REBLOG

Caitlin Johnstone : Ceux qui soutiennent la censure d’Internet sont dénués de maturité psychologique

Johnstone : Ceux qui soutiennent la censure d’Internet sont dénués de maturité psychologique

Twitter a suspendu de manière permanente le compte personnel de la représentante républicaine Marjorie Taylor Greene pour ce que la plateforme appelle des « violations répétées de notre politique de mésinformation relative au COVID-19 », à la grande joie des libéraux et des gauchistes pro-censure du monde entier. Cette décision fait suite au bannissement de Twitter du Dr Robert Malone pour les mêmes motifs quelques jours auparavant, qui a suivi un schéma ininterrompu d’escalade et d’expansion continue des protocoles de censure depuis l’élection américaine de 2016.

En réalité, personne ne se fait jamais bannir pour « mésinformation relative au Covid » ; c’est juste l’excuse d’aujourd’hui. Avant cela, c’était les retombées de l’émeute du Capitole, avant cela c’était la sécurité des élections, avant cela c’était la désinformation russe, les opérations d’influence étrangères, les fake news, etc. En réalité, le véritable agenda derrière la normalisation de la censure d’Internet est la normalisation de la censure d’Internet elle-même. C’est la vraie raison pour laquelle tant de personnes sont bannies.

J’avais moi-même déjà écrit de très nombreux articles mettant en garde contre l’utilisation de plus en plus répandue de la censure sur Internet via la manipulation des algorithmes et le déplateformage, bien avant que les premiers bannissements pour « mésinformation relative au Covid » ne commencent à se produire. On peut soutenir que le moment politique le plus important aux États-Unis depuis le 11 septembre et ses conséquences a été le moment où les institutions libérales ont décidé que l’élection de Trump en 2016 n’était pas un échec de la politique du statu quo, mais un échec du contrôle des informations, qui se trouve être parfaitement aligné avec les agendas de la structure du pouvoir en place pour contrôler les récits dominants sur ce qui se passe dans le monde.

Nous en avons eu un exemple en 2017 lorsque Google, Facebook et Twitter ont été convoqués devant la commission judiciaire du Sénat et ont reçu l’instruction de proposer une stratégie « pour empêcher la fomentation de la discorde ».

« Nous devons tous agir maintenant sur le champ de bataille des médias sociaux pour réprimer les rébellions de l’information qui peuvent rapidement conduire à des confrontations violentes et nous transformer facilement en États d’Amérique divisés », a déclaré aux géants des médias sociaux le penseur et ancien agent du FBI Clint Watts, qui a ajouté : « L’arrêt du barrage d’artillerie de fausses informations qui atterrit sur les utilisateurs des médias sociaux ne vient que lorsque les points de vente qui distribuent des histoires fausses sont réduits au silence – faites taire les armes et le barrage prendra fin. »

Depuis lors, la coordination entre ces plates-formes technologiques et le gouvernement américain pour déterminer quelles voix doivent être réduites au silence est devenue progressivement plus intime, de sorte que nous avons maintenant ces plates-formes géantes sur lesquelles les gens ont fini par compter pour partager des idées et des informations qui censurent les discours en s’alignant complètement sur la volonté du gouvernement le plus puissant de la planète.

Le danger de cette situation est évident pour toute personne qui n’est pas un nourrisson émotionnel déficient. Le danger de voir des plateformes technologiques monopolistiques liées à un gouvernement contrôler la parole dans le monde entier dépasse de loin le danger de toute voix que vous pourriez détester à un moment donné. Le seul moyen pour que cela ne soit pas clair pour vous est que vous soyez si psychologiquement inadapté que vous ne puissiez pas imaginer que quelque chose de mauvais puisse arriver du fait que vos préférences personnelles pour l’expression humaine soient imposées à la société par les institutions les plus puissantes de la planète.

Il suffit vraiment d’un tout petit peu de développement personnel pour comprendre cela. Par exemple, je déteste absolument les adeptes de Qanon. Je les déteste, je les déteste, je les déteste. Ils ont toujours eu l’habitude de rendre mon travail ennuyeux parce qu’ils considéraient que mes critiques des médias de masse et de l’empire oligarchique s’alignaient sur leur point de vue selon lequel Donald Trump menait une croisade vertueuse contre l’État profond, et ils encombraient souvent mes sections de commentaires avec des idioties écumantes qui servaient parfaitement les structures de pouvoir auxquelles je m’oppose. Ils me considéraient comme étant de leur côté alors qu’en réalité nous n’avions pratiquement rien en commun et ne pouvions pas être plus opposés.

Lorsque les comptes QAnon ont été purgés de toutes les plateformes de médias sociaux grand public après l’émeute du Capitole, cela a rendu mon travail nettement moins irritant. Je n’ai plus eu à partager des espaces de médias sociaux avec des personnes que je méprisais et, si j’étais une personne immature, je verrais cela comme une bonne chose en soi. Mais comme je suis une adulte, je comprends que le danger que représentent les plates-formes monopolistiques géantes liées à un gouvernement qui contrôlent de plus en plus la parole humaine dans le monde dépasse de loin l’aisance émotionnelle que je retire personnellement de leur absence.

Par conséquent, si cela ne tenait qu’à moi, je choisirais de permettre aux adeptes de QAnon d’exprimer librement leurs bêtises sur ces plateformes. Quels que soient les dommages qu’ils pourraient causer, ils sont beaucoup moins destructeurs que de permettre que la communication à grande échelle soit réglementée par de puissantes institutions oligarchiques qui sont des mandataires du gouvernement américain. Il en va de même pour Marjorie Taylor Greene et tous ceux qui lui ressemblent.

Cette perspective ne devrait pas être inhabituelle. Il n’est pas nécessaire d’être très mature pour comprendre cela, il suffit d’un minimum d’auto-préservation et d’une croissance psychologique suffisante pour comprendre que le monde ne doit pas être forcé de s’aligner sur votre volonté personnelle. Le fait que même ce degré de perspicacité digne d’un jardin d’enfants soit devenu rare dans certains milieux ne présage rien de bon pour l’avenir.

Traduction de Caitlin Johnstone par Aube Digitale

Catégories :REBLOG

Tagué:

1 réponse »

Laisser un commentaire