REBLOG

Macron, vaccin, coronavirus : ma nouvelle réflexion du jour (JP Grumberg)

PUBLIÉ PAR JEAN-PATRICK GRUMBERG LE 18 SEPTEMBRE 2021

Le président Macron supplie les Français non-vaccinés de se faire vacciner.
  • Pourquoi ? Pour protéger les gens vaccinés, dit-il.
  • Ah ? Ce n’est pas le rôle du vaccin de protéger ? Ils ne sont donc pas protégés par le vaccin ? Le vaccin ne les protège donc pas ?

Si j’ai bien compris, monsieur le président, vous voulez que je prenne un vaccin qui ne protège pas, pour protéger des gens vaccinés qui ne sont pas protégés. Bon. Et bien entendu, tout ceci suit la science.

Ne serait-il pas plus simple d’expliquer que la charge virale qui peut contaminer les gens vaccinés est beaucoup plus faible que celle qui peut atteindre les non-vaccinés ? Que leur protection contre le virus est beaucoup plus élevée que pour les non-vaccinés ? Ne serait-ce pas plus intelligent que vos incohérences façon Sibeth Ndiaye ?

Ne faut-il pas informer les citoyens de ces récentes découvertes que le taux d’immunité des personnes qui ont guéri du coronavirus est très élevé, plus que l’immunité procurée par le vaccin, et qu’elle est peut-être même plus durable dans le temps ? Ne croyez-vous pas que ça intéresserait les 5 millions de Français qui ont guéri ? Et que ça apporterait un peu de crédibilité à vos propos ?

Emmanuel Macron, vous fabriquez plus de personnes hostiles au vaccin, vous durcissez la position de ceux qui hésitent, et vous le faites mieux que tous les médecins, blogueurs, médias et spécialistes qui déconseillent de se faire vacciner, parce qu’une des raisons du refus du vaccin est précisément que les gens n’ont pas confiance en vous, et dans ce que vous leur dites, et que vous semblez incapable de corriger le tir. En supposant que ce ne soit pas trop tard.

© Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

« Alors ils n’éprouvent plus rien, car le goût même de la victoire est oublié. Et ils baillent. Et ils ont changé le palais en place publique, mais une fois usé le plaisir de piétiner la place avec une arrogance de matamore, ils ne savent plus ce qu’ils font là, dans cette foire. » Antoine de Saint Exupéry

EN BANDE SON :

Catégories :REBLOG

Tagué:

2 réponses »

  1. Il n’ y a pas de problème sanitaire hormis l’absence de savon ou de dentifrice chez certains.
    MACRON n’est pas le problème, c’est une courroie de transmission qui a été changée en 2017.
    Depuis 2002, tous les 5 ans (avant c’était 7 ans), on change la courroie (la marionnette), mais le problème persiste, et même s’accroit. Alors !!!?
    Pour éclairer notre propos, rappelons d’abord ceci : après 1789, la France est passée d’une monarchie qui avait pour contre-pouvoirs tous les corps intermédiaires, à une oligarchie financière dénuée de tout contre-pouvoirs, le tout sous le vocable trompeur de démocratie. La démocratie est le vêtement dont se pare le pouvoir sous le prétexte qu’existe une représentation populaire. Mais cette représentation est, dans les faits, c’est-à-dire concrètement, catégorielle et non pas populaire parce que contrôlée par des partis politiques sous influence des puissances d’argent.
    Aussi, la France et ses alliés ne sont plus depuis le début du XXème siècle gouvernés par ce qu’on appelle un phénomène politique, qui représente l’intérêt commun, mais par un cartel d’entreprises dirigé par les principales banques globales d’investissement qui ont leur quartier général, depuis Oliver Cromwell, à la City de Londres. Aussi, dans l’objectif de hâter sa prochaine disparition volontaire, les autorités politiques en charge de la France, qui n’ont aucune politique, et encore moins de politique socialiste, dans le sens « social » du terme, sont en revanche l’un des principaux fers de lance de l’agenda mondialiste, et relaient avec zèle, voire même anticipent, cet agenda dont l’objectif consiste à appauvrir matériellement, physiquement et moralement la plus grande masse des gens peuplant la planète au profit de quelques usurpateurs, véritables escrocs économiques, qui ont, aujourd’hui, pris l’ascendant sur les pouvoirs politiques des États.
    Par conséquent, le véritable problème n’est pas humain mais systémique : Remplacer une marionnette par une autre ne changera rien. C’est le système de gouvernement qui est en question. La démocratie est un leurre, une illusion.
    Rappelons, et René Guénon l’a bien expliqué dans « La crise du monde moderne », que la démocratie n’existe pas, n’a jamais existé et n’existera jamais. Mais la grande habileté de nos dirigeants est de faire croire au peuple qu’il se gouverne lui-même. Et le peuple se laisse persuader d’autant plus volontiers qu’il en est flatté et que d’ailleurs il est incapable de réfléchir assez pour voir ce qu’il y a là d’impossible. C’est pour créer cette illusion qu’on a inventé le « suffrage universel » qui est l’opinion de la majorité supposée faire la loi. Mais ce dont on ne s’aperçoit pas, c’est que l’opinion est quelque chose que l’on peut très facilement diriger et modifier (sondages, attentats, pandémies, etc.).
    C’est pour quoi le pouvoir politique se fonde volontiers sur l’ignorance du peuple et s’accroît d’autant que les esprits sont faibles, les gens incultes. Ainsi, le peuple n’a que les gouvernants qu’il mérite.
    Rappellez-vous de la succession de Présidents à casseroles et autres traitres évidents et stipendiés, de plus en plus vulgaires, démagos et menteurs au fur et à mesure des élections :
    – Giscard le fossoyeur de la France dès 1973 avec la loi « Rothschild » ;
    – Tonton « Macchiavel » et son tournant de la rigueur de 1983 annonçant la mise en place dans la réalité du Roman d’Orwell « 1984 » ;
    – Chirac véritable guignol et « supermenteur » à la fois ;
    – Sarkozy « l’amerloque », le début de la fin, et qui promettait qu’en travaillant plus on gagnerait plus, ce qui était une véritable lapalissade ;
    – Hollande « l’ennemi de la Finance » et pire fourbe et lâche des tartuffes élyséens ;
    – Macron « l’ami de la Finance », « Young Leader » par excellence, et confirmant ces paroles de Montherlant : « Rien n’est plus étranger à la sagesse que la jeunesse. Elle est le bras séculier de tous les despotes, la matière première de tout militantisme extrême. Dans notre société démocratique et humaniste on encense la jeunesse, alors qu’elle est avant tout grégaire. C’est pour quoi les tyrans on tant besoin d’elle. »
    who’s next… Zemmour ?
    Peuple abruti, écoute bien les sondages, ils t’orienteront toujours vers plus de démocratie, ce système qui t’asservit mais que tu redemandes… Jusqu’à quand ?
    La démocratie avilit en abaissant les bons, c’est une tyrannie qui s’exerce par un mouvement de traction morale, de bas en haut ; elle fait descendre, elle empêche les meilleurs de s’élever, elle abat les têtes qui dépassent le niveau des médiocres, empêchant ainsi l’éclosion des types supérieurs. C’est en quelque sorte la légende de Procuste qui raccourcit les étrangers pour les faire entrer dans son lit de fer.
    C’est pour quoi la théorie « égalitaire » si chère à nos élites qui, néanmoins nous méprisent, est intimement liée à la démocratie.
    Toute élévation du type humain demande un régime aristocratique.
    Aujourd’hui, la lutte est décisive : ou l’effondrement des nations dans la dégénérescence des masses et de leur démocratie et de son suffrage universel trompeur, ou la brillante renaissance depuis si longtemps annoncée, dans un cycle nouveau, qui dépassera la démocratie et la remplacera par une aristocratie de l’Esprit.
    Cordialement
    Lien 1789 : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/larevolutionfrancaiseestlaresurrectiondelafemme.html

    • Ce n’est pas tant les systèmes politiques qui sont à mettre en question que le mode de sélection des élites et il faut bien reconnaitre que de ce point de vue là le régime aristocratique à failli : quoi de moins aristocratique en effet qu’une noblesse de cour enferrée dans son système de rente et ne voyant pas poindre à l’horizon : commerçants et industriels…La technique précède souvent les changements politiques et pour cela le Royaume Uni monarchie constitutionnelle sur fond de démocratie représentative a beaucoup mieux géré que la France le grand virage de la révolution industrielle. Il est vrai qu’au Royaume Uni les avantages du libéralisme économique y fut mieux compris qu’en France pays colbertiste par essence : en France nous pratiquons l’économie par l’impôt, le Royaume fait davantage confiance pour cela à l’individu et au travail. C’est pourquoi le concours d’inspecteur des impots couplé à un diplôme issu de l’Institut national du service public (INSP) (Ex ENA) me semble être la voie royale pour tout jacobin français de talent qui se respecte, qu’il est de l’esprit ce n’est pas vraiment ce qui lui est demandé.

Laisser un commentaire