REBLOG

Cette Légion internationale de défense territoriale de l’Ukraine – ou comment diffuser la guerre/Des soldats d’élite SAS britanniques entraînent des troupes sur le territoire ukrainien

Cette Légion internationale de défense territoriale de l’Ukraine – ou comment diffuser la guerre

OVER THE STEPPES

L’Ukraine a mis en place une Légion internationale de défense territoriale, qui permet de faire venir des soldats-volontaires étrangers, sans formellement que leurs pays d’origine ne soit impliqué, donc sans que ces pays d’origine, essentiellement les Etats-Unis, le Canada et la Pologne, membres de l’OTAN, n’aient besoin de formellement déclarer la guerre à la Russie … pour faire la guerre à la Russie. Ainsi, l’Ukraine formellement démilitarisée continuera réellement le combat.

Les médias, notamment français, en parlent depuis quelque temps : des Occidentaux sont partis se battre aux côtés de l’Ukraine contre la Russie, même si le cadre juridique de cette implication reste très flou. Le chiffre de 20 000 personnes environ est avancé, des « vétérans » des guerres d’Irak, d’Afghanistan, de Syrie, des Balkans ou même d’Amérique du Sud. Bref, au-delà du discours bisounours, qui nous est servi sur, je cite, Sud Ouest, cette « foule d’hommes qui se sont mis spontanément au service de l’Ukraine« , il s’agit bien du recrutement de personnes, ayant une expérience militaire.

D’ailleurs, le contrat conclu est surprenant, car il n’a pas de date fixe : les engagés doivent servir jusqu’à la fin de la loi martiale. Etrange formulation, puisque les obligations, qui pèsent sur les « volontaires », sont sans limites précises :

Mais ce qu’il veut faire passer comme message, c’est que l’Ukraine est en guerre et que c’est un pays avec très peu de ressources à utiliser pour ceux qui changent soudainement d’avis.

«Donc, si vous pensez déjà: « eh bien, peut-être que je vais le faire pendant une période de temps limitée », pensez aux ressources que le pays mettra en vous et si vous pourrez ou non contribuer en retour au moins pour la même chose ou plus», a-t-il dit.

«Et si tu sais que tu viens pour une semaine ou deux, alors ça n’en vaut pas la peine», a-t-il complété.

Il paraît que 1 500 Canadiens veulent encore joindre cette Légion.

La communication française est amusante sur ce sujet, car elle fait le grand-écart. D’un côté, elle soutient totalement le mouvement, en fidèle voix de son maître, puisque la France soutient totalement l’Ukraine. L’on trouve donc de jolis reportages sur « comment je me suis engagé auprès de l’Ukraine et ai pris avec moi mes amis » … après que l’un ait eu sa famille tuée par les Russes What else? … et que ce groupe d' »amis » sont des légionnaires de la Légion étrangère française. Or, quand les médias russes montrent qu’il y a bien eu des légionnaires français en Ukraine, et notamment à Marioupol, tout à coup l’on nous dit qu’il faut faire très attention :

Un béret et un insigne pour prouver que des légionnaires auraient été présents à Marioupol ? C’est l’allégation qui est largement partagée depuis mercredi sur les réseaux sociaux. Plusieurs internautes allèguent que des membres de la Légion étrangère se seraient retranchés dans le port de cette ville durement frappée par la guerre avec des membres du régiment Azov, un régiment qui revient régulièrement dans la propagande prorusse.

Ils s’appuient pour cela sur une vidéo du compte YouTube « War gonzo », publiée le 4 avril, et qui a depuis cumulé 272.000 vues. On y voit un homme, probablement un soldat russe, saisir le béret à l’arrière de ce qui ressemble à un véhicule militaire encombré de détritus. Le soldat présente ensuite un insigne à la caméra.

Il faut faire attention à quoi, si les médias occidentaux diffusent eux-mêmes les interviews de membres de la Légion étrangère française expliquant pourquoi ils partent en Ukraine ?

Le Comité d’enquête de la Fédération de Russie a déclaré avoir les preuves de l’engagement de membres de la Légion étrangère française auprès des troupes ukrainiennes et qu’une enquête va être menée. D’une manière générale, le ministère de la Défense russe parle de la présence d’environ 7 000 mercenaires étrangers venus de 63 pays en Ukraine, environ un millier a été tué par l’armée russe et 900 ont refusé de se battre. La Pologne serait les pays le plus actif avec 1 700 personnes envoyées, devant le Canada, les Etats-Unis et la Roumanie avec 1 500 chacun, puis la Grande-Bretagne et la Géorgie, avec 300 chacun. La plus grande partie des mercenaires étrangers sont à Kiev, Kharkov, Nikolaev, Odessa et Marioupol.

Les pays occidentaux ne peuvent pas laisser l’Ukraine perdre militairement, ils doivent la faire combattre jusqu’à épuisement, pour ne pas entrer directement dans le conflit. Puisque la Russie n’a pas, elle non plus, la volonté de reconnaître les implications, qui logiquement découlent de l’envoi régulier d’armes et d’hommes, le partage des informations recueillies par l’OTAN, la formation des militaires ukrainiens, un faux-semblant est maintenu, qui conduira très prochainement à une situation ubuesque : l’Ukraine sera bientôt démilitarisée … mais continuera à se battre.

Combattants britanniques posent à la gare de Lvov, 5 mars 2022
Combattants britanniques posent à la gare de Lvov, 5 mars 2022

Un responsable russe affirme que des militaires de pays membres de l’OTAN ont été capturés lors des batailles en Ukraine.

Par Al Mayadeen.net – 15 avril 2022

Le chef de la Commission pour la protection de la souveraineté de l’État de la Chambre haute russe, Andrey Klimov, a annoncé vendredi que des militaires de pays membres de l’OTAN ont été capturés lors des batailles en Ukraine.

L’Occident « poursuit sa guerre [contre la Russie] avec les mains des Ukrainiens, ainsi que des mercenaires », a déclaré M. Klimov, avant d’ajouter que des militaires de pays de l’OTAN étaient également impliqués dans le conflit en cours.

Il a ajouté que la Russie a déjà des prisonniers parmi le personnel militaire des pays de l’OTAN et que Moscou révélera des informations à ce sujet « lorsque nous mènerons des procès, et le monde entier verra ce qui s’est réellement passé. »

La Russie a tué jusqu’à 30 « mercenaires polonais » en Ukraine.

La Russie a déclaré vendredi avoir tué jusqu’à 30 mercenaires polonais combattant pour les forces ukrainiennes dans la région de Kharkov, dans le nord-est du pays déchiré par la guerre.

Le ministère russe de la Défense a déclaré que ses forces de roquettes stratégiques avaient « éliminé jusqu’à 30 mercenaires polonais » lors d’une frappe sur le village d’Izyumskoe, non loin de la ville de Kharkov.

Début mars, le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, a déclaré à CNN qu’environ 20 000 volontaires internationaux s’étaient rendus en Ukraine pour combattre la Russie.

Ce chiffre vient s’ajouter aux 16 000 mercenaires étrangers dont Zelensky a annoncé qu’ils combattraient en Ukraine.

Auparavant, environ 450 extrémistes arabes et étrangers sont arrivés en Ukraine en provenance d’Idlib pour combattre les forces russes, moins de trois jours seulement après avoir quitté la Syrie en passant par la Turquie.

Des proches des extrémistes arrivés en Ukraine ont déclaré à Sputnik que des combattants de haut rang du groupe terroriste Hayat Tahrir al-Cham (la version rebaptisée de Jabhat Al-Nusra, c’est-à-dire Al-Qaïda) ont tenu un certain nombre de réunions avec des dirigeants du groupe du Parti islamique du Turkestan et des groupes Ansar Al-Tawhid et Hurras al-Din, et se sont mis d’accord pour autoriser un certain nombre de leurs combattants à entrer en Ukraine par le sol turc.

Source: Al Mayadeen.net

Des soldats d’élite SAS britanniques entraînent des troupes sur le territoire ukrainien

Des commandants ukrainiens ont déclaré au Times que des soldats du Special Air Service (SAS) britannique forment les troupes ukrainiennes à Kiev à l’utilisation des armes antichars fournies par Londres.

Selon les récits des commandants, les troupes britanniques sont arrivées à Kiev il y a environ deux semaines pour commencer la formation sur les armes antichars légères de nouvelle génération, connues sous le nom de NLAW. Le Royaume-Uni a commencé à envoyer des NLAW à l’Ukraine peu après l’invasion de la Russie le 24 février.

La révélation de la mission de formation des SAS est le premier rapport d’un membre de l’OTAN ayant une présence militaire en Ukraine depuis l’invasion de la Russie, et cela pourrait risquer de provoquer Moscou. Dans une lettre diplomatique adressée aux États-Unis la semaine dernière, la Russie a averti l’OTAN de cesser d’armer l’Ukraine, et des responsables russes ont déclaré que les véhicules des États-Unis et de l’OTAN transportant des armes à l’intérieur du pays seraient considérés comme des « cibles militaires légitimes ».

Le ministère britannique de la Défense n’a pas voulu confirmer la mission d’entraînement, citant sa position de ne pas commenter les opérations spéciales. Depuis 2014, les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN avaient envoyé des troupes en Ukraine pour s’entraîner, mais elles auraient été retirées en février avant l’invasion.

Le capitaine Yuriy Myronenko, l’un des commandants ukrainiens qui s’est entretenu avec le Times, a déclaré que la formation britannique était nécessaire puisque les nouvelles recrues et les vétérans de retour n’avaient aucune expérience avec les NLAW. « Des officiers britanniques étaient ici il y a deux semaines dans notre unité et ils nous ont vraiment bien formés », a déclaré Myronenko.

« Des officiers de deux bataillons stationnés dans et autour de la capitale ont déclaré avoir suivi une formation militaire, l’un la semaine dernière et l’autre la semaine précédente », a détaillé le Times à propos des forces ukrainiennes ayant reçu cette formation.

La semaine dernière, les États-Unis ont annoncé une aide militaire supplémentaire de 800 millions de dollars pour l’Ukraine. Cette aide comprend pour la première fois des obusiers de 155 mm et des systèmes radar avancés que le Pentagone prévoit de former les troupes ukrainiennes à l’utilisation de ces armes. Mais plutôt que d’envoyer des troupes américaines en Ukraine, la formation devrait avoir lieu dans un pays de l’OTAN en Europe de l’Est.

Traduction d’AntiWar par Aube Digitale

https://www.flickr.com/photos/expd/51961579564/

« Il y a de bonnes lois là où il y a de bonnes armes »

[…] il est nécessaire à un prince que son pouvoir soit établi sur de bonnes bases, sans lesquelles il ne peut manquer de s’écrouler. Or, pour tout État, soit ancien, soit nouveau, soit mixte, les principales bases sont de bonnes lois et de bonnes armes. Mais, comme là où il n’y a point de bonnes armes, il ne peut y avoir de bonnes lois, et qu’au contraire il y a de bonnes lois là où il y a de bonnes armes, ce n’est que des armes que j’ai ici dessein de parler.

Je dis donc que les armes qu’un prince peut employer pour la défense de son État lui sont propres, ou sont mercenaires, auxiliaires, ou mixtes, et que les mercenaires et les auxiliaires sont non-seulement inutiles, mais même dangereuses. Le prince dont le pouvoir n’a pour appui que des troupes mercenaires, ne sera jamais ni assuré ni tranquille ; car de telles troupes sont désunies, ambitieuses, sans discipline, infidèles, hardies envers les amis, lâches contre les ennemis ; et elles n’ont ni crainte de Dieu, ni probité à l’égard des hommes. Le prince ne tardera d’être ruiné qu’autant qu’on différera de l’attaquer. Pendant la paix, il sera dépouillé par ces mêmes troupes ; pendant la guerre, il le sera par l’ennemi.  […] Les capitaines mercenaires sont ou ne sont pas de bons guerriers : s’ils le sont, on ne peut s’y fier, car ils ne tendent qu’à leur propre grandeur, en opprimant, soit le prince même qui les emploie, soit d’autres contre sa volonté ; s’ils ne le sont pas, celui qu’ils servent est bientôt ruiné.

[…] L’expérience a prouvé que les princes et les républiques qui font la guerre par leurs propres forces obtenaient seuls de grands succès, et que les troupes mercenaires ne causaient jamais que du dommage. Elle prouve aussi qu’une république qui emploie ses propres armes court bien moins risque d’être subjuguée par quelqu’un de ses citoyens, que celle qui se sert d’armes étrangères. Pendant une longue suite de siècles Rome et Sparte vécurent libres et armées ; la Suisse, dont tous les habitants sont soldats, vit parfaitement libre. Quant aux troupes mercenaires, on peut citer, dans l’antiquité, l’exemple des Carthaginois, qui, après leur première guerre contre Rome, furent sur le point d’être opprimés par celles qu’ils avaient à leur service, quoique commandées par des citoyens de Carthage.

Nicolas Machiavel – Le Prince (1532)

EN BANDE SON :

Catégories :REBLOG

2 réponses »

  1. Il est probable qu’il y ait des militaires Français mais je suis certain que ces gens ne porteraient absolument pas leurs patchs… C’est un peu le B.A.B.A. dans ce type d’engagement personne ne porte de données personnelles qui permettent de les identifier pour ce qui est des troupes combattantes. Pour les formateurs etc c’est plus compliqué si ce sont des techniciens et non des soldats…

Répondre à Omoshiro Nandayo Annuler la réponse.