REBLOG

Pourquoi la crise du Kazakhstan est bien plus grave que ne le laissent entendre les médias occidentaux ?

Pourquoi la crise du Kazakhstan est bien plus grave que ne le laissent entendre les médias occidentaux ?

Le président du Kazakhstan ainsi que les agences de presse internationales affirment que les forces de sécurité kazakhes ont pris le contrôle de la plupart des rues d’Almaty, où des émeutes ont fait rage pendant plusieurs jours et où des bâtiments du gouvernement central ont été incendiés. Des véhicules militaires lourds et des armements ont également été vus déployés dans d’autres grandes villes.

Cette décision fait suite à l’ordre donné par le président Kassym-Jomart Tokayev à ses forces de sécurité de « tirer pour tuer sans sommation », selon Reuters et les médias d’État. Il a réitéré dans une allocution télévisée vendredi que les manifestants et les émeutiers seront « détruits », les mesures anti-émeutes antérieures étant passées à des opérations « antiterroristes ».

On estime que 3 000 soldats russes sont sur le terrain dans le cadre d’une mission conjointe de maintien de la paix autorisée par l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) dirigée par la Russie. D’autres pourraient être en route.

Malgré l’affirmation selon laquelle l’ordre est lentement rétabli, de nombreux rapports font état de coups de feu sur les places et dans les rues du centre de la ville, après les images dramatiques de ces derniers jours montrant des affrontements armés. Al Jazeera rapporte vendredi :

Le ministère de l’intérieur a déclaré que 26 « criminels armés » avaient été « liquidés » et plus de 3 000 détenus depuis le week-end dernier, tandis que 18 membres de la police et de la garde nationale avaient également été tués.

Des coups de feu ont été entendus vendredi matin près de la place centrale de la plus grande ville, Almaty, où les troupes et les manifestants se sont affrontés les jours précédents.

 

Les indicateurs suggèrent que le Kremlin pourrait envisager un déploiement plus important au Kazakhstan, à un moment où il dispose de nombreuses forces près de l’Ukraine orientale.

Les responsables russes craignent vraisemblablement que l’armée ne soit « trop dispersée » si trop d’effectifs sont détournés de la zone proche de l’Ukraine, où les tensions ont grimpé en flèche ces deux derniers mois.

 

Jeudi, le ministère de l’Intérieur du pays a indiqué qu’au moins 18 policiers et membres des forces de sécurité avaient été tués, et que des centaines de personnes avaient été blessées – bien qu’en l’absence d’une présence médiatique internationale sur le terrain pendant le chaos, il ait été difficile pour les observateurs de confirmer les chiffres – qui incluent probablement aussi des dizaines de personnes tuées parmi les manifestants.

Entre-temps, vendredi, une vidéo largement diffusée sur les médias sociaux indique que des groupes d’insurgés armés organisés sont en train de se former pour riposter au gouvernement, ainsi qu’aux alliés étrangers tels que les troupes russes qui apportent leur aide.

 

D’heure en heure et de jour en jour, la situation continue de s’aggraver, le Kazakhstan étant au bord d’une véritable guerre civile menée par des insurgés antigouvernementaux. Dans le même temps, Moscou et Pékin commencent à se faire entendre davantage au sujet de ce qu’ils appellent un changement de régime, une « révolution de couleur », qui pourrait bénéficier d’une aide extérieure de l’Occident, les États-Unis étant particulièrement pointés du doigt, et peut-être liée à l’Ukraine.

Le commentateur géopolitique Clint Ehrlich a déclaré, alors qu’il se trouvait sur le terrain à Moscou, que « la situation au Kazakhstan est beaucoup plus grave que ce que les médias occidentaux laissent entendre ». Il affirme en outre que le chaos déclenché la semaine dernière et la déstabilisation violente en cours augmentent considérablement le risque d’un conflit OTAN-Russie.

Il pose la question clé : que se passe-t-il vraiment au Kazakhstan ? Après tout, écrit-il, « en Amérique, la situation au Kazakhstan est un petit sujet d’actualité », mais il n’en reste pas moins qu’ »à Moscou, elle fait actuellement l’objet d’une couverture médiatique 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, comme s’il s’agissait d’une menace apocalyptique pour la sécurité de la Russie. J’avais la télévision allumée ici pendant que j’écrivais ce fil de discussion, et le Kazakhstan est resté allumé tout le temps. » Vous trouverez ci-dessous le méga-fil de discussion d’Ehrlich sur Twitter, qui explore la crise et explique pourquoi cette affaire est plus importante que beaucoup ne le pensent…

 

Les manifestations de masse et les violences antigouvernementales ont fait des dizaines de morts. La Russie déploie 3 000 parachutistes après que les forces de sécurité kazakhes ont été débordées. La plus grande ville, Almaty, ressemble à une zone de guerre. Pour comprendre pourquoi la Russie est prête à déployer des troupes au Kazakhstan, il est essentiel de comprendre l’importance des intérêts nationaux vitaux de la Russie dans ce pays. Il ne s’agit pas de n’importe quelle ancienne république soviétique. Elle est presque aussi importante pour la Russie que la Biélorussie ou l’Ukraine.

Premièrement, la Russie et le Kazakhstan ont la plus grande frontière terrestre continue de la planète. Si le Kazakhstan se déstabilise, une fraction importante des 19 millions d’habitants du pays pourrait devenir des réfugiés traversant la frontière. La Russie n’est pas disposée à laisser cela se produire.

Deuxièmement, environ un quart de la population du Kazakhstan est composée de Russes ethniques. Les nationalistes kazakhs sont en grande majorité des musulmans, qui en veulent à la minorité russe orthodoxe et chrétienne. La Russie estime qu’une guerre civile entraînerait un risque non négligeable de nettoyage ethnique anti-russe.

Troisièmement, le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan était le cœur du programme spatial soviétique. La Russie l’utilise toujours comme sa principale installation de lancement dans l’espace. Le cosmodrome de Vostochny, dans l’Extrême-Orient russe, réduira cette dépendance, mais il n’est pas encore terminé.

Quatrièmement, la Russie effectue ses essais de missiles antibalistiques sur le site d’essai de Sary-Shagan, au Kazakhstan. C’est là que se déroule le développement en cours du système ABM S-550, l’un des fondements de la sécurité nationale de la Russie.

Cinquièmement, le cycle du combustible nucléaire russe est intimement lié au Kazakhstan. Des exploitations minières d’uranium soutenues par la Russie sont actives dans ce pays. L’uranium du Kazakhstan est enrichi à Novouralsk, en Russie, puis renvoyé au Kazakhstan pour être utilisé dans les assemblages de combustible nucléaire chinois.

L’ensemble de ces intérêts sécuritaires fait du Kazakhstan une région que la Russie est prête à stabiliser par la force. Les 3 000 soldats qu’elle a déjà engagés ne sont pas le maximum qu’elle est prête à déployer. Si nécessaire, il ne s’agira que de la première vague de forces russes dans le pays. La question la plus importante est de savoir comment la situation au Kazakhstan affectera l’impasse actuelle entre la Russie et l’OTAN au sujet de l’Ukraine. La Russie sera-t-elle dissuadée d’intervenir en Ukraine par la nécessité de maintenir des réserves à déployer au Kazakhstan ? Ou sera-t-elle simplement provoquée ?

Rappelons qu’avant l’escalade au Kazakhstan, la Russie avait massé des troupes le long de sa frontière avec l’Ukraine. Moscou a lancé un ultimatum : fournir des garanties de sécurité pour que l’Ukraine n’adhère pas à l’OTAN « sinon ». La situation était déjà très dangereuse. Les pourparlers OTAN-Russie visant à résoudre la crise en Ukraine devaient commencer la semaine prochaine. Or, à leur veille, la révolution contre le gouvernement du Kazakhstan a commencé. La Russie perçoit cela comme un acte de « guerre hybride ». À tort ou à raison, cette perception alimente un désir de vengeance.

Qu’est-ce qu’une « guerre hybride » ? Du point de vue russe, il s’agit d’une approche à deux volets du changement de régime. Premièrement, les ONG soutenues par l’Occident encouragent les grandes manifestations contre le gouvernement en place. Ensuite, des provocateurs armés utilisent les manifestations comme couverture pour organiser des attaques cinétiques.

Moscou estime que ce mode opératoire a été utilisé avec succès en Ukraine pour évincer le gouvernement d’obédience russe en 2014. Et elle pense que l’Occident a tenté sans succès d’employer la même stratégie pour renverser les alliés de la Russie en Syrie et en Biélorussie. On peut se demander si l’Occident a le pouvoir de déclencher des révolutions comme le prétend la Russie. Pourtant, l’Amérique joue le jeu de la paranoïa russe en finançant des ONG de la « société civile » à l’étranger.

Voir la page de la NED sur le Kazakhstan ici.

Lorsque des révolutions se produisent dans des pays où elle est active, la Russie fait le lien. Le Kazakhstan en est le dernier exemple. Dans l’année qui a précédé la tentative de révolution, le US National Endowment for democracy a dépensé plus d’un million de dollars dans le pays. L’argent a servi à financer des campagnes de relations publiques contre le gouvernement et à former des manifestants antigouvernementaux. Les Russes sont convaincus que la NED est une façade pour la CIA. Je ne pense pas que ce soit vrai. Mais c’est une distinction qui n’en est pas une, puisque la NED a repris une partie de la mission de la CIA. En 1986, le fondateur de la NED, Carl Gershman, a déclaré que le groupe avait été créé parce que « [i]l serait terrible pour les groupes démocratiques du monde entier d’être considérés comme subventionnés par la CIA ». Aujourd’hui, au lieu de recevoir de l’argent de la CIA, ils reçoivent de l’argent de la NED.

En 1991, le président de la NED, Allen Weinstein, a déclaré : « Une grande partie de ce que nous faisons aujourd’hui a été faite secrètement il y a 25 ans par la CIA. » Il a affirmé que le fait d’opérer ouvertement via la NED, plutôt que secrètement via la CIA, rendait le risque de retour de flamme « proche de zéro ». Les Russes ne voient pas les choses de cette façon. Lorsqu’ils constatent que les États-Unis soutiennent ouvertement l’éviction de gouvernements pro-russes, ils supposent qu’un soutien secret est également fourni. Pour eux, la NED n’est que la moitié d’une stratégie de « guerre hybride » au Kazakhstan qui comprend des opérations cinétiques. Le ministère russe des Affaires étrangères l’a clairement indiqué hier.

Il décrit la situation au Kazakhstan comme « une tentative de porter atteinte à la sécurité et à l’intégrité de l’État par la force, en utilisant des formations armées entraînées et organisées, qui est inspirée de l’extérieur ». Cette déclaration constitue le fondement de l’intervention de l’ »Organisation du traité de sécurité collective », l’équivalent de l’OTAN dirigé par la Russie. C’est la toute première intervention de l’OTSC, et elle est fondée sur l’accusation d’une attaque étrangère contre la souveraineté du Kazakhstan. La secrétaire de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a mis en doute la légitimité juridique de l’opération de l’OTSC, mais il n’y a pas grand-chose à redire.

Le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan, image d’archive.

Le président incontesté du Kazakhstan, Tokayev, a demandé le soutien de l’OTSC, affirmant que sa nation était attaquée. Pour renforcer l’apparence de multilatéralisme, les forces de l’URSS sont déployées aux côtés d’un plus petit nombre de troupes de deux autres États de l’OTSC, le Belarus et l’Arménie. Ces forces de l’OTSC sécuriseront les installations gouvernementales essentielles, libérant ainsi l’armée kazakhe pour la lutte contre le terrorisme. La fonction la plus critique du déploiement de l’OTSC est la signalisation interne au Kazakhstan.

Maintenant que les forces kazakhes savent que la Russie soutient leur gouvernement, elles seront moins nombreuses à vouloir se ranger du côté de l’opposition. Nous avons vu cela se produire auparavant. Je doute que nous le reverrons. À court terme, tant que le Kazakhstan restera instable, la liberté de manœuvre de la Russie en Ukraine pourrait être limitée. Mais cela ne motivera pas Moscou à désescalader la crise à long terme.

Au contraire, cela ne fera que renforcer la perception de l’Occident comme une menace existentielle. Les activistes des précédentes révolutions de couleur s’attribuent déjà publiquement le mérite de ce qui se passe au Kazakhstan. Voici un message de l’activiste biélorusse Dzmitry Halko, qui affirme avoir participé à l’organisation du soulèvement au Kazakhstan avec des vétérans de la révolution ukrainienne…

 

La plus grande crainte du Kremlin est un « Maïdan sur la Place Rouge », c’est-à-dire une répétition de la révolution ukrainienne à l’intérieur de Moscou. Plus il apparaîtra que l’Occident poursuit des révolutions similaires dans les anciennes républiques soviétiques, plus la Russie se montrera agressive.

En Amérique, la situation au Kazakhstan est un petit sujet d’actualité. À Moscou, elle fait l’objet d’une couverture médiatique 24 heures sur 24, comme s’il s’agissait d’une menace apocalyptique pour la sécurité de la Russie. J’avais la télévision allumée ici pendant que j’écrivais ce fil de discussion, et le Kazakhstan est passé en boucle.

Il est important de noter qu’aujourd’hui (7 janvier), c’est Noël en Russie. (Ils le célèbrent le 7 janvier plutôt que le 25 décembre, car l’église orthodoxe russe adhère toujours au calendrier julien). Lorsque Noël est éclipsé par une crise de sécurité, c’est une grosse affaire.

SOURCE

« Nul vainqueur ne croit au hasard »

Nul vainqueur ne croit au hasard.

Friedrich Nietzsche – Le Gai Savoir (1882)

EN BANDE SON : 

Catégories :REBLOG

4 réponses »

  1. A se demander aussi si La Chine Frontalière du KAZAKHSTAN est susceptible d’intervenir en coopération avec la Russie qui est son alliée stratégique…,
    Car si on imagine une Révolution instrumentalisée par les USA au KAZAKHSTAN (ce qui est le cas) pour y installer des missiles de L’OTAN au « touche-touche » à la frontière de La Russie, et pourquoi pas aussi de la frontière de La Chine…
    La Carte ci dessus quand on la regarde parle d’elle-même ….

  2. L’autodestruction des USA sera une bonne nouvelle, bon les russes peuvent être en 2 semaines à Berlin, il n’y a pas d’armée entre eux.

    • 2 semaines pour arriver à Berlin ?
      En deux semaines ils sont rendus au sud de Bordeaux….. Il y aura prise en tenaille par une attaque depuis la Méditerranée avec les turcs et les iraniens avec le soutien d’autres acolytes comme l’Algérie par exemple…..

Laisser un commentaire