REBLOG

La société de biotechnologie de Hunter Biden s’est associée à des chercheurs ukrainiens pour « isoler des agents pathogènes mortels » grâce à des fonds provenant du ministère de la Défense d’Obama

La société de biotechnologie de Hunter Biden s’est associée à des chercheurs ukrainiens pour « isoler des agents pathogènes mortels » grâce à des fonds provenant du ministère de la Défense d’Obama

RED JOURNALISM

Le fils du président américain a contribué au financement d’une entreprise menant des recherches sur les agents pathogènes et l’anthrax dans des biolabs ukrainiens.

Une société d’investissement dirigée par Hunter Biden, le fils du président Joe Biden, a été l’un des principaux bailleurs de fonds d’une société de suivi et d’intervention en cas de pandémie qui a collaboré à l’identification et à l’isolement d’agents pathogènes mortels dans des laboratoires ukrainiens, recevant ainsi des fonds du ministère de la défense de l’administration Obama, révèle The National Pulse en exclusivité.

Rosemont Seneca Technology Partners (RSTP) – une filiale de Rosemont Capital, fondée par Hunter Biden et Christopher Heinz – compte Biden et Heinz parmi ses directeurs généraux. Heinz est le beau-fils de l’ancien secrétaire d’État américain et actuel tsar du climat John Kerry.

Parmi les entreprises figurant sur les versions archivées du portefeuille du RSTP figure Metabiota, une société ostensiblement basée à San Francisco qui prétend détecter, suivre et analyser les maladies infectieuses émergentes.

Les rapports financiers révèlent que RSTP a dirigé le premier tour de financement de la société en 2015, qui s’est élevé à 30 millions de dollars. L’ancien directeur général et cofondateur de RSTP, Neil Callahan – un nom qui apparaît également à de nombreuses reprises sur le disque dur de Hunter Biden – fait partie du comité consultatif de Metabiota aux côtés de l’ancien responsable de Clinton, Rob Walker, qui a évoqué, dans un autre courriel découvert sur le disque dur de Hunter Biden, la possibilité de contacter le ministère de la Défense d’Obama au sujet de Metabiota.

EXCLUSIF : DE NOUVEAUX E-MAILS CONFIRMENT LES LIENS METABIOTA/DOD/UKRAINE.

En juillet 2021, The National Pulse a révélé en exclusivité le lien entre Metabiota, Hunter Biden et la EcoHealth Alliance, liée à la pandémie, qui a travaillé en étroite collaboration avec le National Institute for Allergy and Infectious Disease (NIAID) d’Anthony Fauci et le fameux laboratoire de Wuhan.

Aujourd’hui, nous pouvons révéler en exclusivité un lien officiel entre la société de lutte contre la pandémie liée à Biden et des laboratoires biologiques basés en Ukraine. Début mars, nous avons révélé comment ces laboratoires manipulaient des « agents pathogènes particulièrement dangereux » dans le cadre de programmes financés par le gouvernement américain. Le risque que de telles entités tombent entre les mains des forces d’invasion russes a fait l’objet d’un examen très controversé ces dernières semaines.

Maladies zoonotiques

Un article du rapport annuel 2016 du Centre des sciences et des technologies en Ukraine (STCU) relate une « réunion trilatérale avec l’Ukraine, la Pologne et les États-Unis Collaboration régionale sur la sécurité, la sûreté et la surveillance biologiques ».

L’article décrit notamment une réunion d’octobre 2016 impliquant des responsables militaires américains et leurs homologues ukrainiens discutant de « la coopération en matière de surveillance et de prévention des maladies infectieuses particulièrement dangereuses, y compris les zoonoses en Ukraine et dans les pays voisins ».

2016 MEETING.

Des représentants de la société Metabiota, liée à Biden, étaient présents, environ un an après que les fonds d’investissement de Hunter aient investi dans la société. Parmi les participants figuraient également

Le ministère américain de la Défense [Defense Threat Reduction Agency] (DTRA) (K. Garrett, G. Braunstein, W. Sosnowski et J. Wintrol) ;
Black & Veatch et Metabiota corporations (D. Mustra, Dr. M. Guttieri, S. Anderson, T. Borth et autres) ;
Curtis « BJ » Bjelajac, directeur exécutif, et Vlada Pashynska, spécialiste principal, représentaient le STCU.

« La réunion a porté sur les cadres existants, la coordination réglementaire et les projets de coopération en cours dans le domaine de la recherche, de la surveillance et du diagnostic d’un certain nombre de zoonoses dangereuses, telles que la grippe aviaire, la leptospirose, la fièvre hémorragique de Crimée-Congo et la brucellose », explique le résumé :

STUC ANNUAL REPORT (P. 6)

Une page distincte du site Web du STCU décrit une autre réunion entre des représentants de Metabiota, des scientifiques ukrainiens et des fonctionnaires du ministère de la Défense des États-Unis visant à accroître la collaboration, alors qu’ils participaient à un atelier sur la peste porcine quelques mois plus tard :

« Dans le cadre de l’atelier, des réunions spéciales en petits groupes entre des scientifiques ukrainiens et leurs homologues européens et américains ont été organisées conjointement par le STCU, le DTRA et Metabiota Inc. Au cours de ces réunions, les spécialistes de chaque pays se sont efforcés d’établir des contacts efficaces afin d’encourager la coopération future, ainsi que d’identifier les futurs projets scientifiques avec les institutions vétérinaires ukrainiennes et occidentales dans le domaine du contrôle et de l’investigation de la PPA. »

Les contrats gouvernementaux corroborent également la relation de travail entre Metabiota, les laboratoires ukrainiens et le ministère de la Défense des États-Unis, la firme ayant reçu une subvention de 18,4 millions de dollars de l’agence américaine en 2014. Un total de 307 091 dollars, alloué à Metabiota le 25 septembre, était détaillé pour des « projets de recherche en Ukraine ».

Plusieurs articles scientifiques – dont ceux isolant des souches d’agents pathogènes mortels comme le « virulent virus de la peste porcine africaine » – semblent avoir été publiés suite à cette subvention.
Un article de 2019 intitulé « Complete Genome Sequence of a Virulent African Swine Fever Virus from a Domestic Pig in Ukraine » a été rédigé par des chercheurs de Metabiota et de trois instituts basés en Ukraine.

Les chercheurs, dont le travail est décrit comme étant « financé par l’Agence de réduction des menaces de la défense des États-Unis (DTRA) par le biais du programme de réduction des menaces biologiques en Ukraine », ont isolé la souche du virus mortel à partir d’un porc ukrainien :

« Des échantillons de tissus ont été prélevés sur un porc domestique du foyer de peste porcine africaine numéro 131 dans l’Oblast de Kyiv, en Ukraine, en 2016. Les échantillons ont été congelés, et l’ADN total a été extrait en double du tissu de la rate à l’aide du kit d’isolement de l’ARN PowerMicrobiome (Mo Bio) en suivant le protocole du fabricant. »

« Anthrax »

En outre, un article de 2014 intitulé « Spatio-Temporal Patterns of Livestock Anthrax in Ukraine During the Past Century (1913-2012) » mentionne un auteur, Artem Skrypnyk, alors affilié à une branche de la firme pandémique basée en Ukraine.

« Notre principal objectif était d’examiner la dynamique spatio-temporelle de la maladie et d’identifier les zones où la maladie du charbon peut persister aujourd’hui », indique le document.

L’ÉTUDE UKRAINIENNE DE SKRYPNYK SUR L’ANTHRAX, FINANCÉE PAR LE GOUVERNEMENT AMÉRICAIN.

« L’examen de l’épizootiologie historique d’une maladie peut permettre d’identifier l’étendue géographique des foyers environnementaux, de définir les zones sujettes à des épidémies répétées et de mieux comprendre les cycles naturels des maladies. »

LA PAGE 10 DE L’ÉTUDE SUR L’ANTHRAX RÉVÈLE LE FINANCEMENT DU GOUVERNEMENT AMÉRICAIN.

Skrypnyk est également répertorié en tant que scientifique de Metabiota dans d’autres articles, notamment « Dynamics of anthrax cases in Ukraine during 1970-2013″« Anthrax in Dogs » et « Serological Anthrax Surveillance in Wild Boar (Sus scrofa) in Ukraine ».

L’un des articles visait à « mieux comprendre l’épizootiologie de la maladie du charbon en Ukraine », en collectant des échantillons dans les points chauds de la maladie grâce à des fonds du programme d’engagement biologique coopératif du DTRA américain en Ukraine.

« Nous avons testé des échantillons de sérum de sangliers collectés dans toute l’Ukraine pour détecter la présence d’anticorps contre B. anthracis et déterminé si les sangliers exposés étaient associés aux foyers de fièvre charbonneuse du bétail », explique l’article.

ÉTUDIER L’ANTHRAX CHEZ LES CHIENS.

Skrypnyk, le chercheur affilié à Metabiota, a travaillé comme coordinateur de projets vétérinaires pour la société liée à Biden avant d’occuper son poste actuel de responsable technique des laboratoires de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

En outre, deux chercheurs – Nataliya Mykhaylovska et Bradford Raymond Brooks – sont cités comme des chercheurs ukrainiens de Metabiota dans un article intitulé « Implementation of a Regional Training Program on African Swine Fever As Part of the Cooperative Biological Engagement Program across the Caucasus Region ».

Le document susmentionné mentionne même un bureau de Metabiota à Kiev, la capitale de l’Ukraine, dont l’existence semble être corroborée par un résumé de la structure opérationnelle de la société.

« L’empreinte internationale de la société comprend des opérations dans 20 pays et des bureaux à San Francisco, Washington, en Ukraine, en Chine, au Canada et en Sierra Leone »explique le résumé.

En outre, les profils LinkedIn d’anciens employés de Metabiota détaillent le travail effectué par l’antenne de l’entreprise à Kiev.

L’ancien directeur scientifique pour l’Europe de l’Est, David Mustra, explique comment il a « dirigé l’équipe de Metabiota composée de douze ressortissants ukrainiens » et a servi de « directeur de la biosurveillance et de la recherche pour le travail de Metabiota en tant que sous-traitant, sous la direction du contractant principal Black & Veatch (B&V), dans le cadre du contrat d’intégration de la réduction des menaces biologiques (BTRIC) – Ukraine de l’Agence de réduction des menaces de défense (DTRA) du Cooperative Biological Engagement Program (CBEP) ».

Il explique également comment la société a assuré la liaison avec des « fonctionnaires du gouvernement ukrainien » issus d’agences, dont le ministère de la Défense.

Un autre employé de Metabiota – le Dr Petro Mutovkin – qui a occupé le poste de spécialiste de la biosurveillance humaine et de chef de projet de 2015 à 2016 révèle son rôle dans la « facilitation des activités au sein du programme d’engagement biologique coopératif (CBEP) du ministère américain de la Défense en Ukraine » sur son profil LinkedIn.

« L’évaluation des installations de laboratoire, le diagnostic de laboratoire et la formation BS&S, [et] l’évaluation et l’atténuation des risques biologiques » figurent parmi les autres tâches auxquelles il s’est livré.

La révélation de l’implication financière du fils du président Joe Biden dans des laboratoires biologiques ukrainiens expérimentant des agents pathogènes, des animaux et l’anthrax fait suite à la découverte par The National Pulse des liens de Metabiota avec EcoHealth Alliance, une entité clé dans les origines du COVID-19 et les efforts de dissimulation.

Source : The national Pulse – Traduit par Anguille sous roche

Le Daily Mail balance des e-mails de Hunter Biden le liant au financement d’un laboratoire biologique en Ukraine

Selon le Daily Mail, qui a obtenu les e-mails de Hunter Biden, des e-mails provenant du célèbre ordinateur portable de ce dernier révèlent que le premier fils a contribué à obtenir des millions de dollars pour un contractant du ministère de la défense – Metabiota – spécialisé dans la recherche de maladies à l’origine de pandémies qui pourraient être utilisées comme armes biologiques.

L’affirmation de Moscou selon laquelle Hunter Bidena contribué au financement d’un programme de recherche militaire américain sur les « armes biologiques » en Ukraine est au moins partiellement vraie, selon de nouveaux courriels obtenus en exclusivité par DailyMail.com.

Le commandant des forces russes de protection nucléaire, biologique et chimique a affirmé qu’il existait un « schéma d’interaction entre les agences gouvernementales américaines et les objets biologiques ukrainiens » et a souligné le « financement de ces activités par des structures proches des dirigeants américains actuels, en particulier le fonds d’investissement Rosemont Seneca, qui est dirigé par Hunter Biden ». -Daily Mail

Hunter semble également avoir présenté Metabiota à Burisma pour un « projet scientifique », impliquant ostensiblement des laboratoires de biosécurité en Ukraine.

À première vue, Metabiota semble être une simple entreprise de données médicales – cependant, un courriel de 2014 de son vice-président à Hunter décrivait comment ils pouvaient « affirmer l’indépendance culturelle et économique de l’Ukraine vis-à-vis de la Russie » – un objectif étrange pour une entreprise de biotechnologie à l’époque où le père de Hunter était l’homme de pointe américain pour la « reconstruction » de l’Ukraine impliquant l’administration Obama.

Les courriels et les données des contrats de défense examinés par le DailyMail.com suggèrent que Hunter a joué un rôle important pour s’assurer que Metabiota puisse mener ses recherches sur les agents pathogènes à quelques centaines de kilomètres seulement de la frontière russe.

Le projet s’est transformé en un problème de sécurité nationale pour l’Ukraine lorsque les forces russes ont envahi le pays le mois dernier. -Daily Mail

En avril 2014, la vice-présidente de Metabiota, Mary Guttieri, a rédigé un mémo à l’attention de Hunter, dans lequel elle expliquait comment ils pouvaient « affirmer l’indépendance culturelle et économique de l’Ukraine vis-à-vis de la Russie ». Merci beaucoup d’avoir pris le temps, malgré votre emploi du temps chargé, de rencontrer Kathy [Dimeo, directrice de Metabiota] et moi-même mardi. Nous avons beaucoup apprécié notre discussion », a écrit Guttieri (Daily Mail).

Quatre jours après le courriel d’avril 2014 de Guttieri, Vadym Pozharskyi, cadre de Burisma, a écrit à Hunter pour lui révéler que le fils du vice-président de l’époque avait lancé un « projet scientifique » impliquant Burisma et Metabiota en Ukraine. Veuillez trouver ci-dessous quelques points initiaux à discuter dans le but d’analyser le potentiel de ce que vous nommez le projet « Science Ukraine » », écrit Pozharskyi (Daily Mail).

Les dossiers de dépenses du gouvernement montrent que le ministère de la Défense a accordé un contrat de 18,4 millions de dollars à Metabiota entre février 2014 et novembre 2016, avec 307 091 dollars affectés à des « projets de recherche en Ukraine ».

En creusant davantage, nous découvrons que Metabiota travaillait sous l’égide de Black & Veatch – un entrepreneur de la défense américaine lié au renseignement américain, qui a construit les laboratoires ukrainiens qui analysaient les armes biologiques et les maladies mortelles.

Au début du mois, des responsables américains ont averti le Congrès que « les forces russes pourraient chercher à prendre le contrôle » de ces « installations de recherche biologique« , ce qui fait craindre que des agents pathogènes mortels et même artificiels puissent tomber entre les mains des Russes.

Hunter et ses collègues de sa société d’investissement Rosemont Seneca Technology Partners (RSTP) ont régulièrement levé des millions de dollars pour des entreprises technologiques, dans l’espoir que ces entreprises décollent et fassent leur fortune.

Metabiota était l’une de ces entreprises. Les courriels échangés entre Hunter et ses collègues évoquent avec enthousiasme la façon dont le suivi des données médicales par l’entreprise pourrait devenir un outil essentiel pour les gouvernements et les entreprises qui cherchent à repérer les épidémies de maladies infectieuses. -Daily Mail

Hunter et ses amis ont investi 500 000 dollars dans Metabiota via Rosemont Seneca Technology Partners – et ont levé plusieurs millions par l’intermédiaire de diverses sociétés d’investissement, dont Goldman Sachs.

En Ukraine, le jeune Biden était plus étroitement impliqué dans les opérations de Metabiota, dont il se vantait dans ses présentations aux investisseurs. Hunter et son partenaire Eric Schwerin ont même discuté de domicilier Metabiota dans leurs bureaux, révèlent des courriels d’avril 2014.

Le même mois, la vice-présidente de Metabiota, Mary Guttieri, a écrit à Hunter pour lui expliquer avec éloquence comment l’entreprise pourrait « affirmer l’indépendance culturelle et économique de l’Ukraine vis-à-vis de la Russie. »

Le ministère russe de la Défense a publié jeudi un diagramme avec des flèches reliant Biden, Soros et le Parti démocrate aux laboratoires biologiques ukrainiens.

Le fils du président et ses collègues ont investi 500 000 dollars dans Metabiota par l’intermédiaire de leur société Rosemont Seneca Technology Partners. Ils ont levé plusieurs millions de dollars de fonds pour l’entreprise auprès de géants de l’investissement, dont Goldman Sachs.

Les courriels échangés entre Hunter et ses collègues de Rosemont Seneca expliquent avec enthousiasme comment le suivi des données médicales par l’entreprise pourrait devenir un outil essentiel pour les gouvernements et les entreprises qui cherchent à repérer les épidémies de maladies infectieuses.

Lisez le reste du rapport ici

SOURCE

Image

EN BANDE SON :

Catégories :REBLOG

2 réponses »

  1. Ce type est un des plus meilleurs spécimens de la « race humaine » issue des zélites le rejeton prodigue, hyper doué dans toutes les horreurs,le meilleur ambassadeur de son papa..prix d’excellence! Made in America!First class …il y a les mêmes de l’autre coté…!

Laisser un commentaire