REBLOG

Passe vaccinal ou sanitaire : la faute à Voltaire ? (Henri Feng)

Passe vaccinal ou sanitaire : la faute à Voltaire ?

Contre le Covid-19, un nouveau protocole doit subitement s’appliquer : « une infection = une injection », pour notre ministre de la Santé, Olivier Véran, le 2 février, et ce, dans la foulée de la réduction de la durée de validité du certificat de rétablissement, quatre mois plutôt que six. Alors que des démocraties comme Israël et le Royaume-Uni ont finalement décidé de ne plus tenter de retenir la dissémination des derniers variants et sous-variants de ce virus apparu initialement en Chine (du « variant anglais » au probable BF.7 ?), exponentiellement contagieux et moins létaux. Donc, anarcho-tyrannie ou règnes de l’improvisation et de l’arbitraire ? Par conséquent, y’a-t-il réellement une philosophie du passe, sanitaire (celui du 9 août dernier) ou vaccinal (celui du 24 janvier), pour ne pas dire du passe-droit ? En tout cas, avec l’idée de faire primer le devoir sur le droit, en conditionnant telle ou telle entrée à la détention d’un QR Code signifiant autant la sanité du corps que la sainteté de l’âme. Comme si la société gantée avec de l’alcool et le visage masqué devait rester indépassable, et pour que la méfiance annihile la tolérance, pour que la liberté de quelques-uns anéantisse celle de tous les autres. Ou bien, l’art du mépris, de la provocation, foncièrement de la passion raisonnante. En quelque sorte, celui de, naguère, François-Marie Arouet, dit Voltaire. Vraiment ? Pourquoi ?
Jésuite d’abord, franc-maçon ensuite, le plus libéral et le plus anglomane des Lumières se plaisait à tester l’opinion. D’où son goût pour l’expérimentation, pour le test des idées… Avant l’heure, un homme de coup médiatique, notamment quand il fallait diffuser, à travers son Dictionnaire philosophique portatif, la pensée matérialiste et empiriste au sein du royaume de France, essentiellement celle de John Locke, pourfendeur du catholicisme. Et parce que le livre de poche devait, coûte que coûte, remplacer la Parole. À terme, un totem prêt-à-porter : téléphone portable a priori, code barre a posteriori ; quitte à toucher le cœur, à susciter la candeur, si ce n’est l’ingénuité. Les fruits de la stratégie du détour permanent, de la tension même, entre protestants et catholiques par exemple. Au profit du cynisme et de l’athéisme. Surtout, de la tension entre libéralisme et égalitarisme. En l’occurrence, « la liberté consiste à ne dépendre que des lois » avait-il prescrit. Contre l’optimisme aussi. Avec raison, la politique contre la morale, sans pathos mais toujours entre l’équerre et le compas.
Entre technoscientisme et humanisme, « écraser l’infâme » ! Ainsi, il lui fallait user et abuser de toutes les oppositions. Hier, « Lumières/obscurantistes », aujourd’hui, « progressistes/conservateurs »… Opposer ceux qui savent et ceux qui croient, bien que savoir signifie croire avec mauvaise foi. Comme si le remords n’était pas « la seule vertu qui restait au coupable ». En substance, dans un sens comme dans un autre, de l’ingénierie sociale. Parce qu’il convenait de faire triompher à jamais la noblesse moderne, une bourgeoisie intégralement urbaine, certainement pas rurale, sempiternellement angoissée et vengeresse. De clubs VIP aux réunions privées faisant le lit du libertarisme, voire celui du sadisme. Définitivement, nous devons au « monarque » de Ferney l’anglo-saxonisation de nos esprits. Quelque part, un retour en arrière. De quoi « tomber par terre ». Oui, à présent, comme Joseph de Maistre en 1819, « je meurs avec l’Europe » !

Henri Feng via Facebook

« Les Français arrivent tard à tout, mais enfin ils arrivent »

Tout ce que je vois jette les semences d’une révolution qui arrivera immanquablement, et dont je n’aurai pas le plaisir d’être témoin.

Les Français arrivent tard à tout, mais enfin ils arrivent.

La lumière s’est tellement répandue de proche en proche, qu’on éclatera à la première occasion ; et alors ce sera un beau tapage.

Voltaire – Lettre au Marquis de Chauvelin (1764)

EN BANDE SON :

Catégories :REBLOG

Tagué:

2 réponses »

Laisser un commentaire