REBLOG

Il n’y a jamais eu de « bombe démographique »

Il n’y a jamais eu de « bombe démographique »

La société a imputé à tort à une « bombe démographique » des problèmes qui avaient d’autres causes. Un mauvais diagnostic produit des solutions inefficaces.

  • La surpopulation a été accusée de tout, du changement climatique à la pauvreté.
  • Historiquement, il existe deux théories de la surpopulation, et les preuves de chacune d’elles sont rares, voire inexistantes.
  • Les véritables problèmes – les inégalités socio-économiques mondiales et la dégradation de l’environnement – ne sont pas imputables à la croissance démographique.

La population humaine mondiale a connu une croissance spectaculaire au XXe siècle, passant de 1,6 milliard d’habitants en 1900 à 6,1 milliards en 2000. À mesure qu’elle augmentait, la population a commencé à être tenue pour responsable de certains des problèmes les plus urgents et les plus difficiles à résoudre, de la pauvreté à l’instabilité géopolitique en passant par le changement climatique. Mais comment le fait de la croissance démographique est-il devenu le problème de la surpopulation, et comment le fait de présenter les principales préoccupations mondiales comme des « problèmes de population » a-t-il limité l’éventail des solutions possibles ?

Mon nouveau livre, Building the Population Bomb (Oxford University Press, 2021), répond à ces questions en retraçant le développement de deux théories scientifiques de la surpopulation, l’une environnementale et l’autre économique, tout au long du XXe siècle. Il élucide les réseaux sociotechniques qui ont donné à ces théories le pouvoir de façonner la population mondiale en informant et en légitimant les interventions gouvernementales et non gouvernementales dans la vie intime de certaines des personnes les plus vulnérables du monde.

La naissance de l’eugénisme américain

Les deux théories de la surpopulation sont nées d’approches scientifiques concurrentes de la population qui sont apparues aux États-Unis dans les années 1920, à l’apogée du mouvement eugéniste et au milieu d’intenses débats sur la valeur de l’immigration. Les biologistes se concentraient sur les taux de croissance globaux, qu’ils lisaient à travers le prisme malthusien pour prédire une surpopulation imminente. Ils proposent de limiter l’immigration et de mettre en place un programme eugénique de contrôle des naissances. Les statisticiens et les spécialistes des sciences sociales se concentrent sur les taux de fécondité et de mortalité par âge, qu’ils lisent à travers le prisme mercantiliste pour prédire un ralentissement désastreux de la croissance démographique. Ils s’opposent à la restriction de l’immigration mais restent favorables à l’eugénisme ; que la population américaine augmente trop rapidement ou trop lentement, tous les scientifiques s’accordent sur l’importance de promouvoir les familles nombreuses chez les « bonnes » personnes et les familles réduites chez les « mauvaises » personnes.

Le mouvement eugéniste américain a également commencé à se diviser vers la fin des années 1920. Les eugénistes plus âgés, qui s’alignaient sur l’approche biologique de la population, continuaient à considérer les Européens du Sud et de l’Est – et toute personne qui n’était pas blanche – comme les « mauvaises » personnes et à favoriser une intervention directe du gouvernement dans la reproduction. Les eugénistes plus jeunes, qui s’alignent sur l’approche statistique et socioscientifique de la population, se distancient du racisme manifeste, qui est devenu la marque de fabrique des programmes eugéniques fascistes en Europe. Ces jeunes eugénistes évitaient également l’intervention de l’État dans la reproduction, favorisant plutôt la création d’incitatifs financiers et d’un climat social dans lequel les « bonnes » personnes auraient des familles nombreuses et les « mauvaises » personnes auraient de petites familles, le tout sous le couvert de la liberté de reproduction. Ils appelaient ce programme « planification familiale ».

Dans les années 1930, l’American Eugenics Society est devenue le foyer de cette nouvelle forme d’eugénisme. Ses dirigeants ont vu dans la science naissante de la population un allié clé de leur programme et ont dirigé les fonds vers les statisticiens et les spécialistes des sciences sociales, soutenant leur approche mercantile de la population. Ce sont ces scientifiques, connus sous le nom de démographes, que l’État du New Deal a sollicités pour l’aider à administrer ses programmes sociaux et économiques.

Les biologistes malthusiens ont été mis sur la touche dans l’établissement de la démographie, mais les partisans de l’ancienne version de l’eugénisme – y compris des hommes d’affaires, des diplomates et des spécialistes des sciences naturelles – ont maintenu le malthusianisme en vie dans la conscience populaire américaine. Après la Seconde Guerre mondiale, les malthusiens et les démographes ont tous deux porté leur attention sur l’horizon mondial, où il est devenu évident que la population était prête à connaître une croissance rapide. L’Amérique du Nord, l’Europe occidentale et l’Océanie connaissent un « baby boom » d’après-guerre. Cependant, les observateurs américains s’inquiètent davantage du fait que les taux de mortalité chutent rapidement en Asie, en Amérique latine et dans les Caraïbes, alors que les taux de natalité restent élevés. Les malthusiens ont comparé la population mondiale globale à la capacité de charge de la planète, avertissant que la croissance démographique, où qu’elle se produise, épuiserait rapidement les ressources naturelles de la Terre, ce qui stimulerait la propagation du communisme mondial et entraînerait une guerre nucléaire.

Les démographes se sont concentrés sur le niveau national, comparant les taux de croissance démographique aux taux de croissance économique. Pour eux, la surpopulation n’était un problème que dans les pays du Sud, où ils mettaient en garde contre une croissance démographique rapide qui empêcherait le développement économique. Les preuves empiriques de la théorie démographique de la surpopulation étaient rares, tandis que celles de la théorie malthusienne de la surpopulation étaient inexistantes. Néanmoins, les deux théories se sont soutenues l’une l’autre pour produire une anxiété intense concernant la croissance de la population parmi le public américain, le gouvernement américain et les dirigeants des pays en développement du monde entier.

La « bombe démographique » : Mauvais diagnostic, mauvaise solution

Les démographes et leurs commanditaires ont étendu le projet eugénique de planification familiale de l’entre-deux-guerres aux pays en développement, où ils visaient à créer un climat dans lequel le contrôle des naissances serait si largement disponible et socialement acceptable qu’il serait presque difficile de ne pas l’utiliser. Cet objectif a été facilité par le stérilet, dont le développement et la fabrication ont été financés par le Population Council, une organisation non gouvernementale basée aux États-Unis qui a également financé la recherche démographique dans le Sud et la formation d’étudiants de pays en développement dans des programmes de démographie aux États-Unis.

Les malthusiens ont d’abord considéré le planning familial comme une solution à leur problème de population également. Par l’intermédiaire d’organisations telles que le Population Reference Bureau et le Population Crisis Committee, les malthusiens ont appelé le public et les décideurs américains à soutenir le travail du Population Council et d’autres organisations non gouvernementales impliquées dans la planification familiale. En conséquence, l’Agence américaine pour le développement international a commencé à affecter des fonds à cette fin en 1965. À la fin des années 1960, cependant, les malthusiens se plaignaient que le planning familial ne faisait pas assez pour ralentir la croissance démographique. Ils recommandent plutôt aux gouvernements d’imposer des limites légales à la procréation. Ils ont reçu le soutien intellectuel d’une jeune génération de biologistes, notamment Paul Ehrlich, qui a publié The Population Bomb en 1968, et Garrett Hardin, qui a inventé l’expression « tragédie des biens communs », également en 1968. Les démographes et leurs partisans ont qualifié l’approche malthusienne de coercitive, de sorte que tout ce qui n’était pas des limites légales à la procréation, comme les incitations financières à accepter les stérilets, passait pour non coercitif.

Les deux théories de la surpopulation, issues des États-Unis, se sont affrontées sur la scène mondiale lors de la Conférence mondiale sur la population de 1974, où les dirigeants des pays du Sud ont rejeté tous les efforts visant à limiter la croissance démographique, les qualifiant d’impérialistes. Des intellectuels et des chefs d’État d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine ont imputé la pauvreté et la dégradation de l’environnement aux pratiques industrielles des pays du Nord. Déclarant que « le développement est le meilleur contraceptif », ils ont exigé la mise en œuvre du nouvel ordre économique international défini par la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement en 1972. Près de 50 ans plus tard, cependant, les experts américains continuent d’attribuer la pauvreté dans les pays du Sud et le changement climatique dans le monde entier à la croissance démographique. Les économistes recommandent aux pays en développement de réduire leur taux de natalité afin de récolter le « dividende démographique », tandis que les spécialistes des sciences naturelles et de la bioéthique recommandent aux gouvernements de limiter la procréation pour éviter le changement climatique.

Comme ce fut le cas au milieu du 20e siècle, les spécialistes des sciences naturelles et des sciences sociales ne s’accordent pas sur la définition de la surpopulation et sur les mesures à prendre pour y remédier. La tension entre ces deux théories de la surpopulation favorise toutefois la croyance populaire selon laquelle la population humaine mondiale augmente trop rapidement et qu’il faut faire quelque chose pour y remédier. Ensemble, elles présentent la population comme un écran de fumée pour masquer les causes plus immédiates des problèmes qu’elles attribuent à la croissance démographique, à savoir les inégalités socio-économiques mondiales et la dégradation de l’environnement. En focalisant le débat sur la manière la plus efficace et la plus équitable de ralentir la croissance démographique – limites légales à la procréation ou planification familiale volontaire – les partisans de la surpopulation éludent les solutions réglementaires et redistributives plus directes aux problèmes les plus urgents du monde. En présentant ces questions comme des « problèmes de population », les États-Unis et leurs entreprises s’en tirent à bon compte, au détriment des membres les plus vulnérables de la population mondiale et de la planète elle-même.

Source : Big Think – Traduit par Anguille sous roche

Catégories :REBLOG

4 réponses »

  1. 1 milliard en 1900 et quasiment 8 milliards aujourd’hui c’est bien clair et évident qu’il n’y a pas d’explosion démographique! Il faudrait au moins arriver à 30 ou 40 milliards pour que cet imbécile reconnaisse qu’il y ait une surpopulation. La surpopulation est responsable de 90% des problèmes et des malheurs qui accablent l’humanité. Pas besoin d’être malthusien pour s’en rendre compte. une seule solution l’enfant unique pendant trois générations et ensuite deux enfants par femme!

  2. il suffit pourtant de prendre le Bus ou le RER aux heures de pointes, voir même aux heures creuses pour voir que « SI » de façon Concrètement Réelle dans les Faits Factuels, La Submersion Migratoire est Bel et Bien Là et qu’elle est « En Marche » Très Active ….

  3. Heuuuu … surpopulation ? … les ‘ bons ‘ qui doivent se reproduire et les ‘ mauvais ‘ qui doivent limiter leur reproduction … lire ‘ les sélections sociales ‘ de Gustave LE BON …
    Bennnn en fait, la médecine moderne a fait que la population ‘ européenne ‘ a réduit la mortalité enfantine … mais en ‘ même temps ‘ comme dirait l’autre … le planning familial a régulé la population … ceux qui n’a pas été fait pour une grande partie de la planète … le moyen orient, l’Afrique, l’Asie … donc médecine moderne = plus de ‘ survivant ‘ … mais pas de planning familial = surpopulation …
    Puisssssss la société de consommation/ loisir a fait que moins d’enfants plus de plaisirs en occident…
    Pour réguler la population, il y a plusieurs solutions … toute la planète avec une télé et console vidéo, internenette, le satellite et 3000000 chaines de télé … etc… ou … ou … famine, guerre, épidémie … etc …
    Sinon le top du top … découverte d’une planète habitable .. et quelques ‘ charters ‘ spatiaux … pour réduire la surpopulation de la planète bleue … comment ca ? … c’est comme les points de deal, la prostitution, la délinquance … juste déplacer le problème …

    NO FUTUR sauf dans le sang

Répondre à jocker Annuler la réponse.