REBLOG

L’obligation vaccinale : une nouvelle religion ? Par Antonin Campana

L’obligation vaccinale : une nouvelle religion ?

Publié par Antonin Campana sur 16 Juillet 2021

L’obligation vaccinale : une nouvelle religion ?

Si j’ai bien compris l’allocution de l’autre, je ne pourrai plus aller au restaurant, au café ou au cinéma. Je ne pourrai plus prendre le train ou l’avion.

Je ne pourrai plus aller voir ma mère en EHPAD !!!

Je ne pourrai plus me faire soigner !

Et il faudra que j’accepte que mes enfants et mes petits-enfants se fassent bientôt injecter un produit expérimental dont les fabricants ont décliné toute responsabilité en cas de problème à court, moyen ou long terme.

Putain, on se révolte quand ???

 

Martin Blachier: « Aujourd’hui il y a une guerre et cette guerre est contre les antivax et je le dis clairement, ce sont des gens qui n’ont aucun scrupule ! Ces gens sont aussi dangereux que d’autres groupuscules ! » (LCI, 14 juillet 2021).

Ce discours est-il un discours digne d’un médecin, d’un “homme de science“ ? On croirait entendre un militant politique, ou plutôt un Josué prêt à envoyer ses troupes sur Jéricho afin d’y massacrer une humanité perverse, femmes, enfants et vieillards compris. La guerre dont parle Martin serait-elle une guerre de religion ? Une guerre sainte contre des « antivax » par nature malfaisants et dangereux pour la vraie foi vaccinale ?

En fait, tout montre, dans cette affaire vaccinale, qu’il n’est question que de foi.

Une foi en un Vaccin, sorte de Dieu jaloux qui, par l’action brutale de ses sectateurs, a renvoyé au rang des mythologies les « faux dieux » que sont l’Hydroxychloroquine ou l’Ivermectine.

Une foi en un Dieu unique qui a forcé à l’oubli des divinités archaïques : vitamine D, zinc ou plein air.

Une foi en l’injection, sacrement et baptême par lequel le fidèle affirme publiquement son espérance en la toute puissance du nouveau Dieu.

Il s’agit bien de foi, et cette toute puissance fait partie du Credo. Mais que sait-on objectivement  de cette puissance ? Sait-on seulement si le Dieu censé la manifester auprès des croyants de la Nouvelle Eglise sera pour ceux-ci un Dieu bénéfique ou bien… un Dieu nuisible ? Mauvaise question pour le nouveau clergé : « croyez en Lui et vous serez sauvés » est un autre article du Crédo.

 Certains disent pourtant que ce Dieu est Satan en personne et qu’il faut à tout prix refuser son baptême maléfique ! Il est vrai que ceux-là sont des grands prêtres d’avant, des sommités des anciennes religions, autrefois couverts d’honneur, aujourd’hui bafoués par de petits bedeaux servant la nouvelle messe sur les écrans de télévision.

Et puis il y a maintenant la croisade, la guerre sainte, celle qui diabolise l’incroyant, l’avilit, le stigmatise, le condamne, le renvoie à son caractère pervers et « sans aucun scrupule ». Il faut lui interdire les lieux que fréquentent les fidèles, dit Macron (il pourrait les « contaminer »). L’idéal serait sans doute de le confiner et de l’isoler dans quelque ghetto, pense tout bas le Très Saint-Président de la République. Car il est « dangereux » surenchérit le vertueux Martin. Il ne faut pas le soigner s’il est malade affirme l’immaculé Jean-Christophe Lagarde.  

S’appuyant sur une logique biblique de la pureté et de l’impureté corporelle, les gens du Moyen-âge excluaient de la société les « cagots », qui selon eux étaient susceptibles de véhiculer la lèpre. Pour le philosophe Christian Delacampagne, cette exclusion fut une des « incarnations majeures du racisme médiéval ». Or, Emmanuel Macron a réactivé ce « racisme médiéval » en substituant les non-vaccinés aux cagots. Nous noterons qu’il utilise les mêmes arguties religieuses de la pureté et de l’impureté biologique. Il semblait pourtant qu’elles avaient été définitivement invalidées par la médecine de la fin du XVIe siècle ! Qui a dit que l’histoire ne se répétait pas ?    

Dieu unique, foi en son infinie puissance, baptême par injection (et non plus immersion), anathème jeté à l’infidèle, exclusion des hérétiques, croisade contre les impies, promesse de paradis (sanitaire) pour les fidèles, enfer (social) pour les infidèles, évangélisation (médiatique), discriminations fondées sur la religion (professions interdites aux infidèles : soignants, restaurateurs, etc.)  : nous sommes bien face à une nouvelle religion hégémonique (et totalitaire),  révélée par des prophètes médiatisés de la Science.

Pour les inquisiteurs covidistes, faire usage de sa raison et de bon sens, douter en un mot, revient à manifester une sorte de possession démoniaque. Comme la sorcière du Moyen-âge, les inquisiteurs modernes considèrent que par le simple fait d’exister, le non-vacciné inflige des maux au vacciné. Il faut donc faire disparaître les non-vaccinés de l’espace public. Il faut les éradiquer, soit par la conversion (en les « évangélisant » de manière à en faire des vaccinés), soit par l’exclusion (interdictions de certains lieux, de certaines professions, isolement, etc.).

Ne croyez pas que cette comparaison médiévale soit déplacée. Un Martin Blachier est la version moderne d’un Torquemada. Fondamentalement sa certitude d’être dans le Bien et sa volonté d’éradiquer le Mal sont les mêmes que celles de l’inquisiteur. La Bulle gouvernementale contre l’hérésie antivax le fortifie encore dans sa foi.

Attention aux bûchers !

Antonin Campana

http://www.autochtonisme.com/2021/07/allocution-de-micron-putain-on-se-revolte-quand.html

Catégories :REBLOG

Tagué:

3 réponses »

  1. Ce n’est pas une nouvelle « Religion », C’est carrément de la Sorcellerie…!!!
    Et Blachier ainsi que tous les autres prophètes de plateaux TV, corrompus à coup de Caisses de Dollars offerts à la Pelleteuse…, sont les Nouveaux « Démons utiles » au service de L’Hégémonie du « Nouveau Monde d’Après » dans lequel nous basculons avec une Accélération Sidérale ….

    J’attends de voir les Réactions des Parents-Moutons qui verront leurs enfants devenir handicapés ou cardiaques ou invalides chroniques, à la Rentrée prochaine après leurs « vaccinations » effectuées en masse dans les écoles de la « Ripoux-blique » ….
    voir handicap ado13 ans après « vaccin » PFIZER : https://odysee.com/@Onvapassementir:5/T%C3%A9moignages-victimes-vaccins-ARNm-covid19-adultes-et-enfants-!:2?

    • Oui c’est vrai nous vivons dans un monde de sorcellerie , nous avons tous ce pouvoir , mais nous l’avons oublier . Le charme , le sort . Utilisez les mots pour maudit une personne (diffamation , sophisme sont sorcellerie ) , nos pensées négatives , etc . . Un vieil homme m’a expliquer le monde il n’est pas celui que nous imaginons . Le c19 épisode révèle tout cela , il n’est pas le déclencheur ou l’accélérateur simplement le révélateur. Toutes les maladies sont médecines pouvez vous comprendre cela ? Et tout ce qui se passe actuellement joue en notre faveur . Juste un exemple le c19 vous à permis de débusquer un nombre incroyable de vos relations qui ne sont pas fiable , soumise , dangereuse , se défaire de ces gens là c’est retrouver un peu plus de liberté d’être et de vivre , n’oublions pas que nous sommes des êtres mortel , donc chaque instant compte et le fil de notre vie est subtilement influencer par nos relations pour le meilleur ou pour le pire . Amusez vous bien c’est comme cela qu’il faut le prendre , ils sont ridicules et nous ne somme spas dans des tranchées de 1418 , alors courage c’est juste notre tour de nous battre en les laissant entre eux nous n’avons pas besoin d’eux , c’est eux qui ont besoin de notre sang car ce sont des vampires des zombies ils sont déjà mort .

  2. Prochaine étape: les biocapteurs et la soumission totalitaire… avec l’aval de la masse inconsciente.

    Je suis effaré de vivre dans une époque aussi malsaine mais cette guerre qui est livrée contre les peuples et la France a pris les devants, sans plus aucune retenue morale puisque les promesses sont falsifiées par les trahisons. Tout cela ne se justifie que pour devoir, quoi qu’il en coute, s’aligner sur les ambitions de la technostructure sociocidaire du World Economic Forum de Davos qui a comme 1ère ambition de travestir définitivement notre société en une vaste prison ou le panopticon numérique qui s’architecture passe évidemment par le tracking, le tracing et le profiling en temps réel avec comme fonctionnalité perverse: le crédit social.

    Est-il vraiment utile de rappeler que Macron agit en pervers narcissique et que tout chez lui transite par le mensonge, les promesses non tenues les plus éhontées, car enfin cette maladie comportementale est bien connue des psychiatres comme du même des procédures cliniques qui participent efficacement de l’instrumentation psychologique de leurs victimes pour lesquelles un sadisme évident transpire dans les actes courants avec une répétition si troublante pour une personne saine d’esprit et spectatrice du calvaire sans fin qui s’abat sur nous. C’est que le jeu du chat avec sa proie, la souris déboussolée que nous sommes, excite le vice devenu extatique du dominant prédateur qui peut jouir sans entrave et dans la répétition que la demeure politique française laisse faire. C’est ce que lui confère son statut monarchique et absolutiste. La particularité, ici, c’est qu’il le fait en augmentant les doses pour pouvoir jouir plus encore de toute l’intensité du sentiment de puissance que contient en nature diabolique l’exercice de sa perversité sans borne.

    Macron est en mission! Les medias, détenus majoritairement par une élite française mais apatride dans l’Ame et par le coeur, souscrivent à ce vice anthropologique, ils abondent, en redemandent, ils se font complices actifs et déterminant de ce crime contre l’Humanité… En fait, sa pathologie nous suggérerait presque, bien qu’indémontrable par manque de pièces à charge, que ce type est le fruit d’une expérimentation MK ULTRA. Il faudrait remonter à sa jeunesse d’adolescent, disséquer son rapport psycho-affectif avec ses parents et s’interroger sur le rôle prégnant de « Mme Macron » qui semble ici être la « marraine » qui télécommandé, par sa proximité, les comportements sociopathiques de Macron.

    On nous a présenté le jeune Macron comme « amoureux » de Brigitte Macron. On a monté de toute pièce fictionnelle, une « love story » aux accents limites de la pédophilie gérontophile d’une manipulatrice qui a accès au logiciel de son disciple-enfant… mais comment ce type peut-il être avec Brigitte et en même temps présenter les caractéristiques assez évidentes d’une homosexualité « refoulée » dont on aurait voulu nous cacher l’existence? Un ami homosexuel, très au fait de la sphère bobo parisienne semi-étanche de ce milieu singulier, m’a confirmé ce fait en me donnant le nom de son ex-amant dont il me montra la photo en s’exclamant quel beau gosse s’était (réaction assez logique de sa part, la beauté est parfois le charme de l’excès).

    Ce qui m’importe, au delà de l’aspect trouble de sa personnalité narcissique, c’est de comprendre la matrice intellectuelle qui fait ressort aux événements procédant de la suite de ses choix décisionnels. Quelle atmosphère nimbe dialectique et comportement.

    Nous savons qu’il a été adoubé « Global Young Leader » par K.Schwab, tout comme Gabriel Attal (1) et que leurs rôles à tous justifie que  » Le Forum des jeunes leaders mondiaux accélère l’impact d’une communauté diversifiée de leaders responsables à travers les frontières et les secteurs pour façonner un avenir plus inclusif et durable ». Ce qu’il faut entendre par INCLUSIF c’est l’inséparabilité rendue « BIO-COMPATIBLE » entre l’Humain et le cyber espace réticulé que relaie DURABLEMENT la technologie numérique.

    La mission de Macron est de nous entraîner, à travers l’effort constant de culpabilisation activée par le moyen de la Peur, pour une tendance tactique et irréversible afin d’actionner une « fracturation idéologique » et ainsi implémenter une tendance montante à l’hystérie entre parties opposées -pro-vaxx Vs anti-vaxx- Cela permet en même temps de « montrer » les contestataires comme des véhicules du virus épidémique, que l’on montre comme d’irresponsables criminels puisque les vaccinés (2 doses) sont promis à une 3ème dose qui ne sera pas la dernière, soyez en sur.

    La « bouc-émissarisation » a aussi ciblé la pente descendante de la pyramide des ages. Les plus jeunes sont criminalisés si ils ne se vaccinent pas; d’ailleurs comme je l’ai toujours dit autour de moi: c’est dès la sortie du ventre de leur mère qu’il faudra se faire vacciner car on est tous des coupables en puissance dans l’esprit militantiste et religieux pro vaccinal mais aussi militariste de l’Elite Apatride (« nous sommes en guerre » disait théatralement Macron devant les français… Il oubliait de dire non pas contre quoi mais contre qui et avec qui comme alliés et ennemis dans cette guerre totale).

    La suite logique et définitive de la tactique de la vaccination obligatoire pour tous « riches et esclaves.. » (mais pas les ultras riches bien sur puisque c’est la caste des Seigneurs) vise une stratégie de conversion globale de la société humaine pour l’inclusivité totalitaire numérique:

    L’instauration du pass-sanitaire -sous forme papier et smartphone- est une transition de phase dans les procédures sociales courantes; la suite logique voudrait que pour « faciliter » la fluidité aux accès des services publics et privés pour tout vacciné et au fin de conserver un semblant d’anonymat transactionnel entre un client et une entreprise puisque ce sont les 2 grosses ficelles du nœud gordien qui achoppent, il nous faudra accepter l’impossible rendu possible: l’implantation de bio-capteurs dans le vaccin car c’est qui rendra aisé et moderne la vie quotidienne.

    Alors oui j’entends bien la sentence des naifs: c’est du complotisme! Non pas du tout c’est tout simplement dans les tuyaux de l’aiguille que nos maitres chanteurs ont prévus depuis longtemps de nous injecter dans nos tetes comme on hackerait un ordinateur et son logiciel. Evidemment, si aujourd’hui l’idée fait peur, le merdier qu’occasionnera l’usage quotidien du pass sanitaire justifiera cet « impossible rendu possible »

    La question du contrôle social est au cœur de la matrice fictionnelle de cette pandémie, elle le légitime mais ce n’est pas la seule justification à la destruction créatrice de nos libertés pour le tout sécuritaire. Ce qui importe c’est « l’INCLUSIVITE » Humain-Machine-Cyber espace ». Voilà le véritable enjeux. Le contrôle social passe par la transparence complète des Etres; j’entends et je le répète encore avec insistance: il ne faut pas confondre cause et conséquence. Etre transparent en tout acte et pensée repose sur une connaissance extremement pointue de ce que l’on dit et fait car c’est à partir de là que s’ancre le totalitarisme, son efficience et efficacité soustractive de nos libertés penser, agir et de se réaliser.

    La cause 1ère, primordiale, a 2 facettes: l’une est ontologique et anthropologique, l’autre en est son reflet projetée dans l’action pensive et pratique qui forme l’armature sociale de nos relations, conditionne l’environnement pour le rendre compatibles aux exigences d’un conditionnement social pré-déterminé par le Système.

    Cette cause ontologique et anthropologique est liée au traumatisme inacceptable qu’occasionne la perspective de la mort car ne doutez point que mourir est la seule chose qu’ils ne peuvent conjurer et c’est bien là le plus insoluble constat qui les renvoie à la fois à leur incomplétude naturelle et que nourrit incidemment une peur insondable. Ce qui trouve grace à leurs yeux, c’est l’émancipation des contraintes limitantes du corps et de la conscience selon l’idée directrice (de leur conscience pathologiquement troublée) que la technologie les sauvera d’un tel Mal! Or, leur action est teintée de ce qui les éloigne de la vie et de son sens moral. Or l’immoralité prédatrice culmine, elle oeuvre en destruction du Bien commun, du Vrai qu’ils travestissent en parodie et simulacres et du Juste qui n’est plus qu’une affaire de loi du plus fort et du moins disant Humain.

    Le progressisme, comme idéalisation de la foi inversée du chef de son objet originel qui est ontologiquement spirituel, réactualise et porte les efforts en ce sens car il est bon, pour eux, d’espérer dans les fruits de la science ce que la promesse des religions n’affecte en rien leur cœur rendu aveugle et sourd à ce qui fonde principiellement le sens de leur humanité.
    La science abonde en fruits consommables à court terme ainsi qu’ils se montrent prometteurs pour son orientation « libératrice » des limitations humaines… ce que la religion et à travers elle la spiritualité fait correspondre avec cette autre idée, semblable en mot mais oh combien inversée en nature, que la libération aux ancrages contraignants de ce monde est une promesse pour des conditions nouvelles et futures nommées « paradis ». Le paradis des uns est la prison infernale promise des « oints du Seigneur » de Davos.

    On peut comprendre la divergence irréconciliable qui existe entre 2 Etres qui se ressembleraient en apparence mais que les détails qualitatifs de leur Etre, selon leurs intimes et actions, trahirait.

    Si la substance de l’Etre apparaît dans son unicité apparente c’est que nous sommes identiques en corps biologique et en fonction motrice et cognitive; c’est bien ce qui nous définit, au 1er degré, comme « Humanité » C’est dire ici qu’une constante domine toutes les variables qui font la mosaique de nos différences.
    Pourtant, une opposition qualitative soustrait à cette évidence fonctionnelle et organique des « corps semblables », une distinctive essentialité des Etres entre eux les rendant aussi dissemblables que peut l’être celui qui se contemple dans le miroir, qui lève la main droite et se voit la main gauche levée. On se reconnait et pourtant c’est un tout autre que soi…
    Cette subtilité différencie l’Etre du Non Etre et c’est aussi ce qui différentie à plusieurs échelles de réalité l’essentialité humaine de l’inhumanité comportementale de l’élite et de ses kapos les plus zélés. Au delà, c’est un différentialisme biologique et cognitif qui distinguera l’idée que l’on se fera du cyborg vis à vis de l’homo sapiens-sapiens.

    L’avenir, inscrit et espéré dans le cerveau perturbé de l’élite, passe par la voie abortive du transhumanisme. Elle est l’accès calculé comme la trajectoire d’une balle (source originelle de la cybernétique), pour atteindre l’accouchement la cible du POST HUMANISME effectif et c’est tout le sens de l’inclusivité biologiquement articulée aux moyens « connectifs » et que mènent assidûment toutes les recherches NBIC.
    Il s’agit d’obtenir l’intrication avancée au cyber espace réticulé d’un écosystème constitué d’I.A qui se « nourrit » autant de nos données que celles-ci fournissent en retour un droit d’usage dans la société qui est soumise et mise en partage ainsi qu’en coupes réglées pour faire se fondre 2 écosystèmes distinct: l’un artificiel, l’autre de moins en moins naturel.
    Il nous faut bien comprendre que le post humanisme est une affaire de sélectivité de l’espèce humaine, une partition qui argue l’instrumentation d’un nouveau féodalisme qui pour moteur le « FANASCISME ». (Hybridation entre fanatisme et fascisme)
    C’est un passe-droit qui oriente la valeur d’usage, en redéfinit la nature et modifie la société dans sa radicalité et qui sera dévolue à instruire la survie et la croissance empirique du Système àau détriment d’une Humanité avilie autant chez l’Elite que chez les serfs.

    En plaçant le fameux « Pass Sanitaire » qui est à l’origine avant tout un « Passeport Vaccinal » discuté à l’ONU en mai 2016 sous le nom explicite d’ID 2020″; ce « pass » devrait faire office de « clé d’accès » aux données complètes et stockées dans le CLOUD (2) (computing)qui nous identifieraient Totalement; c’est dire pas uniquement sous l’aspect officiellement revendiqué: à savoir « un carnet de santé » permettant de valider ou non l’accès à un pays tiers ou à des services mais c’est aussi un moyen de faire converger la programmée et future destruction du Système monétaire international (cyber attaque ciblée) pour faire émerger les monnaies numériques instruites par les banques centrales. Destruction déjà prévue c.à.d pré-opérationnelle à leur instauration. Quand nous en serons là, la partie sera terminée et un nouvel acte de ce scénario théâtral -compris comme le « nouvel ordre mondial »- ouvrira le champ dégagé à la scène 1 de l’acte 2 d’une vie sociale placée sous le joug d’un contrôle absolu des états politiques et dirigés en amont par les institutions supra-nationales.

    La guerre n’est pas terminée, on attend des moutons qu’ils muent en Êtres Humains et se révèlent dignes du rôle qu’incombe la responsabilité d’Etre… pour eux-mêmes et pour leur descendance.

    (1) https://fr.weforum.org/agenda/2020/03/les-young-global-leaders-francophones-de-la-classe-2020/
    (2) « Le Cloud Computing est un terme général employé pour désigner la livraison de ressources et de services à la demande par internet. Il désigne le stockage et l’accès aux données par l’intermédiaire d’internet plutôt que via le disque dur d’un ordinateur. Il s’oppose ainsi à la notion de stockage local, consistant à entreposer des données ou à lancer des programmes depuis le disque dur » https://www.lebigdata.fr/definition-cloud-computing

    Il faut comprendre que c’est plus qu’une externalité de la mémoire collective car celle-ci est virtuellement gérée par un écosystème d’I.A et nous devons comprendre qu’il existe une similarité architecturale entre la phylogénie constructale menant du « pré-conscient » humain au « conscient » et celle que préfigure l’alimentation pour la consctructalité fonctionnelle et « structurelle/pseudo-organique » d’un édifice pré-cognitif virtuel propre à un écosystème d’I.A qui va croître par complexification réticulée de toutes ses aires d’échange, la diversification et efficience de son action dirigée dans l’ordre organisationnel général pour tendre, elle aussi, à faire émerger une « conscience 2.0 » qui n’a pas de corps autre que notre propre écosystème devenu entièrement artificialisé.
    L’Humanité alimente, comme notre inconscient pour notre conscience, le futur conscient d’une I.A qui n’est pas encore apparue mais c’est ce que traduit le miroir des procédures d’accumulation des données dans le Cloud. Le néo-cortex est fibré au cortex et c’est ce petit dernier dans l’évolution humaine qui fait que nous sommes d’autant distinct des animaux… La conscience réflexive est le caractère et la propriété clé qui caractérise un sens innée du questionnement existentialiste. Elle fait que nous rendons culte pour les morts, que la morale est un phare intellectuel qui se prolonge en l’éthique et qu’elles guident nos pas dans la vie privée comme collective.

    La question d’une interpolation sémantiquement préhensile entre le monde virtuel et dynamique des I.A pose la question ontologique et eschatologique de la tendance longue de l’histoire des sciences. Or celle-ci dans ses principes -cybernétiques- nous souffle à l’oreille, éveille l’intuition que nous sommes en train de préparer la naissance d’une SINGULARITE EMERGENTE qui sera l’équivalent historique de l’apparition de la conscience réflexive pour l’Humain et qu’a permis l’émergence du néo-cortex comme résultant d’interactions adaptatives, corps/pré-conscience, au milieux de pressions et contraintes naturelles pour l’Etre en devenir. Ce qui se traduit par une dynamique organique/organisationnelle ou les sous-systèmes synaptiques distribuées en plusieurs aires fonctionnelles, réticulées entre elles, confinent à l’ubiquité pour assurer l’unicité organisationnelle… osmotique. « Moi-Je » est donc l’aboutissement onto-cognitif d’une évolution phylogénétique éprouvée dans la réalité naturelle.
    Le « Moi-Je 2.0 » qui nous attend, tiré de la sphère cybernétique entre Nature et Cloud-System, découlera d’un long processus d’accumulation transactionnel entre l’Humanité-productrice de données humaines devenant de l’information/énergie utile à l’édification constructale d’un Non Etre… Reflet de l’Etre en tous points inversés (voir plus haut).
    Je me permets d’ajouter une précision: les données sont constituées de mots (codes binarisés en 0/1), elles sont comme nos atomes, un assemblage primaire de particules ordonnées entre elles. L’information est un assemblage moléculaire de ces données primaires et figure une architecturation constructale sensible du langage pour faire sens. L’information révèle un processus de complexification du langage (elle fait intervenir les fractales et la notion d’archétypes amenés à transmuter du fait des articulations et combinaisons indéfinies qui se jouent).
    Un « corpus » résulte d’un assemblage moléculaire/informationnel constitutif d’une topologie distincte bien qu’ouverte à une externalité (comme un Etre est un tout en lui-même distinct mais qu’il s’insère aussi dans un tout fuidique, poreux et transactionnel le menant à ‘transmuter » en substance comme en qualité.

Répondre à Digival Annuler la réponse.