Art de la guerre monétaire et économique

Le Billet du LUPUS : Il n’existe pas de repas gratuit, en réponse à la faim (fin) qui justifie les moyens c’est toujours vous qui paierez à la fin (faim) : l’addition !

Il n’existe pas de repas gratuit, en réponse à la faim (fin) qui justifie les moyens, c’est toujours vous qui paierez à la fin (faim) : l’addition !

NOUVEAU PARADIGME: L’on ne parle pas ici d’écroulement du marché, pas plus que du système d’ailleurs. Il est grandement temps de s’intéresser à autre chose, qu’à la vaccination des « Moutons de Panurge », et au périmètre possible « d’enivrement »  sur les terrasses des Bistrots, toilettes et se(r)vices compris !

Depuis 1971 et la fin de l’étalon or, et ceci jusqu’en 2008, les Banques Centrales et la FED plus particulièrement ont créé par leurs interventions ciblées ce qu’il convient d’appeler les cycles économiques et boursiers.

A partir de 2008 sous prétexte de renforcer les bilans bancaires, mais avec l’objectif caché de reculer les limites de la dette et du crédit, elles ont mis à disposition des opérateurs financiers de l’argent gratuit en quantité illimitée. Mission réussie : 13 ans de hausse interrompue des marchés, et une dette gouvernementale portée à des niveaux stratosphériques, et largement monétisée par les Banques Centrales elles-mêmes,  auront permis d’enrichir les oligarques devenus bientôt milliardaires,  et d’appauvrir les classes moyennes  blanches et occidentales devenues entre temps indigentes tant sur le plan monétaire qu’intellectuel. C’est le systèmes des vases « communiquants » et le sens de la propagande « communiquante » moderne.

 Aujourd’hui que le transfert de fonds est opéré et opérant ,le « casse du siècle » enfin réalisé,  changement de braquet : le système mute, et sous prétexte de fausse pandémie, l’on passe à ce que j’appelle le trans-capitalisme, le fameux Grand Reset.  Grand Reset dont on oublie hélas un aspect primordial, à savoir  le volet économique et financier. C’est pourtant le principal volet du Grand Reset, le reste, vaccins compris, est « théatralisé »  pour amuser et exciter la plèbe, et qu’elle se perde en de fausses conjonctures. The Show must go on !

Deux grands dossiers pointent désormais leur nez : l’abandon du dollar comme monnaie de réserve international, dont le bitcoin et consorts ne sont qu’un avatar, et la chute orchestrée des marchés financiers pour rincer les systèmes de retraite occidentaux, afin  que les « gros » puissent se refaire une santé sur le dos des « petits », comme à chaque fois, comme à chaque crise. C’est là aujourd’hui que la partie se joue, et pas ailleurs !

 Dernier point et pas des moindres : pour ceux qui auront l’intelligence de garder quelques  liquidités, il y aura un point d’entrée sur les marchés d’ici quelques temps, suite à une baisse conséquente de ces derniers d’au moins 50%, parallèlement à une montée très forte de l’or physique… Et comme on dit en Bourse trop tôt c’est trop tard, trop tard…. faudra attendre le prochain bus ! 13 années cependant que l’on attend ce dernier.

L’inflation, l’arme atomique du Grand Reset

Comme la bombe H a fini par mettre fin à la deuxième guerre mondiale, l’inflation sera l’arme atomique qui signera la fin des accords de Bretton Wood et la mise au rencart du Dollar.

Les raisons d’une résurgence de l’inflation sont multifactorielles, et je vois au moins 6 facteurs importants désormais se conjuguant

-Les conséquences du Covid et la perturbation occasionnée sur les chaines d’approvisionnements, qui oblige les opérateurs à s’organiser non plus en flux tendu, mais par plateformes et reconstitution des stocks pour éviter les ruptures; phénomène hautement inflationniste, puisque par la tension sur les flux qu’il occasionne, il augmente les couts de transports et concoure à augmenter les anticipations d’inflation sur les marchés et chez les opérateurs. C’est ce que j’appellerais un effet boule de neige.

-La prise en compte de la montée hégémonique et économique de la Chine qui constitue  une pression à la hausse sur le prix  des matières premières considérable, avec ses corollaires : des négociations de plus en plus tendues entre la Chine et ses fournisseurs,  et des tensions géopolitiques très importantes avec l’Australie par exemple. 

-Les tensions géopolitiques en Asie entre Chine et Etats Unis qui se focalisent sur Taiwan, qui est un des principaux fournisseurs de puces électroniques au monde, entrainent une pénurie de ces dernières. Ajoutez à cela que la Chine est un des principaux producteurs de terres rares: métaux,  qui rentrent dans la fabrication des composants électroniques, et vous avez là un cocktail inflationniste de taille  de ce qui jusqu’à présent participait d’un phénomène déflationniste, c’est à dire  le secteur des biens informatiques et de téléphonie.

-Les phénomènes migratoires internes très importants qui affectent les Etats Unis, conséquence d’une fuite massive des conservateurs US des villes « shithole » démocrates, vers des lieux ou règne davantage de liberté,   entrainent une grosse tension sur les prix des marché immobiliers locaux et sur tous les matériaux servant à la rénovation de ces nouveaux « paradis » de migration.

-Une pénurie de main d’œuvre et une tension sur les salaires, conséquence des chèques fin des mois des gouvernements occidentaux, suite aux mesures de confinement liées au Covid. Il devient plus rentable pour le travailleur lambda de rester chez lui , que d’aller chercher du travail.

-Et enfin cerise sur le gateau des raisons de cette inflation à venir :  une expansion monétaire ex-nihilo tout azimut par les Banques Centrales, qui a nourri et subventionné durant de nombreuses années les mauvais investissements au détriment des bons, et favorisé le maintien économique d’entreprises « zombies » au détriment et au mépris de toute règle concurrentielle. La mauvaise monnaie comme la mauvaise entreprise chassant la bonne !

Il est donc fort à parier, que l’inflation fera son grand retour dans les prochains mois, et que les Banques centrales tarderont à agir prétextant une stagflation, faible croissance économique sur fond d’inflation,   empêchant un relèvement des taux d’intérêt trop rapide. L’inflation, Il faudra  y voir là surtout  un bon moyen, pour les Banques Centrales et leurs gouvernements d’alléger leurs dettes et leurs promesses non tenues, parce qu’intenables, sur le dos des populations. Quant aux marchés mis sous la pression d’une toujours possible augmentation des taux d’intérêts, ils « kraqueront » comme à l’habitude, permettant ainsi aux gros de se « refaire » sur le dos des petits, les petites mains  cédant les premières, permettant  aux plus grosses pognes des rachats à moindre cout.

Protection : Gold vs Bitcoin

Contrairement à l’or, bitcoin et les cryptomonnaies n’ont aucune valeur en soi, c’est juste un moyen technologique et provisoire de se protéger de la dévaluation monétaire de la « fiat » monnaie en général, et du dollar en particulier.  Les « cryptos » c’est une assurance mais pas une réserve de valeur, je le répète un bon moyen PONCTUEL de se protéger de l’érosion monétaire certes, mais pas de l’inflation à venir ! Seule l’or possède cette qualité indispensable à toute valeur refuge : une authentique protection contre les aléas de la vie économique. Quand les marchés plongeront sous les coups de buttoir des Banques Centrales, ceux qui se sont baignés nus avec leurs « shorts en crypto » se verront réduits à de la poussière spéculative. Les cryptos sont une assurance contre la dévaluation de la monnaie fiduciaire, autrement dit elles sont du domaine de la spéculation, et non du domaine de l’investissement, et par là même leur cours est hautement volatile et erratique ! C’est le mythe d’Icare revisité appliqué à la génération millénial. Tout ce qui brille n’est pas d’Or, par conséquent toujours préférer ce dernier inscrit depuis des milliers d’années dans l’inconscient collectif, et valeur universelle commune à l’ensemble de l’humanité. De plus en quantité limitée, la nature fait bien et mieux les choses, l’Or de par son statut alchimique possède des qualités intrinsèques  de nature mystique et métaphysique. 

LE LUPUS

« Le Tribunal de l’Histoire ne fait pas de cadeau aux peuples qui démissionnent et surtout pas à ceux qui laissent une oligarchie suivre une politique radicalement contraire à leurs souhaits. Le principe de responsabilité vaut pour les nations autant que pour les individus » Guillaume Faye

EN BANDE SON :

8 réponses »

  1. « Tout ce qui brille n’est pas d’Or, par conséquent toujours préférer ce dernier inscrit depuis des milliers d’années dans l’inconscient collectif, et valeur universelle commune à l’ensemble de l’humanité. De plus en quantité limitée, la nature fait bien et mieux les choses, l’Or de par son statut alchimique possède des qualités intrinsèques de nature mystique et métaphysique. »

    Vous « parlez » d’or:

    Les réserves d’or sont trente fois moins importantes que celles d’argent

    Non renouvelables du fait de leur origine…. cosmique:

    L’or est issu de la nucléosynthèse stellaire réalisée par des générations successives d’étoiles depuis une douzaine de milliards d’années
    . En particulier, deux hypothèses expliqueraient la formation d’or, par processus au sein des étoiles : le premier lors de l’explosion d’une supernova, le second lors de collisions ou fusions de deux étoiles à neutrons..

    L’or n’est pas corruptible

    Les hommes de Davos pensent sans doute réaliser leur « Grand Œuvre » avec le Grand Reset Je les imaginent un jour sur un radeau mourant de faim a la fin de l’histoire ..

    Hommage a Guillaume FAYE le paien qui nous indique aussi la voie le chemin si difficile de ceux qui ne « marchent » pas dans la combine, tentent de voir clair, alors qu’il fait si sombre ….ne pas avoir peur de la nuit ni des ennuis ..prendre les chemins de traverse ..savoir regarder le soleil, l’astre de l’or, en face comme la mort.

    Les ténèbres ne peuvent pas franchir un « seuil » il se pourrait que les hommes de Davos y soient arrivés ..avant dissolution.

    Une histoire de transmutation mal maitrisée..

    Rions.

Laisser un commentaire