REBLOG

Quand l’idiotie est ancrée dans les gènes

Quand l’idiotie est ancrée dans les gènes

À ce stade, pratiquement tous les plus de quarante ans ont rencontré suffisamment de « snowflakes » (littéralement des Millennials qui bouillonnent dès qu’on remet en question ce qu’ils disent ou croient) pour comprendre que, de plus en plus, les jeunes sont systématiquement dorlotés au point de ne pas pouvoir supporter que leur « réalité » soit remise en question.

Les baby-boomers d’après-guerre ont été la première génération « gâtée », avec des dizaines de millions d’enfants élevés selon le concept suivant : « Je ne veux pas que mes enfants aient à connaître les difficultés que j’ai rencontrées en grandissant ».

Les juridictions qui ont le plus prospéré (l’UE, les États-Unis, le Canada, etc.) sont, sans coïncidence, celles où cette forme d’éducation des enfants est devenue la plus répandue.

Le résultat net a été la génération des années 60 – de jeunes adultes dont on peut louer l’idéalisme dans la poursuite du mouvement pour la paix, le mouvement pour les droits civiques et l’égalité des droits pour les femmes. Mais ces mêmes jeunes adultes étaient gâtés au point que beaucoup pensaient qu’il était parfaitement logique qu’ils fréquentent des universités coûteuses mais passent la majeure partie de leur temps d’étude à s’adonner au sexe, à la drogue et au rock and roll.

L’échec ou l’abandon des études n’était pas considéré comme un problème majeur et très peu d’entre eux se sentaient particulièrement coupables d’avoir dilapidé les économies de leurs parents dans ce processus.

La génération des baby-boomers est ensuite devenue celle des yuppies lorsqu’elle a atteint l’âge moyen et, sans surprise, beaucoup ont dorloté leurs propres enfants encore plus qu’ils ne l’avaient été eux-mêmes.

En raison d’une indulgence toujours plus grande avec chaque nouvelle génération d’enfants, des dizaines de millions de Millennials affichent aujourd’hui le résultat de parents qui font tout leur possible pour supprimer toute difficulté possible de l’expérience de leurs enfants, aussi minime soit-elle.

Nombreux sont ceux de leur génération qui n’ont jamais eu à faire de corvées, à distribuer les journaux ou à obtenir de bonnes notes pour recevoir une récompense exceptionnelle, comme un téléphone portable. Ils ont grandi jusqu’à l’âge adulte sans aucune compréhension de la cause et de l’effet, de l’effort et de la récompense.

En théorie, le résultat devait être une génération sans problèmes, sans stress, qui n’aurait que des pensées heureuses. Le problème avec cet idéal, c’est qu’au moment où ils atteignaient l’âge adulte, de nombreuses leçons de vie essentielles avaient disparu de leur éducation.

Pendant les années au cours desquelles leur cerveau se développait biologiquement, ils avaient été câblés pour s’attendre à une indulgence continue tout au long de leur vie. Toute pensée qu’ils avaient était traitée comme valide, même si elle était insupportable sur le plan logique.

Et, aujourd’hui, nous sommes témoins des fruits de cette éducation. Des dizaines de millions de Millennials n’ont jamais appris le concept d’humilité. Ils sont souvent incapables de faire face à la remise en question de leurs pensées et de leurs perceptions et, en fait, souvent incapables de penser en dehors d’eux-mêmes pour comprendre les pensées et les perceptions des autres.

Elles ont tendance à s’offenser extrêmement facilement et, pire, ne savent pas quoi faire lorsque cela se produit. Elles ont une telle perception de leur propre importance qu’elles ne peuvent pas supporter d’être remises en question, quelle que soit la validité du raisonnement de l’autre personne. Ce qu’elles ressentent est bien plus important que la logique ou les faits.

Une vulnérabilité hypersensible est une des conséquences majeures, mais une plus grande victime est la Vérité. La vérité est passée d’un statut fondamental à un statut « optionnel » – subjectif ou relatif et de moindre importance que le fait d’offenser ou de blesser quelqu’un.

Bien sûr, il serait facile de faire passer ces jeunes adultes pour des mutants émotionnels – des narcissiques rancuniers – qui ne peuvent survivre à l’école sans les espaces sécurisés, les biscuits, les chiots et les séances de câlins fournis par l’école.

Les générations précédentes d’étudiants (dont la mienne) étaient souvent intimidées lorsqu’on leur présentait des livres de cours portant des titres tels que Elements of Calculus and Analytic Geometry. Mais ces livres avaient leur utilité. Ils faisaient partie de ce qu’il fallait faire pour se préparer au monde des adultes, où la technologie ne cesse de se développer.

En outre, on attendait de tout étudiant qu’il soit prêt à apprendre (à l’université, s’il ne l’avait pas déjà fait à la maison), à considérer tous les points de vue, y compris les moins agréables. Dans les cours de débat, on s’attendait à ce qu’il prenne n’importe quel côté de n’importe quel argument et qu’il l’argumente du mieux qu’il pouvait.

Dans une large mesure, ces exigences ont disparu des établissements d’enseignement supérieur et, à leur place, les universités fournissent des livres de coloriage, de la pâte à modeler et des placards à larmes.

Alors qu’une génération de « flocons de neige » est en train de naître, les juridictions qui les créent le plus (l’UE, les États-Unis, le Canada, etc.) ne sont pas seulement confrontées à une génération de jeunes adultes qui s’effondrent lorsqu’ils sont mis au défi de quelque manière que ce soit. Ils sont confrontés à un effondrement économique et politique international aux proportions épiques.

Plusieurs générations de chefs d’entreprise et de dirigeants politiques ont créé la plus grande bulle d’abondance que le monde ait jamais connue.

Nous ne pouvons pas déterminer avec précision le jour où cette bulle éclatera, mais il semblerait que nous en soyons maintenant très proches, car ceux qui ont botté en touche sont à court de moyens pour continuer.

L’approche d’une crise est doublement inquiétante car, historiquement, lorsque des générations de personnes âgées détruisent leur économie de l’intérieur, c’est invariablement à la jeune génération qu’il revient de sortir le pays des décombres.

Jamais dans l’histoire une crise d’une telle ampleur n’a été imminente et pourtant, jamais dans l’histoire la malheureuse génération qui héritera des dégâts n’a été aussi clairement incapable de faire face à ces dégâts.

Aussi désagréable que cela puisse être à accepter, il n’y a pas de solution à l’idiotie. Toute société qui a câblé une génération de ses enfants pour qu’ils soient incapables d’y faire face constatera que cette génération sera perdue.

Ce sera, en fait, la génération suivante – celle qui a grandi au lendemain de l’effondrement – qui, par nécessité, développera les compétences nécessaires pour faire face à une véritable reprise.

Cela signifie-t-il que le monde sera en proie au chaos pendant plus d’une génération avant que la prochaine génération puisse être formée pour y faire face ?

Eh bien, non. En fait, c’est déjà le cas. En Europe, où la tendance du millénaire existe, les Européens de l’Ouest ont grandi en étant dorlotés et incapables, tandis que les Européens de l’Est, qui ont connu la guerre et les difficultés, grandissent en étant tout à fait capables de faire face aux difficultés qui se présentent à eux. De même, en Asie, le pourcentage de jeunes à qui l’on fait comprendre qu’ils devront bientôt assumer la responsabilité de l’avenir est assez élevé.

Et ailleurs dans le monde – en dehors de la sphère de l’UE, des États-Unis, du Canada, etc. – la même chose est largement vraie.

Comme cela a toujours été le cas au cours de l’histoire, la civilisation ne s’arrête pas. C’est une « fête mobile » qui ne fait que changer d’emplacement géographique d’une époque à l’autre.

Toujours, lorsqu’une étoile s’éteint, une autre prend sa place. Ce qui est primordial, c’est de lire les feuilles de thé – de voir venir l’avenir et de s’y adapter.

Traduction d’International Man par Aube Digitale

Catégories :REBLOG

1 réponse »

  1. Pas mal mais des imprécisions dommageables

    La drogue a été fortement utilisée grâce en bonne part aux expériences de type MK auprès des étudiants, vivier facile à manipuler. Sans parler des trafics de drogue des Services (secrets) exactement comme massivement en France – et ailleurs je pense..
    D’autre-part, c’est le fait d’une politique volontariste que les États-Unis ont constitué une élite savante. Mais c’est le fait d’une élite, pas de la majorité des classes d’age. Relativisons donc ici aussi.

    L’idéalisme comme force centripète est un effet proportionnel au décalage entre l’enseignement et le réel social perçu. Si les gouvernements et autres affairistes ont trahi les textes et l’esprit des lois, il est difficile de l’opposer aux étudiants !
    Droit des femmes on sait que c’est un os à ronger lancé par l’establishment ! Tu quémandes les trucs faciles, on résiste alors tu te braques sur ces trucs et tu cesses de nous les briser… on a des affaires à faire. Il faut relativiser avec ingénierie sociale.

    « L’échec ou l’abandon des études n’était pas considéré comme un problème majeur et très peu d’entre eux se sentaient particulièrement coupables d’avoir dilapidé les économies de leurs parents dans ce processus. »
    Le bien et le Mal, n’est-ce pas ! Soyons sérieux une minute.

    « sans surprise, beaucoup ont dorloté leurs propres enfants encore plus qu’ils ne l’avaient été eux-mêmes. »
    La reproduction sociale, c’est un truc millénaire, voire plus ..

    « des dizaines de millions de Millennials affichent aujourd’hui le résultat de parents qui font tout leur possible pour supprimer toute difficulté possible de l’expérience de leurs enfants, aussi minime soit-elle. »

    On pourrait préciser. Dans une société de consommation (massive), l’aide à vivre se trouve dans la consommation. Autre question ? Quand on ne sait plus ce qui FAIT société, solidarité, responsabilité, paix, … on peut difficilement reprocher aux jeunes de ne pas le savoir. L’aculturation par un mode de vie quasi virtuel, n’est pas approprié à la prise en compte d’un réel inconnu.

    « Pendant les années au cours desquelles leur cerveau se développait biologiquement, ils avaient été câblés pour s’attendre à une indulgence continue tout au long de leur vie. »
    Disons câblés en désir/récompense, tel le chiot. C’est la forme la plus pure du consumérisme déversé en continu par les affairistes dans les cerveaux. J’appelle cela une lobotomisation par hypnotisme. Et c’est la fabrication parfaitement volontaire de crétins par l’establishment.

    « Elles ont tendance à s’offenser extrêmement facilement et, pire, ne savent pas quoi faire lorsque cela se produit. Elles ont une telle perception de leur propre importance qu’elles ne peuvent pas supporter d’être remises en question, quelle que soit la validité du raisonnement de l’autre personne. Ce qu’elles ressentent est bien plus important que la logique ou les faits. »

    Mais oui, tel le chiot.
    « Ils sont confrontés à un effondrement économique et politique international aux proportions épiques. »
    Oui, le passage obligé pour quitter 250 ans de civilisation capitaliste dévastatrice.
    « c’est invariablement à la jeune génération qu’il revient de sortir le pays des décombres. »
    Comme l’eusse dit monsieur de Lapalisse.

    « Jamais dans l’histoire une crise d’une telle ampleur n’a été imminente et pourtant, jamais dans l’histoire la malheureuse génération qui héritera des dégâts n’a été aussi clairement incapable de faire face à ces dégâts. »
    Pour l’histoire on verra plus tard, pour les capacités, c’est possible mais en fait, on n’en sait rien. Au hasard, j’enseigne à mes enfants depuis plus de 20 ans cet effondrement. Je ne suis peut-être pas seul à l’avoir fait … Car enfin nous avons eu depuis 60 ans bien des alertes. Alors aucune surprise. Sauf chez les lobotomisés et ça pose qqs soucis.
    Il y aura du sang. Comme à chaque crise capitaliste ou civilisationnelle. Nous sommes encore des animaux, des pasfinis. Ça aussi on le sait depuis … Aristote et bien avant. On a de temps en temps un fou genre LaBoétie, Rousseau, Gandhi … qui tente de raisonner les gens … mais les puissants animaux gèrent au mieux leur bétail et la fabrique de crétins continue.

    Les gros cons ça ose tout, même d’abêtir la population, c’est comme ça qu’on change de civilisation.
    Alors oui, ce sera atroce, on peut par anticipation remercier les salopards, aux affaires qui construisent cette catastrophe en toute connaissance de cause depuis bien 60 ans.

Laisser un commentaire