REBLOG

L’Article du Jour : Qui sont les macronistes ? (Marc Obregon)

Qui sont les macronistes ?

THE EMPEROR MACRON

 

Parmi les analyses les plus paresseuses qui font florès depuis hier soir, il y a sans doute celle qui consiste à voir dans la raclée des partis historiques une redistribution des forces qui fera date. Redistribution ? Rebattage des cartes ? « Profonde mutation » des polarités en vigueur sur l’échiquier républicain ? Ben voyons. En effet la gauche socialiste et la droite républicaine ont enregistré des scores lamentables, mais c’est bien parce qu’elles ont effectué leur mue depuis longtemps, et que cette mue s’appelle le macronisme. On se demande souvent qui sont les macronistes, qui sont les électeurs qui se ruent dans les urnes pour reconduire le banquier éborgneur, après 5 ans de dette publique exponentielle et de tyrannie sanitaire. Ne cherchez pas plus longtemps : la plupart du temps, ce sont vos parents. Ce sont ces braves boomers qui grasseyent sur leurs acquis, cette bourgeoisie fatale issue des trente glorieuses et élevée dans le culte de sa propre personnalité, cette caste hyper-tiédasse pour qui le populisme et le souverainisme constituent de graves atteintes aux tables de la loi républicaine. Le vote bourgeois s’est donc débarrassé de ses coquilles anciennes, de ses vieilles membranes idéologiques, pour embrasser enfin pleinement le vote utile, le vote pragmatique, le vote technocratique. Pécresse et à fortiori Hidalgo, sinistres dindons de la farce électorale : au-delà de leurs erreurs et de leurs errements, elles n’avaient sans doute pas compris cela, elles ont servi de piñata, de divertissoires propres à enregistrer les sautes d’humeurs et les complexes d’une France politiquement névrosée, d’une médiacratie avide de chair, fût-elle rance et javellisée par de trop multiples passages dans le tambour des horions compassionnels.

 

Le macroniste, lui, n’est pas névrosé : il aime le monde tel qu’il est, tel qu’il l’a connu et il est prêt à tout pour le maintenir tel quel, figé dans le formol de ces indiscutables acquis. Y compris payer une taxe Pfizer tous les six mois pour rentrer dans un bar ou dans un cinéma, hurler de concert sur les citoyens non-compatibles qui refusent le parcage vaccinal, considérer les gilets jaunes comme de nuisibles psychopathes et arborer fièrement au revers de sa veste matelassée un pin’s aux couleurs de l’Ukraine. Les vieux partis ne sont pas morts, au contraire ils sont plus vivants que jamais à travers cette Macronie victorieuse, dédaigneuse, qui a fait campagne du bout des lèvres, tout juste consciente des miettes de démocratie qu’elle consent à donner au brave peuple. Ce parti de la bourgeoisie n’est sans doute plus bicéphale comme avant, mais il n’en est pas moins encore plus puissant, encore plus justifié dans sa morgue et dans cette auto-suffisance typique des ravis de la brèche. Ce parti de la Bourgeoisie Marmoréenne, donc, aura réussi à fédérer la gauche post-mitterrandienne avec la droite néo-giscardienne, sous la houlette d’un « surtout-ne-changez-rien », puisque pour eux, comme depuis toujours, tout roule. L’immobilier est au beau fixe, leur maison de campagne en Sologne ou dans le bocage normand prend à peu près 50 K par an (vive le télétravail qui fait monter l’immobilier dans les petites villes, vive le Saint COVID qui enrichit les braves investisseurs !).

 

Macron, Calife des boomers, Pontife des sexagénaires à roulettes, aura encore été le grand vainqueur de cette fadaise démocratique, prouvant qu’on peut tout à fait malmener un pays, un peuple, violenter en toute impunité nos libertés individuelles, et se voir reconduire par la même caste bourgeoise, au nez et à la barbe des souverainistes et des trotsko-compatibles, qui ont toujours le nez dans leur dissensions internes et dans leurs petites cuisines électorales rances.

Marc  Obregon

« Les régimes jadis opposés par l’idéologie sont maintenant étroitement unis par la technique »

Chaque jour […] nous apporte la preuve que la période idéologique est depuis longtemps dépassée, à New-York comme à Moscou ou à Londres.

Nous voyons la Démocratie impériale anglaise, la Démocratie ploutocratique américaine et l’Empire marxiste des Dominions Soviétiques sinon marcher la main dans la main — il s’en faut ! — du moins poursuivre le même but, c’est-à-dire maintenir coûte que coûte, fût-ce en ayant l’air de le combattre, le système à l’intérieur duquel ils ont tous acquis richesse et puissance.

Car, à la fin du compte, la Russie n’a pas moins tiré profit du système capitaliste que l’Amérique ou l’Angleterre ; elle y a joué le rôle classique du parlementaire qui fait fortune dans l’opposition.

Bref, les régimes jadis opposés par l’idéologie sont maintenant étroitement unis par la technique.

[…] Un monde gagné pour la Technique est perdu pour la Liberté.

Georges Bernanos – La France contre les robots (1947)

EN BANDE SON :

Catégories :REBLOG

Tagué:

5 réponses »

  1. Le score élevé de macron est suspect et comme des milliers d’autres qui ont commenté sur les réseaux sociaux dès l’annonce de ces surprenants résultats, je me suis posé la question : fraude?

    Je suggère à vos journalistes d’investigation sagaces de se pencher sur cette question importante.

    Quelques articles l’ont traitée, leurs arguments sont troublants, voir sur Media Presse Info, Strategika.

  2. J’abonde dans votre sens « Label France, acheter local. ».
    J’ajoute, bien que n’ayant aucune preuve de fraude, on n’en aura jamais… d’ailleurs qui a tué JFK? le temps passe, rien n’avance, mal barré…, que je suis souvent dubitatif quant à ce sport national consistant à traiter les gens d’imbéciles, de moutons. Je ne sais pas…
    Des cons oui, bien sûr, mais à ce point et en telle quantité?

    Deux exemples bêbêtes, à l’époque du réf. de Maastricht, il y avait déjà une grosse propagande inégale pour le « pour ». Peu de voix dissonantes.
    In fine, le « pour » était passé ric-rac, ce qui tendait à démontrer que les gens ne sont pas si perméables aux mots d’ordre.
    A peu près 15 ans plus tard, encore plus de propagande, plus de concentration de médias, etc, encore moins de voix dissonantes, Lisbonne ; le « non » passe.
    Pas si moutons que ça « les gens »?

    Finalement, qu’on se fasse sempiternellement empapaouter, ça oui, mais qu’on soit à ce point (numériquement) débiles, j’ai des doutes.
    Mais bon, j’en sais rien.

    PS pour rire : Je connais des gens (des vieux) qui sont collés devant le poste H24 mais qui ne croient pas un mot de ce qui y est dit… Marrant…
    Je connais aussi des plus jeunes qui font les mariolles intellos (« la TV…pffff dégage bouffon ») et ne lisent que des « bonnes choses » et des « bons livres » et qui sont complètement « vaccinés » (au sens génériquement large)…….
    Hein?
    La vie est subtile, haha.

Laisser un commentaire