REBLOG

L’ALLEMAGNE DOS AU MUR (Marc Fiorentino)

L’ALLEMAGNE DOS AU MUR

BRANDENBURG 2.0

La crise ukrainienne qui a pris cette nuit un nouveau tournant met l’Allemagne dans une position inconfortable.
Elle se doit de gesticuler avec les autres Européens en protestant contre l’atteinte à l’intégrité du territoire d’une nation européenne par la Russie, mais elle n’a pas les moyens de se fâcher avec la Russie.
L’Allemagne s’est enfermée elle-même dans un piège et Poutine en profite.

VOUS ALLEZ TOUT COMPRENDRE

La consommation d’énergie primaire allemande se répartit de la façon suivante :
Pétrole : 35%
Gaz : 25%
Énergies renouvelables : 15%
Lignite : 9%
Charbon : 8.6%
Nucléaire : 6.4%
Divers : 0.7%
Pour produire son électricité, l’Allemagne dépend à 37% des énergies renouvelables, 28% du charbon, 15% du gaz et 12% du nucléaire (70% pour la France…)

OR

L’Allemagne importe plus de 40% de son pétrole et de son gaz.
Et plus de 50% du gaz utilisé par l’Allemagne vient de … Gazprom.
La Norvège est le deuxième fournisseur et est déjà en capacité de production maximale.

ET MAINTENANT

L’Allemagne a décidé d’accélérer sa transition énergétique en sortant du charbon et en tournant le dos au nucléaire.
Mais comme on le rappelle souvent, dans transition écologique il y a le mot transition.
Et avant que l’Allemagne puisse tourner uniquement avec des énergies renouvelables, il va falloir du pétrole et du gaz. Beaucoup de gaz.
Du gaz russe…

RAPPELONS AUSSI…

…que l’Allemagne est le premier partenaire commercial de la Russie

ÉCHEC ET MAT ?

Sur l’échiquier énergétique, on a le sentiment que le Maître du Kremlin est à quelques coups du mat face à l’Allemagne.
Et on se demande évidemment comment une puissance économique majeure comme l’Allemagne a pu se mettre dans cette situation de dépendance.

 

MARC FIORENTINO

 

 

Comme prévu (et détaillé ci-dessous), l’administration Biden a décidé de revenir sur la décision de l’année dernière de lever les sanctions à l’encontre de la personne morale et du PDG à l’origine du gazoduc Nord Stream 2, revenant ainsi à la politique de sanctions de l’ancien président Trump sur ce gazoduc critique.

Déclaration complète de la Maison Blanche

Depuis que la Russie a commencé à déployer des troupes à la frontière ukrainienne, les États-Unis ont travaillé en étroite collaboration avec leurs alliés et partenaires pour apporter une réponse forte et unifiée. Comme je l’ai dit lors de ma rencontre avec le chancelier Scholz au début du mois, l’Allemagne a été un chef de file dans cet effort, et nous avons étroitement coordonné nos efforts pour arrêter le gazoduc Nord Stream 2 si la Russie envahissait à nouveau l’Ukraine.

Hier, après de nouvelles consultations étroites entre nos deux gouvernements, l’Allemagne a annoncé qu’elle cesserait de certifier le gazoduc. Aujourd’hui, j’ai demandé à mon administration d’imposer des sanctions à Nord Stream 2 AG et à ses dirigeants. Ces mesures sont une autre pièce de notre tranche initiale de sanctions en réponse aux actions de la Russie en Ukraine. Comme je l’ai clairement indiqué, nous n’hésiterons pas à prendre d’autres mesures si la Russie poursuit l’escalade.

Par ses actions, le président Poutine a incité le monde entier à se détourner du gaz russe pour se tourner vers d’autres formes d’énergie. Je tiens à remercier le chancelier Scholz pour son partenariat étroit et son engagement constant à tenir la Russie responsable de ses actes.

Alors attendez – Poutine encourage maintenant le monde à se tourner vers les énergies renouvelables ? Demandez aux Allemands comment cela s’est passé pendant l’hiver !

Par coïncidence, dans les minutes qui ont suivi la décision, le sénateur Ted Cruz a levé son blocage sur plusieurs nominations de Biden, déclarant que :

« Le président Biden a pris la bonne décision aujourd’hui. Permettre au Nord Stream 2 de Poutine d’entrer en service aurait créé des crises de sécurité multiples, en cascade et aiguës pour les États-Unis et nos alliés européens pour les générations à venir », a déclaré Cruz dans un communiqué.

« L’annonce d’aujourd’hui est essentielle pour prévenir de tels scénarios ».

Gardez à l’esprit que le chancelier allemand Olaf Scholz a déclaré plus tôt que toute suspension était temporaire.

* * *

Mercredi, le président Biden devrait annoncer que son administration va faire marche arrière sur une dérogation controversée aux sanctions pour les entreprises occidentales engagées dans la construction et l’entretien du gazoduc Nord Stream 2 reliant la Russie à l’Allemagne. Biden a été sévèrement critiqué par les deux partis pour sa mollesse à l’égard de la Russie lorsqu’il a accordé cette dérogation en mai de l’année dernière, tout en cherchant à « ressouder les liens » avec l’Europe. C’est sous Trump que les sanctions américaines ont pris effet à l’encontre des sociétés supervisant NS2, notamment le PDG de Nord Stream 2 AG.

« L’administration Biden devrait annoncer aujourd’hui qu’elle autorise l’application de sanctions à l’encontre de la société chargée de la construction du gazoduc russe Nord Stream 2, Nord Stream 2 AG, et de son PDG, après avoir bloqué de telles sanctions l’année dernière en utilisant une dérogation de sécurité nationale« , a rapporté Natasha Bertrand, correspondante de CNN à la Maison Blanche.

CNN précise que « La mesure, décrite par trois responsables américains, fait partie d’une série de sanctions que les États-Unis et leurs alliés ont imposées à la Russie cette semaine en réponse à la reconnaissance par le président russe Vladimir Poutine de l’indépendance des territoires séparatistes de l’est de l’Ukraine. »

Toute l’impulsion derrière la dérogation de l’administration Biden concernant le gazoduc était d’éviter de punir la partie allemande du projet tout en cherchant à infliger de la douleur à la partie russe, et donc de ralentir la réalisation. L’élément central était de ne pas appliquer de sanctions contre le PDG allemand Matthias Warnig personnellement.

Aujourd’hui, ces sanctions sont de retour, après que la Maison Blanche a promis d’arrêter le NS2, alors que Berlin a également indiqué que l’arrêt du processus de certification annoncé précédemment pourrait ne pas être permanent. Il semble maintenant que Washington cherche à la rendre permanente, en exerçant toute la pression nécessaire, avec éventuellement d’autres actions contre le gazoduc à venir.

Berlin a déclaré que l’arrêt de l’approbation réglementaire « ne signifie pas qu’il ne sera jamais mis en service », selon les derniers propos du ministre allemand de l’économie Robert Habeck. Mais il a également cherché, de manière quelque peu douteuse, à rassurer le public et les alliés occidentaux : « La possibilité que l’Allemagne obtienne suffisamment de gaz et de ressources au-delà des importations de gaz russe existe et doit être développée », selon une interview accordée à Deutschlandfunk.

Pendant ce temps, les tambours de guerre continuent de battre, alors que de nouvelles informations provenant des États-Unis avertissent qu’une invasion russe plus large de l’Ukraine est « imminente ».

SOURCE

« Personne n’est plus insensible que les gens sentimentaux »

[…] il n’y a là aucune surprise : personne n’est plus insensible que les gens sentimentaux.

Souvenez-vous : « Sécheresse du cœur dissimulée derrière le style débordant de sentiments. » (*)

Milan Kundera – Les testaments trahis (1993)


(*) citation de Franz Kafka à propos des romans de Charles Dickens

EN BANDE SON :

Catégories :REBLOG

Tagué:

1 réponse »

Laisser un commentaire