REBLOG

Les dépenses militaires mondiales atteignent pour la première fois la barre des 2.000 milliards de dollars : Ron Paul : la guerre en Ukraine est un racket / Ron Paul : « Tout se résume à l’OTAN »

Ron Paul : la guerre en Ukraine est un racket

ZOMBIE GEORGE

« La guerre est un racket », écrivait le général de division américain Smedley Butler en 1935. Il explique : « Un racket est mieux décrit, je crois, comme quelque chose qui n’est pas ce qu’il semble être pour la majorité des gens. Seul un petit groupe « interne » sait de quoi il s’agit. Il est mené pour le bénéfice d’un très petit nombre de personnes, aux dépens du plus grand nombre. Quelques personnes font des fortunes considérables avec la guerre.

L’observation du général Butler décrit parfaitement la réponse des États-Unis et de l’OTAN à la guerre en Ukraine.

La propagande continue de dépeindre la guerre en Ukraine comme celle d’un Goliath non provoqué qui cherche à décimer un David innocent, à moins que les États-Unis et l’OTAN ne fournissent des quantités massives d’équipements militaires à l’Ukraine pour vaincre la Russie. Comme c’est toujours le cas avec la propagande, cette version des événements est manipulée pour susciter une réaction émotionnelle au profit d’intérêts particuliers.

Le complexe militaro-industriel américain est un groupe d’intérêts particuliers qui profite massivement de la guerre. Le PDG de Raytheon, Greg Hayes, a récemment déclaré lors d’une réunion d’actionnaires : « Tout ce qui est expédié en Ukraine aujourd’hui, bien sûr, provient des stocks, soit du ministère de la Défense, soit de nos alliés de l’OTAN, et c’est une excellente nouvelle. Un jour ou l’autre, nous devrons les réapprovisionner et nous verrons un bénéfice pour l’entreprise. »

Il ne mentait pas. Raytheon, ainsi que Lockheed Martin et d’innombrables autres fabricants d’armes bénéficient d’une manne qu’ils n’ont pas vue depuis des années. Les États-Unis ont engagé plus de trois milliards de dollars d’aide militaire à l’Ukraine. Ils appellent cela une aide, mais il s’agit en fait d’une aide sociale aux entreprises : Washington envoie des milliards aux fabricants d’armes pour l’envoi d’armes à l’étranger.

Selon de nombreux témoignages, ces cargaisons d’armes, comme le missile antichar Javelin (fabriqué conjointement par Raytheon et Lockheed Martin), sont détruites dès leur arrivée en Ukraine. Cela ne dérange pas du tout Raytheon. Plus la Russie fait exploser d’armes en Ukraine, plus le Pentagone passe de nouvelles commandes.

Les anciens pays du Pacte de Varsovie, aujourd’hui membres de l’OTAN, participent également à l’arnaque. Ils ont découvert comment se débarrasser de leurs armes de fabrication soviétique vieilles de 30 ans et recevoir des remplacements modernes des États-Unis et d’autres pays occidentaux de l’OTAN.

Alors que beaucoup de ceux qui sympathisent avec l’Ukraine se réjouissent, ce paquet d’armes de plusieurs milliards de dollars ne fera guère de différence. Comme l’a déclaré Scott Ritter, ancien officier de renseignement de la marine américaine, sur le Ron Paul Liberty Report la semaine dernière :

« Je peux dire avec une certitude absolue que même si cette aide arrive sur le champ de bataille, elle n’aura aucun impact sur la bataille. Et Joe Biden le sait. »

Ce que nous voyons, c’est que les Russes capturent des armes modernes des États-Unis et de l’OTAN à la tonne et les utilisent même pour tuer davantage d’Ukrainiens. Quelle ironie. En outre, quels types d’opportunités seront offerts aux terroristes, avec des milliers de tonnes d’armes high-tech mortelles flottant en Europe ? Washington a admis qu’il n’a aucun moyen de suivre les armes qu’il envoie à l’Ukraine et aucun moyen de les empêcher de tomber entre les mains des méchants.

La guerre est un racket, c’est sûr. Les États-Unis s’ingèrent en Ukraine depuis la fin de la guerre froide, allant jusqu’à renverser le gouvernement en 2014 et planter les graines de la guerre à laquelle nous assistons aujourd’hui. La seule façon de sortir d’un trou est d’arrêter de creuser. Ne vous y attendez pas de sitôt. La guerre est trop rentable.

Traduction du Ron Paul Institute For Peace & Prosperity par Aube Digitale

Ron Paul : « Tout se résume à l’OTAN »

Lorsque l’administration Bush a annoncé en 2008 que l’Ukraine et la Géorgie pourraient adhérer à l’OTAN, je savais que c’était une idée terrible. Près de vingt ans après la fin du Pacte de Varsovie et de la guerre froide, l’élargissement de l’OTAN n’avait aucun sens. L’OTAN elle-même n’avait aucun sens.

 

Pour expliquer mon « non » à un projet de loi visant à approuver l’expansion, j’ai déclaré à l’époque :

L’OTAN est une organisation dont la raison d’être a pris fin avec la disparition de son adversaire du Pacte de Varsovie… Ce cycle actuel d’expansion de l’OTAN est une récompense politique pour les gouvernements de Géorgie et d’Ukraine qui sont arrivés au pouvoir à la suite de révolutions soutenues par les États-Unis, la révolution orange et la révolution des roses.

Fournir des garanties militaires américaines à l’Ukraine et à la Géorgie ne peut que mettre davantage à l’épreuve nos forces armées. Cette expansion de l’OTAN pourrait bien impliquer l’armée américaine dans des conflits sans rapport avec notre intérêt national…

Malheureusement, comme nous l’avons vu la semaine dernière, mes craintes se sont réalisées. Il n’est pas nécessaire d’approuver les actions militaires de la Russie pour analyser sa motivation déclarée : L’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN était une ligne rouge qu’elle ne voulait pas voir franchie. Alors que nous risquons une terrible escalade, nous devrions nous rappeler que cela n’avait pas à se passer ainsi. Il n’y avait aucun avantage pour les États-Unis à étendre et menacer d’étendre l’OTAN jusqu’aux portes de la Russie. Il n’y a aucun moyen d’affirmer que nous sommes plus en sécurité grâce à cela.

L’OTAN elle-même a été une énorme erreur.

Lorsqu’en 1949, le Sénat américain a voté pour la première fois sur le traité de l’OTAN, le sénateur Roberg Taft – connu sous le nom de « Monsieur le Républicain » – a prononcé un excellent discours sur les raisons pour lesquelles il a voté contre la création de l’OTAN.

Expliquant son « non », Taft a déclaré

… le traité fait partie d’un programme beaucoup plus vaste par lequel nous armons toutes ces nations contre la Russie… Un programme militaire commun a déjà été fait… Il devient ainsi une alliance militaire offensive et défensive contre la Russie. Je crois que notre politique étrangère devrait viser principalement la sécurité et la paix, et je crois qu’une telle alliance est plus susceptible de produire la guerre que la paix.

Taft poursuit :

Si nous entreprenons d’armer toutes les nations qui entourent la Russie […] et que la Russie se voit entourée progressivement d’armes dites défensives, de la Norvège et du Danemark à la Turquie et à la Grèce, elle pourrait se faire une opinion différente. Elle peut décider que l’armement de l’Europe occidentale, quel que soit son but actuel, ressemble à une attaque contre la Russie. Son opinion peut être déraisonnable, et je pense qu’elle l’est. Mais du point de vue de la Russie, elle peut ne pas sembler déraisonnable. Ils pourraient bien décider que si la guerre est le résultat certain, il vaudrait mieux qu’elle ait lieu maintenant plutôt qu’après l’achèvement de l’armement de l’Europe…

Il avait bien raison.

L’OTAN a cependant déraillé bien avant 2008. Le traité de l’Atlantique Nord a été signé le 4 avril 1949 et, au début de la guerre de Corée, un peu plus d’un an plus tard, l’OTAN était très impliquée dans les opérations militaires de la guerre en Asie, et non en Europe !

L’objectif de l’OTAN était de « garantir la sécurité et la liberté de ses membres par des moyens politiques et militaires. » C’est un travail mal ficelé !

Je suis aussi convaincu aujourd’hui que lors de mon discours à la Chambre des représentants en 2008 que « l’OTAN doit être dissoute, pas élargie ». En attendant, l’expansion ne devrait pas être envisagée. Les risques ne sont pas supérieurs aux avantages !

Traduction du Ron Paul Institute for Peace & Prosperity par Aube Digitale

Les dépenses militaires mondiales atteignent pour la première fois la barre des 2.000 milliards de dollars

Pour la première fois, le montant investi dans la défense à l’échelle mondiale est passé à plus de 2.000 milliards de dollars – soit 2 billions. Pour être précis, en 2021, différents pays ont dépensé un total de 2.113 milliards de dollars pour leur armée, ce qui représente une augmentation réelle de 0,7% par rapport à l’année précédente. C’est ce qui ressort d’un rapport publié aujourd’hui par l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI), repris par l’agence de presse Bloomberg.

Pourquoi est-ce important ?

À la suite de l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie, plusieurs gouvernements européens ont promis de revoir leurs budgets de défense afin d’accroître les capacités de leurs forces armées.

Après une courte période de baisse des budgets militaires entre 2011 et 2014, les dépenses ont augmenté pendant sept années consécutives, selon les données du SIPRI. Au niveau mondial, jamais autant de dépenses n’ont été consacrées à la défense.

  • L’année dernière, les dépenses de défense européennes ont représenté 20% du total mondial.
  • Les États-Unis investissent de loin le plus dans la défense, avec pas moins de 801 milliards de dollars destinés à l’armée américaine en 2021, selon le SIPRI. Au cours de la dernière décennie, les dépenses militaires américaines ont représenté jusqu’à 39% des budgets mondiaux.
  • La part du budget de la défense de la Chine, deuxième puissance mondiale, est estimée à 14%.

Plusieurs pays européens se sont engagés à augmenter leurs budgets de défense. Tant l’Allemagne pacifiste (qui va injecter 100 milliards d’euros dans son armée) que la Suède naturellement pacifique (qui a annoncé une augmentation de 4 milliards d’euros de ses dépenses militaires annuelles) ont attiré l’attention avec cette promesse. La modernisation et l’amélioration de leurs systèmes d’armes seraient une priorité essentielle, explique Lucie Beraud-Sudreau, directrice des données au SIPRI, à Bloomberg.

Cette embellie aurait d’ailleurs été en partie alimentée par la hausse des dépenses européennes depuis 2015. 

« L’Europe connaissait déjà (…) une tendance à la hausse, et cette tendance va s’accélérer et s’intensifier », note Beraud-Sudreau. « Habituellement, le changement se produit lentement, jusqu’à ce que vous soyez en situation de crise et que quelque chose se passe vraiment. Je pense que nous y sommes maintenant. »

La plupart des pays de l’UE appartiennent d’ailleurs à l’alliance militaire de l’OTAN. Celle-ci a deux objectifs chiffrés pour ses membres, que – au grand dam de l’ancien président américain Donald Trump – de nombreux pays européens n’ont pas réussi à atteindre :

  • Un budget de défense d’au moins 2% de leur produit intérieur brut (PIB).
  • Affecter au moins 20% des dépenses aux nouveaux équipements et à la recherche et au développement (R&D).

Source: BusinessAM

« La politique, c’est la division « divertissement » du complexe militaro-industriel. » Frank Zappa

Image

EN BANDE SON :

Catégories :REBLOG

Tagué:

Laisser un commentaire