhaitaient une remise à zéro de l’économie mondiale.
  • Elles ont fait des jeux de rôle sur ce qui se passerait en cas de pandémie.
  • Et maintenant, elles disent que l’idéologie de la grande remise à zéro est la solution à la pandémie, et qu’elle doit être mise en œuvre rapidement.

La grande réinitialisation est un moyen pour une fin.

Le prochain point à l’ordre du jour est une transformation complète de la société sous un régime technocratique de bureaucrates non élus qui veulent dicter la façon dont le monde est géré du haut vers le bas, en s’appuyant sur des technologies invasives pour suivre et tracer chacun de vos mouvements tout en censurant et en réduisant au silence quiconque ose ne pas se conformer.

Traduction de Zero Hedge par Aube Digitale

https://www.aubedigitale.com/une-chronologie-de-lagenda-du-grand-reset/

Catégories :REBLOG

1 réponse »

Laisser un commentaire