REBLOG

Article du Jour : Les opposants aux injections anti-Covid sont-ils des « cinglés anti-vaccins » ?

Les opposants aux injections anti-Covid sont-ils des « cinglés anti-vaccins » ?

Note du traducteur : Voici la traduction d’une interview menée par Mike Whitney et dans laquelle Ron Unz répond à ses questions. Il est intéressant de noter les divergences de vues entre les deux, et sur la plupart des sujets qui y sont abordés.
 

Question 1 — Votre opinion sur le coronavirus et le vaccin anti-Covid est très différente de celle des auteurs de The Unz Review, comme Paul Craig Roberts, CJ Hopkins, Israel Shamir et moi-même. Selon vous, quels sont les principaux points de désaccord et pourquoi pensez-vous que votre analyse est plus probable que la leur ?

Ron Unz — Je placerais également Gilad Atzmon dans votre groupe, ainsi que quelques autres contributeurs.

Je pense que le principal point de désaccord initial concernait la question de savoir si le virus du Covid était aussi dangereux que les médias grand public le présentaient. Je pensais qu’il l’était probablement, alors qu’une majorité écrasante d’écrivains et de commentateurs anti-establishment sur ce webzine et ailleurs n’étaient pas d’accord, dans certains cas peut-être alimentés par les premières déclarations publiques du président Trump et des personnes de Fox News prenant cette même position.

Bien que je n’en sois pas sûr, voici ce que je pense des raisons pour lesquelles certaines de ces fausses informations ont pris une telle ampleur. Peu après la révélation au monde de l’épidémie de Covid à Wuhan, divers groupes et sites web anti-chinois ont commencé à produire et à promouvoir des vidéos de propagande affirmant que la société chinoise s’effondrait à cause de cette maladie mortelle. Certaines de ces vidéos extrêmement populaires montraient des Chinois supposés tomber morts en marchant dans les rues, et suggéraient parfois que le Covid était une arme biologique chinoise mortelle qui s’était échappée d’un de leurs laboratoires de recherche militaire et qu’il allait anéantir une grande partie de la population chinoise. De plus, le Covid était étroitement lié au Sras, dont le taux de mortalité était de 10 à 15 %. Je pense donc qu’au début, des rumeurs assez répandues circulaient sur les médias sociaux selon lesquelles le Covid avait un taux de mortalité très élevé, peut-être de l’ordre de 5 ou 10 %, et qu’il risquait de dévaster la race humaine, ce qui a naturellement suscité beaucoup de peur et de panique.

Évidemment, ces chiffres se sont révélés complètement faux et, par conséquent, de nombreuses personnes qui avaient été abreuvées de ces absurdités extrêmes ont réagi en affirmant que le Covid n’était pas si dangereux que cela, ce qui est tout à fait vrai, du moins par rapport à ces premiers chiffres exagérés. Mais, et ce qui peut sans doute se comprendre, ils ont ensuite réagi de manière excessive dans l’autre sens, en commençant à affirmer que la maladie n’était pas du tout dangereuse, peut-être comme un vœu pieux.

Je n’utilise pas beaucoup les médias sociaux et j’avais ignoré toutes ces vidéos de propagande anti-Chine, m’informant plutôt auprès du New York Times, du The Wall Street Journal et d’autres médias grand public. Et la plupart d’entre eux ont toujours suggéré que le Covid semblait avoir un taux de mortalité compris entre 0,5 % et 1 %, mais avec un écart d’âge extrêmement marqué, les personnes de plus de 60 ans étant plus de 100 fois plus vulnérables que celles de moins de 40 ans. Et au fil du temps, ces chiffres semblent être restés raisonnablement stables.

Il est évident qu’une maladie dont le taux de survie est généralement supérieur à 99 % ne signifie pas la fin du monde, comme l’ont souligné à juste titre de nombreux commentateurs. Mais il s’agit tout de même d’une maladie très grave, et si elle avait déferlé sur les 330 millions d’habitants que compte les États-Unis, elle aurait provoqué au moins deux millions de décès, et probablement plus si les cas critiques avaient submergé les hôpitaux et provoqué un effondrement de l’ensemble du système de santé, comme cela a failli se produire à New York au tout début de l’épidémie.

Pendant les deux premiers mois, le gouvernement des États-Unis a presque totalement ignoré le problème du Covid, espérant apparemment que le virus ne se propagerait pas ici, mais quand il s’est propagé, le gouvernement n’a pas vraiment su quoi faire. Les rapports en provenance du nord de l’Italie étaient terrifiants et montraient le nombre énorme de décès que pouvait provoquer une épidémie majeure. Comme le Covid était extrêmement contagieux et qu’il ne semblait exister aucun traitement efficace, les mesures de santé publique traditionnelles étaient inefficaces. La Chine avait très rapidement et efficacement éradiqué la maladie avec un minimum de décès en utilisant une série sans précédent de mesures de confinement locales et nationales. Les États-Unis et la plupart des gouvernements occidentaux ont donc décidé d’essayer la même chose, mais ils l’ont fait de manière très désordonnée et désorganisée, ce qui n’a pas été très efficace. Entre-temps, les confinements, le port obligatoire de masques et la distanciation sociale ont été extrêmement perturbateurs et impopulaires, en particulier parmi les libertaires et les gens de droite, ce qui a entraîné une énorme réaction politique.

La santé publique est devenue une épineuse question idéologique, ce qui n’a pas aidé à sa mise en œuvre. Lorsque les gens cessent de croire les médias, ils se tournent vers leurs propres sources favorites, qui peuvent devenir des échos fondés sur des vœux pieux. Les gens ont commencé à prétendre que le Covid n’était pas vraiment dangereux et que très peu de gens en mouraient, ce qui est totalement faux mais c’est devenu très populaire dans certains cercles. Il y a une certaine ambiguïté dans la classification des causes de décès, ce qui a conduit les gens à affirmer que les chiffres des décès dus au Covid étaient largement gonflés, et ils ont parfois mal compris les statistiques gouvernementales. Je vais vous citer un commentaire qui donne à réfléchir et que j’ai répété à plusieurs reprises :

Mais voici une liste de la TOTALITÉ des décès de citoyens des États-Unis, toutes causes confondues, au cours des dernières années, directement tirée du site web du CDC :2014 : 2 626 418
2015 : 2 712 630
2016 : 2 744 248
2017 : 2 813 503
2018 : 2 839 205
2019 : 2 854 838
2020 : 3 384 426Vous remarquerez que les chiffres sont relativement stables jusqu’en 2020, où ils ont soudainement augmenté de plus de 500 000 personnes.Si je ne savais rien de plus, je penserais presque que les États-Unis ont été cette année-là frappés par une dangereuse épidémie.La question de savoir si un demi-million de décès supplémentaires en 2020 est un grand nombre ou un petit nombre est évidemment une question d’opinion personnelle…L’Amérique a donc connu plus de 500 000 « décès excédentaires » en 2020, et des dizaines ou centaines de milliers supplémentaires jusqu’à présent en 2021. Le nombre officiel de décès dus au Covid dépasse maintenant largement les 600 000, mais les experts en statistiques de santé publique de l’université de Washington affirment que près d’un million d’Étatsuniens sont déjà morts du Covid. Ce sont des chiffres énormes, bien plus importants que le nombre de morts de toutes nos guerres étrangères combinées, et ce en dépit des mesures de santé publique sans précédent que le gouvernement a (mal) mises en œuvre l’année dernière pour tenter de contrôler la propagation de la maladie. Il est facile d’imaginer que des millions d’Étatsuniens auraient pu mourir si la maladie s’était propagée de manière totalement incontrôlée.D’après ce que je sais, la quasi-totalité des pays occidentaux ont très mal contrôlé l’épidémie de Covid, tandis que les pays d’Asie de l’Est comme la Chine, Taïwan, le Japon et Singapour, ainsi que l’Australie et la Nouvelle-Zélande, ont fait un bien meilleur travail.Je viens d’un milieu scientifique et je préfère croire à la réalité. Une maladie qui a déjà tué des centaines de milliers d’Étatsuniens me semble être un problème très sérieux.

Question 2 — Vous dites : « Je viens d’un milieu scientifique et je préfère croire en la réalité. ». C’est bien, mais où sont exactement les preuves scientifiques qui soutiennent les confinements comme moyen de contenir un virus hautement contagieux comme le Covid-19 ?

Je dirais qu’il n’y en a aucune. Les mesures de confinement étaient sans précédent, capricieuses, désespérées et totalement non scientifiques. Où sont les études, les expériences et les essais cliniques qui ont prouvé leur efficacité ?Encore une fois, il n’y en a pas.

Pourquoi a-t-on demandé aux gens de se tenir à 2 mètres l’un de l’autre plutôt qu’à 1,50 mètres ou à 3 mètres ?

C’est ridicule, et ça l’a toujours été.

Quel objectif de santé publique a-t-on atteint en fermant les restaurants, les églises, les écoles et les commerces alors que les épiceries, les quincailleries et les grandes surfaces sont restées ouvertes ? Qu’avons-nous obtenu en forçant les gens à rester chez eux alors que — dans le meilleur des cas — la propagation du virus n’a été que temporairement retardée ?

Et qu’en est-il des masques ? Quelle a été la différence entre des pays comme la Suède (qui n’a jamais exigé le port de masques) et les pays européens les plus stricts qui ont strictement imposé le port de masques ?

S’il vous plaît, expliquez-moi comment la « science » soutient les mesures restrictives qui ont été mises en place l’année dernière (si tel est votre point de vue) et, également, répondez à la question de savoir si les gouverneurs ont usurpé des pouvoirs qui ne sont pas prévus par la constitution de leur État ?

Ron Unz — J’ai déjà dit que les mesures de contrôle de la santé publique aux États-Unis et dans la plupart des pays occidentaux ont été mises en œuvre « d’une manière très désordonnée et désorganisée, qui n’était pas très efficace ». Cela incluait certainement les confinements, qui ont massivement perturbé notre économie et notre société, mais n’ont pas vraiment eu un impact énorme sur la propagation finale de la maladie.

Par exemple, j’avais d’abord été impressionné par la preuve que les confinements précoces et forts dans mon propre État de Californie avaient entraîné un taux de mortalité par habitant à peine inférieur à celui d’États comme la Floride et le Texas, qui n’avaient pas suivi une telle politique. Mais à mesure que les mois passaient et que les gens commençaient à ignorer ce qui avait été promis à l’origine comme étant des mesures de restriction à très court terme, la Californie a progressivement rejoint ces autres États, de sorte que les résultats finaux ne semblaient pas vraiment si différents.

À un niveau plus rigoureux, en mars 2021, Philippe Lemoine a publié une étude quantitative extrêmement détaillée de 25 000 mots, montrant que les confinements n’avaient pas vraiment fait de différence, ni en Europe ni aux États-Unis, étude qu’il a résumée dans une colonne du The Wall Street Journal. J’ai trouvé son analyse très convaincante, je l’ai dit à l’époque et je l’ai rapidement mise en évidence sur notre site web. J’ai été très heureux de reconsidérer ma position une fois que des recherches solides ont montré qu’elle était erronée.

Mais d’un autre côté, je continue de penser que les preuves apportées par la Chine prouvent clairement que les mesures de confinement peuvent fonctionner, si elles sont appliquées correctement. La Chine a mis en place des mesures de confinement extrêmement sévères, presque sans exception, qui auraient confiné environ 700 millions de personnes chez elles. Mais grâce à la sévérité des mesures de confinement, les autorités ont réussi à enrayer presque complètement le virus et, après quelques semaines, la vie des Chinois est redevenue presque normale, les exigences en matière de port de masque et de distanciation sociale ayant été rapidement éliminées dans la majeure partie du pays. Ils ont donc frappé très fort pendant quelques semaines, résolu le problème, puis supprimé presque toutes les mesures restrictives.

En revanche, les États-Unis ont adopté des mesures de confinement timides et, comme elles n’étaient pas vraiment efficaces pour enrayer le virus, le gouvernement a décidé de les prolonger de plusieurs mois, voire d’un an ou plus, malgré les promesses initiales de les lever au bout de quelques semaines. De toute évidence, il est bien plus facile d’amener les gens à suivre des politiques de santé publique strictes pendant une très courte période que d’essayer de les rendre presque semi-permanentes. En conséquence, notre économie et notre société ont été profondément perturbées par rapport à celles de la Chine et nous avons également subi un taux de mortalité par habitant 500 fois supérieur, voire plus.

La plupart des preuves suggèrent que le taux de mortalité global du Covid aux États-Unis se situe entre 0,5 % et 1 %, et selon diverses estimations, nous avons eu entre 600 000 et un million de décès dus au Covid. Si l’on combine ces deux chiffres, nous avons probablement eu entre 60 et 200 millions d’infections, avec une valeur sans doute plus proche de la limite supérieure de cette fourchette. Cela implique que peut-être la moitié ou plus de tous les Étatsuniens ont été infectés, ce qui suggère à quel point nos mesures de santé publique ont été peu efficaces. Mais d’un autre côté, ces infections ont au moins été réparties sur la majeure partie de l’année, ce qui a permis d’éviter l’effondrement soudain des systèmes de santé locaux, qui aurait pu augmenter considérablement le taux de mortalité total. Ces mesures ont donc probablement eu un effet bénéfique, mais bien moindre que celui qui avait été promis lors de leur mise en œuvre.

Cependant, je pense qu’il est injuste d’être trop sévère sur les détails spécifiques de certaines des mesures de santé publique adoptées, comme la distanciation sociale ou le port de masques. N’oubliez pas que nos autorités sanitaires gouvernementales ont soudainement été confrontées à une maladie entièrement nouvelle et dangereuse, présentant des caractéristiques totalement inconnues. L’efficacité exacte du port du masque et les distances appropriées pour la distanciation sociale ne pouvaient pas être connues à l’époque, et je pense que même plus d’un an après, elles sont encore très contestées dans certains des articles que j’ai lus. En raison de l’épidémie précédente de Sras, les pays d’Asie de l’Est s’étaient habitués au port du masque, et comme ils semblaient avoir été efficaces pour enrayer l’épidémie de Covid, nous avons décidé de faire de même, que cela ait été utile ou non.

Je pense que le plus gros problème était que le gouvernement fédéral sous la présidence de Trump a initialement ignoré toute l’épidémie, ou l’a gérée de manière totalement incompétente. Par exemple, au lieu d’utiliser le kit de détection du Covid qui avait été très rapidement mis au point par l’Allemagne, nous avons décidé de produire le nôtre, et le CDC a complètement bâclé le travail, de sorte que les premiers kits étaient défectueux et que des semaines se sont écoulées avant que nous puissions même dire si le Covid se répandait dans le pays et où. De plus, Trump et ses partisans sur Fox News ont complètement minimisé le virus et ont dit qu’il ne se répandrait pas ici ou qu’il pourrait même disparaître de lui-même « par magie ». Le gouvernement a donc perdu un mois ou deux à prendre des mesures précoces, ce qui aurait pu vraiment faire une grande différence.

Comme le gouvernement fédéral ignorait complètement le problème, certains États ou localités ont été contraints d’agir, ce qui, à mon avis, était tout à fait nécessaire et justifié, même si la mise en œuvre était à bien des égards très médiocre.

Et bien que de nombreux détracteurs des mesures adoptées par nos politiques aient cité la Suède en exemple, les dommages subis par son économie étaient assez comparables à ceux des pays voisins, tandis que son taux de mortalité était beaucoup plus élevé, de sorte qu’il n’est pas du tout clair pour moi que le modèle suédois ait été couronné de succès.

Question 3 — Je ne trouve pas du tout que l’exemple chinois (celui des confinements draconiens) soit convaincant. Après un an et demi, la Chine ne rapporte toujours que 4 636 décès. Trouvez-vous cela crédible ? Pas moi. Soit la Chine manipule les données, soit la majorité de la population est déjà immunisée en raison d’une infection antérieure, peut-être par le Sras (qui est censé être similaire à 85 % au Covid-19 [Sras-CoV-2 – NdT]), soit il se passe quelque chose d’autre que nous ignorons. Quoi qu’il en soit, je pense qu’il est prématuré de tirer des conclusions sur l’efficacité des mesures de confinement sur la base d’informations provenant de Chine.

Quant à la Suède, dans la catégorie « décès par million », elle se classe 34e sur 155 pays répertoriés par Statistica. Ce n’est ni bon ni mauvais, mais juste dans la moyenne. Naturellement, si nous avions su ce que nous savons aujourd’hui en matière de traitement précoce, de médicaments, d’anti-inflammatoires et de thérapies, le nombre de décès aurait été considérablement inférieur. Mais cela est vrai partout. L’idée de juger les dirigeants politiques en fonction du nombre de personnes qui meurent pendant une pandémie est ridicule. Devrions-nous également les juger en fonction du nombre de personnes obèses ou présentant des comorbidités, car après tout, ce sont ces personnes qui étaient les plus susceptibles de mourir ? En quoi le gouvernement est-il responsable de cela ?

Le véritable triomphe de la Suède ne se mesure pas strictement au nombre de morts qui apparaissent dans les données, mais à sa détermination à préserver les libertés fondamentales de son peuple face aux critiques incessantes des médias et alors que partout, des dirigeants autoritaires imposaient à leur population des restrictions draconiennes sans jamais consulter leurs législatures, congrès ou parlements respectifs. La Suède a évité cela, et devrait être applaudie pour cela.

Je ne suis pas non plus d’accord avec l’affirmation selon laquelle « le gouvernement fédéral sous Trump a initialement ignoré toute l’épidémie, ou l’a gérée de manière totalement incompétente. » Ce n’est pas Trump qui a poussé les patients infectés dans des établissements de soins pour personnes âgées où ils ont fini par provoquer la mort de milliers d’hommes et de femmes âgés et infirmes. C’est le résultat d’un bricolage opéré par des autocrates principalement démocrates comme Cuomo et Whitmer. En outre, les attentes à l’égard de Trump étaient faibles au départ, étant donné qu’il n’a été élu qu’en tant qu’alternative à la candidate de l’establishment, Hillary Clinton, largement honnie. Quelles que soient les erreurs que Trump a pu commettre pendant la pandémie, il est clair, au vu du nombre historique de voix qu’il a obtenues lors de l’élection présidentielle de 2020, qu’une nette majorité du peuple des États-Unis continue de penser qu’il est préférable à notre actuel président « imposteur » qui a triché pour accéder au Bureau ovale.

Alors je vous le demande à nouveau : Pensez-vous que les gouverneurs ont usurpé des pouvoirs qui ne leur sont pas conférés par la constitution de leur État ?

Ron Unz — En ce qui concerne la Chine, je ne suis pas du tout d’accord. La Chine a utilisé des mesures de santé publique extrêmement draconiennes pour enrayer totalement le virus en quelques semaines seulement, et une fois le virus éliminé, personne ne pouvait le transmettre à quiconque. Malgré tout l’enfumage des propagandistes anti-Chine, il n’y a vraiment pas la moindre preuve que les statistiques chinoises soient sérieusement erronées. Après tout, en l’espace de quelques mois, les Chinois ont redémarré leur économie, toutes leurs usines ont repris leurs activités, les exigences en matière de port de masques ont été levées et ils n’ont pas pris la peine de procéder à des vaccinations de masse puisque le virus n’est plus une menace locale. De temps en temps, il y a eu de petites épidémies soudaines, causées par des visiteurs infectés ou d’autres facteurs, et le gouvernement chinois les a rapidement enrayées tout aussi efficacement que l’épidémie initiale. Toutes les preuves circonstancielles confirment les affirmations du gouvernement chinois.Officiellement, la Chine n’a enregistré que 4 600 décès et 93 000 infections, soit environ 1/500e du taux par habitant aux États-Unis. Même si nous supposons que le gouvernement ment et que le véritable total est 5 fois plus élevé, cela signifie toujours que le taux était 1/100e de ce que nous avions aux États-Unis, ce qui ne change pas vraiment l’argument. Les États-Unis ont probablement eu 100 à 150 millions d’infections par le virus Covid, et il est tout simplement impossible que la Chine en ait eu ne serait-ce que quelques millions, sinon ses usines, ses entreprises et sa vie quotidienne ne seraient pas revenues à la normale depuis plus d’un an maintenant, les gens ne prenant même pas la peine de porter des masques. Les États-Unis ont donc probablement connu 500 fois plus de décès par habitant, alors que les perturbations de la vie quotidienne des Étatsuniens lambda ont probablement été 10 ou 20 fois plus importantes, ce qui nous donne le pire des deux mondes possibles.

Chinois à Wuhan aout 2020

© Inconnu
Pas de masque, pas de distanciation sociale pour ces fêtards dans un parc aquatique de Wuhan en août 2020.

Chinois à Wuhan aout 2020

© Inconnu
Des milliers de personnes démasquées et entassées lors d’un festival de musique à Wuhan en août 2020.

Et les résultats de la Chine ne sont pas si extraordinaires, puisque la plupart des autres pays d’Asie de l’Est ont également obtenu d’excellents résultats, notamment Taïwan, Singapour, le Japon et la Corée du Sud, ainsi que l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Je doute que tous ces différents gouvernements mentent. Tous ces chiffres sont facilement disponibles sur Internet.

Le cas de la Suède a largement été contesté, mais selon le site WorldoMeters, son taux de mortalité par Covid par habitant est à peine inférieur à celui des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France, de l’Espagne et de l’Italie, ce qui n’est vraiment pas très bon. Pendant ce temps, d’autres pays scandinaves voisins comme la Finlande, la Norvège et le Danemark ont fait 3 à 10 fois mieux, tandis que la Chine a fait 400 à 500 fois mieux. Si je me souviens bien, après quelques mois, le fonctionnaire suédois qui avait fait la promotion de leur approche peu orthodoxe, a admis qu’elle ne fonctionnait pas très bien, et est passé à une version atténuée des mêmes méthodes suivies dans la plupart des pays occidentaux (qui n’ont évidemment pas non plus très bien fonctionné). L’économie suédoise a souffert à peu près autant que celle des pays qui ont procédé à un confinement total, de sorte qu’il n’est pas évident de savoir quels avantages ils en ont réellement retirés. Cependant, je dois admettre que je n’ai pas suivi de près l’évolution de la Suède et que je me fie uniquement à ces statistiques officielles sommaires.

L’essentiel est que la Chine semble avoir fait plus de 400 fois mieux que la Suède en ce qui concerne le nombre de décès par habitant et, contrairement à la Suède, la vie des Chinois est revenue à la normale très rapidement, donc je pense que, quelle que soit la norme, la Chine a fait beaucoup, beaucoup mieux.

En ce qui concerne les États-Unis, je suis d’accord pour dire que beaucoup de gouvernements locaux ont failli à la tâche, notamment Cuomo à New York. De même, je pense que certains maires, comme De Blasio à New York, ont dénoncé très tôt les mesures de restriction des célébrations publiques et autres rassemblements et ont donc grandement contribué à la propagation du virus. Mais Trump était le président, et je pense que le reproche le plus important lui revient, notamment pour avoir minimisé publiquement et de façon précoce la menace du virus. Son CDC a bâclé la production d’un kit de dépistage, il n’a fait aucun effort pour déterminer si le virus se propageait de manière invisible et, à un moment donné, il a déclaré publiquement qu’il allait probablement disparaître de lui-même comme par magie. Seule l’épidémie dévastatrice qui s’est déclarée dans sa propre ville de New York l’a finalement convaincu de prendre le problème au sérieux, mais il était alors presque trop tard. De plus, son comportement ridicule a conduit la plupart de ses alliés sur FoxNews à adopter une position très similaire pendant de nombreuses semaines, affirmant que le Covid ne représentait aucune menace nationale, certains d’entre eux soutenant même qu’il n’était pas plus dangereux que la grippe ordinaire. Cette absurdité est entrée dans la tête de beaucoup de ses partisans ignorants et crédules, jouant certainement un rôle majeur dans les centaines de milliers de morts étatsuniens qui en ont résulté.

En ce qui concerne l’élection de 2020, Biden a été un très mauvais candidat et nombre des politiques que lui et ses partisans ont défendues étaient épouvantables, ce qui a presque permis à Trump de se faire réélire. Mon sentiment est qu’il y a eu un vote anti-démocrate/anti-Biden absolument massif et aussi un vote anti-Trump absolument massif, mais relativement peu de gens étaient de fervents partisans de l’un ou l’autre candidat. C’est assez similaire à ce qui s’était passé en 2016 lorsque Trump avait battu Hillary Clinton.

Question 4 — Passons aux vaccins même si je dois noter que vous n’avez pas répondu à ma question. Je ne vous ai pas demandé si vous pensiez que Cuomo et les autres avaient « bien ou mal agi », mais si vous pensiez que les « gouverneurs avaient usurpé des pouvoirs qui ne leur sont pas conférés par la constitution de leur État ». Pour beaucoup d’entre nous, il s’agit d’une question cruciale car elle a un impact direct sur la liberté personnelle de chaque citoyen des États-Unis. Par exemple, nous ne conférons pas à nos représentants élus le pouvoir de fermer des églises. Nous ne leur donnons pas ce pouvoir. Cela peut sembler une idée radicale par rapport à une urgence de santé publique, mais maintenant que ces pouvoirs ont été utilisés de manière si criminelle (par Cuomo et les autres), nous pouvons comprendre la sagesse des fondateurs qui ont déclaré explicitement que le gouvernement ne peut PAS « interdire le libre exercice » de la religion ou d’autres activités protégées par la Constitution. En d’autres termes, je voulais que vous déclariez officiellement si vous pensez qu’une crise de santé publique permet au gouvernement d’établir de facto une dictature où la censure, la coercition, les menaces, l’assignation à résidence et (peut-être) même la vaccination  forcée peuvent toutes être justifiées ?

Ron Unz — Désolé pour mon omission. Je ne suis pas un juriste constitutionnel et je n’ai pas vraiment suivi de près les détails des mesures particulières prises par Cuomo et d’autres gouverneurs pour combattre la propagation du Covid au cours des premiers mois de 2020. Il est parfaitement possible que les mesures d’urgence qu’ils ont prises aient dépassé ce que la constitution de leur État autorisait — je ne sais vraiment pas. Mais si je me souviens bien, les décès avaient atteint un chiffre de 1 000 par jour à New York, avec des craintes raisonnables que le nombre de ces décès continue à croître de manière exponentielle et que l’ensemble du système de santé s’effondre, avec des pertes humaines gigantesques. Si ce n’est pas une « urgence » légitime, je ne sais pas ce que c’est. En revanche, la moitié des fois où les présidents ou les gouverneurs proclament des « urgences » et publient des ordres exécutifs d’une légalité douteuse, c’est parce qu’une commission du corps législatif refuse de voter son budget annuel à temps ou pour une raison du même ordre.

Je pense donc qu’il est beaucoup plus raisonnable de blâmer Cuomo pour les mesures incompétentes qu’il aurait prises et qui auraient pu coûter plusieurs milliers de vies plutôt que de le blâmer pour avoir pris des mesures d’urgence pendant une période de crise énorme. De même, on peut reprocher à Trump son manque d’empressement et son incompétence face à l’épidémie de Covid, plutôt que d’avoir par la suite mis de côté diverses réglementations pour permettre l’approvisionnement rapide des fournitures médicales nécessaires et le développement de vaccins à la vitesse de l’éclair.

J’ai tendance à ne pas trop m’attarder sur les questions constitutionnelles ou idéologiques. Une façon de voir les choses est que les États-Unis ont certainement connu beaucoup plus de décès dus à l’épidémie de Covid sur une période de douze mois que les militaires des États-Unis pendant les quatre années de la Seconde Guerre mondiale, peut-être même deux fois plus, et pratiquement aucune de ces dernières victimes n’était sur le front intérieur civil. En temps de guerre, il est assez courant qu’un gouvernement suspende diverses libertés, et si nous considérons l’épidémie de Covid sous cet angle, le comportement du gouvernement commence à sembler moins déraisonnable. Le principal problème qui se pose se situe au niveau de la potentielle malhonnêteté ou de l’incompétence de dirigeants gouvernementaux, qui ne semblent pas sincèrement et efficacement œuvrer pour le bien national, et il existe certainement des raisons plausibles pour ce soupçon dans notre propre situation. Mais interrompre de manière temporaire tous les grands événements publics qui pourraient si facilement propager le virus me semble une décision très raisonnable, y compris les services religieux et les événements sportifs. C’est une question de cas par cas dans mon esprit.

En ce qui concerne les vaccins , un problème majeur qui a aujourd’hui été découvert est qu’ils ne semblent pas très efficaces pour empêcher les personnes injectées d’infecter d’autres personnes, il ne semble donc pas exister de raison pour que le gouvernement impose les injections. Par rapport aux personnes vaccinées, les non-vaccinés ne nuisent pas plus aux autres qu’à eux-mêmes. De plus, les vaccins [produits expérimentaux nommés « vaccins » – NdT] ne semblent pas aussi efficaces qu’espéré à l’origine, et bien qu’ils semblent réduire considérablement les formes graves d’une infection par le Covid, les personnes vaccinées continuent de tomber malades et parfois même de mourir de la maladie.

Puisque Trump a utilisé des décrets d’urgence pour suspendre toutes les réglementations normales concernant le développement et les tests et a fait produire les vaccins à la « vitesse de l’éclair », j’ai tendance à être d’accord avec les anti-vaccins sur le fait que ces vaccins sont probablement beaucoup, beaucoup plus dangereux que les vaccins habituels que nous recevons chaque année. Par exemple, j’ai vu circuler des affirmations selon lesquelles plus de 6 000 Étatsuniens sont probablement déjà morts de réactions négatives dues aux vaccins  ce qui est gigantesque par rapport aux vaccins normaux. Mais plus de 160 millions d’Étatsuniens ont déjà été entièrement injectés, ce qui donne un taux de mortalité possible de 6 000/160 millions, soit moins de 0,004 %. En comparaison, le Covid lui-même a un taux de mortalité de plus de 0,5 %, de sorte que préférer l’injection est plus de 100 fois plus sûre que d’attraper le Covid, et est presque certainement la meilleure chose à faire, au moins pour les personnes de plus de 40 ans ou ayant des problèmes de santé.
Je ne prétends pas savoir quoi que ce soit sur les vaccins [produits expérimentaux nommés « vaccins » – NdT], pas plus que je ne sais quoi que ce soit sur les moteurs de voiture, aussi ai-je tendance à laisser ces sujets spécialisés aux experts qui les connaissent. En ce qui concerne les vaccins [produits expérimentaux nommés « vaccins » – NdT], je suis sûr que les médecins connaissent les risques relatifs bien mieux que quiconque. L’AMA, qui compte 240 000 membres, est la principale association professionnelle de médecins aux États-Unis. Après avoir interrogé un échantillon, elle a affirmé que 96 % des médecins avaient déjà été entièrement vaccinés au début du mois de juin, ce qui laisse penser que le total se situe probablement plutôt aux alentours de 98 % ou 99 %. Si la quasi-totalité des médecins étatsuniens ont décidé de se faire vacciner, cette donnée seule me suffit.

Considérez la situation en Inde comme une alternative. L’année dernière, le dirigeant incompétent de l’Inde a déclaré avec fierté que son pays avait vaincu le Covid et a commencé à organiser de grands rassemblements politiques sans faire aucun effort sérieux pour vacciner sa population, si bien qu’il y a quelques mois, seuls 3 % des Indiens avaient été vaccinés. La population indienne est beaucoup plus jeune et plus mince que celle des États-Unis, et donc bien moins vulnérable au Covid, mais la différence n’était pas suffisante, et ils ont commencé à subir la pire épidémie du monde. Le gouvernement a dissimulé les véritables chiffres, mais des analystes extérieurs très réputés ont utilisé plusieurs méthodes différentes pour estimer le nombre de victimes du Covid, et il est probable qu’il y ait déjà environ 4 millions de morts, plus ou moins un million. En prenant en compte le fait que les vaccins  sont certainement dangereux, si l’Inde avait vacciné la majeure partie de sa population, je suis sûr que plusieurs dizaines de milliers de personnes seraient mortes des effets secondaires des vaccins, mais des dizaines de milliers de morts, c’est beaucoup mieux que des millions.
Je ne connais pas les détails du système constitutionnel indien et je ne sais pas si le premier ministre a ou non outrepassé son autorité légale pour divers motifs. Mais il semble bien que ses décisions aient déjà causé la mort d’environ 4 millions d’Indiens, ce qui me semble être un problème plus important. Si Trump avait eu recours à des décrets d’urgence pour violer diverses lois mais que, ce faisant, il avait réduit de 90 % le nombre de décès dus au Covid, il aurait à mon avis fait ce qu’il fallait.

Question 4 — Revenons un instant sur votre réponse à la question précédente. Je ne vous ai pas demandé si vous pensiez que Cuomo et les autres avaient « bien ou mal agi », mais si vous pensiez que « les gouverneurs ont usurpé des pouvoirs qui ne leur sont pas conférés par la constitution de leur État ». Nul besoin d’être un « avocat constitutionnaliste » pour savoir que votre liberté personnelle est piétinée en bloc par des oligarques fous de pouvoir. Il suffit de regarder ce qu’ils font. Depuis quand est-il acceptable qu’un gouverneur — agissant sans le soutien explicite de la législature de son État — fasse unilatéralement fermer des propriétés privées telles que des entreprises, des écoles, des restaurants et des églises ?Jamais, ce n’est jamais acceptable, et c’est pourquoi au moins 15 États ont pris des mesures pour restreindre les pouvoirs d’urgence des gouverneurs, en dépit du fait que les médias ont choisi de totalement ignorer ce sujet. Dans un cas, Tom Wolf de Pennsylvanie a maintenu avec défi qu’il a le droit d’ignorer les nouvelles mesures de restriction et de continuer à faire ce qu’il veut. Une situation similaire s’est produite dans le Michigan lorsqu’une loi sur les pouvoirs d’urgence vieille de 76 ans a été abrogée en réaction aux décrets impulsifs et tyranniques du gouverneur Gretchen Whitmer.Après que le corps législatif républicain a décidé qu’il en avait assez et qu’il ait court-circuité la prise de pouvoir de Whitmer, les défenseurs de Whitmer ont publié une déclaration effrontée disant que les nouvelles mesures restrictives étaient« conçues pour entraver les capacités des membres du gouvernement à agir rapidement et de manière décisive lors des urgences de santé publique… Les républicains de la Chambre ont voté pour éradiquer un outil important pour les dirigeants élus qui tentent de sauver des vies et d’arrêter la propagation de maladies infectieuses mortelles comme le Covid-19. »En bref, Mme Whitmer se bat pour préserver les pouvoirs autocratiques qu’elle a pris au plus fort de la pandémie. C’est ainsi, bien sûr, que « le pouvoir corrompt ». Voyez-vous quel dangereux précédent nous avons créé en permettant à ces fous d’agir unilatéralement et en dehors de la loi ? Vous dites : « Si Trump avait utilisé des décrets d’urgence pour violer diverses lois mais que, ce faisant, il avait réduit de 90 % le nombre de décès dus au Covid, il aurait à mon avis fait ce qu’il fallait. » Du point de vue du bon sens, ceci semble être un compromis raisonnable, mais je pense que nous voyons en temps réel à quel point il s’agit d’une terrible erreur. Ce que vous dites, c’est : « si enfreindre la loi produit un résultat positif, alors enfreignez la loi — par tous les moyens ». Ok, mais comment cela a-t-il fonctionné jusqu’à présent ? On a ordonné aux gens de fermer leurs commerces, de rester chez eux et de porter des masques en public. Mais ce n’est que la phase 1, n’est-ce pas, car en France et en Israël, les gens doivent désormais présenter un passeport-vaccinal pour entrer dans les restaurants, les bars, les salles de sport ou les épiceries. En Australie, la police va de maison en maison pour s’assurer que les gens ne rendent pas visite à leurs voisins ou ne quittent pas les lieux. Et aux Philippines, le président vient d’annoncer que les personnes non vaccinées qui se rendent dans des lieux publics seront rapidement raccompagnées chez elles par la police. Ce que je veux dire, c’est que les restrictions s’étendent et s’intensifient, que l’attaque contre notre forme constitutionnelle de gouvernement est clairement visible et que la menace pour la liberté est réelle. Voyez-vous le monstre que nous avons créé en permettant à nos dirigeants d’agir unilatéralement et en dehors de la loi ou pensez-vous que je réagis de manière excessive aux excès inévitables d’une crise sans précédent ?

Ron Unz — En fait, je pense que cette question est au cœur de nombreuses autres controverses sur le Covid.Selon les experts en santé publique de l’époque, on pouvait raisonnablement penser que si le gouvernement n’avait pas pris ce genre de mesures légales pour fermer temporairement les restaurants, les manifestations sportives, les églises et la plupart des autres rassemblements publics et imposer un confinement général, le virus se serait rapidement propagé et aurait infecté la majeure partie de la population, tuant probablement en quelques mois environ deux millions de citoyens aux États-Unis. En outre, le nombre beaucoup plus important de victimes nécessitant une hospitalisation aurait probablement provoqué l’effondrement total des systèmes de santé locaux, multipliant probablement le nombre de décès par un autre facteur de deux ou trois. On s’attendait donc à quelque chose comme cinq millions de morts ou plus.

Telles étaient les estimations répandues par les experts de la santé à l’époque, et je n’ai jamais vu aucune raison de douter que leurs projections étaient raisonnables et probablement au moins approximativement correctes.

Il est évident que toute la population a vu sa vie personnelle et professionnelle gravement perturbée par ces confinements généralisés, et beaucoup d’entre eux ont réagi psychologiquement en se convainquant que ces mesures n’étaient pas nécessaires. Des charlatans se sont naturellement empressés de profiter de la situation sur Internet, ainsi que d’infimes minorités d’experts qui défendaient les mêmes idées. Certains d’entre eux ont affirmé que le virus n’existait pas ou qu’il n’était pas pire que la grippe ordinaire, et que tout cela n’était qu’un canular du gouvernement. D’autres affirmaient que divers traitements médicaux non orthodoxes réduisaient tellement le risque d’infection par le Covid qu’il en devenait presque inoffensif. D’autres encore affirmaient qu’une grande partie de la population des États-Unis avait déjà été infectée et était donc immunisée.

Je ne suis pas un expert médical et je n’ai jamais été très intéressé par ces questions, mais d’après ce que j’ai pu constater, les responsables gouvernementaux et les médias grand public avaient largement raison dès le premier jour et toutes ces « voix alternatives » étaient presque entièrement incorrectes.Par exemple, les critiques se sont rapidement emparés des déclarations de John Ioannidis, un éminent épidémiologiste de Stanford, qui a affirmé que les mesures de confinement étaient totalement inutiles et a prédit que le nombre de morts au niveau national ne dépasserait pas 10 000. Plusieurs autres professeurs de Stanford, apparemment associés à un groupe de pression du monde des affaires, ont fait le même genre d’affirmations, soutenant qu’une énorme fraction des Californiens avait déjà été infectée, de sorte que fermer des entreprises était totalement inutile. En avril 2020, des responsables du gouvernement fédéral ont averti que si des mesures de confinement et d’autres mesures énergiques n’étaient pas prises, les États-Unis pourraient connaître jusqu’à 100 000 à 250 000 décès. Ces prédictions ont été largement dénoncées et ridiculisées par de nombreux commentateurs de mon site Web, qui ont affirmé qu’elles étaient ridiculement exagérées et alarmistes. À l’époque, j’ai dit que je m’attendais à ce que le nombre de morts soit en fait beaucoup, beaucoup plus élevé que 250 000, et ils m’ont traité de totalement fou. Lorsque j’ai dit par la suite que nous pourrions facilement voir 500 000 décès dus au Covid d’ici à la fin de 2020, j’ai de nouveau été dénoncé et ridiculisé, mais c’est exactement ce qui s’est passé. Et les experts de l’université de Washington ont conclu que le nombre total de morts avoisine désormais le million.

L’un de nos blogueurs, Anatoly Karlin, a très tôt prédit que des « millions de personnes allaient mourir » dans le monde, et il a également été dénoncé et ridiculisé, mais c’est exactement ce qui s’est passé. Il y a quelques jours à peine, The Economist a réalisé une analyse très détaillée de la « surmortalité » dans le monde et a estimé qu’environ 14 millions de personnes étaient déjà mortes.

Une façon de faire face à un problème extrêmement grave est de prétendre qu’il n’existe pas. De toute évidence, si le gouvernement ne faisait que mentir et que le Covid n’était qu’un canular ou « juste la grippe » ou pouvait très facilement être traitée par des médicaments, tout le monde pourrait reprendre sa vie normale sans que plusieurs millions de citoyens des États-Unis ne meurent. Mais ce n’est pas parce qu’on le souhaite qu’il en est ainsi.

Étant donné que le président Trump et son administration avaient presque entièrement ignoré le problème pendant un mois ou deux, et que son CDC avait bâclé la production d’un kit de test, ses partisans irréductibles ont naturellement souhaité minimiser le désastre national qu’il avait provoqué, de sorte que beaucoup d’entre eux se sont convaincus ou ont prétendu que l’épidémie de Covid n’était pas grave. D’autres personnes ont excusé cette incompétence gouvernementale totale en prétendant qu’elle faisait partie d’un complot délibéré des élites secrètes du Forum économique mondial ou d’ailleurs pour détruire notre économie et notre société, mais je suis également très sceptique à ce sujet.

Nous avons mis en place toutes sortes de lois et de réglementations qui rendent nos vies beaucoup moins pratiques mais qui n’empêchent probablement que quelques milliers de décès inutiles chaque année. Si l’on s’en tient à ce critère, il semble raisonnable de prendre des mesures beaucoup plus énergiques pour éviter la mort de plusieurs millions de citoyens des États-Unis.

Pour en revenir à ce que j’ai dit précédemment, le gouvernement chinois a pris très tôt des mesures très radicales et décisives : il a arrêté l’ensemble de l’économie, confiné 700 millions de Chinois chez eux et totalement éradiqué le virus. Ainsi, en l’espace de quelques mois, la vie en Chine est redevenue presque entièrement normale pour la quasi-totalité de la population, sans confinement ni autres mesures restrictives importantes. Ils n’ont même pas eu besoin de vraiment se presser pour les vaccinations puisque le virus lui-même avait été presque totalement enrayé.

Pendant ce temps, le gouvernement des États-Unis a ignoré le problème, a mis en place des mesures de confinement désordonnées qui n’étaient pas efficaces, et a généralement bien mal fait son travail. Ainsi, pas moins d’un million de citoyens étatsuniens sont morts, tandis que notre société est toujours extrêmement perturbée seize ou dix-sept mois plus tard. Avec le virus Delta, nous pourrions même être amenés à revenir rapidement à des mesures de confinement.

D’une certaine manière, je ne peux pas entièrement blâmer les divers « sceptiques du Covid » ou les anti-vaccins. Après tout, l’ensemble de ma série American Pravda documente de manière extrêmement détaillée la façon dont notre gouvernement, les médias grand public et le monde universitaire ont été extrêmement malhonnêtes sur tant de sujets importants pendant tant d’années. C’est aussi évidemment vrai pour de très nombreuses questions raciales et politiques majeures.

Par conséquent, beaucoup de gens en viennent naturellement à croire que si nos élites dirigeantes et nos médias sont si totalement malhonnêtes sur tant d’autres sujets, ils mentent probablement aussi sur le Covid et les vaccins. C’est possible, mais j’ai examiné les données, et ce n’est pas ce que je vois. D’après ce que je peux voir, les médias ont depuis le premier jour eu à peu près raison sur le Covid et les vaccins , alors que ce sont les critiques agités et les sceptiques qui se sont sérieusement trompés.

Je ne suis pas un expert en santé publique, mais juste pour les besoins de l’argumentation, supposons que j’aie raison de suivre ces experts traditionnels sur le Covid. Ils ont fait valoir que si nous n’avions pas pris ces mesures énergiques de santé publique auxquelles vous vous opposez si fermement, quelle que soit leur légalité supposée discutable, notre système de soins de santé aurait pu s’effondrer et peut-être quelque chose comme 5 millions de citoyens étatsuniens seraient morts. Il me semble que 5 millions de morts supplémentaires en quelques mois auraient constitué un gros problème, et le gouvernement a probablement eu raison d’essayer d’éviter cela, même s’il l’a fait de manière plutôt incompétente.

Ces chiffres ne sont pas si totalement ridicules. Par exemple, les Indiens sont beaucoup plus jeunes et plus minces que les citoyens des États-Unis et sont donc beaucoup, beaucoup moins vulnérables au Covid. Mais le gouvernement indien a pratiquement ignoré le problème et, selon les estimations actuelles, environ 4 millions d’Indiens sont récemment morts du virus, le nombre de morts final étant certainement beaucoup plus élevé.

Comme les critiques n’apprécient pas les confinements, le port de masques ou la distanciation sociale, ils avancent des arguments juridiques et constitutionnels à leur encontre. Mais la plupart des gens trouveraient ces questions juridiques ridicules si l’alternative était de tuer des millions de citoyens des États-Unis. Je pense donc que cela oblige ces critiques à se convaincre que le virus n’est pas vraiment aussi dangereux qu’il semble l’être.

Prétendre qu’un problème grave n’existe pas n’est pas une très bonne idée dans le monde moderne, et c’est exactement ce que les États-Unis ont fait pour de très nombreux types de problèmes différents au cours des deux dernières décennies.

Une chose que j’ai remarquée, c’est qu’il ne semble pas y avoir de « scepticisme à l’égard du Covid » dans de nombreux autres pays qui ont fait bien mieux. Les gouvernements européens ont réagi au Covid tout aussi mal que les États-Unis, et il semble y avoir beaucoup de protestations contre les vaccins et les confinements. Mais les gouvernements de la Chine, du Japon, de Taïwan, de la Corée du Sud, de Singapour et d’autres pays d’Asie de l’Est ont accompli un excellent travail, et je n’entends jamais de plaintes. Je pense que c’est parce que les habitants de ces pays considèrent que leurs gouvernements sont compétents et honnêtes, du moins en comparaison avec le gouvernement des États-Unis.

Globalement, je pense que la situation ressemble beaucoup à la vieille histoire « crier au loup ». Notre gouvernement et nos médias ont menti sur tant de choses importantes pendant tant d’années que vous et beaucoup d’autres personnes ne les croyez pas, même lorsqu’ils semblent dire la vérité. C’est l’une des raisons pour lesquelles notre société est en si mauvais état de nos jours.

Dernière question — Vous avez clairement indiqué que mes opinions sur la situation du Covid constituent pour vous et en grande partie des « délires anti-vaccins », alors peut-être voudriez-vous indiquer quelles sont vos opinions sur le sujet, pour les besoins de l’interview ?

J’ai parcouru la section des commentaires du récent article de Paul Craig Roberts intitulé « How the Covid « Pandemic » Was Orchestrated » et j’ai vu que vous aviez donné votre avis à plusieurs reprises. Malheureusement, je n’ai pas réussi à comprendre vos arguments de base contre les personnes qui, comme moi, pensent que le vaccin est une attaque sinistre et mortelle contre l’humanité. Soit dit en passant, je ne reviens pas du tout sur cette affirmation. En fait, chaque jour, je suis de plus en plus convaincu que mon évaluation initiale était correcte.

Une partie de votre argument semble reposer sur de simples mathématiques. À une question précédente, vous avez répondu :

« j’ai tendance à être d’accord avec les anti-vaccins sur le fait que ces vaccins sont probablement beaucoup, beaucoup plus dangereux que les vaccins habituels que nous recevons chaque année. Par exemple, j’ai vu circuler des affirmations selon lesquelles plus de 6 000 Étatsuniens sont probablement déjà morts de réactions négatives dues aux vaccins [produits expérimentaux nommés « vaccins » – NdT], ce qui est gigantesque par rapport aux vaccins normaux. Mais plus de 160 millions d’Étatsuniens ont déjà été entièrement injectés, ce qui donne un taux de mortalité possible de 6 000/160 millions, soit moins de 0,004 %. En comparaison, le Covid lui-même a un taux de mortalité de plus de 0,5 %, de sorte que préférer l’injection est plus de 100 fois plus sûre que d’attraper le Covid, et est presque certainement la meilleure chose à faire, au moins pour les personnes de plus de 40 ans ou ayant des problèmes de santé. »

C’est ce que les gens appellent habituellement un « argument spécieux ». Les « anti-vaccins » — comme vous nous appelez — ne prétendent pas que les gens vont mourir après avoir été vaccinés. C’est une déformation de notre opinion. Ce que nous disons, c’est que le vaccin est dangereux parce qu’il a été utilisé à la hâte avant que les essais sur les animaux — qui constitue une phase critique — ne soient menés, avant que les essais cliniques de phase 3 ne soient terminés et avant que la recherche sur la biodistribution ne soit menée. Lorsqu’il n’existe pas de données à long terme sur un vaccin ou tout autre médicament, il est, par définition, dangereux. Et c’est là notre principale objection à ces vaccins expérimentaux : ils sont dangereux.

Comme vous le savez, un nombre important de scientifiques, d’épidémiologistes, de virologues, et même l’inventeur du vaccin ARNm lui-même, ont vivement critiqué la concoction de thérapie génique Covid (alias « le vaccin ») et ont déclaré en termes clairs et sans ambiguïté que la campagne de vaccination devrait être interrompue immédiatement, ce qui a été ma position depuis le tout début. Curieusement, lorsque je lis vos récents messages, il semble y avoir plus d’accord sur les questions de base que je ne l’avais pensé au départ. Par exemple, vous dites :

« En ce qui concerne les vaccins, un problème majeur qui a aujourd’hui été découvert est qu’ils ne semblent pas très efficaces pour empêcher les personnes injectées d’infecter d’autres personnes, il ne semble donc pas exister de raison pour que le gouvernement impose les injections. Par rapport aux personnes vaccinées, les non-vaccinés ne nuisent pas plus aux autres qu’à eux-mêmes. De plus, les vaccins  ne semblent pas aussi efficaces qu’espéré à l’origine, et bien qu’ils semblent réduire considérablement les formes graves d’une infection par le Covid, les personnes vaccinées continuent de tomber malades et parfois même de mourir de la maladie. »

Encore une fois, c’est notre position depuis le début, lorsque les compagnies pharmaceutiques ont publié les données de leurs essais. Pour rappel, ces données ne soutenaient PAS l’affirmation selon laquelle les vaccins empêchaient le Covid ou stoppaient sa transmission. Les essais n’ont pas non plus prouvé de manière concluante qu’ils réduisaient la gravité des symptômes ou contribuaient à prévenir l’hospitalisation. Il s’agit d’une autre invention de Fauci fabriquée de toutes pièces. Si c’est vrai, alors voyons les preuves, qui n’existent pas.

Ce dont nous sommes sûrs, en revanche, c’est que les vaccins  ne restent pas dans le muscle deltoïde de l’épaule, comme le prétendent les compagnies pharmaceutiques, mais pénètrent dans la circulation sanguine où la substance circule dans tout le corps (et le cerveau), pénétrant dans les cellules du tissu à l’intérieur des vaisseaux sanguins, forçant les cellules à produire la protéine Spike qui est cytotoxine et qui déclenche des caillots sanguins microscopiques chez 62 % des personnes testées. (Remarque : les protéines Spike s’accumulent en fait dans les ovaires, ce qui suggère que l’injection. Se laisser vacciner avec cette injection insuffisamment testée et excessivement médiatisée est une invitation à un avenir incertain dans lequel les caillots de sang, les saignements et l’augmentation de la facilitation de l’infection par des anticorps auront probablement un impact négatif sur la santé et réduiront fortement la durée de vie.

Une dernière chose : vous avez probablement déjà lu l’article du Washington Post de jeudi intitulé « The War has Changed’ Internal CDC document urges new messaging, warns delta infections likely more severe » 

L’auteur confirme à contrecœur une grande partie de ce que nous, les « anti-vaccins », affirmons depuis des mois, à savoir que les vaccins sont loin d’être aussi efficaces que ce qui est annoncé. (Soit dit en passant, je ne suis pas anti-vaccins, mais si mes adversaires pensent que cela leur donne un avantage dans le débat, alors c’est « leur choix »). Naturellement, le Washington Post tente d’imputer au variant Delta le fait que les vaccins [produits expérimentaux nommés « vaccins » – NdT] ne fonctionnent pas comme prévu, mais n’oubliez pas que le variant Delta est un sous-ensemble du Covid, mais c’est toujours le Covid. Il n’y a donc aucune raison pour que les vaccins  ne fonctionnent pas. Au lieu de cela, ils prétendent être efficaces à 85 ou 95 %, ce qui est de la pure foutaise. Si vous achetiez un contraceptif qui ne fonctionne qu’une partie du temps, vous ne diriez pas qu’il est « essentiellement efficace ». Non. Vous diriez que c’est un échec, tout comme les vaccins  sont un échec parce qu’ils ne font pas ce qu’ils sont censés faire. Toute cette histoire de Delta est une diversion, un détournement cynique des lacunes flagrantes du vaccin . Les injections anti-Covid ne préviennent pas le Covid. Au mieux, ils procurent une certaine immunité temporaire qui s’estompe quelques mois plus tard. Pire encore, ils n’arrêtent pas la transmission, en fait, ils peuvent accélérer le taux de transmission tout comme le font les « vaccins qui fuient »  peuvent contribuer à la propagation des variants. Voici un extrait de l’article du Washington Post :

« Le document est un diaporama interne des Centers for Disease Control and Prevention, partagé au sein des CDC (qui montre) que de nouvelles recherches suggèrent que les personnes vaccinées peuvent transmettre le virus…

Il cite une combinaison de données récemment obtenues, mais non encore publiées, provenant d’enquêtes sur les épidémies et d’études externes, qui montrent que les personnes vaccinées infectées par le virus Delta pourraient être capables de transmettre le virus aussi facilement que par le biais les personnes non vaccinées. Les personnes vaccinées infectées par le virus Delta ont des charges virales mesurables similaires à celles des personnes non vaccinées et infectées par le variant…

Les scientifiques du CDC ont été tellement alarmés par ces nouvelles recherches qu’avant même de rendre publiques les nouvelles données, l’agence a en début de semaine modifié de manière significative les conseils donnés aux personnes vaccinées.

Les données et les études citées dans le document ont joué un rôle clé dans les recommandations révisées qui demandent à tout le monde — vacciné ou pas — de porter un masque à l’intérieur dans les lieux publics dans certaines circonstances, a déclaré un responsable fédéral de la santé. »

Réfléchissez-y une minute. Le CDC s’aperçoit enfin que les cas, les hospitalisations et les décès augmentent quelques mois seulement après le déploiement massif de la vaccination… tout comme ils ont augmenté dans tous les autres pays qui ont lancé une campagne de vaccination de masse. Et pour remédier à cette débâcle, quel est leur remède ?

« Faire porter des masques aux gens ». Est-ce que cela a un sens pour vous ? À Singapour, 85 % des personnes actuellement hospitalisées ont été vaccinées. Cela aurait-il fait une différence s’ils avaient porté des masques auparavant ?

Bien sûr que non. L’augmentation des cas est liée au vaccin, tout comme elle l’a été dans tous les autres pays qui ont lancé une campagne vaccinale. Cela n’a rien à voir avec les masques. Voici un autre extrait du Washington Post :

« L’une des diapositives indique que le risque d’hospitalisation et de décès est plus élevé chez les personnes âgées que chez les jeunes, indépendamment du statut vaccinal. »

Nous venons donc d’injecter à des millions de personnes parmi les plus âgées et les plus vulnérables des États-Unis une substance qui génère le même agent pathogène mortel (la protéine Spike) que celui qui est à l’origine du Covid-19. Qu’est-ce que les génies du CDC pensaient qu’il allait se passer ? Si je vous injectais de l’arsenic ou de la strychnine, vous attendriez-vous à être immunisé contre les maladies futures ou à tomber malade ? C’est une évidence, non ? Le Salk Institute a désigné la protéine Spike comme agent pathogène. Extrait du rapport :

« L’exposition à ce pseudovirus a entraîné des dommages aux poumons et aux artères chez un sujet animal, prouvant que la protéine Spike seule était suffisante pour provoquer la maladie. »

Le Dr Byram Bridle, vaccinologue, a déclaré que

« La protéine Spike est une protéine pathogène, une toxine [responsable] d’hémorragies, de problèmes cardiaques et de coagulation […] La protéine Spike à elle seule est presque entièrement responsable des dommages causés au système cardiovasculaire. »

Conclusion : Le vaccin anti-Covid [produit expérimental nommé « vaccin » – NdT] n’a rien à voir avec la médecine. C’est de la politique drapée d’une apparence de médecine.

Et quelles sont les politiques à l’origine du programme criminel CoVax ?

Bonne question, mais nous ne le savons pas encore. Mais l’extraordinaire coordination des politiques à travers le monde suggère que des acteurs puissants influencent les résultats partout.

Est-ce une théorie de la conspiration ?

Vous pouvez en être sûr, et il faudrait être aveugle pour ne pas voir qu’il y a plus dans cette affaire qu’il n’y paraît.

Alors, dites-moi, Ron Unz, quel est votre point de vue sur le vaccin [produit expérimental nommé « vaccin » anti-Covid – NdT] et quelle partie de ma théorie considérez-vous comme un « délire anti-vaccin » ?

Ron Unz — En fait, il existe différentes sortes d’anti-vaccins, y compris dans les fils de commentaires de ce site. Certains d’entre eux adoptent votre position, d’autres affirment que tous ceux qui ont été vaccinés sont condamnés et seront morts dans six mois, un an ou autre.Permettez-moi d’insister sur le fait que je ne connais rien aux vaccins et que je m’en moque complètement, y compris des vaccins anti-Covid . Je n’ai absolument aucun intérêt à essayer de faire des recherches sur le sujet, pas plus que je ne m’embête à rechercher les détails d’un moteur automobile si je veux simplement conduire une voiture pour aller quelque part.

Il existe dans le monde entier probablement des dizaines de milliers d’experts scientifiques en matière de vaccins et, d’après ce que je sais, seuls trois ou quatre d’entre eux semblent avoir des doutes très sérieux sur l’opportunité de vacciner les gens contre le Covid, ce qui suggère que plus de 99,9 % d’entre eux soutiennent l’effort de vaccination. Selon l’AMA, presque tous les médecins des États-Unis se sont fait vacciner. Comme je ne connais rien aux vaccins, cette donnée seule me suffit.

Pratiquement tous les dirigeants politiques du monde ont été vaccinés [contre le Covid-19 – NdT]. Si vous regardez les enquêtes publiques, les taux de vaccination aux États-Unis sont les plus élevés pour la partie la plus riche et la plus éduquée de la population, ce qui inclut toutes nos élites politiques, économiques, médiatiques et intellectuelles, tandis que les taux de vaccination sont les plus bas pour les plus pauvres et les moins éduqués. Je parie que pratiquement tous les membres du Forum économique mondial ont été vaccinés. Au début, certains des commentateurs les plus « conspirationnistes » ont affirmé que la vaccination était un complot diabolique des Juifs pour exterminer enfin tous les « goyim », mais ils sont tombés des nues lorsqu’ils ont appris qu’Israël avait l’un des taux de vaccination les plus élevés du monde.

Peut-être que tous ces experts scientifiques, ces professionnels de la santé et ces dirigeants mondiaux ont tout à fait tort et que se faire vacciner [contre le Covid-19 – NdT] est une chose dangereuse et stupide. Peut-être, mais puisque je dois parier, je parierais dans l’autre sens.Le problème, c’est que n’importe qui peut dire n’importe quoi, aussi ridicule que ce soit, et le publier sur Internet ou faire une vidéo, que d’autres personnes « excitées » vont ensuite se relayer entre elles, surtout en période de grand stress ou de crise nationale. Par exemple, il y a tous ces discours sur les « protéines Spike » et d’autres choses dont je ne sais rien.

Sans citer de noms, quelqu’un a récemment affirmé dans une chronique très populaire qu’entre 300 000 et 600 000 personnes au Royaume-Uni et aux États-Unis étaient déjà mortes à cause des vaccinations [anti-Covid-19 – NdT]. Cela signifie probablement 50 000 à 100 000 décès supplémentaires par mois aux États-Unis, soit une augmentation étonnante de quelque 20 à 40 % par rapport au taux de mortalité normal. Pourtant, aucun de ces décès n’est apparu dans les statistiques gouvernementales, et il est difficile d’imaginer que les médecins ou les morgues n’auraient pas remarqué un tel pic. Les gens sont prêts à croire n’importe quoi, même si c’est ridicule.

Comme je l’ai dit, je n’ai pas prêté attention à la question des vaccins [anti-Covid-19 – NdT], mais l’une des raisons pour lesquelles je ne prête pas attention aux anti-vaccins est qu’ils semblent se recouper fortement avec les personnes qui soutenaient auparavant que le virus n’était pas si dangereux, que c’était comme la grippe et que le gouvernement avait tort d’essayer désespérément de contrôler sa propagation. Comme je l’ai dit dans ma réponse précédente, j’ai été très attentif à cette question et il a été prouvé qu’ils avaient tort à 100 %. Dans le cas des vaccins [anti-Covid-19 – NdT], ils ont tendance à citer un, deux ou trois supposés « experts » qui disent que les vaccins sont un désastre, et à l’époque, ils avaient également localisé et cité sans fin un nombre infime d’« experts » qui affirmaient que seule une petite partie des citoyens des États-Unis mourraient. Il est facile pour les non-scientifiques ou les experts non-médicaux d’être trop impressionnés par un jargon scientifique qui ne persuaderait personne de bien informé.

Quoi qu’il en soit, tout le débat sur la vaccination [contre le Covid-19 – NdT]me semble assez insignifiant. Les preuves citées dans les journaux semblent montrer que, bien que la vaccination [contre le Covid-19 – NdT] ne prévienne pas complètement la maladie, elle réduit le risque d’un cas grave ou mortel d’environ 90 %, et est donc évidemment bénéfique. D’un autre côté, les personnes vaccinées [contre le Covid-19 – NdT] peuvent apparemment encore transmettre la maladie à d’autres personnes, ce qui réduit considérablement l’intérêt public de porter les taux de vaccination à des niveaux très élevés. Ainsi, bien que le gouvernement et les entreprises devraient certainement encourager davantage de personnes à se faire vacciner [contre le Covid-19 – NdT], il n’y a probablement aucune raison réelle de forcer les anti-vaccins les plus fanatiques à le faire puisqu’ils ne font que mettre leur propre vie en danger. Peut-être que lorsque l’inévitable se produira, les autres changeront d’avis, comme cet animateur radio de droite qui avait dénoncé les vaccins [contre le Covid-19 – NdT] mais qui est maintenant à l’hôpital avec le Covid et qui lutte pour sa vie.

Mais si les anti-vaccins ont raison, bien plus de la moitié de la population adulte des États-Unis a déjà été entièrement vaccinée [contre le Covid-19 – NdT], et on ne peut donc absolument rien faire pour les sauver. De même, deux milliards de personnes dans le monde ont été vaccinées[contre le Covid-19 – NdT], et il est donc trop tard pour les sauver. Cependant, si les vaccins étaient vraiment si dangereux et que deux milliards de personnes avaient déjà été vaccinées [contre le Covid-19 – NdT], n’entendrions-nous pas déjà parler de millions ou de dizaines de millions de personnes tombant gravement malades ou mourant ?

Il y a un mois ou deux, l’Inde était l’un des pays du monde ayant le taux de vaccination [contre le Covid-19 – NdT] le plus bas, avec seulement 3 % de la population vaccinée. Et c’est aussi le pays où des millions de personnes sont mortes récemment. Si les vaccins [produits expérimentaux nommés « vaccins » anti-Covid-19 – NdT] étaient relativement dangereux et le Covid relativement inoffensif, ne vous attendriez-vous pas à ce que ce soit l’inverse ?
Pratiquement tous les leaders mondiaux soutiennent la vaccination anti-Covid. C’est peut-être parce qu’il existe une conspiration secrète et diabolique, ou peut-être parce que tous les experts médicaux du monde entier soutiennent la vaccination. Après tout, ces mêmes leaders mondiaux croient aussi que les pierres tombent vers le bas.

Source de l’article initialement publié en anglais le 1er août 2021 : The Unz Review
Traduction : Sott.net

Catégories :REBLOG

Tagué:,

6 réponses »

  1. «  »Il y a un mois ou deux, l’Inde était l’un des pays du monde ayant le taux de vaccination [contre le Covid-19 – NdT] le plus bas, avec seulement 3 % de la population vaccinée. Et c’est aussi le pays où des millions de personnes sont mortes récemment. » »

    completement faux.

  2. Silence ! Génocide mondiale, sans ordonnance !

    (Résumé pour ceux et celles qui n ‘ont pas l’aisance des langues, des réseaux et des techniques informatiques.)

    La seule priorité dans l’urgence actuelle est de STOPPER par TOUS moyens les injections dites « Vaccinales » qui ne sont qu’une exécution ciblée des classes moyennes. (les preuves sont disponibles.)

    Cela pouvait sembler conspirationniste en Mars 2020, mais c’est révélé « probable » (maths) en Juin 2020, confirmé très suspecte en septembre 2020, et prouvée dés Janvier 2021, avec depuis une multitude incroyable de faits avérés par des hommes intègres avec des preuves formelles.

    La plaisanterie « Covid 19 » a assez duré.

    1) port du masque dangereux.
    2) confinement destructeur.
    3) expérimentation ARM monstrueuse.
    4) pass sanitaire hégémonique liberticide.

    STOP!

    Comprendre cette guerre génocidaire pour ce qu’elle est :

    Il est temps pour tous les êtres humains qui souhaitent préserver notre devenir commun de comprendre notre faillite démocratique, financière, monétaire et de résister à cette tentative d’extermination génocidaire mondiale.

    Nous avons tous été manipulé depuis des lustre et la « Covid19 » n’a rien à voir avec la santé publique. Il s’agit d’une opération fomentée et coordonnée visant à supprimer les gens par des injections d’armes biologiques afin que les Mondialistes puissent éliminer un grand nombre de personnes de cette planète et d’imposer un contrôle autoritaire et traçable sur ceux qui seront désignés pour leur docilité.

    Il s’agit également d’une réinitialisation financière, pour formater les monnaies fiduciaires du monde en incluant les process numériques , et pour réinitialiser tous les actifs des actionnaires en concentrant la total propriété dans ce pouvoir mondialiste.

    Tout cela peut paraître inconcevable, et pourtant vous ressentez bien les non-sens et la pression des média main-stream, comme les censures des GAFAM qui ne représentent même pas 10% des réseaux ! Sachez que si les Mondialistes en sont arrivez là, c’est qu’ils n’ont pas d’autres solutions pour sauver leur peau. Soyez imaginatifs, nous n’avons jamais eu autant de solutions, de possibilités et d’outils pour construire nos sociétés. Arrêtons sans attendre ce massacre inutile.

    Merci de comprendre et de partager ce-ci pour sauver le plus grand nombre. À LA GUERRE COMME À LA GUERRE, et merde à la fin !

  3. @Merci

    Ce qui est tragique, c’est que vous postez un commentaire sous un article que vous n’avez pas lu et qui est l’exposition de thèses pro et anti vax …

    Ce qui est la ligne de ce blog à mon sens, c’est a dire informer et donner à obtenir le plus d’informations possibles pour ses lecteurs, afin qu’il puissent se faire LEURS opinions.

    La votre est faite merci de ne pas l’asséner façon terreur, par respect pour ceux qui ne la partage pas !

    Des réflexions oui, de la propagande non il y a beaucoup de blogs pour ça!

  4. Communiqué du CNRE n° 200, lundi 9 août 2021
    Le prêtre et la cathédrale
    En 2019 un “réfugié” rwandais est frappé d’expulsion. En 2020, pas expulsé du tout mais mécontent néanmoins de la mesure prise à son encontre, il incendie la cathédrale de Nantes. En 2021, il assassine un prêtre qui l’avait recueilli. Même une cathédrale brûlée, même la profanation d’un édifice sacré, même les trésors d’art, d’histoire et d’architecture partis en fumée, même les colossales dépenses consécutives à cet acte, rien de tout cela n’avait valu à Emmanuel Abayisenga l’expulsion effective du territoire national — ni bien sûr, a fortiori, les décennies de détention que paraissait impliquer la gravité de son geste. Il paraît que le droit ne le permettrait pas. Que quelque chose n’aille pas dans le droit, en ce cas, ou dans son administration par la justice, c’est ce qui, apparemment, n’est pas envisageable.
    Laissé en liberté, l’homme tue celui qui l’avait recueilli. C’est bien sûr une allégorie parfaite du Grand Remplacement. C’est aussi la preuve ultime, s’il en fallait une encore, que le changement de peuple et de civilisation, ou génocide par substitution, est voulu par le gouvernement, qui a été mis en place par la davocratie remplaciste précisément pour le mener à terme. Afin de parvenir à cette fin le pouvoir dispose de deux forces qui lui sont consubstantielles : la Justice et la Presse. L’une garantit la préférence occupante, qui protège les coupables de crimes et délits, parmi les populations de remplacement, de la juste rétribution de leurs forfaits. L’autre assure le négationnisme génocidaire, c’est-à-dire le silence sur la substitution ethnique et ses drames, ou, à défaut, leur minimisation, voire leur justification.

  5. @Anders,

    Dans votre commentaire, nous n’avons pas la même définition du mot « tragique », « informer », « opinion », « terreur », « propagande ». ce qui restreint cette réponse. De plus, chacun est libre de peser la gravité historique de ces épreuves cauchemardesques Bon courage à vous.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :