REBLOG

DHL met en garde contre des perturbations de la chaîne d’approvisionnement mondiale qui persisteront l’année prochaine

DHL met en garde contre des perturbations de la chaîne d’approvisionnement mondiale qui persisteront l’année prochaine

Le réseau complexe des ports maritimes, des porte-conteneurs et des entreprises de camionnage qui acheminent les marchandises dans le monde entier reste profondément enchevêtré.

Plus de 18 mois se sont écoulés depuis que la pandémie virale a contraint les gouvernements à fermer leurs économies et, en retour, à perturber les chaînes d’approvisionnement mondiales. L’émergence du variant Delta s’est métastasée en un nouvel enfer logistique pour les expéditeurs.

Bloomberg s’est entretenu avec des entreprises en première ligne de la production et du transport pour recueillir des informations sur ce qui se passait sur le terrain. Ils ont découvert une perturbation croissante de la chaîne d’approvisionnement qui persistera jusqu’en 2022.

« Nous ne nous attendons pas à ce que les taux de fret se stabilisent à court terme », selon Karsten Michaelis, responsable du fret maritime chez DHL Global Forwarding Asia Pacific.

« La combinaison d’une année de perturbations, du manque de conteneurs, de la congestion des ports et de la pénurie de navires dans les bonnes positions crée une situation où la demande de fret dépasse largement la capacité disponible. »

Michaelis a déclaré que ses clients avaient reçu des itinéraires et des modes de transport alternatifs pour naviguer dans la tourmente. « Nous devons être prêts à ce que les coûts restent à des niveaux élevés et ne devraient pas revenir aux niveaux d’avant la crise », a-t-il déclaré.

Les prix mondiaux des conteneurs atteignent des sommets.

Selon M. Michaelis, l’afflux saisonnier de marchandises pour les fêtes de fin d’année a déjà commencé et le fret maritime restera « tendu » pour le reste de l’année.

« La planification de la capacité pour la saison de Noël a commencé beaucoup plus tôt cette année parce que la capacité est si serrée dans le fret maritime », a-t-il déclaré. « Nous constatons que certains clients prévoient même de faire venir par avion des marchandises saisonnières typiques, juste pour s’assurer qu’elles sont en stock/en magasin à temps. »

Dans une série de notes sur le transport maritime, intitulées « La congestion en Californie atteint un nouveau sommet, les embouteillages sur la côte Est s’aggravent » et « La congestion des ports de la côte Ouest des États-Unis atteint un niveau record en raison des perturbations des routes commerciales transpacifiques », Zero Hedge a souligné que la congestion des ports de la côte Ouest et de la côte Est des États-Unis s’aggrave une fois de plus.

Les dernières nouvelles en provenance des lignes de front indiquent que les perturbations des chaînes d’approvisionnement ne sont pas prêtes de s’estomper et qu’elles vont faire monter les prix à la consommation. Voilà pour le discours « transitoire » de la Réserve fédérale.

Catégories :REBLOG

3 réponses »

  1. IL A SAUVÉ L’ÉCONOMIE MONDIALE
    Le « quoi qu’il en coûte » a sauvé l’économie mondiale.
    Alors que la crise sanitaire avait mis à l’arrêt complet l’économie mondiale, les gouvernements et les banques centrales ont décidé de faire « whatever it takes » pour compenser au dollar, à l’euro, au yen, au yuan près la chute de la croissance.
    Mais Bruno Le Maire a annoncé hier : « Le « quoi qu’il en coûte » c’est fini ».
    SANS PRÉCÉDENT
    Comme nous l’avons répété ici, à multiples reprises, dès les premiers jours de la crise sanitaire, cette crise économique n’a ressemblé à aucune autre crise.
    Aucune.
    Pour deux raisons.
    C’est une crise économique assumée et non subie.
    Ce sont les gouvernements qui ont mis les économies à l’arrêt total pour privilégier la vie.
    Et la deuxième raison, celle qui rend cette crise si différente, c’est que les gouvernements et les banques centrales ont décidé d’intervenir, sans aucune limite, aucune, pour compenser les effets de la crise sanitaire.
    Et ça c’est une première.
    CERTES
    le « whatever it takes » ne date pas de la crise sanitaire.
    C’est Mario Draghi, l’ancien patron de la Banque centrale européenne, qui l’a rendu célèbre en juillet 2012.
    Mais il ne s’agissait que de la BCE.
    Et il s’agissait de sauver l’euro.
    Et il a fallu plus de trois ans de crise avant que la Banque centrale européenne prenne la décision d’intervenir massivement et durablement.
    CETTE FOIS
    c’est différent.
    Le monde entier s’est converti au « quoi qu’il en coûte ».
    De quoi s’agit-il précisément ?
    Les gouvernements décident de soutenir les entreprises et l’emploi.
    Sans limite.
    Financement du chômage partiel, aides multiples, chèques aux ménages, prêts pour les entreprises.
    POUR FINANCER CES AIDES…
    …les gouvernements explosent les plafonds de déficit et de dette.
    Et c’est là que les banques centrales entrent en scène.
    Elles financent, sans limite non plus, les déficits massifs des États en rachetant les dettes des tats.
    Elles contournent allègrement la règle, inscrite dans le marbre des statuts, qui interdit formellement aux banques centrales d’acheter les dettes de leurs propres pays.
    ET LE TOUR EST JOUÉ
    Résultat.
    On le voit aujourd’hui.
    Dans la plupart des pays développés, l’économie est revenue à son niveau d’avant-crise.
    Voire l’a dépassé.
    La croissance a bondi.
    Et elle va continuer à rester soutenue.
    MAIS LA FETE…
    …doit s’arrêter un jour.
    Tout d’abord parce que l’économie a rebondi, que les ménages ont vu leur pouvoir d’achat augmenter et qu’ils ont pu économiser massivement, que les entreprises sont, hors secteurs directement impactés, dans une dynamique très favorable.
    L’autre raison est qu’on ne peut indéfiniment continuer à créer du déficit, à aggraver le poids de la dette et à détériorer le bilan des banques centrales.
    EST-CE VRAIMENT FINI ?
    Non, contrairement à ce que dit Le Maire, le quoi qu’il en coûte n’est pas fini.
    Surtout en France où, pour des raisons électorales, on va continuer à raser gratis jusqu’en avril 2022.
    Il va être atténué.
    Certaines aides qui n’ont plus de raison d’être vont être progressivement diminuées.
    Mais si le « quoi qu’il en coûte » a sauvé l’économie mondiale, il a créé un dangereux précédent.
    Ni les entreprises, ni les ménages n’accepteront plus de supporter les conséquences des prochaines crises.

    Et il y aura des prochaines crises.

    Mais « le quoi qu’il vous en coûtera » prend la suite… Pour le pire ou le meilleur 😁 c’est selon. Au choix.
    !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Laisser un commentaire