REBLOG

Article du Jour : Le Joker – Une prémonition (Jeffrey Tucker)

Le Joker : Une prémonition

Il y a deux ans et quelques mois – quelques mois seulement avant les confinements – je me suis traîné pour voir Le Joker, un film que je redoutais mais que j’ai fini par respecter.

« C’est un film sur la descente d’un homme dans la folie », m’a dit le preneur de billets. « Rien d’autre. »

Pourquoi le vendeur de billets faisait-il une critique préalable de ce film pour moi ? La phrase semblait trop répétée, un avertissement aux spectateurs pour éviter ce qui a inquiété les gens, à savoir que le chaos fictif du film génère des imitations dans le monde réel. C’était la grande inquiétude de l’époque.

Pourtant, sa mini-revue m’a rassuré. Rien que les bandes-annonces étaient trop effrayantes. La vie est déjà assez dure sans que les films introduisent plus de tristesse, ce qui est précisément la raison pour laquelle j’aime m’en tenir aux films édifiants. J’ai tout de même réussi à passer à travers ce film.

D’une manière superficielle, l’homme avait raison. Il ne s’agissait que d’un seul homme. Même après être parti, j’ai continué à me dire ça. Et pourtant, une fois le film terminé, j’ai ressenti exactement ce que tant d’autres ont rapporté à l’époque. Le film dégage une aura dont on ne peut se défaire. Vous l’emportez chez vous. Vous dormez avec. On se réveille le matin et on revoit ce maudit visage. Vous pensez à des scènes. Puis on se souvient de certaines choses. Puis on commence à trouver un sens – pas un sens moral, mais un sens narratif.

C’était aussi un visionnage extrêmement désagréable, les deux heures et plus de visionnage de film les plus difficiles dont je me souvienne. C’était aussi brillant et captivant à chaque image. La partition est parfaite. Et le jeu des acteurs ne ressemble pas à un jeu.

Quant à l’interprétation « un seul homme », elle est difficile à soutenir. Les scènes de rue. Les métros remplis de gens portant des masques de clowns, se dirigeant vers la manifestation. L’homme d’affaires riche et établi qui se présente comme maire et les protestations que cela engendre. L’étrange façon dont ce personnage inquiétant et violent devient un héros populaire dans les rues. Il y avait sûrement un point plus important ici.

Oui, j’ai vu les habituels tiraillements sur Twitter sur ce que cela signifiait. C’est pro-Antifa ! C’est un avertissement conservateur contre les politiques extrémistes ! C’est un dénigrement de la droite contre la dérive vers la gauche des démocrates ! C’est une apologie de gauche de la montée des travailleurs contre les élites, alors bien sûr, il faut casser les œufs !

Le problème est qu’aucun de ces récits n’explique les divers rebondissements, le malaise et l’ambiguïté que le film a créés chez le spectateur.

Il m’a fallu une journée entière pour trouver une théorie alternative. Cette thèse s’applique probablement à toutes les représentations du Joker, qu’elles soient imprimées ou filmées, mais elle est particulièrement prémonitoire car elle se concentre sur un seul personnage, dont l’histoire est la plus élaborée à ce jour.

Les problèmes commencent avec les échecs de la vie personnelle. Bien que cet homme soit troublé, on se dit parfois qu’il n’est peut-être pas irrécupérable au point de l’être. Il peut fonctionner correctement. Il peut s’en sortir, comme tout le monde fait face à ses propres démons. Joaquin Phoenix fait un excellent travail de glissement dans et hors de la folie. Il semble bien se comporter avec sa mère et sa petite amie. Il a des interactions qui ne sont pas totalement gâchées par son excentricité.

Pourtant, certaines circonstances de la vie le poussent de plus en plus loin, au point qu’il perd l’amour de la vie telle qu’elle est. Il abandonne l’espoir et adopte pleinement le désespoir comme mode de pensée et de vie. Et puis il fait le mal et découvre quelque chose qui lui donne du pouvoir : sa conscience ne lui fournit pas de correctif. Au contraire, le mal qu’il fait lui donne un sentiment de puissance et de valorisation.

Pour résumer : sa vie ne fonctionnait pas ; il a finalement trouvé quelque chose qui fonctionnait pour lui. Puis il l’a embrassée.

Quelle est cette chose qu’il a embrassée ?

Elle a un nom particulier dans l’histoire des idées : le Destructionnisme. Ce n’est pas seulement un penchant ; c’est une idéologie, une idéologie qui prétend donner une forme à l’histoire et un sens à la vie. Cette idéologie dit que le seul but de l’action dans la vie d’une personne devrait être de démolir ce que les autres ont créé, y compris les libertés et les vies des autres.

Cette idéologie devient nécessaire parce que faire le bien semble pratiquement impossible, parce que l’on a toujours besoin de faire une différence dans le monde pour sentir que sa vie a une certaine direction, et parce que faire le mal est facile. L’idéologie du destructionnisme permet à une personne de rationaliser le fait que le mal prépare au moins d’une certaine manière le terrain pour un meilleur état de la société dans le futur.

Quel est cet état meilleur ? Cela pourrait être n’importe quoi. C’est peut-être un monde dans lequel tout le monde possède tout de manière égale. Peut-être que c’est un monde sans bonheur ou un monde avec un bonheur universel. C’est peut-être un monde sans foi. C’est peut-être une production nationale sans commerce international. C’est une dictature – la société se conformant à la volonté unique. C’est l’absence de patriarcat, un monde sans combustibles fossiles, une économie sans propriété privée et sans technologie, une production sans division du travail. Une société à la moralité parfaite. L’ascendance d’une seule religion. Un monde sans microbes !

Quoi qu’il en soit, c’est illibéral et donc inapplicable et irréalisable, de sorte que le partisan doit finalement trouver du réconfort non pas en créant mais en détruisant l’ordre existant.

La première fois que j’ai lu ce concept, c’était dans le livre de Ludwig von Mises, Socialisme, publié en 1922. Il l’évoque vers la fin après avoir prouvé que le socialisme classique lui-même est conceptuellement impossible. S’il n’y a rien de positif à faire, aucun plan réel pour réaliser quoi que ce soit de socialement bénéfique ; parce que toute l’idée est absurde au départ, les partisans doivent soit abandonner la théorie, soit trouver satisfaction dans la démolition de la société telle qu’elle existe actuellement.

Le destructionnisme devient une psychologie de l’épave transmise par une idéologie qui est un échec par nécessité de la théorie et de la pratique.

Le Joker a échoué dans la vie et entreprend donc de la détruire pour les autres. Il en va de même pour ceux qui sont consumés par une vision idéologique à laquelle le monde refuse obstinément de se conformer.

C’est pourquoi toute interprétation gauche/droite du Joker est trop limitée.

Le film est sorti quelques mois seulement avant le verrouillage des virus. Était-ce une prémonition ? Probablement d’une certaine manière. À cette époque, nous étions gavés par les médias et la politique de visions insensées sur la façon dont la société devrait fonctionner. Il ne faut pas s’étonner que ces visionnaires finissent par se tourner vers la colère, puis vers la déshumanisation de leurs adversaires, et enfin vers des plans de démolition de ce qui existe, juste pour le plaisir.

Ce « qui est » peut être le commerce mondial, la consommation d’énergie, la diversité, le choix humain en général, la liberté d’association, le chaos de l’entreprise, l’existence des riches, une race dégénérée, la frustration d’un homme face à son absence de pouvoir effectif. Presque personne n’a imaginé ce qui allait devenir la base idéologique du destructionnisme : le contrôle pathogène.

Le destructionnisme est la deuxième étape de toute vision irréalisable de ce que devrait être la société face à une réalité qui refuse de s’y conformer. Le destructionnisme s’avère également étrangement convaincant pour les mouvements populistes soucieux d’extérioriser leurs ennemis (les infectés, les non-vaccinés) et de frapper les forces qui s’opposent à leur réaffirmation du pouvoir.

Enfin, ces personnes trouvent une satisfaction dans la destruction – comme une fin en soi – parce qu’elle les fait se sentir vivants et donne un sens à leur vie.

Le Joker n’est donc pas seulement un homme, pas seulement un fou, mais l’instanciation des dangers insensés et morbides associés à un échec personnel persistant soutenu par la conviction que lorsqu’il existe un conflit fondamental entre une vision et la réalité, il ne peut être résolu que par la création du chaos et de la souffrance. Aussi désagréable qu’il soit, Le Joker est le film qu’il fallait voir pour comprendre et ensuite se préparer aux horreurs que cette mentalité incontrôlée peut déclencher et a déclenché dans le monde.

L’idée des lockdowns était littéralement impensable jusqu’à ce qu’elle soit soudainement généralisée à la fin du mois de février 2020. Quelques semaines plus tard, c’est devenu une réalité. On nous a dit que c’était pour arrêter un virus. Cela a complètement échoué sur le front, mais cela a permis d’atteindre autre chose. Les blocages et maintenant les mandats ont permis à une élite dirigeante d’essayer une nouvelle théorie sur la façon dont la vie peut fonctionner. L’échec de leurs efforts est partout évident.

Est-ce qu’ils s’arrêtent maintenant ? Ou trouvent-ils de nouvelles façons de détruire qui créent plus de chaos, plus de distractions, plus d’instabilité, plus de hasard, plus d’expériences avec l’impensable ?

Le Joker a créé des imitateurs.

Sources : Zero HedgeJeffrey Tucker via The Brownstone Institute – Traduit par Anguille sous roche

« Commence aujourd’hui à te préparer pour demain »

Quand tu dis que tu te corrigeras demain, sache bien que c’est dire qu’aujourd’hui tu veux être impudent, débauché, lâche, emporté, envieux, injuste, intéressé, perfide.

Vois combien de maux tu te permets. – Mais demain je serai un autre homme – Pourquoi pas plutôt aujourd’hui ?

Commence aujourd’hui à te préparer pour demain, autrement tu remettras encore.

Épictète – Entretiens (IV-XLIX)

EN BANDE SON :

Catégories :REBLOG

Tagué:

3 réponses »

  1. Sympathique comme essai, mais je ne peux pas croire que les instigateurs de cette Crise soient des personnages qui ont monté tout ce Plan, cette « Plandémie » par dépit …
    Le Rapport Rockfeller annonçait déjà il y a plus de 10 ans le Beans Global actuel, prévu selon lui pour l’Horizon 2021 et Tous les acteurs en vogue « ONU » en premier, étaient dans le coup et impliqués…
    Nous avons à faire à l’implantation (d’abord en Occident…) d’un Système Totalitaire subtil, où la violence des armes a été remplacée par le consentement des citoyens à de multiples injections de substances poisonneuses modifiables en composition au gré de la nécessité,
    et par des certificats (électroniques) promulguant qui a le droit d’être un citoyen (conformiste),
    et qui n’en n’a pas (ou plus) le droit et doit être persécuté voir même jusqu’à la mort.
    Et çà va bien plus loin celà…
    Je vous invite à jeter un œil sur cet article très intéressant datant de Novembre 2021, et qui met en miroir gémellaire la situation du Totalitarisme Actuel en phase d’implantation – Versus – les Totalitarismes du 20ème siècle… Ainsi que le commentaire lié en dessous sur la culpabilisation des citoyens pour obtenir leur accord et leur soumission …

    Texte traduit en Français :
    https://consentfactory-org.translate.goog/2021/11/22/pathologized-totalitarianism-101/?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=wapp

    Texte original en Anglais :
    https://consentfactory.org/2021/11/22/pathologized-totalitarianism-101/

    • Joker pour moi serait une préparation à l’inexorable.. c’est à dire à la programmation totalitaire dont on voit les multiples symptômes : lois scélérates, surveillances total de chaque individu, préparations à la guerre civile, .. et aucune tentative de solution à l’impasse systémique du capitalisme.
      Voir la destruction c’est déjà s’y habituer et s’y habituer c’est l’accepter puis la rendre possible.
      Ce qui ressort de tout cela est la propagande tournée presque exclusivement vers la population pour lui faire admettre à la fois l’inéluctable, la nécessité et l’absence d’alternative aux mesures prises, à savoir le fascisme sous couvert de démocratie, de sauvegarde face aux agressions.
      Tout ceci n’est qu’ingénierie sociale pour que les ultra-riches demeurent au pouvoir malgré les désastres et crimes qu’ils ont commis. Ils font tout pour éviter que nous les exterminions pour un pouvoir démocratique. Le fascisme est leur solution. Celle que nous devrons accepter.
      La norme est ce que nous supportons sans nous révolter. C’est ainsi qu’en fabriquant le pire, on supporte et accepte le pire, ici le passage par la destruction de la société, façon usuelle pour le capitalisme de se maintenir. Mais la différence avec les solutions aux crises capitalistes précédentes (guerres mondiales et autres) c’est l’impasse systémique. La financiarisation non maîtrisée, les dettes à jamais in-remboursables, la monnaie de papier ou virtuelle sans contrepartie donc sans valeur et l’ogre chinois qui peut légalement prendre le pouvoir économique via les lois capitalistes.
      Cette liste non exhaustive explique assez bien la nécessité d’un bouleversement de régime, qui de part sa longévité, induit un changement de civilisation – de culture.
      Il faut nous attendre à une extermination de masse, cela a toujours été la plus efficace des destructions. La guerre civile prête ou plus précisément presque prête, ce qui explique notre capacité à encore écrire ici.

Laisser un commentaire