REBLOG

Les serres néerlandaises sombrent dans l’obscurité alors que la crise énergétique s’aggrave ; les craintes d’inflation alimentaire s’intensifient en Europe

Les serres néerlandaises sombrent dans l’obscurité alors que la crise énergétique s’aggrave ; les craintes d’inflation alimentaire s’intensifient en Europe

Selon l’agence Bloomberg, la flambée des prix du gaz et de l’électricité en Europe s’accentue de jour en jour, obligeant un vaste réseau de serres néerlandaises, le plus grand du continent, à limiter sa production ou à s’éteindre complètement. Cette situation pourrait avoir un effet dévastateur sur l’approvisionnement en denrées alimentaires et faire grimper les prix à l’approche des fêtes de fin d’année.

Les Pays-Bas sont devenus un géant de l’agriculture et sont le deuxième exportateur mondial de denrées alimentaires en valeur, principalement grâce à leurs 25 000 acres de serres qui fournissent à l’Europe des légumes comme les concombres, les tomates et les poivrons, ainsi que des fleurs. En 2020, les exportations néerlandaises de produits agricoles cultivés en serre se sont élevées à 10,7 milliards de dollars, mais cette année, elles pourraient être bien inférieures, car le prix élevé du gaz naturel et de l’électricité a entraîné la fermeture de certaines exploitations.

Cindy van Rijswick, analyste principale chez Rabobank, a déclaré que l’hyperinflation des prix du gaz et de l’électricité en Europe a un « impact massif » sur les serres et a obligé certains producteurs à réduire l’éclairage, à mettre fin à la saison de croissance plus tôt ou à planter au printemps lorsque les prix du gaz naturel diminuent.

« Ce sont des mesures drastiques qui réduisent la production et le rendement et ont des conséquences économiques majeures pour les entreprises », selon l’association professionnelle Glastuinbouw Nederland. « Nous ne pouvons pas exclure que les consommateurs paient également plus cher leurs légumes, leurs fleurs et leurs plantes. »

Un producteur de tomates de Maasdijk, appelé Lans, qui produit 36 millions de kg de légumes par an, a déjà réduit sa production. Erwin van der Lans, le directeur opérationnel de l’entreprise, a déclaré que les factures d’énergie ont considérablement augmenté, et que la capacité des serres fonctionne à 50 %-80 %.

« À terme, vous produirez moins », a déclaré M. Lans. « C’est en train de commencer maintenant. Notre production est maintenant réduite d’environ 10%, cela peut aller jusqu’à 20%. Finalement, les clients, petit à petit, vont commencer à payer plus. »

Un fleuriste, Marcel van der Lugt, de Lugt Lisianthus, a déclaré que les prix de l’électricité ont quadruplé et augmenté les coûts de 20 à 25 %. Les fleurs sont exportées vers l’Allemagne, la France et la Russie.

L’Europe s’efforce de répondre à la pénurie d’énergie, alors que les prix du gaz naturel ont de nouveau grimpé en flèche après que la Russie a réduit ses approvisionnements de manière inattendue. Le continent n’est pas suffisamment approvisionné avant l’hiver, ce qui laisse penser que la crise énergétique va se poursuivre.

Plus important encore, la crise énergétique a jusqu’à présent eu un impact sur la chaîne d’approvisionnement alimentaire, des usines d’engrais britanniques aux serres néerlandaises, ce qui contribue à l’inflation alimentaire, les prix mondiaux des denrées alimentaires ayant déjà atteint des sommets depuis dix ans. Les banquiers centraux ne peuvent pas faire grand-chose d’autre que de tweeter ou de faire des déclarations dans les médias grand public pour calmer tout le monde en affirmant que l’inflation galopante n’est rien de plus que « transitoire ».

SOURCE

Kemp : La hausse des prix de l’énergie en Europe entraînera des fermetures d’usines

La hausse des prix de l’énergie en Europe va obliger à fermer des usines

Les prix de plus en plus élevés du gaz et de l’électricité en Europe envoient un signal fort aux fabricants, qui doivent envisager de fermer temporairement leurs usines, et aux propriétaires de maisons et de bureaux, qui doivent baisser les thermostats pour économiser le carburant cet hiver. Les contrats à terme sur le gaz à un mois sont maintenant plus de six fois plus chers qu’à la même période l’année dernière, alors que la région s’efforce d’importer suffisamment de gaz pour remplir ses stocks épuisés avant le pic de la saison de chauffage de l’hiver.

Les sites de stockage régionaux ne sont encore remplis qu’à 74,7 %, soit le taux le plus bas depuis plus de dix ans, alors que la moyenne saisonnière sur cinq ans, avant la pandémie, était de 87,4 %, selon Gas Infrastructure Europe.

À court terme, il est peu probable que l’Europe attire une quantité beaucoup plus importante de gaz, car la production est fixe et il existe déjà une pénurie mondiale, qui fait également grimper les prix en Asie du Nord-Est et en Amérique du Nord.

L’escalade des prix à terme indique que les opérateurs pensent qu’une baisse de la consommation sera nécessaire pour éviter que les stocks ne s’érodent jusqu’à atteindre des niveaux critiquement bas et que les réserves de carburant ne s’épuisent cet hiver. La hausse des prix va trouver le chemin de la moindre résistance pour réduire la consommation – les clients les plus sensibles aux prix et les moins sensibles politiquement étant contraints de réduire leur consommation de gaz et d’électricité en premier et le plus profondément.

En théorie, la crise pourrait être résolue facilement si les foyers, les bureaux, les écoles et les usines baissaient les thermostats de 0,5 à 1,0 degré cet hiver ; le résultat serait une énorme économie de carburant avec un impact minime sur le confort.

Dans la pratique, les responsables politiques seront réticents à demander une réduction des thermostats, car cela implique un échec politique et est associé de manière impopulaire au président américain Jimmy Carter, qui n’a fait qu’un seul mandat.

Les gouvernements européens tentent plutôt de protéger les clients résidentiels et les petites entreprises de l’impact de la hausse des prix de l’énergie sur les factures des services publics par le biais de plafonds de prix, de remises et de réductions d’impôts. Mais si la crise continue de s’aggraver, et surtout si l’hiver est plus froid que d’habitude, la protection des clients résidentiels pourrait s’avérer insoutenable et les appels à la conservation de l’énergie pourraient devenir inévitables.

Entre-temps, les décideurs politiques sont susceptibles d’explorer d’autres mesures d’économie de carburant, y compris la réduction de l’éclairage public et la fermeture prolongée des bâtiments gouvernementaux, des bureaux et des écoles pendant la période de vacances du milieu de l’hiver.

Des économies plus importantes pourraient être réalisées si les fabricants fermaient temporairement leurs activités, réduisant ainsi leur consommation et revendant éventuellement l’énergie sur le marché au comptant s’ils ont déjà passé un contrat d’achat. La forte hausse des coûts de l’énergie obligera de nombreux fabricants à réévaluer leurs plans de production cet hiver, en particulier ceux dont les processus sont gourmands en énergie et/ou dont la capacité à augmenter le prix de leurs propres produits est limitée.

Pour les fabricants, les fermetures de courte durée ont le double avantage de réduire les coûts énergétiques et de faire augmenter le prix de leurs produits, ce qui contribue à protéger les marges contre la hausse des prix de l’électricité et du gaz.

Une fois que suffisamment de fermetures d’usines crédibles et d’autres mesures d’économie d’énergie auront été annoncées, les prix à terme devraient se tasser. Les fermetures d’usines aggraveraient toutefois les problèmes tout au long de la chaîne d’approvisionnement et intensifieraient la pression à la hausse sur l’inflation, tout en perturbant les relations de longue date avec les clients.

Mais à moins que l’hiver ne soit clément, il est peu probable que les hausses de prix et les pénuries physiques de gaz, de charbon et d’électricité restent confinées aux marchés de l’énergie et se répercutent sur le reste de l’économie, comme c’est déjà le cas en Chine.

Traduction de Reuters par Aube Digitale

L’hyperinflation du gaz et de l’électricité en Europe devient chaque jour plus surréaliste

L’hyperinflation des prix du gaz et de l’électricité en Europe devient chaque jour plus surréaliste.

Deux jours après avoir annoncé que les prix du gaz naturel et de l’électricité en Europe s’étaient envolés après la réduction inattendue de l’approvisionnement par la Russie, les prix ont atteint des records, indiquant que la pénurie d’approvisionnement ne fera que s’aggraver alors que la saison hivernale froide commence vendredi.

Le gaz naturel néerlandais pour le mois prochain, la référence européenne, a augmenté jusqu’à 13,4 % pour atteindre 98,23 euros par mégawattheure. Le contrat britannique a également augmenté de 17,4 % pour atteindre un nouveau sommet de 252,53 pence par terme. Le prix des deux contrats a plus que doublé au cours du mois dernier. L’électricité allemande pour l’année prochaine a bondi de 12 % à 132 euros par mégawattheure, tandis que l’équivalent français a gagné 10,3 % à 135,50 euros par mégawattheure. Ces deux prix ont atteint des niveaux record jeudi. Convertis en équivalents du prix du pétrole, ces prix se rapprochent rapidement de 200 dollars le baril.

Comme nous l’avons évoqué ces dernières semaines, les réserves européennes de tout, du gaz au charbon et à l’eau pour la production d’électricité, sont insuffisantes et il y a peu de signes indiquant que la situation va s’améliorer de sitôt alors que la demande continue de se redresser après une accalmie due la pandémie, écrit Bloomberg aujourd’hui.

N’arrangeant pas la situation déjà critique, les flux de gaz russe vers le terminal allemand de Mallnow ont à nouveau chuté, réduisant à néant la reprise partielle d’hier. Les approvisionnements via la principale voie de transit sont inférieurs d’environ un tiers à ceux du début de la semaine. Et comme le note Bloomberg, « les services publics européens qui cherchent à acquérir davantage de charbon auprès de la Russie seront également déçus car les exportations risquent d’être limitées », du moins jusqu’à ce que Nord Stream 2 soit officiellement ouvert.

Et alors que les banquiers centraux ont passé une grande partie de la journée d’hier à convaincre le public du caractère transitoire de l’hyperinflation des matières premières, les consommateurs doivent payer des factures d’énergie astronomiques en ce moment, et ils ne sont guère enthousiastes à la perspective de factures qui pourraient être cinq fois plus élevées, voire plus. Pire encore, les prix sont sur le point d’augmenter encore, car les contraintes ont pris le marché au dépourvu, au moment même où les pays sont sur le point de commencer à puiser dans les stocks de gaz. Les stocks européens sont au plus bas depuis plus de dix ans pour cette période de l’année.

« Nous n’avions pas prévu l’arrivée de ces prix », a déclaré Alex Grant, vice-président senior chez Equinor ASA, lors d’une conférence à Londres mercredi. « Dans les prix, il y a une prime de risque pour ce qui pourrait se passer à l’avenir et le risque dépend encore beaucoup de l’approvisionnement en gaz. »

Dans le même temps, le Premier ministre français Jean Castex doit annoncer ce soir les mesures que le gouvernement entend mettre en place pour atténuer la hausse des prix de l’énergie

Ailleurs, du jour au lendemain, trois autres petits fournisseurs d’énergie britanniques ont fait faillite mercredi, ce qui porte à 10 le nombre de faillites au cours des deux derniers mois. Quelque 1,7 million de foyers ont maintenant été contraints de changer de fournisseur.

La crise énergétique ayant entraîné des pénuries d’essence généralisées au Royaume-Uni, on estime que 27 % des stations-service du pays n’ont toujours pas de carburant et que 21 % n’ont qu’une seule qualité en stock, selon une enquête de la Petrol Retailers Association. 52% des sites déclarent avoir à la fois de l’essence et du diesel en stock, indique la PRA dans un communiqué.

« Les membres de la PRA signalent que, même s’ils continuent à recevoir des livraisons de carburant, celui-ci s’épuise plus vite que d’habitude en raison d’une demande sans précédent », a déclaré le directeur général Gordon Balmer, ajoutant que « nous demandons instamment aux conducteurs de conserver leurs habitudes d’achat et de ne faire le plein qu’en cas de besoin, afin de s’assurer qu’il y a suffisamment de carburant pour tout le monde ».

Oui, bon courage.

SOURCE

L’énergie du désespoir c’est quand tu n’as plus rien à perdre ni à souffrir et ça te donne une force de fou.. « C’est l’instinct qui, pressentant la menace d’une perte si immense et si irrévocable, fait que l’esprit se rebelle quand il en prend la mesure.. » Into the wild.

EN BANDE SON :

Catégories :REBLOG

3 réponses »

  1. Ca arrange bien les Maîtres du « GREAT RESET » tout celà…
    Une « bonne crise » énergétique et pétrolière pour mettre les économies occidentales par terre, ruiner un maximum d’entreprises, créer des pénuries en tout genre, amplifier l’inflation monétaire, et appauvrir nettement le citoyen moyen, ferait bien leur affaire…

  2. Reduire sa consommation de chauffage residentiel,
    ISOLER ISOLER ISOLER.

    perso 75% de reduction pour ma passoire….

    mais le profit sur les taxes des produits énergétiques,
    c’est tellement productif …
    que s’en priver n’est pas possible.
    Et les marchands d’énergie MIAM

    bref
    pour passer l’hiver au chaud (et l’eté au frais) et dépenser MOINS,
    ISOLER ISOLER ISOLER.

    Les chaudieres les super radiateurs …
    c’est toujours consommer acheter et reduire la conso à la marge …
    Ne pas consommer c’est tellement plus logique.

    Sauf pour les marchands qui nous lobotomisent…
    CQFD

Laisser un commentaire