REBLOG

La Russie est-elle la véritable cible des sanctions occidentales ?

La Russie est-elle la véritable cible des sanctions occidentales ?

Flambée des prix du pétrole, crises énergétique et alimentaire à l’horizon… se pourrait-il que la VRAIE cible de cette guerre économique soit nous ?

Le premier tweet que j’ai vu lorsque j’ai consulté ma timeline ce matin était celui de l’analyste de politique étrangère Clint Ehlirch, qui soulignait que le rouble russe avait déjà commencé à se remettre du plongeon créé par les sanctions occidentales et qu’il avait presque retrouvé son niveau d’avant-guerre.

Ehrlich déclare : « les sanctions étaient destinées à faire chuter la valeur du rouble, elles ont échoué ».

…ce à quoi je ne peux que répondre, eh bien « l’ont-elles été ? »

…et peut-être plus important, « ont-elles échoué ? »

Parce que ça n’en a pas vraiment l’air, n’est-ce pas ?

Au contraire, les sanctions semblent au mieux plutôt impuissantes, et au pire étonnamment contre-productives.

Ce n’est pas comme si les États-Unis, l’Union européenne et l’OTAN ne savaient pas comment paralyser les économies. Ils se sont exercés pendant des années à affamer les peuples de Cuba, d’Irak, du Venezuela et de trop d’autres pays pour les énumérer.

Maintenant, vous pourriez faire valoir que la Russie est une économie plus grande et plus développée que ces pays, et c’est vrai, mais les États-Unis et leurs alliés ont précédemment réussi à nuire à l’économie russe de manière assez radicale.

En 2014, à la suite de l’ »annexion » de la Crimée, les sanctions occidentales n’étaient pas très sévères par rapport aux récentes mesures sans précédent, mais les États-Unis ont augmenté massivement leur production de pétrole et, plus tard dans l’année (après une visite du secrétaire d’État américain John Kerry), l’Arabie saoudite a fait de même.

Malgré les objections des autres membres de l’OPEP – le Venezuela et l’Iran principalement – les Saoudiens ont inondé le marché du pétrole.

Le résultat de ces actions a été la plus forte chute des prix du pétrole depuis des décennies, passant de 109 dollars le baril en juin 2014 à 44 dollars en janvier 2015.

La Russie est alors entrée en pleine récession et a vu son PIB se contracter pour la première fois sous la direction de Poutine.

Il y a deux ans, l’Arabie saoudite, prétendument en concurrence avec la Russie pour une part du marché pétrolier, a de nouveau inondé le marché de pétrole bon marché.

L’Occident sait donc comment faire du mal à la Russie s’il le veut vraiment – en augmentant la production de pétrole, en inondant le marché et en faisant chuter les prix.

Mais les États-Unis ont-ils augmenté leur production de pétrole cette fois-ci ? Ont-ils prêté à leurs alliés du Golfe de faire de même ?

Pas du tout.

En fait, dans une belle synchronicité narrative, les États-Unis affirment qu’ils sont « incapables » d’augmenter leur production de pétrole en raison de « pénuries de personnel » causées par ce cadeau qui continue à donner – le covid.

De la même manière, l’Arabie Saoudite ne saborde pas le marché du pétrole, mais augmente délibérément les prix.

Oui, en ce moment, avec les alliés occidentaux enfermés dans une prétendue guerre économique avec la Russie, le prix du pétrole s’envole et pourrait continuer à le faire.

C’est une bonne nouvelle pour l’économie russe, au point qu’elle pourrait même compenser les dommages causés par les sanctions brutales.

Le prix élevé du pétrole et la nécessité de « ne pas dépendre du gaz de Poutine » ou de « dé-russifier » notre approvisionnement énergétique entraîneront sans aucun doute l’injection de millions dans les technologies « vertes ».

Ces sanctions occidentales visent également d’autres exportations russes, notamment les céréales et les denrées alimentaires en général.

La Russie est un exportateur net de denrées alimentaires, ce qui signifie qu’elle exporte plus de nourriture qu’elle n’en importe. À l’inverse, de nombreux pays d’Europe occidentale dépendent des importations de denrées alimentaires, notamment le Royaume-Uni, qui importe plus de 48 % de son alimentation.

Si l’Europe refuse d’acheter des produits alimentaires russes, l’effet net est que la Russie a de la nourriture… et l’Occident n’en a pas.

Et, tout comme pour le pétrole, l’augmentation des prix des denrées alimentaires aidera l’économie russe au lieu de lui nuire.

Prenons l’exemple du blé, dont la Russie est le plus grand exportateur au monde. La grande majorité de ce blé n’est même pas vendue aux pays occidentaux – mais plutôt à la Chine, au Kazakhstan, à l’Égypte, au Nigeria et au Pakistan – et n’est donc même pas soumise aux sanctions.

Néanmoins, les sanctions et la guerre ont fait augmenter le prix du blé de près de 30 %.

C’est une bonne chose pour l’économie russe.

Pendant ce temps, selon CNN, les États-Unis risquent d’entrer en pleine récession d’ici 2023, la France envisage de distribuer des bons alimentaires et les pays du monde entier devraient commencer à rationner le carburant.

Ainsi, les sanctions radicales imposées à la Russie par l’Occident, prétendument en réponse à l’invasion de l’Ukraine, n’atteignent pas leur objectif déclaré – anéantir l’économie russe – mais elles font grimper le prix du pétrole, créant des pénuries potentielles d’énergie et de nourriture en Occident et exacerbant la crise du « coût de la vie » créée par la « pandémie ».

Vous devriez toujours vous méfier de toute personne – individu ou institution – dont les actions aboutissent accidentellement à l’exact opposé de leur objectif déclaré. C’est une règle simple à respecter.

Rappelez-vous comment Orwell a décrit l’évolution du concept de guerre dans 1984 :

La guerre, on le verra, est maintenant une affaire purement interne. Dans le passé, les groupes dirigeants de tous les pays, même s’ils pouvaient reconnaître leur intérêt commun et donc limiter le caractère destructeur de la guerre, se battaient les uns contre les autres, et le vainqueur pillait toujours le vaincu. De nos jours, ils ne se battent plus du tout les uns contre les autres. La guerre est menée par chaque groupe dirigeant contre ses propres sujets, et l’objet de la guerre n’est pas de faire ou d’empêcher des conquêtes de territoire, mais de maintenir la structure de la société intacte.

Rappelons que l’on avait prédit « les pires pénuries alimentaires depuis cinquante ans » à la suite du Covid. Mais elles ne se sont jamais produites.

De même, nous devions connaître des perturbations énergétiques et des coupures de courant liées au Covid. A l’exception de la « crise de l’essence » au Royaume-Uni, elles ne sont jamais vraiment arrivées.

Mais maintenant, ils se dirigent vers nous après tout – parce que la guerre et les sanctions…

Augmentation des prix des denrées alimentaires, diminution de l’utilisation des combustibles fossiles, baisse du niveau de vie, argent public injecté dans les « énergies renouvelables ». Tout cela fait partie d’un programme bien connu, n’est-ce pas ?

Quels que soient vos sentiments à l’égard de Poutine, de Zelensky, de la guerre en général ou des nazis ukrainiens, il est temps d’affronter l’éléphant dans la pièce.

Nous devons nous demander : Quel est exactement le but réel de ces sanctions ? Et comment se fait-il qu’elles s’alignent si parfaitement sur la grande réinitialisation ?

Traduction d’Off Guardian par Aube Digitale

« Ayez un esprit où la vérité puisse entrer nue, pour en sortir parée »

Ayez un esprit où la vérité puisse entrer nue, pour en sortir parée.

Joseph Joubert (1754-1824) – Journal intime (4 mai 1804)

EN BANDE SON :

Catégories :REBLOG

5 réponses »

  1. Vous avez mis le doigt “Là où ça fait mal” Lupus …!!!
    Sujet qui serait intéressant de développer dans les prochaines éditions du Blog, pour mettre en miroir ce qui nous arrive,
    D’un coté ce que nos “Dirigeants Fantoches” aux ordres de SCHWAB et des Manipulateurs Mondialsites de L’Ombre ont décidé,
    Et de l’autre sa correspondance dans le Plan annoncé et détaillé du Great Reset…
    Pour anticiper, ça va etre nécessairement très utile ….. !!!

  2. Attention
    Ce n’est pas parce-que cela advient que c’est voulu.
    Tous les effets ne sauraient être souhaités ; seulement pesés dans une balance
    du pour et du contre… l’enrichissement temporaire de la Russie n’est rien versus
    son isolement espéré : la pire des choses pour un capitaliste.

    Les effets sur la Russie sont tout de même très coûteux.
    Et nos salopards le savent bien, c’est leur gagne-pain de faire la guerre (depuis plus d’un siècle).
    Le but ultime reste empêcher la Russie de commercer avec l’Europe et ainsi nuire aux deux concurrents des États-Unis déclinants : la Russie et Europe.
    Reste la Chine.
    Les sanctions la touchent comme importatrice de tout sauf de produits manufacturés.
    Est-ce que l’idée est de mettre en faillite l’Occident pour provoquer une grosse crise en Chine ?
    Et d’une pierre 2 coups : installer un NWO en Occident ?

    Le plan initial devait être probablement de réduire massivement la population avec le COVID
    PUIS dans le chaos, installer le NWO, i.e., un gouvernement occidental
    des ultra-riches.
    Mais cette première étape rate en partie (la soumission des populations pas trop mal réussie) reste donc la seconde bien entamée : créer un chaos économique de grande ampleur totalement du aux méchants russes qui attaquent la petite Ukraine.
    Une guerre préparée par l’Empire étasunien de longue date et à coups de milliards depuis des années.
    Les effets :
    1 chouette une guerre donc encore plus de fric (pour les marchands d’armes et de mercenaires)
    2 la Russie souffre
    3 l’Europe souffre
    4 la Chine souffre
    2bis on meurt en Ukraine (on s’en tape) mais c’est la guerre

    Donc tout va bien, les salopards renforcent leur pouvoir de plus en plus totalitaire sur le monde.

    Le jeu est dangereux car une partie des populations voient bien les crimes de masse contre l’humanité. Et que ça commence à bien faire ces mafieux qui pourrissent la vie du monde.
    Cela-dit comme ni l’Allemagne, ni les français ni l’Amérique latine, ni l’Inde, ni la Chine ne réagissent vraiment, pourquoi se priver ?

Laisser un commentaire