REBLOG

Pourquoi la panique climatique de Greta a échoué

Pourquoi la panique climatique de Greta a échoué

En reconnaissant le nucléaire et le gaz naturel comme verts, l’UE a affirmé le bien-être de l’homme et le progrès environnemental, plutôt que le dogmatisme des énergies renouvelables…

Le chancelier allemand Olaf Scholz (à gauche) et le président français Emmanuel Macron (à droite) se sont mis d’accord pour rejeter la demande de l’activiste climatique Greta Thunberg, qui souhaite que l’Europe ne finance pas les centrales nucléaires et au gaz naturel.

La militante pour le climat la plus influente au monde, sans dauphin en vue, est Greta Thunberg.

Le Time Magazine l’a nommée personne de l’année 2019 et il semble inévitable qu’elle finisse par remporter le prix Nobel de la paix, si ce n’est cette année.

Avec ses 14 millions de followers sur Instagram et ses cinq millions de followers sur Twitter, tout ce qu’elle fait est une nouvelle. Reuters l’a désignée comme l’un de ses principaux « Moments de 2021 ». Thunberg chantant et dansant lors d’un concert promotionnel « Climate Live » en amont des négociations climatiques des Nations unies.

Mais malgré toute sa célébrité, l’influence politique de Mme Thunberg n’a jamais été aussi faible.

Il y a deux semaines, Thunberg et d’autres leaders de la lutte contre le changement climatique ont exigé que l’Europe ne finance ni les centrales nucléaires ni la production de gaz naturel, mais la Commission européenne a rejeté ses demandes et confirmé samedi que le nucléaire et le gaz naturel seront considérés comme durables et pourront donc bénéficier d’un financement de l’Union européenne. L’accord sur la « taxonomie durable » de l’UE semble être un compromis entre la France, qui dépend du nucléaire, et l’Allemagne, qui dépend de plus en plus du gaz.

Thunberg reste puissant. Jusqu’à récemment, de nombreux analystes pensaient que l’activisme des actionnaires visant à forcer le désinvestissement de la production de pétrole et de gaz était strictement symbolique, une simple façon d’attirer l’attention sur la nécessité d’une politique publique. Il est maintenant clair que cet activisme a été remarquablement efficace pour supprimer le financement du secteur privé pour l’exploration et la production de pétrole et de gaz, contribuant ainsi aux pénuries. Cela était dû, dans une large mesure, à la portée extraordinaire de Thunberg et à son lien émotionnel avec les jeunes, y compris les étudiants, et les enfants des élites financières, journalistiques et intellectuelles.

Mais la décision de l’UE de ratifier le gaz et le nucléaire comme des produits verts est un coup dur pour Thunberg et le lobby du climat et des énergies renouvelables.

Elle fait suite à l’effondrement du programme de Biden sur le climat, en partie parce qu’il rendrait les États-Unis dangereusement dépendants des énergies renouvelables ; à l’hypocrisie des diplomates européens lors des négociations des Nations unies sur le climat, qui ont exigé que l’Afrique reste pure de charbon et de gaz alors que les ministres européens de l’énergie s’empressaient de brûler du charbon et d’acquérir du gaz naturel ; et, maintenant, au remplacement par l’Allemagne de la moitié de ses centrales nucléaires par du charbon et du gaz naturel.

Que se passe-t-il ? Il y a quelques semaines à peine, il semblait que l’Europe était en train d’opérer une « transition vers les énergies renouvelables ».

Pourquoi adopte-t-il maintenant le gaz naturel et le nucléaire ? Et pourquoi Thunberg et le mouvement climatique ont-ils été vaincus en Europe, l’endroit où ils étaient censés être les plus forts ? Et qu’est-ce que cela signifie pour la suite des événements ?

Plus d’informations ici…

Traduction de Michael Shellenberger par Aube Digitale

Catégories :REBLOG

2 réponses »

  1. les énergies renouvelables à part les barrages hydro-électriques et le solaire dans les pays du Sud, c’est de la merde

    seules alternatives qui n’émettent pas ou peu de CO2 : gaz et nucléaire

    Pas d’énergie = pas d’électricité = pas de PIB/croissance

    Jancovici a bien fait son lobbying pour convaincre les politiques de la nécessité du nucléaire pour pas avoir des pannes de courant et devoir multiplier par 3 la taille du réseau si on passe au tout écologiste

Laisser un commentaire