REBLOG

Article du Jour : Questions pour un champion Par Christian Rol

Comme dirait l’autre, je suis de ceux qui pensent que tout est foutu depuis les premiers Valois ; avec une très nette accélération de la chute depuis 1945. Je ne crois donc pas à l’importance d’une élection, fut-elle présidentielle, ni à ses incidences sur le cours de l’Histoire.
Cela dit, je regarde l’affaire Zemmour avec intérêt, quoique sans position partisane en souhaitant que ces quelques lignes ne sautent pas comme mon post précédents sur Sarkozy.
Soit, nous assistons là à une escroquerie de plus, soit Zemmour est sincère et véritablement disposé à renverser les meubles.
L’escroquerie à laquelle nous pensons tous, repose sur sa médiatisation outrancière, à ces sondages chaque jour plus flatteurs pour sa pomme, au fiasco annoncé et orchestré du RN. Les relations amicales de Zemmour avec les plus belles crapules du moment (Macron, Bolloré et Attali entre autres) peuvent en effet accréditer la théorie de la big manipulation de la part de l’oligarchie pour savonner la planche à Marine Le Pen dont il est de bon ton de moquer les compétences ; le débat grotesque face à Tata pesant en effet de tout son poids dans ce jugement. Cela étant dit, rien ne prouve que, malgré ses faiblesses, le camp « national » fut condamné à un énième échec puisque toutes les conditions objectives sont réunies pour un succès éventuel. Et, à mon avis, si l’hypothèse du complot doit être retenue – désolé de contredire les naïfs et les incultes mais, depuis Athènes, en passant par Machiavel jusqu’à aujourd’hui, la politique est affaire de complots –, alors c’est dans l’objectif de crever définitivement l’opposition incontrôlable et « subversive » qu’incarne le RN.
Admettons le complot donc. Non pas à l’initiative de Zemmour lui-même, que je soupçonne d’être sincère, mais de la part des faiseurs de rois qui peuvent envisager son ambition et son succès comme un carburant assez puissant pour le convaincre qu’il est à la fois Trump pour les idées et Macron pour la stratégie. Dans ce dernier cas, on ne m’enlèvera pas de l’esprit le parallèle entre les deux hommes, l’un s’appuyant sur la logistique de Drahi et Bfm, l’autre sur le Groupe Canal/CNews de Bolloré.
Enfin, la judéité de Zemmour ne plaide pas en sa faveur auprès des judéo sceptiques qui peuvent voir dans sa candidature (éventuelle) un avatar des éternelles manipulations dont les fils de Sion sont coutumiers pour mettre le boxon afin de mieux régner (fausse opposition entre bolchevisme et capitalisme par exemple). A cet égard, Zemmour, dont le talent est de savoir humer l’air du temps et de s’être imprégné de la rhétorique de la Nouvelle Droite, peut apparaître comme l’exact opposé de BHL, de Julien Dray et des pleureuses sermonneuses, moralement responsables du carnage migratoire qui voient leur magistère s’écrouler sous la pression de la réalité. A cette aune, Zemmour est-il l’autre face de la même pièce ? Et sa judéité, cet handicap apparent, n’est-elle pas un argument décisif pour décomplexer les connards qui se bouchaient le nez quand Jean-Marie Le Pen disait exactement la même chose que lui dans les années 80/90…
Maintenant, envisageons avec lui son engagement sincère et dénué de la moindre arrière-pensée. Dans ses livres et ses interventions, le personnage donne en effet bien des gages prompts à accréditer le fait qu’il est un patriote et un fervent soldat de la civilisation française. Gardons aussi à l’esprit que cet historien autodidacte place très haut la figure de Napoléon et, avec lui, le fait que les circonstances et la volonté d’un homme hors du commun peuvent accoucher de profonds bouleversements, que rien n’est écrit et que l’Histoire est chaque fois un autre page blanche.
Autre figure tutélaire : De Gaulle… Là, je décroche… Mais c’est une figure imposée, le vieux gimmick brandi jusque chez les RN pour se faire admettre à toutes les tables.
La fatalité devant le « Grand remplacement » musulman fait bondir ce Juif d’Afrique du Nord qui n’a de cesse de louer la France et ce qu’il lui doit, à la fois culturellement et spirituellement. Vous me direz que Finkielkraut – d’origine polonaise – dit la même chose mais en ponctuant chacune de ses tribunes de paranoïa antisémite, comme pour bien nous rappeler que le ventre de la bête est toujours fécond et qu’il faut quand même faire gaffe…
Zemmour, par conviction ou stratégie, nous épargne donc cette petite musique dont il constate les limites. Mieux ! Pour lui, il n’existe ni extrême droite ni antisémitisme (sauf dans certains de ses éditos du Fig-Mag). Ses seules et uniques obsessions sont l’islam et les immigrés qui mettent le bordel.
C’est un peu court mais c’est en substance le programme provisoire de cet outsider omniprésent qui, nous dit-on, serait déjà au deuxième tour de la Présidentielle et dont la volonté affichée est de remettre les pendules à l’heure ; à la fois contre les centristes de droite qui rivalisent désormais de rodomontades xénophobes, contre la gauche anéantie, contre le RN, loser éternel, et contre Tata lui-même, énième naufrageur du pays…

CHRISTIAN ROL

« Personne ne se rebelle contre l’autorité, on ne se rebelle que contre ceux qui l’usurpent »

Personne ne se rebelle contre l’autorité, on ne se rebelle que contre ceux qui l’usurpent.

[« Nadie se rebela contra la autoridad, sino contra quienes la usurpan. »]

Nicolás Gómez Dávila – Escolios a un texto implícito (1977)

EN BANDE SON :

Catégories :REBLOG

Tagué:,

1 réponse »

Laisser un commentaire