REBLOG

Les clowns du climat : Le coronavirus a produit des tonnes de déchets dangereux

Les clowns du climat : Le coronavirus a produit des tonnes de déchets dangereux

Masques, seringues et accessoires de vaccination superflus finissent tous dans notre environnement. Les adeptes de la vaccination prétendent pourtant se soucier de l’environnement et du changement climatique, mais l’office statistique de l’Union européenne Eurostat a cessé de collecter des données sur la production de déchets médicaux.

Le National Post, un quotidien canadien, a suggéré que les passeports vaccinaux soient étendus pour inclure un score carbone et Forbes a fait valoir que les identifications numériques pourraient aider à atténuer les « défis sismiques liés aux déchets« . La réalité de la pandémie est cependant bien présente : Une catastrophe climatique fabriquée par des entreprises pharmaceutiques zélées qui nous coûte notre liberté.

« Les entreprises utilisent des hydrofluorocarbones (HFC) pour congeler les vaccins à une température très basse – moins 70 degrés Celsius pour la piqûre de BioNTech/Pfizer […] Les émissions de HFC ont un effet de réchauffement planétaire jusqu’à 23 000 fois supérieur à celui du CO2 », selon Politico. Et les responsables français ont calculé que jusqu’à 30 % des doses de vaccin seront gaspillées en raison de contraintes logistiques.

La pandémie de coronavirus a entraîné toutes sortes d’ »effets secondaires« . L’un d’eux est le gaspillage de plastique. Non seulement des masses de masques finissent dans les rues, dans les forêts ou sur les océans, mais aussi des tonnes de déchets médicaux, dits « déchets dangereux », comme le rapporte le journal allemand Bild.

L’OMS exige désormais que des stratégies d’élimination soient mises en place dans le monde entier. « Environ 30 % des hôpitaux et des cabinets médicaux dans le monde ne disposent pas d’installations d’élimination adéquates pour les seringues, les vêtements de protection et autres déchets médicaux », aurait déclaré l’OMS.

Déchets et risques

Outre le problème des déchets accumulés, le personnel qui entre en contact avec ces objets est « exposé au risque de blessure, par exemple par des seringues et autres instruments contaminés ». En outre, les populations peuvent être mises en danger par de l’eau contaminée, des parasites porteurs de maladies, etc.

Trop de gens se contentent de laisser tomber leurs déchets, sans se soucier ou prétendre que quelqu’un nettoie après eux. Mais les ordures restent, se répandent dans la nature et sont principalement rejetées dans les océans.

Une étude scientifique a révélé que des déchets supplémentaires y ont également atterri depuis la pandémie de coronavirus – à savoir d’innombrables masques, gants et autres équipements de protection, y compris des tests. Le Daily Mail cite des chercheurs californiens qui ont utilisé un modèle informatique pour simuler le sort des déchets plastiques lorsqu’ils quittent les plages, flottent au bord de l’eau et se brisent en morceaux.

Ils estiment que, du début de la pandémie à août 2021, 8,4 millions de tonnes de déchets plastiques liés à la pandémie ont été générés dans 193 pays. Selon le modèle, près des trois quarts d’entre eux – 71 % – seront probablement rejetés sur les plages à la fin de 2021.

Selon les chercheurs, la majeure partie du plastique lié à la pandémie provient des déchets médicaux produits par les hôpitaux. La contribution des emballages des géants du commerce en ligne tels qu’Amazon et eBay est minime.

L’étude a été menée par une équipe de chercheurs de l’école des sciences atmosphériques de l’université de Nanjing et de la Scripps Institution of Oceanography de l’université de San Diego.

« Les déchets plastiques nuisent à la vie marine et sont devenus un problème environnemental mondial majeur », souligne l’étude. « La pandémie de Covid-19 a entraîné une augmentation de la demande de plastique à usage unique, ajoutant de la pression à un problème déjà hors de contrôle. Cela pose un problème de longue date pour la vie marine et s’accumule principalement sur les plages et les côtes. »

Les rivières asiatiques sont les principaux contributeurs

La plupart des déchets plastiques aboutissent dans les océans via les fleuves. Les fleuves asiatiques représentent 73 % de toutes les émissions de plastique, les trois principaux contributeurs étant le Shatt al-Arab, l’Indus et le Yangtze, qui se jettent dans le golfe Persique, la mer d’Oman et la mer de Chine orientale.

Les rivières européennes représentent 11 % des écoulements, avec des contributions mineures des autres continents.

La pandémie a généré des dizaines de milliers de tonnes de déchets médicaux dangereux, a admis l’Organisation mondiale de la santé. Elle a appelé les pays à mettre en œuvre des stratégies d’élimination et à améliorer les mesures existantes pour éliminer les déchets médicaux.

Environ 30 % des hôpitaux et des cabinets médicaux dans le monde ne disposent pas d’installations adéquates pour l’élimination des seringues, des vêtements de protection et des autres déchets médicaux, a-t-elle indiqué. Dans les pays les plus pauvres, même 60 % des établissements médicaux ne peuvent pas compter sur la gestion des déchets, pourtant nécessaire à l’élimination correcte des déchets de Corona.

Selon les informations, des vêtements et des équipements de protection pesant environ 87 000 tonnes ont été livrés à divers pays de mars 2020 à novembre 2021 par une seule initiative de l’ONU. En outre, plus de huit milliards de doses de vaccin contre le Covid-19 ont été administrées par injection. La plupart de ces instruments et matériels ont été traités comme des déchets après leur utilisation.

Les masques contenant du graphène sont toxiques

La France a entre-temps suspendu la distribution des masques FFP2 contenant du graphène. L’Agence française de sécurité sanitaire (Anses) a annoncé le 14 janvier cette suspension dans l’attente d’une évaluation des risques. En avril de l’année dernière, le Canada a également retiré les masques contenant du graphène.

L’Anses recommandait l’utilisation de masques sans graphène « en raison du manque d’informations sur le graphène utilisé par les fabricants et sur la toxicité de cette substance, notamment à long terme » car « les objectifs poursuivis par les fabricants en ajoutant du graphène aux masques « ne sont ni énoncés ni démontrés ».

Malheureusement, aucun masque ne peut filtrer l’entrée ou la sortie des virus, mais les masques FFP2 sont les plus recommandés par les « experts » et les citoyens ordinaires ont été contraints de les porter pour travailler. Ironiquement, les mêmes gouvernements qui prétendent se soucier de « l’air pur » ont imposé le port de masques toxiques.

Traduction de Free West Media par Aube Digitale

« La plus grande erreur moderne, ce n’est pas d’annoncer que Dieu est mort, mais de croire que le diable est mort. » Nicolas Gomez Davila

EN BANDE SON : 

Catégories :REBLOG

1 réponse »

Laisser un commentaire