REBLOG

Article du Jour : Les huit degrés de l’ignorance et de la stupidité

Les huit degrés de l’ignorance et de la stupidité

Notre hôte, à de nombreuses reprises, plaide en faveur de l’étiquetage de l’air du temps d’aujourd’hui comme « L’âge de la rage ». Il semblerait que ce soit le cas si l’on se concentre sur ce qui ressort de manière stéréotypée des médias d’information et des personnalités politiques que nous écoutons. Pourtant, j’irais un peu plus loin en suggérant que la cause profonde de cette rage est composée de deux éléments : la soif de pouvoir et la simple stupidité humaine.

Je crois que beaucoup de gens ne reconnaissent pas à quel point la soif de pouvoir et les forces habilitantes de la stupidité sont étroitement liées. La stupidité peut être manipulée pour obtenir ce pouvoir. On dit que l’argent est le sang des puissants. Pourtant, pourquoi dépenser de l’argent alors que trop de personnes peuvent être si facilement contrôlées ou recrutées gratuitement en faisant appel à des individus ignorants ou stupides.

Malheureusement et de toute évidence, l’ignorance et la stupidité ne se limitent pas aux informations ou à la politique, elles se manifestent dans la société humaine en général. L’astuce consiste à la reconnaître et à l’extraire de nos vies chaque fois que cela est possible. Ainsi, dans le cadre d’une étude cynique et éventuellement comique du problème, je propose qu’il existe des niveaux et des saveurs d’ignorance et de stupidité et que l’application d’une telle étude constitue un premier pas vers la réduction de son potentiel de nuisance.

Si vous pouvez excuser la prétention, je pourrais suggérer que cette étude soit également le corollaire de « The Basic Laws of Human Stupidity » de Carlo Cipolla. Je tenterai alors de quantifier l’ignorance et la stupidité en énumérations cardinales et ordinales. Pour ceux qui ne sont pas familiers avec les lois de M. Cipolla, voici une introduction de base :

  1. Toujours et inévitablement, tout le monde sous-estime le nombre d’individus stupides en circulation.
  2. La probabilité qu’une certaine personne soit (sera) stupide est indépendante de toute autre caractéristique de cette personne.
  3. Un individu stupide est une personne qui cause des pertes à une autre personne ou à un groupe de personnes, tout en n’en retirant aucun gain et en subissant même éventuellement des pertes.
  4. Les personnes non stupides sous-estiment toujours le pouvoir de nuisance des individus stupides. En particulier, les personnes non stupides oublient constamment qu’en tout temps, en tout lieu et en toute circonstance, traiter et/ou s’associer avec des personnes stupides s’avère toujours être une erreur coûteuse.
  5. Une personne stupide est le type de personne le plus dangereux.

Bien que je pense que les lois de M. Cipolla apportent un éclairage intéressant, elles traitent la stupidité comme un absolu, c’est-à-dire sans gradation quant à la gravité de sa manifestation. Je vous propose donc, à vous, lecteur, une méthode possible pour quantifier l’ignorance et la stupidité afin de pouvoir les contrer avec succès et de manière raisonnablement mesurée.

Les huit degrés de l’ignorance et de la stupidité

0 : Utilisé à titre de référence uniquement, le degré zéro représente un organisme dépourvu de tout mécanisme de pensée ou de cognition, ne se fiant qu’aux réflexes ou aux stimulus-réponses aux changements de son environnement. Les plantes et les animaux simples constituent ce niveau. Certains cercles ont débattu de la question de savoir si les plantes ont un comportement ou communiquent en fonction du stress ou des défis environnementaux, bien que ce soit une proposition intéressante, je laisserai ce débat à d’autres.

Ignorance au premier degré : Dans cet exemple, une personne ou un animal ayant une ignorance au premier degré est une personne qui, en raison de son enfance ou de sa petite enfance, n’est pas physiquement capable de comprendre les faits ou les informations qui lui sont présentés, soit en raison de l’état transitoire de son âge ou de son stade de développement, soit parce qu’elle n’a pas une structure biologique suffisamment développée dans son cerveau pour traiter l’information. L’état dans lequel se trouve une personne ou un animal ne doit pas être jugé comme un échec ou un défaut. Il s’agit simplement de la nature de la personne ou de l’animal à ce stade de sa vie.

Ignorance au second degré : La définition la plus simple de ce degré est que la personne ou l’animal est capable de comprendre les faits mais n’est pas conscient de leur existence. Chaque personne ou animal vivant a connu cette situation à un moment donné ou concernant une certaine forme d’information. Tous les faits ne peuvent jamais être connus. Pourtant, il incombe aux organismes intelligents de gérer le déficit connu/inconnu pour réussir.

Ignorance au troisième degré : À ce stade, on peut apprendre à la personne à réciter un résultat ou une réponse, mais elle ne comprend pas entièrement la raison, le processus ou la cause sous-jacente du fait ou de l’événement. Les connaissances que possède la personne sont occasionnelles et limitées, et elle peut donc être vulnérable à des situations où le résultat est défectueux ou malformé. Pourtant, la personne n’a pas la capacité de le corriger en réparant le mécanisme.

Ignorance au quatrième degré : À ce stade, les prémices de la négligence entrent en jeu, lorsque la personne ou l’animal se cause un préjudice inutile à elle-même ou à autrui en omettant volontairement de se consacrer à l’apprentissage ou à la croissance intellectuelle requis par son environnement ou sa station sociale.

Cinquième degré (Stupidité) : Le cinquième degré sépare les êtres humains de la plupart des animaux. Bien que la définition de ce degré repose principalement sur la nomenclature, comme l’instinct par rapport à la stratégie cognitive, elle exige qu’un certain seuil intellectuel soit atteint pour passer de l’ignorance ordinaire (incapacité à concevoir un résultat correct) à la stupidité (capacité à concevoir un résultat correct mais refusant volontairement de le faire en ignorant la vérité ou le processus d’obtention de la vérité). C’est le niveau de stupidité le plus répandu dans la population générale.

La notion inchoative d’imprudence fait partie de ce degré.

Une autre forme d’expression de ce degré est que, même si la personne qui fait preuve de stupidité ne contribue pas immédiatement à l’acte stupide, l’acte résulte de l’aboutissement d’une série d’événements au cours desquels la personne stupide a continuellement manqué d’attention à la vérité et était en quelque sorte prédestinée à la stupidité par défaut.

Sixième degré (Stupidité inflexible) : À ce stade, le stupide inflexible exprime un refus total d’accepter tout fait qui lui est présenté et qui est contraire à ses propres présomptions, même en présence de niveaux de preuve monumentaux provenant de toutes les autres sources. Aucun effort de persuasion ne parviendra à déloger leur fausse croyance ou à faciliter leur acceptation de la vérité. En fait, la force avec laquelle ils maintiendront leur fausse croyance est presque proportionnelle à la quantité d’efforts gaspillés par les autres pour essayer de les convaincre du contraire.

Ils ont également tendance à accepter de nouvelles informations comme « factuelles » en se basant sur une barre de preuve initiale très basse, surtout si elles leur sont présentées par une source à laquelle ils accordent aveuglément de la crédibilité. Une fois que la fausseté est ancrée dans leur esprit, il est presque impossible de la réhabiliter par des preuves contraires, mais factuelles. À partir de là, ils intègrent les faussetés dans leur pensée et leur comportement, ce qui conduit bien sûr à des boucles de rétroaction de mauvaises décisions et à la consternation de tous ceux qui les entourent.

Les individus normaux éprouveront certainement de la frustration et de l’agacement en étant forcés de côtoyer l’imbécile inflexible. C’est l’un des rares aspects quantifiables de l’émotion humaine : l’aggravation est mesurée comme l’inverse du carré de la distance qui sépare la victime de la bouche ou du clavier de la personne stupide. Pour le bien-être mental de chacun, il est préférable d’observer cette forme de stupidité à une distance sûre et, au mieux, de ne pas l’observer du tout.

Aussi nuisibles que soient ces personnes, elles manquent heureusement de motivation et ont tendance à être plutôt bénignes dans leur capacité à infecter la tranquillité de la raison des autres. Cela ne veut pas dire qu’elles restent discrètes, mais leur gaffe continuelle tend à limiter le potentiel de nuisance de ceux qui les entourent. Il faut bien sûr veiller à se prémunir à tout prix contre l’entrée de l’imbécile invétéré dans sa vie ou pire, dans son gouvernement et sa politique. Le degré systémique de dysfonctionnement qui entoure leur vie sert généralement de modérateur à leur capacité de nuisance. Leur exemple est un exemple contre-intuitif de la paresse qui est un avantage pour les autres et la société, ou du moins un tampon contre le potentiel de nuisance.

De manière tout aussi contre-intuitive, ces individus sont également facilement manipulés par les personnes auxquelles ils ont attribué une expertise ou un lien de parenté. Ils ont tendance à accorder plus d’importance à la personne ou à l’idéal auquel ils se consacrent plutôt qu’aux informations ou aux événements présentés par cette personne. Ainsi, par extension, ils suivent aveuglément quelques-uns parce qu’ils n’ont pas la capacité de penser efficacement par eux-mêmes et que tous les autres qui pourraient être en désaccord ont tort.

Les individus qui manifestent régulièrement une stupidité absolue se contentent de considérer que leur seule réussite importante est la preuve de l’effet Dunning-Kruger.

Septième degré (Stupidité militante) : C’est de loin non seulement le pire niveau de stupidité, mais aussi le plus dangereux.

Une personne qui adopte la stupidité militante possède tous les traits de l’imbécile inflexible, mais au lieu d’être plutôt bénigne, elle s’attaque activement aux capacités et à l’intellect tout en imposant la stupidité à la population générale. Ils considèrent la notion de libre pensée, de méthodologie scientifique, de raison ou de débat fonctionnel comme des menaces existentielles qui doivent être exterminées à tout prix. Ils n’ont aucune tolérance pour toute idée qui n’est pas étroitement liée à eux ou à leurs cohortes et cherchent à punir au maximum ceux qu’ils perçoivent comme des menaces ou qui ne veulent pas se soumettre à l’idiotie. Ils deviennent facilement déséquilibrés et ont rapidement recours à la colère et aux cris. En fait, ils semblent être presque en permanence offensés ou outrés lorsqu’ils traitent avec ceux qui ne font pas partie de leur cercle restreint. Pourtant, tout comme leurs frères inférieurs, les stupides inflexibles, ils se laissent manipuler. Et à leur plus grand détriment, leur militantisme facilite leur vulnérabilité à être poussé à l’action.

Un auxiliaire de la stupidité militante est ce que l’on appelle un « idiot utile », c’est-à-dire un individu méprisé qui peut être facilement appelé à faire aveuglément le sale boulot pour le compte d’individus ou d’organisations puissants mais sans scrupules. Des organisations qui peuvent ainsi maintenir un déni plausible de responsabilité pour les dommages causés par l’idiot utile. Ce sont les plus faciles à recruter parmi les idiots utiles.

Les Militants Stupides se présentent comme très intelligents et ont le mandat illusoire de diriger les autres. Ils sont totalement incapables d’exercer un leadership bienveillant et efficace, mais sont en fait des moutons qui croient être des loups ou le berger. Ce narcissisme est le joug à partir duquel ils peuvent être contrôlés.

Il est possible de bien rire en incitant facilement les idiots utiles et les stupides militants à s’identifier dans une foule ou un public simplement en faisant une référence générique aux personnes stupides en général. Ces deux types de créatures seront les premières à sauter d’indignation et à demander que l’orateur soit puni ou à proclamer qu’elles sont les personnes les plus intelligentes de la salle. Cela fonctionne presque à chaque fois et semble provenir d’une propension à être irrationnel et facilement offensé – « offensé » étant leur état d’être préféré. Au fond d’eux, il y a peut-être une notion faible mais secrète selon laquelle ils ne sont peut-être pas les plus intelligents ou les plus brillants, mais ils perçoivent cela comme une vulnérabilité qui ne doit pas être révélée ou exposée par les autres. En conséquence, ils réagissent de manière excessive à cette menace perçue en attaquant les autres avec une précision digne d’un fusil de chasse. Après avoir provoqué le Militant Stupide pour qu’il s’identifie au sein de la foule, certains d’entre eux deviennent si férocement animés dans leur rage et leurs cris que vous commencez à vous demander quand le démon qui possède leur corps va s’échapper et déchaîner le pandémonium sur la foule en fuite. C’est peut-être pitoyable et ennuyeux, mais au moins le drame peut certainement rompre la monotonie d’une réunion du conseil municipal ou d’une conférence autrement ennuyeuse. L’idiot utile a donc une certaine utilité, je suppose.

Huitième degré (Stupidité auto-réalisé) : Ce terme apparemment contradictoire et oxymorique désigne une créature rare et paradoxale de mauvaise habitude, le stupide auto-réalisé. Cette personne étrangement bienveillante se prête à une forme unique de justice et cette propension, je le soupçonne, est codée en dur dans l’ADN de l’humanité comme une forme de correction d’erreur ; arrêtant la réplication dans la biosphère. L’allèle récessif de ce gène s’exprime en tant que stupide auto-réalisé, et l’allèle dominant s’exprime en tant que trait de Schadenfreude dans le domaine de la pensée humaine.

Les stupides auto-réalisés possèdent généralement un niveau d’intelligence générale supérieur à la moyenne, un attribut nécessaire pour construire et mener à bien leur propre disparition. Avec eux, l’aboutissement de leur stupidité va d’une réputation absolue digne du ridicule universel, à l’autre pôle, en étant un lauréat des Darwin Awards.

Dans le premier cas, ils atteignent rapidement la célébrité par le biais du malheur en commettant des actes ou en faisant des déclarations si absurdes et si stupides qu’ils suscitent des niveaux de rire et d’exaltation foudroyants dans la société, éliminant toute tare ou menace perceptible que ce type de stupidité pourrait engendrer. Non seulement leur propre crédibilité est éviscérée, mais l’ensemble de la société se réjouit du rappel occasionnel de l’humour suscité par la répétition d’un tel acte ou d’une telle déclaration stupide. C’est un peu comme si le stupide créait le Big Bang d’une gaffe sur vidéo, avec YouTube comme fond diffusant les échos.

Un exemple brillant de personne stupide ridiculisée et auto-réalisée est un homme qui, il y a plusieurs années, a publié sur YouTube une vidéo dans laquelle il défie un grand cactus pour un test de volonté, ou de piquants pour ainsi dire. Je ne sais pas de quelle espèce de cactus il s’agissait, mais il semblait très menaçant – il ressemblait plus à un buisson qu’à une grande plante, et il maniait un arsenal féroce d’aiguilles épaisses, longues d’un pouce et demi, que l’on pourrait plutôt décrire comme des ongles. Il a annoncé son grief à l’auditoire. Le cactus, étant de niveau 0, ne pouvait pas accepter un tel défi, mais il était néanmoins clair dès le début qui n’allait pas obtenir satisfaction dans ce duel.

Je soupçonne que ce besoin de combattre le cactus a été inspiré par un mème antérieur où des stupides de moindre importance ont posté des vidéos montrant qu’ils agrippaient avec force des plantes d’intérieur cactus à mains nues et proclamaient leur suprématie pour surmonter la douleur qui en résultait. Pour ne pas être en reste, notre candidat stupide auto-réalisé s’est rendu dans l’arrière-pays à la recherche d’un adversaire plus redoutable. Une fois qu’il l’a trouvé, il a positionné sa voiture à côté du cactus, a grimpé sur le toit de la voiture et s’est mis à plat ventre dans une nouvelle définition de l’agonie et de la souffrance. D’une certaine manière, il semble que le cactus l’ait avalé tout entier, un peu comme un piège à mouche de Vénus qui piège sa proie. Bien que ses seconds aient réussi à l’extraire… il est resté là, figé dans la douleur, hurlant de désespoir, réduit à n’être qu’un lit d’ongles humains suppliant qu’on les arrache. Avant ce spectacle d’imprudence, il avait réussi à trouver l’inspiration pour mettre au moins un masque, des gants de boxe et des lunettes de protection. Malgré tout, il n’a pas pu échapper à sa nature ; les allèles récessifs ont prévalu et sa stupidité a négligé de réaliser que se lancer dans ce défi torse nu et en short ne se terminerait pas bien pour lui. Des dizaines et des dizaines de piquants sont restés empalés dans son corps, pour être arrachés au son horrible de ses gémissements. Je dois avouer que j’ai été un peu déçu que les producteurs de la vidéo n’aient pas fourni une partition musicale pour cet acte, peut-être une musique de chambre baroque avec un clavecin jouant une note pour chaque piquant extrait. Une occasion manquée, certes, mais macabre et peut-être appropriée, dirais-je, car je me suis rendu compte, après avoir assisté à un spectacle aussi grandiose, que cet homme était décidément bien supérieur à tous les autres.

J’ai alors observé que cette personne était clairement plus stupide que tous les autres individus du royaume animal. Aucun animal, ni salamandre, ni singe, ni chose qui se traîne, ne s’engagerait jamais dans un jeu aussi dépravé et téméraire – la plongée en cactus – du moins pas intentionnellement. Au mieux, un animal serait suffisamment rusé pour éviter de tels cactus ou, au moins, s’il n’en avait jamais rencontré auparavant, il s’en approcherait prudemment. Au minimum, après peut-être une légère piqûre au museau, l’expérience transmettrait pour toujours dans l’esprit de l’animal une chose à éviter. Pourtant, il faut un être humain, doté d’un cerveau capable de conduire une voiture pour s’approcher de ce cactus et d’un esprit assez stupide pour sauter délibérément dedans dans l’espoir de générer plus de likes sur YouTube.

Je suppose qu’il a réussi à offrir à plusieurs personnes motivées par la schadenfreude un divertissement gratuit pendant quelques minutes. Mais le plus important est que les dommages qu’il a causés sont les siens et qu’il a créé un précédent pour les personnes moins stupides qui ne suivraient pas sa voie. Car même eux rompraient avec leur tradition d’omnipotence autoproclamée et reconnaîtraient que ce niveau de stupidité était au-delà de leurs capacités. Le grand public… on lui offrait au moins une distraction fugace de la tension constante de devoir faire face à la banalité maligne de la stupidité inflexible et militante qui infeste la vie.

Tout compte fait, je serais négligent de ne pas offrir un certain degré de respect au stupide auto-réalisé. Il est difficile, voire impossible pour les gens ordinaires, et même pour les penseurs très créatifs, d’imiter de manière convaincante le niveau de compétence et d’expression artistique du Stupide auto-réalisé. Nous sommes limités par notre propre sens de l’auto-préservation et de la raison, et donc notre capacité à évoquer les idées et les pensées de ces savants ne sera jamais comparable. Eux, en revanche, ne sont pas liés par la prudence et la raison, des Icare des temps modernes face aux soleils des médias sociaux. Et surtout, ils sont inoffensifs.

Je soumets donc à votre examen les Huit Degrés d’Ignorance et de Stupidité. Que Dieu ait pitié de nos âmes.

Sources : Zero HedgeDarren Smith via JonathanTurley.org – Traduit par Anguille sous roche

« Rien n’est plus sot que de traiter avec sérieux de choses frivoles »

Rien n’est plus sot que de traiter avec sérieux de choses frivoles ; mais rien n’est plus spirituel que de faire servir les frivolités à des choses sérieuses.

Érasme – Éloge de la folie (1508)

EN BANDE SON :

Catégories :REBLOG

1 réponse »

Laisser un commentaire