REBLOG

11 Septembre : Vos trois cerveaux

Vos trois cerveaux

D’une certaine manière, le cerveau humain est comme trois cerveaux en un.

  • Le modèle du « cerveau trinitaire » remonte aux années 1960.
  • Les trois cerveaux reflètent les progrès de l’évolution de l’humanité, du stade primitif au stade intelligent.
  • Parfois, les interactions entre les cerveaux peuvent être surprenantes.

Le modèle du « cerveau triunique«  remonte aux années 1960, lorsqu’il a été introduit pour la première fois par le neuroscientifique Paul MacLean. L’idée est que le cerveau humain est en quelque sorte trois cerveaux en un. Ils sont disposés d’arrière en avant, ou de bas en haut, comme des roches sédimentaires.

Selon MacLean, les ganglions de la base les plus primitifs – certains disent « reptiliens » – se trouvent à l’arrière ou au bas de la pile. Ensuite, le système limbique se trouve à l’avant. Au sommet de la pile se trouve le néocortex, le plus récemment développé. (Le modèle de MacLean fait l’objet d’un certain débat).

Crédit : Lchunhori via Wikipedia, CC BY-SA 2.5

Les ganglions de la base sont chargés des fonctions les plus élémentaires : veiller à ce que nous mangions suffisamment pour survivre, éviter d’être tués pour survivre et nous accoupler suffisamment pour que l’espèce survive.

Le système limbique confère plus de finesse à ces impératifs les plus élémentaires en nous donnant des émotions : la capacité de ressentir telle ou telle chose. Il nous permet de faire preuve de plus de discernement, par exemple en nous souciant suffisamment de certaines personnes pour ne pas les tuer et les manger. De plus, des émotions comme la peur surchargent les impulsions de combat ou de fuite du ganglion de la base, ce qui est potentiellement un atout pour l’évolution. Le néocortex fournit toute la réflexion qui rend les humains si intelligents, pour le meilleur et pour le pire.

Le grand projet de remodelage de l’adolescence

Il fut un temps où le comportement souvent émotif, malheureusement autodestructeur et souvent déroutant des adolescents était attribué à l’emballement des hormones adolescentes. On comprend maintenant qu’il s’agit du « recâblage » des « cerveaux » qui commence à l’adolescence et se poursuit jusqu’au début de l’âge adulte.

L’ensemble du cerveau atteint sa taille maximale juste avant l’adolescence mais manque d’interconnexion à l’âge adulte. Ainsi, en commençant par le bas et en progressant vers le haut, le cerveau élimine les connexions inutilisées dans la matière grise et commence à établir de nouvelles connexions entre les trois cerveaux.

Une grande partie du remodelage qui a lieu pendant l’adolescence se situe donc dans le système limbique, ce qui explique les drames qui surviennent si fréquemment dans la vie d’un adolescent. Ce processus d’environ dix ans explique également le comportement stupide et dangereux des adolescents – le cortex cérébral, intelligent, réfléchi, est le dernier « cerveau » à se manifester pleinement.

La communauté trinitaire

La connexion entre ces trois « cerveaux » est ce qui nous fait fonctionner. Lorsque tout va bien, elle nous permet de fonctionner comme des êtres humains qui pensent, ressentent et survivent.

Source : Big Think – Traduit par Anguille sous roche

« L’homme cultivé ne parvient pas avec le temps à posséder des vérités mais à flairer des erreurs »

Ce à quoi l’homme cultivé parvient finalement avec les années n’est pas tant à posséder des vérités qu’à flairer des erreurs.

[« Lo que el hombre culto al fin logra, con el correr de los años, no tanto poseer verdades como olfatear errores. »]

Nicolás Gómez Dávila – Escolios a un texto implícito (1977)

EN BANDE SON :

Catégories :REBLOG

3 réponses »

  1. La forme de votre article donne des indications à suivre…
    plutôt à explorer, sur le contenu.
    Très intéressant… j’admire !
    Quand je lis un texte j’espère être étonné, ravis. Je suis enfant.

Laisser un commentaire