REBLOG

MELENCHON, FARCE ET ATTRAPE (Gabriel Nerciat)

MELENCHON, FARCE ET ATTRAPE

Il faut quand même arrêter de nous les briser menues, comme disait Michel Audiard, avec l’union de la gauche créolisée estampillée Jean-Luc Mélenchon.

L’ancien sénateur mitterrandien est certes une crapule d’une rouerie consommée, mais en dépit ou plutôt à cause de son passé lambertiste, ce n’est ni Trotski, ni Doriot, ni Carlos ni même Marcel Cachin.

Croyez-vous vraiment que le fondateur de LFI soit stupide au point d’envisager sérieusement – comme le font tous les dindons chiraquiens ou rocardiens qui gloussent de peur sur les réseaux sociaux ou les chaînes d’information continue – qu’il puisse remporter les élections législatives et devenir Premier ministre du Banquier Président dans un peu plus d’un mois ?

Ses seuls succès réels, depuis dix ans, n’ont jamais été autre chose que médiatiques, pas politiques ; et, contrairement à son ancien ami Eric Zemmour, il est le premier à le savoir.

Non seulement il ne ressuscitera pas la gauche marxiste triomphante du siècle dernier, que ce soit version 1936 ou version 1972, mais de surcroît la mort avancée du PS et du PCF ainsi que l’échec cinglant de EELV font déjà de lui, sans doute de façon parfaitement consciente, le nouvel allié objectif, comme disait Maurice Thorez, d’Emmanuel Macron.

D’abord parce que l’opposition de 60 à 90 députés (à vue de nez) qu’il va obtenir en juin, sans possibilité d’alliance avec quiconque et surtout pas le RN, se révèlera dans les faits parfaitement inoffensive, à l’image du parti d’Oskar Lafontaine au Bundestag allemand, étant privée de tout débouché politique digne de ce nom.

Ensuite parce que la vulgate islamo-gauchiste (qui n’a plus grand chose de marxiste ni même de trotskiste, à vrai dire) que Mélenchon a portée sur les fonds baptismaux de la vie électorale ces dernières années, va jouer pour les législatives le même rôle utile d’épouvantail que l’antifascisme de carton-pâte du front républicain au second tour de la présidentielle : le « tout sauf Mélenchon », comme un autre « No Pasaran » tout aussi faisandé, va, dans les urnes, au nom de l’universalisme républicain, achever de mener vers la Macronie tous les sociaux-démocrates, les ultimes chiraquiens et les écologistes bon teint qui ne s’y étaient pas encore ralliés.

La ficelle est tellement grosse que je ne comprends même pas que Martine Aubry ou Ségolène Royal ne l’aient pas déjà passée telle une corde autour de leurs cous.

Donc, dormez tranquilles, braves gens ; vous ne risquez rien : le libéralisme autoritaire des bourgeoisies européistes coalisées ne verra pas sa marche sur Paris contrecarrée par ce bateleur d’estrade et ses turbulents harkis fréristes.

Ce sera au contraire la pierre d’angle qui manquait à l’édifice pour que la farce de la démocratie libérale puisse continuer à se tenir à guichets fermés pour quelque temps encore.     

Profitez-en bien, à vrai dire. Il n’en ira pas ainsi tout le temps.

Quand trois pôles de force inégale se font face, comme dans un western de Sergio Leone, les principes de la sélection darwinienne impliquent que l’un des trois finira par disparaître.

A vous de deviner lequel.

De Gabriel Nerciat, merci 🙏🏻 via Facebook

« L’aristocratie financière n’est que la résurrection du lumpenprolétariat dans les sommets de la société bourgeoise »

L’aristocratie financière, dans son mode de gain comme dans ses jouissances, n’est pas autre chose que la résurrection du lumpenprolétariat dans les sommets de la société bourgeoise.

Karl Marx – Les luttes de classes en France (1850)


La défaite de juin 1848.

Après la révolution de Juillet, lorsque le banquier libéral Laffitte conduisit en triomphe son compère le duc d’Orléans à l’Hôtel de ville, il laissa échapper ces mots : « Maintenant, le règne des banquiers va commencer. » Laffitte venait de trahir le secret de la révolution.

Ce n’est pas la bourgeoisie française qui régnait sous Louis-Philippe, mais une fraction de celle-ci : banquiers, rois de la Bourse, rois des chemins de fer, propriétaires de mines de charbon et de fer, propriétaires de forêts et la partie de la propriété foncière ralliée à eux, ce que l’on appelle l’aristocratie financière. Installée sur le trône, elle dictait les lois aux Chambres, distribuait les charges publiques, depuis les ministères jusqu’aux bureaux de tabac.

[…] La petite bourgeoisie dans toutes ses stratifications, ainsi que la classe paysanne étaient complètement exclues du pouvoir politique. Enfin, se trouvaient dans l’opposition officielle, ou complètement en dehors du pays légal, les représentants idéologiques et les porte-parole des classes que nous venons de citer, leurs savants, leurs avocats, leurs médecins, etc., en un mot ce que l’on appelait les capacités.

La pénurie financière mit, dès le début, la monarchie de Juillet sous la dépendance de la haute bourgeoisie et cette dépendance devint la source inépuisable d’une gêne financière croissante. Impossible de subordonner la gestion de l’État à l’intérêt de la production nationale sans établir l’équilibre du budget, c’est-à-dire l’équilibre entre les dépenses et les recettes de l’État. Et comment établir cet équilibre sans réduire le train de l’État, c’est-à-dire sans léser des intérêts qui étaient autant de soutiens du système dominant, et sans réorganiser l’assiette des impôts, c’est-à-dire sans rejeter une notable partie du fardeau fiscal sur les épaules de la grande bourgeoisie elle-même ?

L’endettement de l’État était, bien au contraire, d’un intérêt direct pour la fraction de la bourgeoisie qui gouvernait et légiférait au moyen des Chambres. C’était précisément le déficit de l’État, qui était l’objet même de ses spéculations et le poste principal de son enrichissement. A la fin de chaque année, nouveau déficit. Au bout de quatre ou cinq ans, nouvel emprunt. Or, chaque nouvel emprunt fournissait à l’aristocratie une nouvelle occasion de rançonner l’État, qui, maintenu artificiellement au bord de la banqueroute, était obligé de traiter avec les banquiers dans les conditions les plus défavorables. Chaque nouvel emprunt était une nouvelle occasion, de dévaliser le public qui place ses capitaux en rentes sur l’État, au moyen d’opérations de Bourse, au secret desquelles gouvernement et majorité de la Chambre étaient initiés. En général, l’instabilité du crédit public et la connaissance des secrets d’État permettaient aux banquiers, ainsi qu’à leurs affiliés dans les Chambres et sur le trône, de provoquer dans le cours des valeurs publiques des fluctuations insolites et brusques dont le résultat constant ne pouvait être que la ruine d’une masse de petits capitalistes et l’enrichissement fabuleusement rapide des grands spéculateurs. […] En outre, les sommes énormes passant ainsi entre les mains de l’État laissaient place à des contrats de livraison frauduleux, à des corruptions, à des malversations et à des escroqueries de toute espèce. Le pillage de l’État en grand, tel qu’il se pratiquait au moyen des emprunts, se renouvelait en détail dans les travaux publics. Les relations entre la Chambre et le gouvernement se trouvaient multipliées sous forme de relations entre les différentes administrations et les différents entrepreneurs.

[…] Par contre, la moindre réforme financière échouait devant l’influence des banquiers, telle, par exemple, la réforme postale. Rothschild protesta, l’État avait-il le droit d’amoindrir des sources de revenu qui lui servaient à payer les intérêts de sa dette sans cesse croissante ?

La monarchie de Juillet n’était qu’une société par actions fondée pour l’exploitation de la richesse nationale française dont les dividendes étaient partagés entre les ministres, les Chambres, 240 000 électeurs et leur séquelle. Louis-Philippe était le directeur de cette société : Robert Macaire sur le trône. Le commerce, l’industrie, l’agriculture, la navigation, les intérêts de la bourgeoisie industrielle ne pouvaient être que menacés et lésés sans cesse par ce système. Aussi, celle-ci avait-elle inscrit sur son drapeau, pendant les journées de Juillet : Gouvernement à bon marché.

Pendant que l’aristocratie financière dictait les lois, dirigeait la gestion de l’État, disposait de tous les pouvoirs publics constitués, dominait l’opinion publique par la force des faits et par la presse, dans toutes les sphères, depuis la cour jusqu’au café borgne se reproduisait la même prostitution, la même tromperie éhontée, la même soif de s’enrichir, non point par la production, mais par l’escamotage de la richesse d’autrui déjà existante.

C’est notamment aux sommets de la société bourgeoise que l’assouvissement des convoitises les plus malsaines et les plus déréglées se déchaînait, et entrait à chaque instant en conflit avec les lois bourgeoises elles-mêmes, car c’est là où la jouissance devient crapuleuse, là où l’or, la boue et le sang s’entremêlent que tout naturellement la richesse provenant du jeu cherche sa satisfaction. L’aristocratie financière, dans son mode de gain comme dans ses jouissances, n’est pas autre chose que la résurrection du lumpenprolétariat dans les sommets de la société bourgeoise.

Quant aux fractions de la bourgeoisie française qui n’étaient pas au pouvoir, elles criaient « A la corruption ! », le peuple criait : « A bas les grands voleurs ! A bas les assassins ! » quand, en 1847, dans les théâtres les plus illustres de la société bourgeoise, on représentait publiquement les scènes mêmes qui conduisent, d’ordinaire, le lumpenprolétariat dans les bordels, dans les hospices et dans les maisons de fous, devant les juges, dans les bagnes et à l’échafaud.

La bourgeoisie industrielle voyait ses intérêts menacés, la petite bourgeoisie était moralement indignée, l’imagination populaire s’insurgeait, Paris était inondé de pamphlets : « La dynastie Rothschild » « Les Juifs, rois de l’époque », etc., où l’on dénonçait, flétrissait avec plus ou moins d’esprit, la domination de l’aristocratie financière.

[…] Les ravages causés dans le commerce et l’industrie par la crise économique rendaient encore plus insupportable l’omnipotence de l’aristocratie financière. L’opposition bourgeoise souleva dans toute la France l’agitation des banquets en faveur d’une réforme fiscale qui devait lui conquérir la majorité dans les Chambres et renverser le ministère de la Bourse. A Paris, la crise industrielle avait encore pour conséquence particulière de rejeter sur le commerce intérieur une masse de fabricants et de gros commerçants qui, dans les conditions du moment, ne pouvaient plus faire d’affaires sur le marché extérieur. Ils créèrent de grands établissements dont la concurrence causa la ruine d’une masse d’épiciers et de boutiquiers. De là, un nombre incalculable de faillites dans cette fraction de la bourgeoisie parisienne : de là, son action révolutionnaire en Février.

[…] Le Gouvernement provisoire qui surgit des barricades de Février reflétait nécessairement dans sa composition les divers partis qui se partageaient la victoire. Il ne pouvait être qu’un compromis entre les différentes classes qui avaient renversé ensemble le trône de Juillet, mais dont les intérêts s’opposaient avec hostilité. Il était composé en majorité de représentants de la bourgeoisie. La petite bourgeoisie républicaine était représentée par Ledru-Rollin et Flocon; la bourgeoisie républicaine par les gens du National, l’opposition dynastique par Crémieux, Dupont de l’Eure, etc. La classe ouvrière ne possédait que deux représentants, Louis Blanc et Albert. Lamartine, enfin, dans le Gouvernement provisoire n’était là, au premier abord, pour aucun intérêt réel, pour aucune classe déterminée; c’était la révolution de Février elle-même, le soulèvement commun avec ses illusions, sa poésie, son contenu imaginaire et ses phrases. Mais au fond le porte-parole de la révolution de Février, par sa position comme par ses opinions, appartenait à la bourgeoisie.

Si Paris, par suite de la centralisation politique, domine la France, les ouvriers dominent Paris dans les moments de séismes révolutionnaires. La première manifestation d’existence du Gouvernement provisoire fut la tentative de se soustraire à cette influence prédominante en en appelant de Paris enivré au sang-froid de la France. Lamartine contesta aux combattants des barricades le droit de proclamer la République, disant que seule la majorité des Français avait qualité pour le faire; qu’il fallait attendre leur vote, que le prolétariat parisien ne devait pas souiller sa victoire par une usurpation. La bourgeoisie ne permet au prolétariat qu’une seule usurpation : celle de la lutte.

Le 25 février, vers midi, la République n’était pas encore proclamée, mais, par contre, tous les ministères étaient déjà répartis entre les éléments bourgeois du Gouvernement provisoire et entre les généraux, banquiers et avocats du National. Mais, cette fois, les ouvriers étaient résolus à ne plus tolérer un escamotage semblable à celui de juillet 1830. Ils étaient prêts à engager à nouveau le combat et à imposer la République par la force des armes. C’est avec cette mission que Raspail se rendit à l’Hôtel de ville. Au nom du prolétariat parisien, il ordonna au Gouvernement provisoire de proclamer la République, déclarant que si cet ordre du peuple n’était pas exécuté dans les deux heures, il reviendrait à la tête de 200 000 hommes. Les cadavres des combattants étaient encore à peine refroidis, les barricades n’étaient pas enlevées, les ouvriers n’étaient pas désarmés et la seule force qu’on pût leur opposer était la garde nationale.

Dans ces circonstances, les considérations politiques et les scrupules juridiques du Gouvernement provisoire s’évanouirent brusquement. Le délai de deux heures n’était pas encore écoulé que déjà sur tous les murs de Paris s’étalaient en caractères gigantesques : République française ! Liberté, Égalité, Fraternité !

EN BANDE SON :

Catégories :REBLOG

Tagué:

1 réponse »

Laisser un commentaire