REBLOG

L’Article du Jour : La Russie exclue du Great Reset – Klaus Schwab gèle les relations avec Poutine (Actualisé le 14/3/22)(

La Russie exclue du Great Reset : Klaus Schwab gèle les relations avec Poutine

RESET

Le Forum économique mondial de Davos (FEM) a annoncé le gel de toutes les relations avec la Russie et le président Vladimir Poutine. En raison de l’opération russe en Ukraine, ils refusent de traiter avec les « individus sanctionnés » et ont gelé toutes les relations liées à la Russie. Le chef du FEM, Klaus Schwab, n’a pas encore fait de commentaire.

La porte-parole du FEM, Amanda Russo, a déclaré à Politico que l’annonce avait été faite à la suite de la série de sanctions prises par les États-Unis, l’UE, le Canada et plusieurs autres pays.

Le FEM a entretenu d’assez bonnes relations avec la Russie par le passé. Poutine a été invité au forum en tant que conférencier à quelques reprises et lors de la réunion virtuelle du FEM en 2021, au plus fort de la pandémie, Poutine a mis en garde contre une guerre « tous contre tous ».

« La pandémie de Corona est devenue un défi majeur pour l’humanité et a accéléré les changements structurels pour lesquels les conditions préalables étaient déjà en place », a déclaré le chef d’État russe en janvier 2021. « Nous avons toutes les raisons de croire que les tensions pourraient s’intensifier encore davantage », a poursuivi Poutine.

Lorsque Schwab a présenté Poutine lors de la réunion, il l’a qualifié de « voix essentielle dans les affaires mondiales ». Il a ainsi répété sa déclaration de 2009 selon laquelle il ne pouvait penser à un seul problème qui pourrait être résolu sans l’implication de la Russie.

Mais le fan-club élitiste mondialiste a depuis opté pour la « punition » de la Russie, avec principalement dans le collimateur le secteur bancaire, les compagnies pétrolières, les oligarques russes, Poutine lui-même et SWIFT (le système de transfert financier international basé en Belgique).

SWIFT, soit dit en passant, est un partenaire important du FEM. Il est organisé en coopérative et appartient à ses membres. Il relie 11 000 banques, institutions de valeurs mobilières et entreprises clientes dans plus de 200 pays et régions et définit conjointement des normes. Un groupe toujours plus important d’entreprises occidentales a annoncé qu’elles cessaient leurs activités en Russie.

Les athlètes et artistes russes ont été personnellement sanctionnés et exclus de la communauté occidentale, tandis que les compositeurs et écrivains russes ont été interdits.

Depuis le début de la pandémie, la réputation du FEM a été fortement entachée. Ceci, entre autres, en raison de l’agenda très controversé décrit comme la Grande Réinitialisation et de diverses déclarations, notamment : « Bienvenue en 2030, je ne possède rien, je n’ai aucune vie privée et la vie n’a jamais été aussi belle ».

Schwab, avec son organisation de lobbying du FEM, déploie depuis de nombreuses années des stratégies visant à créer un ordre mondial sous la dictée d’un gouvernement mondial totalitaire rendu possible par les progrès de la technologie.

Au cœur de ses plans se trouve la dégradation de l’individu libre en un être d’État, entraîné à obéir et à être reconnaissant envers le « système » via un système de récompense/punition. Par le biais du Young Global Leaders Forum, le FEM a réussi à placer de fidèles disciples de Schwab dans les étages gouvernementaux de différents pays.

C’est le cas, par exemple, des chefs de gouvernement du Canada (Justin Trudeau) et de la Nouvelle-Zélande (Jacinda Ardern), qui se sont imposés comme de petits despotes. Pour mettre en œuvre le nouvel ordre mondial, des structures financières, économiques et médiatiques de type clanique ont été créées afin de contrôler les populations sans méfiance.

SOURCE

La Russie dépasse l’Iran et la Syrie et devient le pays le plus « sanctionné » du monde

À la suite de son invasion de l’Ukraine, la Russie est devenue le pays le plus sanctionné au monde, avec 5 581 sanctions en vigueur. Entre le 22 février et le 8 mars, date à laquelle elle a reconnu les régions de Louhansk et de Donetsk comme des États indépendants, le nombre de sanctions contre des personnes et des entités russes imposées par les États-Unis, l’UE et certains pays comme la Suisse, le Royaume-Uni et le Japon a plus que doublé par rapport à la période précédente.

Comme le montre Florian Zandt de Statista dans le graphique ci-dessous, basé sur des données agrégées par Castellum.AI, l’invasion de Poutine a fait passer la Russie devant l’un des principaux ennemis des États-Unis en Asie occidentale.

Avant l’invasion de l’Ukraine, l’Iran était de loin l’État le plus sanctionné de l’histoire avec 3 616 sanctions actives par les États-Unis, l’ONU, l’UE et des pays comme l’Australie, le Canada, l’Inde et Israël. Les relations entre ces derniers et la République islamique ont été particulièrement tendues, les différends concernant l’arsenal atomique de l’Iran et sa position hostile générale à l’égard d’Israël menaçant régulièrement de s’intensifier.

Une majorité des sanctions imposées à la Syrie, qui occupe la troisième place sur la liste de Castellum.AI, découlent des événements entourant la guerre civile syrienne qui a débuté en 2011. À la suite des troubles civils liés au mouvement du printemps arabe, les affrontements entre les forces du président Bachar el-Assad et une coalition improbable d’acteurs étrangers et nationaux souvent opposés sur des questions clés ont conduit à une crise humanitaire et au déplacement interne et étranger de plus de la moitié des 22 millions d’habitants de la Syrie au fil des ans.

La Suisse, l’UE et la France sont en tête du cycle actuel de sanctions contre la Russie, avec respectivement 568, 516 et 512 restrictions. L’écrasante majorité de ces sanctions visent des individus, 366 seulement des 2 827 sanctions étant destinées à des entités. Ne sont pas incluses dans ces chiffres les sanctions sectorielles telles que les embargos commerciaux généraux sur le gaz ou le pétrole. Outre les sanctions mises en place par les États-nations et les instances dirigeantes, plus de 300 entreprises se sont partiellement ou totalement retirées du marché russe, selon des chercheurs de la Yale School of Management, parmi lesquelles des poids lourds du secteur comme Adidas, Google, Disney, Exxon ou Volkswagen.

Le Forum économique mondial veut que tous ceux qui résistent à la « Grande Réinitialisation » soient forcés d’entrer dans des « camps de rééducation » à la chinoise

Le Forum économique mondial (FEM) veut jeter dans des « camps de rééducation » à la chinoise quiconque s’opposerait à son programme de « grande réinitialisation ».

Oui, vraiment.

Wang Guan, un jeune leader mondial du FEM, fait pression pour que ceux qui résistent à la « Grande Réinitialisation » de Klaus Schwab soient emprisonnés dans des « camps de rééducation » de type Chine communiste jusqu’à ce qu’ils ne soutiennent plus des choses comme la liberté, le nationalisme et le droit de porter des armes.

Wang travaille actuellement comme correspondant politique en chef pour un média d’État chinois qui diffuse la propagande chinoise aux États-Unis.

« Le FEM est devenu célèbre pour ses interventions mondialistes dans le monde entier, y compris, mais sans s’y limiter, pour ses pressions en faveur d’une ‘grande réinitialisation’ dans le contexte du COVID-19 », écrit Natalie Winters dans le National Pulse.

« Le groupe cherche à abolir la propriété à la base, résumant cet objectif par son expression controversée ‘vous ne posséderez rien et serez heureux‘. »

Truthbasedmedia.com rapporte : Le même média où Wang a été installé par Schwab pour laver le cerveau des Américains défend également le génocide des musulmans ouïghours par le Parti communiste chinois (PCC).

Le PCC diffuse des films de propagande présentant les camps comme des lieux où l’on peut acquérir des compétences utiles dans la vie courante

Dans un court-métrage réalisé pour promouvoir les camps de rééducation, Wang explique que les conditions de vie des musulmans ouïghours sont un « succès » et que cela sert les objectifs du PCC de procéder à un nettoyage ethnique de la Chine de cette manière.

« Cinquante-quatre pays, dont la plupart sont des États à majorité musulmane, ont défendu les efforts de lutte contre l’extrémisme de la Chine au Xinjiang, félicitant la Chine pour ses politiques de développement dans cette région et pour ‘la prise en charge de ses citoyens musulmans’ », a déclaré Wang dans la vidéo, ajoutant : « et ils ont probablement raison. »

Le même reportage montrait également des survivants de ces camps de rééducation faisant l’éloge des dirigeants chinois pour leur avoir soi-disant enseigné des compétences de vie pour réussir.

« Nous avons rencontré l’artiste Abulizikari Aobuli, 33 ans, qui s’est perfectionné en peinture dans le centre de rééducation et travaille maintenant dans une galerie », a déclaré Wang dans le film.

« Nous avons rattrapé Yuregul Yusan, 30 ans, qui travaille dans le secteur de l’hôtellerie. Nous avons trouvé Rukiya Yakup, 26 ans, qui a amélioré son mandarin et travaille désormais comme agent immobilier. Et nous avons rencontré Halinur, 23 ans, qui est maintenant caissière dans un restaurant. »

Comme c’est mignon : les camps du PCC ne sont que des collèges techniques incompris, apparemment.

« Selon les responsables locaux, la grande majorité des participants ont acquis une ou deux compétences, ont terminé leur formation et sont rentrés chez eux », a ajouté Wang dans une autre vidéo, diffusée par le China Global Television Network (CGTN).

« Rukiya Yakup, 26 ans, a passé 10 mois dans le centre d’éducation. Elle y a perfectionné ses connaissances en mandarin et étudié la vente. Aujourd’hui, elle est agent immobilier et gagne plus de 8 000 yuans, soit plus de 1 100 dollars américains par mois, ce qui est bien supérieur au revenu moyen local. »

La jeune femme de 26 ans a ensuite été montrée à l’écran affirmant qu’elle se sentait « plus heureuse » maintenant qu’elle avait enduré le camp de rééducation en Chine. Elle a également déclaré qu’elle était heureuse d’avoir appris le mandarin, car elle peut maintenant « recevoir à la fois les Han et les Ouïghours ».

« Mes revenus sont considérables », a-t-elle ajouté.

Une autre jeune dirigeante mondiale du FEM qui a poussé un agenda publiquement est la « journaliste » Daria Kaleniuk. Comme l’a rapporté l’émission Pulse à son sujet, Kaleniuk a affronté le Premier ministre britannique Boris Johnson et a exigé que l’OTAN entre en guerre en Ukraine.

Il semblerait que Schwab ait ses sous-fifres dans le monde entier pour faire avancer différents programmes en même temps. Et comme nous nous y attendons, tout tourne autour de sa précieuse Grande Réinitialisation.

SOURCE

RESET

« On ne gouverne jamais une nation contre ses habitudes »

On ne gouverne jamais une nation contre ses habitudes.

Louis XVI

EN BANDE SON :

Catégories :REBLOG

6 réponses »

Laisser un commentaire