REBLOG

Un responsable américain affirme que jusqu’à 6 000 soldats russes ont été tués en deux semaines de combats

Un responsable américain affirme que jusqu’à 6 000 soldats russes ont été tués en deux semaines de combats

BARE ATTACK

Un responsable américain, cité par CBS News mercredi, a déclaré que jusqu’à 6 000 soldats russes avaient été tués à ce jour, après deux semaines d’invasion russe en Ukraine. Ce chiffre est deux fois plus élevé que les propres chiffres de la Russie, que le Kremlin a estimé à 3 000 morts au combat.

« Entre 5 000 et 6 000 soldats russes pourraient avoir été tués au cours des deux premières semaines seulement de l’invasion de l’Ukraine, a estimé mercredi un responsable américain », cite le rapport. « Le responsable a toutefois souligné qu’il s’agissait d’un chiffre difficile à évaluer en temps réel, et que le nombre pourrait être plus proche de 3 500. »

Mais cette estimation, qui semble élevée, reste inférieure aux affirmations de Kiev. Le gouvernement ukrainien a déclaré qu’il pensait que 11 000 soldats russes avaient été tués par les forces ukrainiennes. En début de semaine, le Pentagone a publié sa propre estimation officielle, qui fait état de 2 000 à 4 000 victimes russes.

Il va sans dire qu’en raison de l’évolution rapide de l’environnement du champ de bataille et du « brouillard de guerre » – et du fait qu’en temps de guerre, toutes les parties inondent l’espace d’information de propagande pour soutenir leur camp – il est pratiquement impossible de confirmer de tels chiffres.

Le rapport de CBS, basé sur le rapport officiel américain, a toutefois fourni certains des chiffres les plus élevés – et doit donc être pris avec scepticisme. Selon le rapport :

L’officiel a tout de même décrit le nombre de victimes comme « très, très important », comparant le décompte aux pertes de certaines batailles de la Seconde Guerre mondiale. Le responsable n’a pas donné d’estimation du nombre de Russes blessés, mais dans la plupart des guerres, le chiffre est généralement trois fois plus élevé que le nombre de tués, ce qui porterait ce nombre à environ 15 000 à 18 000.

Malgré les pertes estimées, les forces russes sont toujours capables d’encercler Kiev en une à deux semaines.

Les pertes civiles ne sont pas claires non plus, la plupart des rapports internationaux de ces derniers jours faisant état d’au moins 500 civils tués.

Les chiffres du gouvernement ukrainien sont beaucoup plus élevés. Par exemple, les autorités affirment que dans la seule ville de Mariupol :

Au moins 1 170 civils ont été tués dans la ville assiégée de Marioupol en Ukraine depuis le début de l’invasion russe, a déclaré mercredi une agence d’information de l’État ukrainien, citant les chiffres du maire adjoint de Marioupol.

 

Le maire adjoint Serhiy Orlov a publié la déclaration : « Au moins 1 170 personnes ont été tuées et 47 ont été enterrées dans une fosse commune aujourd’hui », a-t-il déclaré. « Les gens sont sans eau, sans chauffage, sans électricité, sans gaz, les habitants font fondre la neige pour boire ».

SOURCE

BARE ATTACK

« Une mort peut agir sur l’avenir comme une irradiation »

« Mais une mort peut agir sur l’avenir comme une irradiation. »

Yukio Mishima

« En octobre 1970, Mishima participa à un exercice dont il avait lui-même fixé le cadre : s’emparer d’objectifs dans la capitale (la Bourse, les ponts, des installations électriques, des studios de radio et de télévision…). Les activités d’espionnage et de recherche d’informations furent dirigées par lui-même. Ce mois-là, il rencontra pour la dernière fois le général Yamamoto. S’étant d’abord contenté de le regarder en face, il l’interrogea sur le coup d’État, et Yamamoto répondit : «Si vous voulez le faire, faites-le, mais après m’avoir tué.». Un an après, dans ses  »Mémoires », le père de Mishima allait se souvenir : «Mon fils me paraissait accablé de déception, ayant été trahi par un certain général qui est au sommet de sa réputation et qui vit toujours. […] Comment se fait-il que mon fils ne le sut pas plus tôt, lui qui connaissait si bien l’histoire du coup d’État avorté du 26 février 1936, où l’on voit une même volte-face, avec la trahison d’un général uniquement préoccupé de sa situation?».

 

Mishima, qui avait préparé et même rédigé une nouvelle Constitution, réunit cinq de ses plus proches compagnons, et leur déclara : «Le soulèvement aura lieu le 25 novembre, et je dois mourir.» Alors que le lieutenant Hisaro Hosonami lui fit remarquer : «Dans votre ‘Hagakuré’ et vos autres livres, les personnages meurent souvent. Pourtant le vrai Hagakuré n’enseigne-t-il pas que, même mutilé, on doit vivre et combattre avec les dents?», Mishima lui répondit calmement : «Mais une mort peut agir sur l’avenir comme une irradiation»

Source

EN BANDE SON : 

Catégories :REBLOG

Laisser un commentaire