REBLOG

Se réveiller et faire dérailler le Great Reset : « Les élites ne se soucient pas de la hausse de la température, elles se soucient d’usurper le contrôle » ( George Gammon )

Se réveiller et faire dérailler le Great Reset

Cette semaine, j’ai eu l’occasion de m’entretenir avec l’un de mes podcasters préférés, Tom Bodrovics, de Palisades Gold Radio, au sujet des arguments de mon récent article sur l’inflation, intitulé « L’inflation est la kryptonite qui mettra fin au système de Ponzi de notre politique monétaire qui dure depuis des décennies ».

 

L’ère de la censure

Tout d’abord, dans le podcast, je parle de la façon dont nous vivons à une époque où les récits ne peuvent pas être remis en question sans que vous soyez considéré comme un théoricien du complot et comment Substack répond à une importante demande du marché libre pour un contenu non censuré. J’ai abordé ce sujet lorsque j’ai commencé à écrire sur Substack en août 2021 dans cet article intitulé « En finir avec la censure des médias sociaux et l’ascension fulgurante de Substack ».

Dans le podcast, je souligne également que deux changements narratifs se produisent en ce moment : le Covid et l’inflation.

L’inflation marque une impasse pour la Fed

En ce qui concerne l’inflation, la Fed est à la croisée des chemins entre l’éclatement de la bulle boursière et la possibilité de laisser une inflation persistante brutaliser les classes moyennes et inférieures (ou, comme l’a dit Jerome Powell cette semaine, « certaines personnes sont enclines à souffrir davantage »).

Je dis à Tom que la Fed est piégée et que, contrairement au passé, elle n’a pas d’issue viable. Dans le passé, ils ont pu éviter l’inflation et la Fed a pu faire semblant de réussir à donner l’apparence de la prospérité monétaire, ai-je dit à Tom. Maintenant, il n’y a aucun moyen pour la personne moyenne d’ignorer la politique de la Fed avec une inflation élevée. La Fed est à court d’excuses et de marge de manœuvre.

« Les politiciens ne pourront plus faire de promesses excessives, car la réalité s’installe. L’inflation est désormais le problème politique numéro un du pays », ai-je dit à Tom.

Je dis aussi à Tom que la crypto a apporté la compréhension financière à une nouvelle génération qui veut comprendre la politique monétaire. Malgré mes critiques à l’égard de la crypto, à savoir que (1) beaucoup de ses défenseurs sont des charlatans, (2) c’est très certainement un actif à risque et (3) nous ne pouvons jamais être certains qu’un cataclysme dans la crypto ne se produira pas, elle aide une jeune génération à comprendre rapidement la nature défectueuse de notre système existant.

Ceci, à son tour, est un énorme problème pour la Fed parce que la nouvelle génération comprend le schéma de ponzi de la banque centrale.

Un état d’esprit hyperinflationniste est à portée de main

Je dis également à Tom que nous ne sommes pas loin d’une mentalité hyperinflationniste dans le pays et que nos dirigeants, qui croient qu’ils peuvent microgérer l’économie et sont stupéfaits lorsque leurs actions ne fonctionnent pas, sont terriblement ignorants. J’ai écrit à ce sujet il y a plusieurs mois, lorsque le président Biden a mis un terme aux projets d’oléoducs du pays et a ensuite évoqué le prix élevé de l’essence dans les mois à venir.

Au lieu de cela, Harris Kupperman, dans une récente interview, m’a dit que les négociants en pétrole « briseront la Fed » et feront en sorte que Jerome Powell « crie à l’oncle ». Kupperman pense que les prix du pétrole vont augmenter et qu’il est impossible de les arrêter.

Le pivot Covid est le prochain, et attention au Great Reset

J’ai également parlé à Tom des raisons pour lesquelles je pense que le capitalisme et le bon sens vont mettre fin aux obligations et à l’intrusion des vaccins dans nos vies – un sujet sur lequel j’ai longuement écrit il y a quelques heures.

Enfin, je parle de l’idée de « Great Reset » de Klaus Schwab. Je note qu’un grand nombre de personnes voient les plans futurs de l’élite mondiale pour un système qui nous privera de nos libertés civiles tout en enrichissant les planificateurs centraux. Je dis à Tom que je ne crois pas que les mondialistes aient une solution viable pour sortir du système tel qu’il existe aujourd’hui.

Cela va de pair avec la première partie d’une interview de George Gammon que j’ai réalisée cette semaine, dans laquelle George nous rappelle que le global ne se préoccupe que d’ »usurper le contrôle ».

Plus les gens s’éduqueront au système, moins il restera d’options pour l’élite, dis-je à Tom.

« Nous sommes tous à des stades différents de réveil. »

Vous pouvez écouter l’intégralité de mon interview avec Palisades Gold Radio, gratuitement, ici :

Traduction de Quoth The Raven par Aube Digitale

« Les élites ne se soucient pas de la hausse de la température, elles se soucient d’usurper le contrôle » : George Gammon

Cette semaine, mon ami George Gammon de Rebel Capitalist a pris le temps de répondre à quelques questions exclusives de Fringe Finance pour moi. George est l’un de mes commentateurs économiques préférés et il est mon ami, et celui de mon podcast, depuis des années. Je décris souvent son podcast comme similaire au mien, mais plus réfléchi, plus éducatif et plus utile, avec moins d’humour enfantin.

J’ai pensé que cette semaine serait un bon moment pour puiser dans la tête de George, étant donné que la dernière fois que je lui ai parlé, c’était bien avant la volatilité actuelle du marché. George a préparé deux vidéos exclusives de vingt minutes pour Fringe Finance afin d’essayer de répondre à une liste de questions que je lui avais posées.

Tout d’abord, j’ai demandé à George et à son équipe comment ils modifiaient leurs perspectives d’investissement à l’approche de la volatilité de cette année.

George a répondu : « Nous essayons tous de prêter attention à ce que fait la Fed. Pour répondre aux questions économiques, il faut commencer par répondre aux questions politiques. Je n’aime pas vraiment cela, car je n’aime pas les politiciens. »

« Mais malheureusement, il y a un courant transversal plus important en jeu en ce moment – et c’est ce que la Fed va faire avec la politique monétaire et peut-être même ce que le gouvernement va faire avec la politique fiscale. Tous nos pros sont fixés sur ce que la Fed va faire en ce moment », a-t-il poursuivi.

« Vous regardez l’or, vous regardez le dollar, vous regardez le 10 ans, et je pense que tout tourne autour d’essayer de comprendre si la Fed va aller au bout de ce qu’elle dit qu’elle va faire en 2022. Une autre question intéressante est que l’inflation est de la kryptonite et beaucoup de têtes parlantes pensent que si l’inflation diminue, cela leur fera gagner du temps. Je ne sais pas nécessairement si c’est vrai. Les prix ne vont pas redescendre au niveau où ils étaient en 2019. Ils pourraient cesser d’augmenter. Ils pourraient augmenter à un rythme moindre, mais cela ne signifie pas qu’ils vont redescendre. L’électeur moyen le sait. »

J’ai demandé à George quels secteurs il aime à l’approche de 2022 : « Je pense que les minières aurifères sont intéressantes à ces niveaux. J’aime les choses quand elles sont bon marché et quand elles sont mal aimées. Je ne sais pas si nous assistons encore à une panique dans les mines d’or, mais elles sont définitivement mal aimées. Je pense que le resserrement de la Fed est en quelque sorte intégré dans le prix des minerais. Le marché a pris la Fed au sérieux, donc, si nous voyons un pivot dovish, alors je pense que les miniers pourraient avoir beaucoup de hausse. »

« Il y a certains marchés étrangers que je trouve intéressants. Par exemple, les Émirats arabes unis viennent d’annoncer qu’ils allaient construire un casino de 1 000 chambres. Ce n’est pas un bastion de la liberté, mais je cherche des pays qui vont dans la bonne direction. Ils cherchent à se libéraliser et à évoluer vers un marché plus libre. Je pense qu’ils ont plus de vent en poupe que les États-Unis », a-t-il déclaré.

« J’aime aussi cette région parce qu’elle offre un peu de répit jusqu’à la prochaine crise dont l’élite mondiale essaiera de tirer parti. Je pense que ce sera très probablement le changement climatique », poursuit George.

« Je ne suis pas ici pour dire si [le changement climatique] est réel ou non, mais je suis ici pour dire que les élites ne se soucient pas de la qualité de l’air, elles ne se soucient pas des températures qui augmentent de 2 degrés, la seule chose qui les intéresse est d’usurper le pouvoir et le contrôle. Elles voient 2020 et 2021 comme une grande victoire en termes de « Wow, regardez ce que nous avons pu faire faire aux gens !. Lors de la prochaine crise, nous pourrons ajouter au pouvoir que nous avons obtenu en 2020 et 2021. »

Des pays comme la Russie, le Brésil et les Émirats arabes unis repoussent tous cet agenda en raison de leur dépendance au pétrole. « Ils seront moins enclins à suivre Klaus », explique George. « Je les mets sur une liste de surveillance et je fais très attention à eux. »

George parle également de :

  • Son point de vue sur les raisons pour lesquelles une baisse de l’inflation pourrait ne pas arrêter l’hémorragie sur les marchés.
  • Pourquoi les prix ne vont pas redescendre au niveau où ils étaient en 2019.
  • Pourquoi les élections de mi-mandat sont de mauvais augure pour les démocrates et pourquoi l’administration Biden pourrait essayer de distraire l’électeur avec la guerre.
  • Pourquoi les mineurs d’or et les hôtels de New York sont ses types d’investissements préférés.
  • Pourquoi la pandémie de Covid touche à sa fin
  • Pourquoi il ne pense pas que les passeports et les mandats de vaccination seront permanents.
  • La direction que prend l’économie américaine par rapport à des pays comme les Émirats arabes unis ou Dubaï.
  • Il pense que le changement climatique sera la prochaine crise dont profitera l’élite mondiale.
  • pourquoi le contrôle des prix est à venir.

Enfin, il nous fait part de son avis sur la question de savoir si Powell tiendra le coup cette année et procédera à la réduction progressive de la dette comme prévu, ainsi que de son point de vue sur l’or. Dans la deuxième partie de la série d’entretiens, qui sera publiée ici la semaine prochaine, je demande à George ce qu’il pense de YouTube et des médias sociaux qui tentent de le censurer, des commentateurs et des gestionnaires de fonds qu’il lit et écoute, et de son point de vue sur la façon dont le gouvernement va naviguer dans Covid l’année prochaine.

Vous pouvez regarder la réponse vidéo complète de George ici.

Sources : Zero HedgeQTR’s Fringe Finance – Traduit par Anguille sous roche

Catégories :REBLOG

Laisser un commentaire