Point de Vue et Images du Monde

Poings de vue et images du Monde : De la démocratie à la dictature il n’y a qu’un pass…

Poings de vue et images du Monde : De la démocratie à la dictature il n’y a qu’un pass…

Tour de passe-pass

Pair, impasse et manque

L’Impass, l’Autre paire

Faites vos jeux rien ne vas plus… 

« Je n’ai rien à faire dans un temps où l’honneur est puni, où la générosité est punie, où la charité est punie, où tout ce qui est grand est rabaissé et moqué, où partout, au premier rang, j’aperçois le rebut, où partout le triomphe du plus bête et du plus abject est assuré » HENRI DE MONTERLANT

EN BANDE SON :

8 réponses »

  1. PASSEPORT « SANISETTE »: LE PORTE FEUILLE D’IDENTITE NUMERIQUE pour mieux vous controler.

    Ce pays, mais aussi de nombreux autres, est entrain de mettre en place un « passeport » fallacieusement appelé « sanitaire ». Si ce n’est que par hygiénisme social et mental, on tend à éliminer cette saleté qu’on appelait jadis « valeurs républicaines » ou encore « valeurs démocratiques » non pas pour lutter contre une pandémie mais pour appliquer un rituel de soumission, un acte qui doit devenir aussi courant que s’identifie en toute occasion. Présenter un QR Code pour aller manger au restaurant, regarder un film au cinéma, faire du sport en club… ouvre la boite de Pandore pour d’autres activités connexes comme acheter et vendre avec ce « passeport pour la vie ». Le devenir de ce « pass sanitaire », en devenant une norme technique et socialement admise culturellement (une réalité vivante de l’idéologie importée outre-Atlantique de la « cancel culture »), prépare le terrain à la convergence administrative sous forme centralisée d’un QR Code valant « identité » pour tout ce qui nous concerne et que l’Etat tiendrait comme étant sa propriété, au même titre que le secteur marchant aurait accès à nos données. Le secteur marchant est partie prenante avec l’Etat pour que l’un s’engraisse tandis que l’autre arbitre tout en touchant sa part en bon proxénète.
    THALES (1) a pensé à tout pour nous rendre ce grand service: « Le Digital ID Wallet, la toute nouvelle génération d’identité mobile de Gemalto, est un portefeuille mobile hautement sécurisé qui héberge tous nos documents d’identité et titres sécurisés digitalisés et qui est accessible depuis nos smartphones. Grâce à cette solution, il n’a jamais été aussi simple de prouver son identité ou d’accéder aux droits et services qui nous sont réservés – que ce soit en ligne ou dans le monde dit « réel » ». Evidemment, le progrès ne vaut que si il est partagé par tous et la promesse va bientot se réaliser grace à Macron et son concept éculé de « Start-up Nation ». Comme je l’ai expliqué récemment, l’inclusivité c’est comme le revendique Thalès: « Rapprocher l’univers numérique et le monde physique »… En fait de « rapprochement », l’espoir se place bien au delà: on vise, au bout du chemin techno-anthropophage la FUSION-ACQUISITION par le sur-monde numérique et artificiel l’inclusion du monde réel et naturel. Mais c’est là une conception eschatologique qui fait intervenir le « religieux »… mais justement le « religieux » est aussi partie prenante et nous le verrons plus loin dans cet article. Mais Thales est soucieux du bénéfice que l’on retirerait de son « passeport » d’identité numérique car « s’ajoute la possibilité de valider et signer des contrats à distance, grâce à la signature électronique, au moment et à l’endroit qui conviennent le mieux à l’utilisateur. » Dans ce cas précis il s’agit bien de BLOCKCHAIN mais qui peut croire qu’il serait anonyme puisque « vendre et acheter » ne le serait pas avec la monnaie digitalisée?

    (1) THALES: https://www.thalesgroup.com/fr/europe/france/dis/gouvernement/identite/digital-id-wallet

    Ce pays -et tant d’autres- ont mis au ban des accusés tout principe de ce que l’on appelait et qui fondait jadis « l’Etat de Droit » pour un « Etat de Devoir »… Le « devoir » dans notre cas est en l’espèce un « Etat de Servitude volontaire ». Ce n’est pas que nous n’ayons plus le choix souverain de décider ce qui est bon et juste pour nous-même mais que le prix du choix est si douloureusement vécu nominalement qu’il fait peser sur chacun l’excommunication à toute vie sociale collective.

    Le « passeport sanisette » rançonne toute dignité de vivre librement pour nous donner « pseudo-librement » accès à des services, jusqu’au 15/11/2021 disent-ils ces menteurs et qui nous étaient jusqu’à peu encore redevables naturellement. C’est l’héritage de notre Histoire, qui est garanti par la Constitution Française, que s’est forgé le caractère identitaire du libre citoyen. C’est par la Constitution que nous sommes liés à la Nation, son Histoire (sa grandeur et les erreurs du passé) mais c’est aussi par son reniement que s’actualise la lente et longue décadence éthique qui poursuit celle de la morale: cela posé comme diagnostic pour signifier l’effondrement politique, social et psychologique actuel et par quoi se meurt l’Occident sénescent.

    Que nous consentions librement à nos devoirs et droits jusqu’au sacrifice ultime de nos vies en tant de guerre, c’est une chose valable par Principe car c’est le Principe qui fonde nos lois dans le terreau démocratique auquel nous tenons car il nourrit l’espérance et fait sens au quotidien comme à un futur qu’hériteront nos petits enfants.
    Or, en dictature, le dissident devient un résistant à l’oppression qu’il subit et ce sacrifice pour la Nation objective la défense du Principe libéral et sans compromis à vivre en toute dignité et honneur en société plutôt qu’à devoir survivre dans l’amertume d’une Foi réprouvée: la Liberté, en regard des Lois qui organisent cette vie en société et qui façonnent le Droit et les Devoirs, ne fait sens au Contrat Social implicite qu’eu égard aux nobles valeurs de la Morale et de l’Ethique en politique qui traduisent l’Etant Sociétal et social. Il est fait dépendre notre trajectoire historique selon l’exigence que l’on a de tendre par l’effort concerté (démocratiquement) au Bien-Etre collectif. Aujourd’hui, la division règne et fait le lit d’un pouvoir qui goûte la démesure enivrante de sa toute puissance sans se soucier du Mal que ce gouvernement et sa pseudo opposition distille en chacun… Car chacun devient l’opposant d’un autre. Suite à cette division et ce constat d’une telle calamité, cela leur permet de nous imposer des remèdes pervers qu’en d’autres circonstances « normales » ils n’auraient pu.

    On a fait de la Liberté, une Servitude ou le consentement se fait à la poigne du chantage, à la menace sous le régime de plus en plus apparent de la peur comme seul et unique carburant pour faire fonctionner le moteur sécuritaire qui détruit sa contrepartie: les libertés. Ils ont travestis le concept de « La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. » en pratiquant le mensonge et l’accusation infondée mais aussi en se torchant avec le droit national et international (Lire: « Passe sanitaire : «Pourquoi le projet de loi anti-Covid heurte de manière disproportionnée nombre de libertés fondamentales» » co-écrit par 10 juristes). (2)

    (2) https://www.lefigaro.fr/vox/politique/passe-sanitaire-les-enjeux-devant-le-conseil-constitutionnel-20210801

    Du principe de l’Egalité pour tous, ils en ont fait un moyen totalisant, uniformisant dont la « vertu » serait de nous protéger des « complotistes » récalcitrants, des dangereux « antivaxx »… qui gachent la possibilité de nous sortir de ce « mal nécessaire » qu’est le pass sanitaire et l’obligation vaccinale pour « presque tous ».

    Ce que les medias appellent « complotistes », « fascistes ».. c’est la dissidence du petit nombre réactif aux effets concrets d’un vice ontologique que l’on exècre: la « Pensée Unique ». Dans l’idée de la « pensée Unique », il est fait volontairement table rase aux idées et comportements qui n’entrent pas dans le statut rigide -à œillères étroites- de la pensée dominante… celle des élites. C’est la « pensée unique » qui définit l’univocité réglementaire de ce qui est admis comme Vrai, Juste et Bien socialement. Conformez-vous! L’Etat est notre Gourou et la messe est dite.

    La Fraternité dans ce monde-ci, c’est la liaison ombilicale qui nous rattache et nous sustente à l’Etat. L’Etat a ses prêtres tantôt faussement enchanteurs, tantôt véritablement inquisiteurs. Ses dogmes et ses rites de passages -que les communicants sont chargés de former dans nos esprits- constituent l’attelage domestiqué du Peuple pour parachever l’adhésion des troupes et faire se coaguler l’action collective pour que naisse et perdure un féodalisme inclusif ou les divergents notoires que nous sommes sont comme les photons résiduels dans une ténébreuse caverne.

    La « Nation » est devenue un espace exigu et carcéral ou les valeurs anciennement instituées de nos libertés de pensée, de se déplacer et d’agir sont réduites par le moyen performatif et coercitif de l’obsolescence programmée des ingénieurs sociaux. Ils nous promettent la putréfaction non proclamée de la démocratie mais acclament le renouveau hybride d’un hyper-capitalisme immoral et sauvage mixé au dirigisme focal du communisme en chantant l’internationale patricide.

    Il nous faut fournir un « laisser passer » pour toute activité et ce moyen nous engage profondément dans une dictature dont certains ont l’air de consentir aveuglement concédant ici et là des petits arrangements pour soulager leurs peines. Ainsi,comme certains restaurateurs qui veulent plus de temps et une aide l’Etat font les yeux doux à leur bourreau, lui trouve des excuses comme une victime accablée du syndrome de Stockholm: ce qui revient aux victimes de quémander auprès de leur bourreau une empathie qui ne fera qu’aller dans le sens d’un négoce avec le diable… il faut pourtant une très, très longue cuillère pour manger avec le diable et les restaurateurs n’en disposent point dans leur cuisine. Non seulement, ils font le jeu machiavélique de leurs maîtres mais ils ne saisissent pas les enjeux perfides qui les attendent pour leur vie quotidienne, à eux mais aussi à tous ceux qu’ils aiment (famille et amis) à l’exception biensur du restaurant qu’ils tiennent et pour lequel ils ont contracté des dettes pour pouvoir tenir la durée du confinement imposé… par leur bourreau.

    Le choix est toujours possible; une douleur certes aujourd’hui mais une plus grande encore scelle leur avenir car le « pass sanitaire » conditionne notre avenir à la surveillance généralisée, en temps réel, mais elle instruit aussi une transparence absolue sur qui nous sommes, ce que nous aimons ou pas, ce que nous faisons… Mais bien pire, ce « pass sanitaire » est un « pont » jeté vers un nouveau monde fait de récompenses et de sanctions qui conditionnera nos choix à opérer dans un espace cybernétiquement controlé pour faire selon la « philosophie » du Système oppressif ainsi que ses règles, une exigence incontournable: subissez et fermez là en obéissant aux injonctions, fussent-elles contraire en morale et à l’intérêt personnel. Or les règles qui définiront nos comportements sont déjà contenues de manière latente et factuelle dans le GREAT RESET et le GREEN NEW DEAL.

    Great Reset financier et culturel… Green New Deal pour la religion du sacrifice personnel:

    Les objectifs révolutionnaires de Davos ont eu l’assentiment du pape qui « a mis en avant la dimension morale de la vie économique qui doit conduire vers un développement humain intégral. » (3) Qui plus est:  » Il y a trois ans, le Pape avait reçu les membres d’un congrès, le Fortune-Time Global Forum devant lesquels il avait déjà souligné la nécessité de mettre en place des modèles économiques plus inclusifs et plus équitables qui permettraient à chacun d’avoir sa part des ressources de ce monde et d’être capable de réaliser leur potentiel ». Il nous faut traduire ce discours par des intentions précises et éclairantes pour le citoyen de demain. Selon le Forum de Davos et sa 1ère « prédiction » (sur les 8), en 2017: « Tous les produits seront devenus des services. « Je ne possède rien. Je ne possède pas de voiture. Je ne possède pas de maison. Je ne possède ni électroménager ni vêtements », écrit la députée danoise Ida Auken. Le shopping n’est plus qu’un lointain souvenir dans la ville de 2030, dont les habitants ont craqué pour l’énergie propre et empruntent ce dont ils ont besoin à la demande. Cela semble utopique, jusqu’à ce qu’elle mentionne que chacun de ses mouvements est suivi et qu’en dehors de la ville vivent des pans de mécontentement, la représentation ultime d’une société divisée en deux ». Voilà une belle promesse mais incomplète puisque le slogan est:  » you will own nothing and you will be happy ». Etre heureux en supprimant le droit de propriété est une équation qui n’a qu’une inconnue: quid de la super élite? On le devine ils seront comme les seigneurs -les vrais possedants- qui disposeront à volonté des métayers, les mêmes collabos zélés du Système puis il y aura la masse des serfs qui seront les mécontents ruraux… puisque la grande ville ubiquitaire, robotisée et connectée aura exclue les inutiles, vous savez les fameux « déplorables » que vomissait Hillary Clinton face à Trump et ses « red necks ».

    N’oublier pas que la 4ème Révolution Technologique est l’exclusivité d’une Elite et de sa cour royale et cléricale mais que la destruction inéluctable et massive des emplois enverra au casse pipe social le reste d’une population qu’il va bien falloir réduire en nombre et en attendant contrôler assidûment avec ce « passeport d’identification numérique » puisque le crédit social sera instauré et la menace de se voir couper son compte bancaire et les vivres sera le moyen efficace de le « contrôler intégralement dans son développement personnel ». Ce peuple cocufié à qui il revient au Pape et ses alliés contre-natures de sanctifier la fin de la propriété: «tous les croyants vivaient ensemble, et ils avaient tout en commun; ils vendaient leurs biens et leurs possessions, et ils en partageaient le produit entre tous en fonction des besoins de chacun». Ceci «n’est pas du communisme, c’est le christianisme à l’état pur». C’est par ces mots que le Pape François, dans l’homélie de la messe célébrée le dimanche de la Divine Miséricorde, a commenté le partage des biens mis en œuvre par la première communauté chrétienne ».
    On peut donc dire Merci au Pape, le dernier d’ailleurs de sa lignée en même temps que le 1er d’une suivante puisque selon la Prophétie de Saint Malachie: Pierre 2 est le dernier des papes ou plutôt « Pierre le Romain 2.0 » pour que commence un nouveau grand cycle de perversion?. Pourtant selon le prophète: «Dans la dernière persécution de la sainte Église romaine siégera Pierre le Romain qui fera paître ses brebis à travers de nombreuses tribulations. Celles-ci terminées, la cité aux sept collines sera détruite, et le Juge redoutable jugera son peuple. »

    Ce Pape aurait-il aussi oublié cette prophétie: Apocalypse 13 : 16/17 :« Elle fit en sorte qu’on impose à tous les hommes, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, une marque sur leur main droite ou sur leur front. » « Ainsi, personne ne pouvait acheter ni vendre sans avoir la marque, c’est-à-dire le nom de la bête ou le nombre de son nom. »

    Le Great Reset passera par la destruction effective du Système Monétaire International et le « grand remplacement » des monnaies fiduciaires dont le seigneuriage ne sera plus dépendant des banques commerciales (par la « monnaie-dette ») mais sera directement un produit digitalisé par les banques centrales en numérisant notre passé monétaire entre temps détruit comme il se doit par une cyber-attaque dont Apple s’était fait l’écho dans une publicité évocatrice(4) : les E-DOLLARS E-EUROS E-YUAN… Je renvoie d’ailleurs à la Une de « The Economist » de 1988 « Get ready for a new currency ». On peut donc penser que pour rendre INCLUSIF le « DEVELOPPEMENT HUMAIN INTEGRAL » il nous faut basculer dans l’Ordre Noir du tout technologique.
    Battons-nous tant qu’il est encore temps de le faire.

    (3) https://www.vaticannews.va/fr/pape/news/2019-11/les-encouragements-du-pape-a-un-capitalisme-inclusif.html
    (4) https://leblogalupus.com/2017/06/23/les-variantes-du-reset-global-dapple-plus-quun-desir-un-projet-par-master-t/

    • @MASTER T,

      Vos réflexions sont remarquables. Nous avons compris le tournant de l’Histoire, maintenant nos réponses y seront plus que décisives… Et nos « Zoulouberlu » le savent, pertinemment…

      «  »Le but est la justice, la méthode est la transparence. Il est important de ne pas confondre le but et la méthode. »
      Julian Assange

      https://www.legrandsoir.info/fin-de-partie-the-monthly.html

Laisser un commentaire