REBLOG

Le monde d’après, dont on ne parle plus beaucoup d’ailleurs…(Marc Fiorentino)

Le monde d’après, dont on ne parle plus beaucoup d’ailleurs…

LA PREMIÈRE QUESTION

 

Que restera-t-il du télétravail une fois la crise sanitaire finie, et elle sera finie un jour (à force de le répéter, ça va arriver) ?

Les avis divergent.

Et nous sommes souvent aveuglés par notre environnement immédiat.

Quand il y a confinement ou télétravail obligatoire, on est persuadé que le télétravail est l’avenir du travail.

Quand c’est la « libération », on se rue vers les bureaux pour renouer un contact physique et on enterre, presque, le télétravail.

Si on prend un peu de recul, il semble acquis que le télétravail, à petite dose, un à deux jours par semaine, va entrer dans les mœurs.

 

QUE SAIT-ON DE L’IMPACT DU TÉLÉTRAVAIL ?

 

Sur la productivité ?

Malgré deux ans d’expérience in vivo, pas grand-chose au-delà des discussions de café du commerce (quand ils sont ouverts et quand on peut discuter debout au comptoir).

Quelques éléments néanmoins :

– Le télétravail, choisi et non subi, semble impacter positivement le bien-être des salariés.

– Il réduit le temps de transport : moins d’heures perdues et moins de fatigue.

– Il permet aux entreprises de réduire leurs besoins de bureaux et donc de faire des économies significatives.

 

PAS GRAND-CHOSE DONC

 

Rien de mesurable.

Il faudra attendre de voir ce qu’il se passera sur la durée post-crise sanitaire et même post « rattrapage post-crise sanitaire ».

Il faudra donc attendre le retour à la normale pour savoir s’il y aura un « new normal ».

 

MAIS IL Y A DÉJÀ UNE CERTITUDE

 

Les entreprises ont appris beaucoup pendant ces deux ans et si la croissance venait à s’effriter, elles n’hésiteront pas à utiliser tous les leviers de productivité qu’elles ont découverts pendant la crise sanitaire :

– Le télétravail a favorisé l’explosion de la digitalisation qui va favoriser la réduction, voire la disparition, de certaines tâches et donc d’une partie du travail.

– Le télétravail a permis aux entreprises, les grandes surtout, de découvrir qui était « essentiel » au sein de l’entreprise et qui ne l’était pas et cela aura des conséquences sur l’emploi.

– Le télétravail a ouvert la voie à l’accès à un emploi « délocalisé » et donc moins coûteux dans des métiers qui ne l’avaient pas envisagé.

 

POUR L’INSTANT

 

L’équation « télétravail = moins d’emplois » ne se pose pas car nous sommes en période de pénurie et de déséquilibre entre les offres et les demandes d’emploi.

Mais quand la poussière sera retombée, les entreprises vont activer tous les leviers d’augmentation de la productivité découverts pendant le Covid.

Le télétravail va donc faire exploser la productivité…des entreprises en réduisant le nombre d’emplois en plus du nombre de m², pas tout à fait de la façon dont on pouvait l’imaginer.

Le monde d’après, dont on ne parle plus beaucoup d’ailleurs…

Marc Fiorentino

« Des âmes libres, bien plutôt que des hommes libres ! »

Des âmes libres, bien plutôt que des hommes libres !

La liberté morale est la seule importante, la seule nécessaire ; et l’autre n’est bonne et utile qu’autant qu’elle favorise celle-là.

Joseph Joubert (1754-1824) – Journal intime (9 mars 1812)

EN BANDE SON :

Catégories :REBLOG

Tagué:

Laisser un commentaire