REBLOG

À QUI PROFITE L’INFLATION ? (Marc Fiorentino)

À QUI PROFITE L’INFLATION ?

INFLATION FOR IDIOTS

 

Quand l’inflation repart, les professionnels de l’investissement cherchent à identifier les entreprises qui peuvent surfer sur la vague.
Des entreprises qui ont le « pricing power », le pouvoir de répercuter la hausse des prix qu’elles subissent à leurs clients.
Des entreprises dont le nombre est assez limité.
Mais une fois de plus, cette crise ne ressemble à aucune autre.
UNE FOIS DE PLUS

Il se passe un phénomène étonnant.
Vous savez maintenant, à force de l’avoir lu et entendu, que les entreprises sont confrontées à une envolée du coût de leurs matières premières, une envolée du coût du travail, une envolée du coût des transports et à des goulets d’étranglement partout.
En temps « normal », cette situation pénalise l’immense majorité des entreprises qui doivent absorber une partie de ces hausses, faute de pouvoir les répercuter intégralement sur leurs clients et sur les consommateurs.
À l’exception donc de ces rares entreprises qui ont le « pricing power ».

LES ENTREPRISES…

…qui détiennent, en temps normal, le « pricing power » sont donc peu nombreuses.
Vous les connaissez.
Les entreprises du luxe par exemple : les acheteurs de sacs Hermès ne vont pas acheter moins de sacs si Hermès augmente ses prix de 10%.
Le prix de l’iPhone est déjà aberrant, si Apple décide d’augmenter son prix de 15%, il en vendra autant, voire plus.
Walt Disney est aussi souvent cité en exemple dans les entreprises à « pricing power » sans oublier bien sûr Google et la grande majorité des leaders de la tech.

MAIS CETTE FOIS

C’est différent.
Vous n’avez pas remarqué que le nombre d’entreprises qui affichent un bénéfice record est lui-même à un niveau record ?
Malgré l’envolée des coûts et de l’inflation ?
Une situation totalement anormale.
Tellement anormale que certaines entreprises comme TotalEnergies se sentent obligées de distribuer des chèques de 100 euros pour qu’on ne s’aperçoive pas qu’elles profitent de l’envolée des prix du pétrole pour faire des bénéfices records, 16 milliards d’euros pour TotalEnergies.

CE QU’ON DÉCOUVRE…

…avec cette crise, c’est qu’une très grande majorité des entreprises ont répercuté la hausse des coûts qu’elles subissent aux consommateurs.
Pas une partie de la hausse, non, l’intégralité de la hausse, voire plus même.
Même les entreprises qui n’avaient pas le pricing power ont décidé d’utiliser ce pouvoir.

UNE EXPLICATION ET UNE CONSÉQUENCE

L’explication : les consommateurs ont accumulé tellement d’épargne et veulent tellement rattraper la consommation perdue qu’ils sont prêts à payer n’importe quel prix pour obtenir ce qu’ils veulent ici et maintenant.
Il faut rappeler qu’ils n’ont pas subi de baisse du pouvoir d’achat et qu’ils ont donc les moyens de leurs caprices.

LA CONSÉQUENCE ?

Une envolée de prix à la consommation largement supérieure à celle qu’on anticipait.
Ce qui explique, notamment, la surprise des banques centrales qui sont prises à contrepied.
Les banques centrales pensaient que les entreprises n’auraient pas la capacité de répercuter les hausses de prix sur les consommateurs et que l’inflation serait donc modérée.
Or, non seulement, les entreprises répercutent la hausse de prix, mais elles l’amplifient, provoquant un dérapage incontrôlé de l’inflation.
Troublant, mais passionnant.

Marc Fiorentino

 

INFLATION FOR IDIOTS

Catégories :REBLOG

Tagué:

1 réponse »

  1. Malheureusement, il y a une volonté de ne pas voir que l’épargne accumulé est de l’hélicopter money, ce n’est pas qu’ils ont accumuler de l’argent qu’ils n’ont pu dépenser , c’est qu’ils en ont reçu plus d’argent que ce qu’ils auraient dû en recevoir par rapport au travail accompli

Laisser un commentaire