REBLOG

La guerre culturelle en Europe : « L’intention libérale devient illibérale suivi de « La moralinocratie de l’UE super-wokeniste : il est temps de prendre la guerre culturelle européenne au sérieux » Par Alastair Crooke

La guerre culturelle en Europe : l’intention libérale devient illibérale


Le point évident sur lequel Bruxelles ferme les yeux est qu’il n’existe aucun mandat populaire pour annuler la culture européenne établie de longue date.


Par Alastair Crooke – Le 12 juillet 2021 – Source Strategic Culture

Quos Deus vult perdere prius dementat – un dicton datant d’environ 450 avant Jésus-Christ dit : « Ceux que les dieux veulent détruire … ils les rendent d’abord fous ». Ces mots résument en quelque sorte la manière dont les premiers Grecs, d’Homère aux grands tragédiens, concevaient la relation entre « les dieux » (ici les forces psychiques invisibles qui nous façonnent) et la sphère humaine au sens large.

Cette phrase exprime également une certaine vérité, dans la mesure où elle suggère que les hommes puissants deviennent souvent responsables de leur propre chute – dans la mesure où ils embrassent une certaine « folie », celle d’être aveugle à l’évidence. (Le viol de Lucrèce de Shakespeare explique précisément comment un homme puissant peut faire s’écrouler « le ciel et l’enfer » sur sa propre tête).

Il s’agit ici de suggérer que le péché d’hubris – si profondément ancré dans l’ensemble de l’entreprise humaniste séculaire et illustré par l’UE – a conduit de nombreux leaders culturels et politiques européens influents à devenir « fous » dans le sens où ils sont aveugles aux conséquences évidentes de leurs actions.

Tout d’abord, ils ont conduit de nombreux Européens au bord de la folie en essayant de s’appuyer sur la « guerre » contre le Covid pour imposer un ethos de soumission de temps de guerre à un commandement centralisé de la « guerre ». En tant que stratégie, elle aurait pu être quelque peu convaincante, si ce n’était l’incompétence totale avec laquelle le « commandement » de l’UE a géré la campagne de distribution des vaccins, et le caprice avec lequel les confinements ont été imposés, levés puis réimposés arbitrairement.

Le fait que tout cela faisait partie intégrante d’un « projet pilote » secret pour une ingénierie sociale et économique plus large (un reset) de la sphère publique a été révélé, premièrement, par le fait que le commandement de l’UE a « fétichisé » de manière si évidente ses « révolutions » verte et LGBTQI.

Et, deuxièmement, lorsque Christine Lagarde a placé cette semaine l’« urgence » climatique au centre même de la politique de la BCE. Désormais, les achats d’obligations de la BCE seront dirigés vers les seuls actifs éligibles, c’est-à-dire vers les obligations vertes conformes aux objectifs ESG de l’UE. L’assouplissement quantitatif des obligations d’entreprises s’est révélé être un mécanisme de contrôle extrêmement efficace pour les banques centrales, en limitant l’accès aux capitaux pour les « mauvais acteurs ».

Ambrose Evans-Pritchard note qu’aujourd’hui encore, le « commandement » de l’UE ne semble pas être en mesure de se ressaisir :

L’Europe a encore une fois mal évalué les contours, les temporalités et les politiques de la pandémie. De vastes pans du continent connaîtront une quatrième vague incontestable d’ici la fin du mois, avant qu’ils ne soient suffisamment vaccinés pour en ignorer les conséquences médicales. Ce sera difficile à expliquer. Les cas de Covid en Catalogne dépassent actuellement les niveaux britanniques par habitant, et le taux de reproduction R est supérieur à 2,0. Le Portugal suit la trajectoire du Royaume-Uni avec seulement un léger retard, tandis que le ministre français de la santé, Olivier Veran, affirme que son pays pourrait être submergé d’ici fin juillet.

Pourtant, les frontières intérieures de l’Europe restent largement ouvertes. L’impératif de sauver la saison touristique de cette année a paralysé les dirigeants politiques.

Nous assistons à un nouvel étalage des pathologies dysfonctionnelles de l’UE. L’Europe a sous les yeux le laboratoire du variant Delta ultra-contagieux en Angleterre depuis des semaines ; mais le système collectif de l’UE n’a pas su en tirer de leçon. Cette erreur répète ce qui s’est passé plus tôt dans l’année lorsque les politiciens ont minimisé les dangers évidents du variant Alpha du Kent, alors que le déploiement des vaccins de l’UE venait à peine de commencer… Le risque est de voir une quatrième vague longue et désordonnée se prolonger jusqu’en septembre, contaminant la rentrée française.

[Stratégiquement] Je pense que la pandémie a fondamentalement changé l’attitude de l’opinion publique allemande envers l’UE. Elle l’a fait à un moment délicat où l’Allemagne a également été poussée à effectuer d’importants transferts fiscaux par le biais du Fonds de relance de 800 milliards d’euros, initialement présenté comme un plan de secours Covid, mais en réalité un fonds de patronage pour une Commission européenne aux ambitions insatiables.

Ce qui est clair, c’est que la Grande Réouverture de l’économie européenne et de l’été est en difficulté. Selon Jacob Nell, de Morgan Stanley, l’impact sur le PIB pourrait être de 1,5 % pour l’Italie, de 1,7 % pour le Portugal, de 2,3 % pour la Grèce et de 2,5 % pour l’Espagne dans un « scénario sévère ».

Cela ne constitue peut-être pas la fin du monde en soi, mais cela représente néanmoins un nouveau choc asymétrique pour des électorats déjà malmenés et fatigués par le confinement. De manière plus pertinente, cette situation va exacerber les lignes de clivage existantes, notamment par le biais de la « guerre du choix » de l’Europe : son adhésion à une révolution culturelle totale.

Avec sa culture de la démocratie de type woke, LGBTQI, des révolutions des droits de l’homme et de l’urgence climatique, l’UE s’est gratuitement aliénée la Russie et la Chine (dont elle a besoin pour sauver son économie) et a choisi de lancer une guerre culturelle interne contre la Hongrie et divers autres États de l’UE en raison de leur réticence à approuver la culture woke, mais plus particulièrement de leur rejet du projet de société ouverte de l’UE qui utilise l’immigration pour diluer l’homogénéité ethnique.

Selon Politico (UE), « les libéraux veulent en faire une épreuve de force dans la lutte contre la discrimination à l’égard des personnes homosexuelles en Hongrie. Ils vont lancer un appel pour que des conséquences réelles soient formalisées : « Le Conseil doit déclencher l’article 7 contre ce gouvernement hongrois » » .

Malheureusement, l’escalade des querelles culturelles risque de dominer la politique européenne, comme c’est le cas aux États-Unis. Les fractures ne resteront pas entre les États, comme la guerre de l’UE contre Orbán, mais seront à l’intérieur des États, ainsi qu’entre eux.

Frank Luntz, militant de longue date du parti républicain, cite les profondes divisions dans l’attitude des électeurs au Royaume-Uni comme preuve de la contagion venant des États-Unis. Bien que la politique britannique soit aujourd’hui conditionnée par le Brexit, il est peu probable que les électorats européens, en particulier dans les pays de l’Est culturellement plus conservateurs, échappent à un processus similaire de fracturation.

Le point de Luntz ici est que la Grande-Bretagne est de plus en plus divisée selon des lignes « woke » contre « non-woke », plutôt que par les tensions sociales et culturelles traditionnelles, comme entre le nord et le sud, les villes et les zones rurales, et même les hommes et les femmes.

Dans son étude, qui a été rapportée pour la première fois dans le Times, sous le titre « La guerre culturelle est la plus grande source de divisions parmi les votants », environ 81% des électeurs conservateurs étaient d’accord avec l’idée que le Royaume-Uni était une nation reflétant l’égalité et la liberté, tandis que 19% seulement déclaraient que la nation était « institutionnellement raciste et discriminatoire ». En revanche, parmi les partisans travaillistes, seuls 52 % considèrent le Royaume-Uni comme un bastion de la liberté, tandis que 48 % déclarent que le pays souffre de racisme systémique.

Interrogées spécifiquement sur la culture de l’annulation, 40 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles pensaient que ce phénomène social servait de « police de la pensée et de la parole », tandis que 25 % l’ont soutenue, affirmant que ceux qui tiennent des propos sexistes ou racistes devraient « en subir les conséquences ».

Selon Luntz, ces résultats constituent un « drapeau rouge » évident : « Lorsque vous avez décidé que votre pays est institutionnellement raciste et discriminatoire, vous ne revenez normalement pas en arrière », prédisant que le gouffre divisant les électeurs ne ferait que se creuser avec le temps. Selon lui, il est probable que d’ici six mois à un an, les « dégâts » causés par des opinions aussi radicalement différentes sur ce que représente le Royaume-Uni conduiront au même vaste bouleversement social que celui qui se produit déjà aux États-Unis.

« Le problème avec le woke[nisme] et avec la culture de l’annulation, c’est qu’on n’en a jamais fini. Le conflit et les divisions ne finissent jamais »a déclaré Luntz. « Ce n’est pas ce que veut la population du Royaume-Uni – mais cela arrive quand même ».

Le point très évident sur lequel Bruxelles, pleine d’hubris, ferme les yeux est qu’il n’y a pas de mandat populaire ou d’enthousiasme pour annuler la culture européenne établie de longue date. Même aux États-Unis, la moitié de la population la rejette, et pourrait se montrer prête à la combattre – peut-être littéralement.

Cela signifie que les classes dirigeantes de Bruxelles « deviennent folles » – dans le sens où elles sont aveugles aux conséquences évidentes de ce qu’elles font. L’Europe a déjà connu une « guerre » de la culture de l’annulation, lorsque les envahisseurs Francs de Rome, imprégnés de l’exceptionnalisme de l’Ancien Testament, sont entrés en guerre contre tout ce qui était « païen », c’est-à-dire tout ce qui n’était pas aligné sur la nouvelle doctrine chrétienne.

Ce qu’il faut retenir, c’est que lorsque le christianisme a été imposé dans le « monde » romain (en 323 après J.-C.), les chrétiens étaient une minorité, opposée à une ancienne métaphysique, à d’anciennes façons d’être, qui existaient depuis des milliers d’années. Il a fallu quatre siècles d’oppression totale – comme le fait de brûler vifs des dissidents pour éclairer l’arène du Colisée – pour expurger l’ancienne compréhension. Malgré cela, l’ancienne compréhension n’a jamais été définitivement détruite. Elle est devenue « souterraine » et elle existe toujours.

La bibliothèque d’Alexandrie, qui contenait les seuls textes de l’ancienne théosophie, a été brûlée sur ordre de l’évêque chrétien. Sa gardienne philosophe, la belle Hypatie, a été écorchée vive par la foule ; dans tout l’Empire, des livres païens ont été « dénoncés », condamnés et brûlés ; des professeurs ont été « radiés » et leur enseignement dénoncé ; des temples et des biens « païens » ont été expropriés ; des croix chrétiennes ont été gravées sur des statues grecques.

Sous Justinien (527 à 565), la tolérance à toute religion autre que le christianisme prend fin. Le dernier temple égyptien – dédié à la déesse Isis, sur une île du sud de l’Égypte – est fermé en 526. La légendaire Académie de Platon – qui comptait pas moins de 900 ans d’enseignement à son actif – a été fermée à Athènes en 529.

Pour être clair, alors que l’adoption des valeurs chrétiennes était en hausse au cours de ces premiers siècles, sa facette opposée – le christianisme (en tant qu’autorité illibérale et en tant que projet de pouvoir) – est devenue l’outil politique utilisé pour fusionner la papauté avec l’Empire, et l’outil avec lequel établir le féodalisme.

De nombreux libéraux européens contemporains sont clairement bien intentionnés dans leur désir de parvenir à la justice sociale. C’est un objectif admirable. Mais en fin de compte, lorsqu’on se lance dans une guerre culturelle sans mandat populaire, ce qui commence comme « libéral » finit comme illibéral. C’est la nature de la guerre culturelle. En fin de compte, la lutte culturelle devient une « couverture » utilitaire, qui cache un projet politique.

Les classes dirigeantes de l’UE sont-elles vraiment aveugles à ces conséquences, ou se réjouissent-elles secrètement de l’illibéralisme inhérent à la guerre, comme l’outil qui leur permettra de fonder leur empire européen centralisé – tout comme les Francs ont utilisé l’autoritarisme de l’Ancien Testament pour fonder la dynastie carolingienne ?

Alastair Crooke

Traduit par Zineb, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

La moralinocratie de l’UE super-wokeniste : il est temps de prendre la guerre culturelle européenne au sérieux


Le monde globaliste, pour les quelques personnes qui aspirent à s’enrichir, est considéré comme une véritable corne d’abondance de satisfactions matérielles innombrables.


Par Alastair Crooke – Le 5 Juillet 2021 – Source Strategic Culture

À la fin du mois dernier, l’UE s’est effondrée dans une crise de nerfs affectiviste. Cela s’est produit lorsque Charles Michel, président du Conseil, a décidé d’inscrire au sommet un débat sur les LGBTQI et les valeurs de l’UE, en réaction à une lettre inquiète signée par 17 pays-membres. Le Premier ministre néerlandais Rutte a profité de ce moment pour «monter au nucléaire» (comme il l’avait promis auparavant), en déclarant avant le sommet : «Mon objectif est de mettre la Hongrie à genoux sur cette question». Et, lors du sommet lui-même, Rutte a menacé la Hongrie : ce pays doit «abroger» sa «loi anti-gay» (prétendument anti-gay) et « respecter les droits de l’homme fondamentaux ; ces exigences ne sont pas négociables, la Hongrie les accepte ou elle doit partir [de l’UE]. »

Rutte a néanmoins reconnu : «Je ne peux pas les pousser dehors».  Il a simplement affirmé que la (prétendue) loi “anti-gay” d’Orbán «contredit gravement les valeurs que défend l’Europe», et a insisté sur le fait qu’elles n’étaient pas à débattre. Si l’UE n’agit pas maintenant, elle cessera d’être une union de valeurs et deviendra un simple bloc commercial, a insisté Rutte. Le débat a ensuite pris une tournure très personnelle et émotionnelle :

«Nous nous connaissons depuis huit ans, mais cela me blesse», a déclaré Xavier Bettel à Orbán dans la salle du sommet. Le Premier ministre luxembourgeois est marié à un homme et a été l’un des initiateurs de la lettre de protestation des 17 États. «Je ne suis pas devenu gay. Je le suis. Ce n’est pas un choix… Ma mère me déteste pour cela. Ce [projet de loi hongrois] est très mauvais. C’est stigmatisant», a-t-il déclaré, selon des responsables. «Je vous respecte, mais c’est une ligne rouge. Il s’agit de droits fondamentaux, du droit d’être différent».

Eh bien, voilà : la guerre culturelle, et sa compagne, – la guerre contre le “populisme”, – gronde, attisée désormais par un vent de tempête. Comme en Amérique, elle aura de profondes conséquences, et donnera lieu à de vives tensions internes.

Le début de cette “guerre” remonte aux années 1990, lorsque la Hongrie et la Pologne «ont mené l’Europe de l’Est dans la thérapie de choc économique, en poussant les réformes du marché au-delà de ce que leurs conseillers occidentaux exigeaient. Mais sur le plan culturel, les droites polonaise et hongroise ont choisi une voie plus conservatrice». En particulier, plutôt que d’ouvrir les frontières de son pays pour compenser le déclin démographique, Viktor Orbán, le Premier ministre hongrois, a considéré la famille traditionnelle comme la voie royale pour stimuler la croissance nationale. Depuis 2010, qui a marqué le début du rôle d’Orbán en tant que Premier ministre, le nombre de mariages chez les Hongrois a augmenté de 89,5% ; et le taux de fécondité est en hausse.

Ces deux États continuent néanmoins de se considérer comme profondément européens même s’ils se sont éloignés de la promotion par l’UE du cosmopolitisme comme finalité culturelle primordiale, à réaliser par l’ouverture des frontières et le mélange volontaire d’un grand nombre de peuples différents qui en découle.

Orbán est loin d’être le seul à adopter une position traditionaliste. À Rome, par exemple, le Vatican a pris l’initiative inhabituelle d’entreprendre une démarche diplomatique auprès du gouvernement italien concernant un projet de loi. Cette loi, connue sous le nom de “projet de loi Zan” (du nom du législateur militant pour l’homosexualité Alessandro Zan), a été approuvée l’année dernière par la Chambre basse du Parlement italien et fait depuis l’objet d’un débat acharné au Sénat. Le projet de loi qualifie explicitement la violence à l’encontre des personnes LGBTQI de crime de haine, l’assimilant à une attaque raciale ou antisémite, et prévoit des sanctions sévères en cas d’infraction. Le leader de la Ligue (le parti), Salvini, a déclaré que cette loi punirait ceux «qui pensent qu’une maman est une maman et qu’un papa est un papa». De nombreux Italiens ordinaires seraient d’accord.

Même les parents des élites progressistes sont inquiets, – comme en témoigne la démarche du Vatican, – car ils voient la communauté progressiste de méritocratie qu’ils imaginaient se métamorphoser en une sorte de « moralinocratie » super-wokeniste. Et ce n’est peut-être qu’une question de temps avant que les tests académiques ne soient abolis au nom de la lutte contre le racisme. «Alors comment diable êtes-vous supposé faire entrer votre fille à Oxford, si elle est blanche ? Payer un chirurgien wokeniste (à moins que l’assurance sociale couvre cette intervention) pour procéder à l’ablation de ses seins à l’âge de seize ans, – voilà la nouvelle ‘cool-attitude’». Abigail Shrier en parle dans son nouveau livre Irreversible Damage: The Transgender Craze Seducing Our Daughters. De nombreux parents sont au bord de la crise de nerfs.

Et, comme en Amérique, les parents n’apprécient pas non plus que l’on enseigne à leurs enfants la Théorie critique de la race (TCR). Cette dernière est issue d’une école de pensée d’intellectuels marxistes de l’après-révolution russe désappointés du fait que la révolution communiste n’avait pas balayé l’Europe, comme Marx l’avait prédit. Cette “théorie de la race” révisionniste a actualisé Marx en transformant la lutte des classes en une lutte entre «ceux qui ont le pouvoir dans la société et ceux qui ne l’ont pas».

Les deux variantes marxistes s’appuient pourtant sur le même dualisme perturbateur de l’oppresseur contre l’opprimé, pour provoquer le conflit entre les couches de la société. Et c’est bien le cas : on apprend à une jeune génération en rupture et en désaccord avec ses parents, à considérer ceux-ci comme des racistes congénitaux.

La semaine dernière, l’UE a déclaré la guerre à ces angoisses parentales. Elle a pris le parti de la TCR et a brandi la cause des LGBTQI.

C. J. Hopkins, que Matt Taibbi a un jour décrit comme une version post-soviétique d’un écrivain самиздат (c’est-à-dire un écrivain si perspicace que, tôt ou tard, tant l’écrivain que ses lecteurs seront conduits en prison ! – ce qui, soit dit en passant, est un compliment de la part de Taibbi), a cherché à expliquer ce qui est en train de se passer.

Yves Smith, qui écrit sur le remarquable blog économique Naked Capitalism, développe la prophétie de Hopkins. Il écrit :

Alors que je commence à expliquer le travail de Hopkins à mes amis et voisins progressistes (encore) bien éduqués [à New York], je suis surpris, encore et encore, qu’ils soient sereinement inconscients de ce qui me semble si évident : la montée de la censure aux États-Unis – la censure des libéraux-progressistes ! … “Écoutez”, [écrit Hopkins en 2017, la première année de la présidence de Trump] “Je crois savoir ce que vous pensez. Mais ce n’est pas que les progressistes ne se soucient pas réellement des valeurs libérales-progressistes fondamentales, comme la liberté de la presse et de parole, – et tout le reste. C’est simplement qu’ils ont désespérément besoin que les démocrates reprennent la Chambre des représentants et le Sénat l’année prochaine, afin de pouvoir s’atteler à la mise en accusation de Trump…” “Le but de toute cette propagande [en particulier concernant le piratage russe] est de délégitimer Donald Trump”, “et de réaffirmer de manière prophylactique le monopole des classes dirigeantes néolibérales sur le pouvoir, la ‘réalité’ et la ‘vérité’.

En pratique, le récit “la Russie a volé l’élection de Trump” a fait d’une pierre deux coups : l’un était contre Trump, l’autre contre Poutine. Pourquoi ? Eh bien, dans le capitalisme oligarchique, l’immense richesse de ce dernier est à la fois l’enclume et le marteau, sur lesquels sont forgés les récits occidentaux de la “réalité” politique. Ils “martèlent” chaque “réalité” successive. Ce n’est pas le cas en Russie et en Chine. Le pouvoir des dirigeants politiques l’emporte sur les machinations oligarchiques (ils vont à l’essentiel). Il n’en a pas toujours été ainsi. Sous Eltsine, les oligarques cosmopolites ont été à deux doigts de kidnapper littéralement la Russie, mais Poutine est entré en scène et à tout gâché. Les oligarques sont toujours tenus à distance.

Le thème principal de Hopkins est cependant la guerre contre le populisme (le sujet qui a tant absorbé les euro-élites lors de leur sommet du Conseil). Il pose la question suivante : Comment, et pourquoi, le capitalisme mondial incontrôlé a-t-il abouti à cette guerre contre le populisme ? «Le problème c’est [répond-il] … eh bien, le problème … c’est les gens.»

Hopkins écrit, dans The Last Days of the Trumpian Reich :

Ce ne sont pas les gens riches et puissants comme eux [qui sont le problème], ni les gens dont ils ont besoin pour continuer à travailler, à consommer et à servir les intérêts de leurs prêts, mais … vous voyez, ce sont tous ces autres gens. Les gens de la classe ouvrière non éduqués, non-wokenistes. Des gens qui portent des armes et sont fanatiquement religieux. Les racistes, les théoriciens de la conspiration. Les déplorables. Les populistes, pour tout dire.

Des gens dont ils n’ont plus besoin. Ces gens ont été un problème récemment. Non seulement ils sont un frein au système, mais ils ont activement interféré avec lui, en votant pour le Brexit, en élisant Donald Trump, en refusant d’abandonner leurs valeurs traditionnelles et leurs idées dépassées (par exemple, la souveraineté nationale, la liberté d’expression et la biologie des mammifères), en refusant de se rallier à l’idéologie capitaliste mondiale , – ils sont vraiment une épouvantable plaie.

Yves Smith encore :

 Le paragraphe [ci-dessus] éclaire le travail de Thomas Frank et est éclairé par celui-ci, qui a si brillamment montré – surtout dans son chef-d’œuvre, “Listen : Liberal” – comment, depuis l’élection de notre premier président néolibéral en 1992 (qui était, de manière significative, l’année suivant l’effondrement de l’URSS), les démocrates se sont réinventés comme le parti de la classe libérale-progressiste, créative, professionnelle et gestionnaire : le parti de la méritocratie institutionnalisée, le parti, par-dessus tout, des gagnants. Alors, oui, comme une évidence, on a appris aux démocrates à être ouvertement hostiles aux “déplorables” de la classe ouvrière, comme Hillary Clinton les a officiellement nommés, à les considérer comme “une épouvantable plaie”, comme l’écrit Hopkins.

Et les déplorables sont vraiment un frein au système capitaliste mondial. (La plupart d’entre eux veulent des soins de santé gratuits, a-t-on jamais vu ça !) Beaucoup d’entre eux ont voté pour le socialiste Bernie Sanders, et, bien pire, bien pire, un plus grand nombre d’entre eux ont voté pour le “dictateur fasciste suprématiste blanc-nationaliste Nazi-Hitler » (comme l’a dit Glenn Greenwald !), c’est-à-dire Trump. Ils sont vraiment, – le fond du problème ici – des Losers avec un grand “L”.

Les progressistes, les bienpensants (comme les a appelés Thomas Frank), – les “gagnants”, donc,  – qui lisent le New York Times et le Washington Post, écoutent NPR et regardent MSNBC et CNN, qui sont allés dans de bonnes universités et ont obtenu toutes sortes de titres professionnels, sont certainement assez bien informés pour savoir que l’avenir est tout entier dans le capitalisme mondial. Et ils savent que, s’ils respectent les règles, le capitalisme mondial a une place pour eux. En outre, ils savent (ou pourraient facilement le comprendre) que le capitalisme mondial n’a pas de place pour les perdants de la vie. C’est juste de la merde puante, n’est-ce pas ?

Ainsi, lorsque la Reset, – le “Nouveau Normal” – a été dévoilé à Davos, des millions de personnes vivaient déjà une réalité dans laquelle les faits ne comptaient plus du tout, où des choses qui ne se sont jamais produites officiellement, – se sont produites. Et d’autres choses qui se sont manifestement produites ne se sont jamais produites ; pas officiellement dans tous les cas, c’est-à-dire qu’il s’agissait de théories du complot“d’extrême droite”, de “fake news”, de désinformation ou de ce qu’on veut du genre, même si les gens savaient que ce n’était pas le cas.

Comment le Davos propose-t-il alors de faire passer l’humanité dans le “Nouveau Normal” ? Eh bien, peut-être que le Davos veut aller dans la direction opposée à la pureté épistémologique ? C’est-à-dire qu’il cherche à générer un grand nombre de réalités contradictoires, pas seulement des idéologies contradictoires mais de véritables réalités mutuellement exclusives, qui ne pourraient pas exister simultanément… ce qui pourrait quand même faire assez peur aux gens. Cela pourrait devenir la “page blanche” mentale sur laquelle pourraient être écrites les réalités délibérément fluides du genre cosmopolite et des identités auto-définies.

L’Élite oligarchique cherche maintenant à “dévaloriser” toutes les valeurs nationales restantes, à briser la cohésion nationale, – parce que son objectif logique n’est pas de créer une nouvelle idéologie (il n’en a pas besoin). Il s’agit plutôt d’imposer un ordre mercantiliste mondial unique, en commençant par la monétisation de toutes les “choses” possibles, puis leur “capitalisation” en nouveaux “actifs” financiers.

Bien sûr, même le Reset a besoin de son récit. Il s’agit alors, – n’importe quel récitde l’establishment fait l’affaire (voyez ce “Reality Check de la BBC), – de mettre une ligne Maginot, une frontière idéologique défensive, entre “la vérité” telle que définie par les classes dirigeantes, et n’importe quelle autre contredisant leur récit.

Les “classes dirigeantes” accréditées (telle celle de Bruxelles) savent que leur succès est en grande partie rendu possible par leur enthousiasme pour les récits officiels. Leur espoir collectif est que le récit correct leur offre un espace sûr et durable. D’un côté de la ligne Maginot se trouve donc la société “normale”, l’emploi bien rémunéré, l’avancement professionnel et tous les autres avantages considérables de la coopération avec les classes dirigeantes. De l’autre côté, c’est la pauvreté, l’anxiété, la stigmatisation sociale et professionnelle, et diverses autres formes de souffrance et de discrimination.

De quel côté du mur voulez-vous être ? Chaque jour, d’innombrables façons, chacun d’entre nous se voit poser cette question et doit y répondre. Conformez-vous, et il y a une place pour vous à l’intérieur. Refusez, et … eh bien, bonne chance de l’autre côté.

Alors, à quoi ressemblera la “Conquête d’Absolument Tout” de l’oligarchie mondiale ? Un monde de consommateurs atomisés, dépouillés de leurs droits et de toute allégeance à la famille, au clan, à la nation, à la religion ou même à une appréciation culturelle significative.

Peu importe, un monde globaliste, pour les quelques personnes qui aspirent à y devenir immensément riches, est toujours considéré comme une véritable corne d’abondance d’innombrables satisfactions matérielles. Un tapis volant qu’ils seraient bien stupides d’abandonner. Et pourtant l’inquiétude monte, même chez les milliardaires. Le monde s’oriente vers de nouvelles directions bien incertaines. Jeter son dévolu sur les “Maîtres de l’Univers” pourrait finalement s’avérer n’avoir été qu’une chimère éphémère.

Pour “le plus grand nombre”, bien entendu, le Reset technologique et robotique proclamé par les gens de Davos sera un lieu d’esclavage glorifié, vécu dans des déserts d’isolement social. Dans la mesure où certains parmi le grand nombre ont vu ce qu’un Reset technologique leur réserve, ils n’aiment pas ça. On y hume à plein nez le totalitarisme, le féodalisme technologique, – et ils ont commencé à s’y opposer. Ils sont alors … “populistes”. C’est-à-dire qu’ils deviennent un énorme problème pour leurs maîtres. Il n’est pas étonnant que le sommet du Conseil de l’UE ait été si houleux et si désemparé.

Alastair Crooke

Traduit par Dedefensa, relu par Zineb

Catégories :REBLOG

Tagué:

1 réponse »

  1. Le totalitarisme de grand-père est obsolète et ne fait plus rêver. Il faut évoluer avec son temps. Il faut s’adapter aux nouvelles technologies. L’ancien totalitarisme était grossier, pataud, visible, revendiqué. Il venait avec ses gros sabots ; il s’imposait par la force ; il martelait son credo à coup de crosses sur la tête des récalcitrants ; sa violence était visible, bruyante, sale et puante. Sa visibilité le rendait vulnérable ; il pouvait susciter une réaction, un sursaut, un cri du corps et de l’esprit.
    Le totalitarisme moderne doit être affable, subtil, doux, consenti, woke, branché, cool, innovant, disruptif, responsable, durable et écologique. Il doit nous faire aimer la peur qu’il nous inspire.
    (source https://lesmoutonsenrages.fr/2021/07/25/le-totalitarisme-en-mode-start-up-et-autres-fragments-desordonnes-sur-le-covid-democratique/#more-135998)

Laisser un commentaire