REBLOG

Les « Pandora Papers » prétendent révéler les richesses dissimulées qui appartiendraient à Poutine et à d’autres dirigeants étrangers

Les « Pandora Papers » prétendent révéler les richesses dissimulées qui appartiendraient à Poutine et à d’autres dirigeants étrangers

Cela fait un moment que nous n’avons pas vu une fuite massive exposant les abris fiscaux internationaux qui offrent une fenêtre sur la richesse cachée de l’élite mondiale. Buzzfeed nous a présenté les dossiers Fincen il y a un an, et avant cela, les Panama Papers, début 2016 – des documents divulgués par le cabinet d’avocats Mossack Fonseca, basé au Panama – qui offraient une mine d’informations impliquant des dirigeants étrangers (cela a même coûté son poste au dirigeant de l’Islande), y compris – bien sûr – le Russe Vladimir Poutine.

Il est toutefois amusant de constater que ces fuites majeures ne semblent jamais exposer les richesses détenues par les dirigeants politiques américains. Aujourd’hui, nous avons donc une nouvelle fuite, qui suit le même schéma que les Panama Papers – tombant de nulle part un dimanche après-midi tranquille – pour exposer des dirigeants étrangers du Moyen-Orient et d’Europe de l’Est, ce qui signifie qu’il y a – vous l’avez deviné – un autre lien avec Poutine.

La plus grande révélation de ce que le Washington Post appelle les « Pandora Papers » est que le Dakota du Sud « rivalise désormais avec des juridictions notoirement opaques d’Europe et des Caraïbes » comme refuge pour ceux en quête de confidentialité financière.

« Des dizaines de millions de dollars provenant de l’extérieur des États-Unis sont désormais abrités par des sociétés fiduciaires de Sioux Falls, dont certains sont liés à des personnes et des entreprises accusées de violations des droits de l’homme et d’autres actes répréhensibles. »

Qui sont ces personnes dont le Washington Post se préoccupe soudain tant, maintenant qu’il a reçu les mêmes dossiers que l’ICIJ a remis à tous les autres médias américains qui traitent de cette affaire (créant ainsi l’illusion que ces informations ont été « vérifiées » par de multiples organes indépendants) ? 11,9 millions de dossiers financiers auraient été obtenus par l’ICIJ dans le cadre de la fuite. Les dossiers font la lumière sur quelque 29 000 comptes distincts. Vous pensez que CNN, le Washington Post, le NY Times et tous les autres médias des États-Unis les ont examinés ?

Parmi les personnes citées dans les fuites, quelque 130 ont déjà été identifiées comme « milliardaires » par Forbes ou d’autres médias. Par ailleurs, 330 autres fonctionnaires du monde entier ont été nommés. D’autres noms seront révélés dans les jours à venir, mais pour commencer, le Washington Post a publié des articles consacrés à deux dirigeants étrangers :

  • Le roi Abdallah II de Jordanie : – qui a acheté des maisons somptueuses sur les deux côtes américaines, y compris une maison de luxe à Malibu, et dépensé plus de 100MM$ gagnés d’une provenance peu claire. La plupart des achats ont été effectués au cours d’une période de 10 ans, qui a coïncidé avec des « difficultés croissantes » en Jordanie, selon le Washington Post.

et…

  • Vladimir Poutine : – via une femme russe, Svetlana Krivonogikh, avec laquelle il aurait eu une liaison. Selon les « documents », Krivonogikh aurait reçu un appartement luxueux à Monaco (d’une valeur de 4,1 millions de dollars en 2003), ainsi qu’un « portefeuille de propriétés » réparties dans le monde entier. Il semblerait également que Krivonogikh soit la mère d’une autre fille de Poutine, une adolescente mannequin d’Instagram qui a profité des questions entourant sa paternité pour augmenter son audience sur Instagram.
  • À un autre moment du rapport du Washington Post sur Poutine, le journal suggère également qu’un négociant russe en énergie valant des milliards a vendu un appartement chic de Saint-Pétersbourg à la grand-mère d’une gymnaste rythmique qui aurait eu une liaison avec Poutine. Nous avons inclus une photo de la gymnaste ci-dessous. Le même homme d’affaires aurait également transféré des actifs à un gendre de Poutine, parmi d’autres efforts visant à dissimuler des actifs appartenant au cher dirigeant.

Le reportage du WaPo comprend également une longue explication du fonctionnement des « trusts » dans le système financier américain et de la manière dont ils peuvent être « manipulés » pour dissimuler des actifs aux créanciers ou au fisc. Selon le Washington Post (comme le dicte l’ICIJ), la masse de documents a été obtenue auprès d’un seul cabinet d’avocats, bien que le matériel comprenne des enregistrements de 14 « entités » de services financiers opérant en Suisse, à Singapour, à Chypre, au Belize et dans les îles Vierges britanniques.

Et comme lors de la dernière grande fuite il y a cinq ans, de nombreuses révélations semblent pointer dans la direction de Poutine.

À ce stade, les informations sur les actifs cachés de Poutine sont si nombreuses qu’il est ridicule de dire qu’ils sont « dissimulés ». N’oublions pas qu’Alexei Navalny a consacré une grande partie de son travail récent à la dénonciation d’un palais de la mer Noire d’un milliard de dollars qui, selon lui, est une résidence secrète du dirigeant russe.

Mais la vraie question est la suivante : comment se fait-il que ces fuites ne semblent jamais se concentrer sur des politiciens américains ? Ce n’est pas comme s’ils ne s’engageaient pas dans la dissimulation d’actifs de la même manière (peut-être pas de manière aussi flagrante) ?

Autre question : si ces médias américains ont pu passer au peigne fin des millions de documents dans le cadre de cette enquête, comment se fait-il qu’il ait fallu autant de temps pour « vérifier » les textes, photos et autres éléments glanés sur l’ancien ordinateur portable de Hunter, qui, comme vous le savez, lui a appartenu (même si la presse est allée jusqu’à suggérer qu’il s’agissait peut-être d’une installation de l’opposition) ?

Peut-être la réponse est-elle liée au fait que, une fois de plus, la presse américaine ne fait que rapporter ce qu’on lui dit.

SOURCE

« Le pays légal n’est que l’image du pays réel; sa corruption n’est que le signe manifeste de la décomposition de toute une société. Pour l’immédiat, c’est dans le refus d’accepter la France dans sa condition présente que se définit le seul patriotisme légitime. » Raoul Girardet

EN BANDE SON :

Catégories :REBLOG

1 réponse »

  1. Pas un evenement n’est independant d’une guerre entre services, refletant les interets des vrais puissants de ce monde… pourri
    par des mafieux.

Laisser un commentaire